Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2623 fois

Gaza -

« Dépêches : Les enfants de Gaza »
Mettre un visage sur la tragédie – Ranimer l’appel à responsabilisation

Par

Le 15 mars, Channel 4 (1) a diffusé un épisode de l'émission "Dépêches" intitulé « Les enfants de Gaza. » Il est axé sur les vies de quelques-uns des enfants qui vivent dans la petite bande de terre palestinienne et dont les vies ont été dévastées lorsque, il y a 15 mois, Israël a lancé son attaque militaire sur leurs maisons, tuant beaucoup de leurs parents et proches, et fracassant leurs déjà fragiles existences. Il montre comment ils ont courageusement essayé de faire avec leurs pertes et leurs deuils et comment ils ont tenté de poursuivre le cours de leurs vies, et, simultanément, comment Israël s’est assuré que cela soit pratiquement impossible, en raison de l’incarcération littérale des enfants dans Gaza suite au siège israélien illégal et continu.

Vidéo-clip “Les enfants de Gaza
par la réalisatrice Jezza Neumann
47’59 - en arabe, sous-titres en anglais

Le documentaire montre comment ils ont lutté pour faire face aux séquelles de leurs blessures physiques ainsi qu’à leurs cicatrices psychologiques que, selon toutes probabilités, ils ne surmonteront jamais complètement. Pour une fois, ce documentaire fut l’occasion pour les enfants de Gaza eux-mêmes de prendre la parole et de raconter leurs propres histoires, au lieu qu’elles soient racontées, en leur nom, par des propagandistes qui ont un intérêt direct à la façon dont ces enfants sont dépeints.

Le documentaire est extrêmement émouvant et suffisant pour que les cœurs les plus durs soient au bord des larmes. Même pour ceux qui ne se sont pas auparavant intéressés à la politique du Moyen Orient, il sera difficile de ne pas se lever en disant, Mais que diable se passe-t-il là-bas ? Comment diable un pays comme Israël peut-il s’en tirer avec autant d’inhumanité, et comment est-il possible qu’Israël semble n’avoir aucune honte à mettre une population civile à genoux d’une manière si brutale, au vu et au su de tous ?

Cependant, à la fin du visionnage, une chose est absolument évidente ; quelqu’un doit rendre des comptes pour ce que ses enfants ont traversé et pour ce qu’ils continuent à vivre. Les meurtres de leurs parents et de leurs frères et sœurs, sous leurs yeux, les handicaps physiques et les blessures avec lesquels ils vivent, la destruction de leurs maisons alors qu’ils étaient à l’intérieur et qu’ils ont été ensevelis dans les décombres ; chaque histoire est plus déchirante que la précédente.

Toutefois, après avoir vu ce reportage, ce serait une insulte à ces enfants qui ont partagé leurs histoires avec nous, de nous contenter d’écouter, de verser quelques larmes et de circuler. Que faisons-nous et qu’allons-nous faire pour les aider ? Ils n’ont pas seulement besoin de justice pour ce qui s’est déjà passé et pour les pertes inimaginables qu’ils ont déjà endurées, ils ont aussi besoin d’aide, maintenant. De la fillette qui saigne quotidiennement du nez et qui a des migraines aveuglantes à cause de l’éclat d’obus qui est toujours dans son cerveau en conséquence directe de la violence militaire israélienne, et qu’Israël ne laisse pas sortir pour se faire opérer, à la jeune fille qui vit sous une tente et qui dit qu’elle veut « mourir » parce que « je préfèrerais être martyr plutôt que de vivre comme ça. » Ces enfants ont désespérément besoin d’aide, et la seule façon dont ils obtiendront cette aide est que quelqu’un se tienne devant Israël en leur nom, l’oblige à mettre un terme à la torture persistante quotidienne des citoyens de Gaza, et lui fasse rendre des comptes en vertu du droit international.

La tentative la plus crédible et la plus légitime de faire rendre compte à Israël pour ce qu’ils ont fait à la population de Gaza jusqu’à maintenant est le Rapport Goldstone pour les Nations-Unies et ce documentaire, sans même mentionner le rapport nommément, souligne l’importance de voir ce rapport mené à terme.

Traumatismes physiques

Israël condamne les enfants palestiniens de Gaza à une vie de douleur, de souffrance, et, finalement, à mort.

L’un des aspects le plus révoltant de ce documentaire est la politique israélienne inhumaine de négation d’accès à un traitement médical pour les enfants de Gaza. Un père et une mère sont assis au chevet de leur fils mourant et demandent, en larmes, pourquoi Israël ne laisse pas leur fils quitter Gaza pour qu’il puisse bénéficier de la chimiothérapie vitale dont il a si désespérément besoin pour soigner sa leucémie.

Au milieu de ses larmes d’angoisse, le père demande : « Où sont les organisations pour les droits de l’homme ? Si vous avez un animal, vous dépensez de millions pour essayer de le soigner ! Vous dépensez des millions. Des millions ! Mais un enfant comme lui, personne ne s’en occupe. Pourquoi ? Ils nous ont incarcérés ici, pourquoi ? Ne sommes-nous pas des êtres humains ? » A la fin du documentaire, nous apprenons que le jeune garçon, comme c’était prévisible, a perdu sa bataille contre le cancer. Il a enduré une vie de souffrances et une mort qui aurait si facilement été évitée si Israël l’avait simplement laissé quitter Gaza au lieu de le piéger dans la plus grande prison à ciel ouvert du monde.

Dans un autre cas, l’angoisse d’un père est manifeste après que, entre les autorités égyptiennes et les autorités israéliennes, lui et son fils malade ont vu leurs espoirs d’un traitement se lever puis être mis en pièces aux carrefours frontaliers, où ils ont été finalement refoulés. Israël et l’Egypte imposent un cauchemar bureaucratique aux Gazaouis, un autre obstacle majeur à un traitement. Même dans les rares cas où Israël accepte qu’un enfant quitte la Bande pour se faire soigner, il y a le problème de l’obtention des permis et des documents de voyage en ordre et même alors, lorsque tous les documents sont réunis, l’ouverture ou la fermeture de la frontière sont laissées au bon vouloir de l’Egypte.

En plus de piéger les enfants souffrant de maladies mortelles à Gaza sans perspective de traitement ou de soin, dans des centaines d’autres cas, Israël lui-même a causé les blessures physiques des enfants et maintenant continue de les laisser sans traitement. Dans le cas d’Amal, 9 ans, par exemple, elle raconte comment, après l’assassinat de son frère et de son père par les troupes israéliennes pendant l’Opération Plomb Durci, elle a été amenée par les forces d’occupation dans une maison où d’autres civils étaient détenus. Après l’y avoir laissée pendant 3 jours, terrifiée et en deuil, sans nourriture ni eau, les forces israéliennes ont bombardé la maison et elle est resté ensevelie sous les décombres pendant 4 jours près des cadavres de deux de ses oncles (un d’entre eux avait la moitié de la tête arrachée) et de nombreux autres civils morts ou blessés. On l’a vue aux informations télévisées, transportée sur une civière vers l’hôpital, demandant de l’eau. En conséquence des atrocités israéliennes, Amal a un éclat d’obus dans le cerveau et souffre de graves maux de tête qui l’aveuglent, de douleurs oculaires et de saignements de nez. Dans ce qui semblait faire d’elle l’une des quelques chanceuses, Israël avait dit qu’elle pourrait aller se faire opérer à Tel Aviv. Mais dans ce qui semble être un jeu cruel, Israël l’a bloquée à la frontière, disant qu’ils n’avaient de permis à son nom et ensuite, lorsqu’elle a finalement pu être examinée par un docteur, ce fut pour s’entendre dire qu’on ne pouvait rien faire pour elle et qu’elle devrait apprendre à vivre avec les éclats d’obus qu’elle sent bouger à l’intérieur de son crane.

Des enfants en colère – Israël a marqué à vie une nouvelle génération d’enfants et créé son propre pire ennemi

De la même manière que nous avons joué, enfants, aux « cowboys et aux Indiens » ou aux « gendarmes et aux voleurs », les enfants de Gaza jouent « aux Arabes et aux Juifs ». Les « Juifs » sont les méchants parce que les enfants ont vu par eux-mêmes ce que les Juifs étaient capables de faire. Les seuls Juifs qu’ils aient jamais rencontrés conduisent des chars ou portent des fusils ou torturent ou assassinent leurs proches. De plus, ils ne font aucune distinction entre un Juif et un Israélien parce que tout Juif qu’ils aient jamais rencontré était un Israélien, et vice versa, aussi ne peuvent-ils faire aucune distinction. Ils jouent également à des jeux extrêmement préoccupants et très violents de torture et d’interrogatoire dans lesquels ils jouent à tour de rôle le tortionnaire israélien et la victime palestinienne. En Occident, nous nous plaignons que les enfants voient trop de violence à la télévision, puis qu’ils la mettent en scène dans leurs jeux, puis qu’elle s’étende à la vie réelle. A Gaza cependant, la violence que les enfants rejouent ne vient pas de scènes qu’ils auraient vu à la télévision mais de scènes violentes de torture et d’exécutions extrajudiciaires dont ils ont été témoins dans leur propre vie et dans lesquelles Israël est, sans conteste, le méchant.

Ce n’est qu’une des manifestations par lesquelles les enfants de Gaza expriment leur colère contre Israël, mais le jeu peut s’incarner dans l’action réelle. Les armes-jouets avec lesquels les garçons jouent dans le monde entier deviendront de vrais fusils pour ces jeunes Gazaouis à un moment donné et c’est ce que ces enfants attendent. Alors qu’ils rêvent d’avoir un jour une vraie Kalachnikov, ce documentaire est le premier de ce type à remettre la colère dans son contexte. Alors que la propagande israélienne essaie de montrer la colère de ces jeunes enfants palestiniens qui expriment de la haine envers Israël et essaie de prétendre qu’Israël est la victime de cette haine et de cette agressivité injustifiées, ce documentaire montre le contexte réel, et plus large. Si le gamin exprime le désir d’avoir un jour son propre fusil, c’est pour venger l’assassinat de son père par les troupes israéliennes. Cette colère n’est pas sortie spontanément du vide. Israël lui-même, et sa politique de brutalité et d’inhumanité, est la cause originelle de cette haine et il continue de provoquer l’hostilité envers lui-même. Comme l’explique un des jeunes garçons, ses sentiments sont devenus « plus intenses. » « Aujourd’hui, je hais tout le monde. Avant, j’aimais tout le monde. » Israël se crée son propre ennemi et utilise ensuite cette haine inévitable comme excuse pour continuer à exercer une punition collective sur la population civile palestinienne.

Comme le dit Amal, 9 ans, assise au milieu des décombres de son ancienne maison, racontant la mort de son frère et de son père, il n’est pas difficile d’imaginer quelle sorte de coût mental ceci aura sur elle à l’avenir. De même, Omsyatte, 12 ans, se souvient avoir vu des choses dont aucun enfant ne devrait jamais être témoin. Elle se rappelle comment, pendant l’attaque israélienne sur Gaza, « soudain, le plafond s’est ouvert et un bulldozer était dans la pièce. Nous nous sommes mis à hurler et les briques ont commencé à nous tomber dessus. Tandis que les chars passaient à côté de nous, nous avions très peur. Ils ont pointé leurs canons sur nous et ont commencé à tirer… Les Juifs le visaient [son frère Ibrahim] par un trou dans le mur et une balle l’a touché à la taille et ses tripes ont commencé à sortir… ensuite les Juifs se sont rapprochés d’Ibrahim et lui ont tiré une balle dans l’œil. Alors j’ai su qu’il était mort à cause des spasmes qui le secouaient. » Il n’est pas surprenant que, plus tard, Omsyatte dise qu’elle souhaite être morte plutôt que de continuer à vivre sa vie, dans une tente, en deuil, et assiègée. Son père aussi est hanté par la culpabilité de la mort de son fils parce qu’il avait tellement peur qu’il n’a même pas pu regarder en bas et prendre son fils dans ses bras lorsqu’il est mort parce que les soldats israéliens, au-dessus de lui, le menaçaient et qu’il avait peur qu’ils le tuent alors que ses enfants, autour de lui, hurlaient. « Ces choses me tourmentent, » dit-il en pleurant.

Ceci ne fait que renforcer ce que des gens comme John Ging, directeur des opérations de l’UNRWA à Gaza, dit depuis longtemps maintenant. Les enfants de Gaza souffrent d’un grave syndrome de stress post-traumatique (SSPT) ainsi que d’autres traumatismes liés à des souffrances psychologiques. Des symptômes de traumatisme comme les cauchemars, l’énurésie, l’apathie et la dépression sont très répandus aujourd’hui, ils sont la norme absolue. Non traités et aggravés par davantage de souffrances inimaginables tous les jours, qui sait quel type de graves dommages psychologiques à long terme est en train d’être infligé sur ces enfants chaque jour, volontairement et sciemment, par Israël ?

Des professionnels qui travaillent avec les enfants de Gaza ont également dit qu’ils ont remarqué un niveau accru de violence parmi les enfants et que « les enfants sont confrontés à une crise psychologique réelle après la guerre. » « Ils n’ont aucune désir, pas même de parler à quelqu’un ou de bâtir des relations sociales. » Une femme qui a été interviewée dit, « Je pense que si ces enfants ne suivent pas un traitement, nous risquons de nous retrouver avec une génération très violente. »

Je pense qu’il est important de noter que tous les enfants de Gaza ne jouent pas à des jeux de guerre violents. C’est simplement un élément sur lequel le documentaire se concentre. Pour la plupart, les enfants de Gaza sont aussi aimants, doux et gentils que les enfants de votre propre famille. Cependant, il est important de reconnaître le rôle d’Israël, car même un seul enfant traumatisé par Israël serait insupportable, mais au lieu de cela, ils sont de fait en train de détruire l’enfance de générations d’enfants palestiniens.

La destruction des vies et des moyens d’existence des pêcheurs

Avec le blocus de Gaza qui a maintenant marqué ses 1.000 jours, la population de Gaza est fortement tributaire de ses pêcheurs. Comme l’explique le documentaire, « Au nord et à l’est, il y a Israël, au sud l’Egypte et à l’ouest la mer. » Ibrahim a 11 ans et sa famille pêche au large des côtes de Gaza depuis des générations. Selon les Accords d’Oslo, Israël doit autoriser la pêche jusqu’à 20 miles des côtes, mais, comme l’explique Ibrahim, les Israéliens harcèlent les pêcheurs tous les jours et lorsqu’ils sont à peine à 2 miles du rivage, ils sont attaqués par les navires de guerre israéliens, qui leur tirent dessus, les arrêtent fréquemment et, souvent, confisquent leurs bateaux et les mettent en pièce. Le documentaire montre le bateau de pêche de la famille d’Ibrahim en flammes après une attaque gratuite des forces israéliennes. Les tirs ont réduit le moteur en morceaux et il est maintenant irremplaçable. Comme le dit Ibrahim, « Pour moi le message est clair. Les Juifs veulent détruire mes rêves et mes sentiments. »

Education

A la suite des bombardements des écoles et du blocus qui interdit l’importation de matériaux de construction, les enfants ont fréquemment classe dans des écoles bombardées pleines de gravats. Cependant, ce qui est frappant, ce n’est pas seulement que les enfants continuent de vouloir aller à l’école, dans une situation où beaucoup d’adultes abandonneraient tout espoir et refuseraient de sortir du lit le matin, mais qu’ils soient si nombreux à le faire, avec tant de vigueur et de fierté. Les uniformes qu’ils portent sont plus soignés que beaucoup ne le sont dans n’importe quelle école primaire londonienne et ils récitent leurs leçons avec énergie et passion.

Il y a toutefois deux éléments inhabituels sur lesquels les écoles de Gaza semblent se concentrer. Le premier est que de nombreux cours comprennent des sessions de conseils destinées à aider les enfants à accepter leurs pertes et ainsi, au lieu de peindre des arcs en ciel ou des robots, leurs dessins recréent les scènes de l’assassinat israélien de leurs proches. Ils dessinent des jets de combats F16, des bombes décorées du drapeau israélien et des chars israéliens bombardant les maisons dans lesquelles ils ont grandi.

Le second est que les cours qui ont pour thème les droits de l’homme enseignent aux enfants, après avoir été attaqués et victimes d’Israël, à s’élever au-dessus de ce traumatisme et à ne pas assimiler les actions d’Israël avec les enfants israéliens qui ne sont pas, eux non plus, en mesure de contrôler la situation autour d’eux.

Pourquoi ?

Un thème central qui se répète tout au long du documentaire est la question constante des enfants, pourquoi ? « Pourquoi attaquent-ils Gaza ? ». Un jeune garçon demande, « Qu’est-ce que nous leur avons fait ? Les avons-nous blessés ? Les avons-nous tués ? ». Tandis que Mahmood mime le meurtre de son père devant la porte d’entrée de sa maison, il montre la trace de sang séché sur le sol qui tâche toujours l’endroit où son père gisait, 15 mois après que les Israéliens l’aient assassiné et dit « Mon père était fermier, il n’a lancé ni roquettes ni bombes. Qu’a-t-il fait pour mériter ça ? Et mon frère Ahmad, un enfant de quatre ans ? »

Le jeune Mahmood est assis sur les décombres de sa maison et dit « Cette maison était un objet, elle n’avait rien fait. Elle ne transportait pas de Kalachnikov, ni rien d’autre. Alors pourquoi l’ont-ils détruite comme ça ? » « Ils n’ont pas laissé une pierre debout, ni une personne, ni un arbre. Ils n’ont rien laissé. Tout ce qui reste, c’est le sable. S’ils avaient pu, ils l’auraient emporté aussi. »

Omsyatte s’interroge de même sur le meurtre de son frère, « Je me demande, pourquoi ont-ils fait ça ? Pourquoi lui ont-ils tiré dessus ? Qu’avait-il fait ? Il ne portait pas d’arme. Pourquoi lui ont-ils tiré dessus ? C’était un enfant innocent de neuf ans. »

Amal, neuf ans, les yeux baissés, nous dit qu’elle a vu son père et son frère assassinés sous ses yeux. « Ils m’ont privée de mon père et de mon frère, et ils m’ont blessée, pourquoi ? »

Qu’Israël réponde à ces enfants. Nous ne pouvons pas leur dire pourquoi ces horribles choses leur sont arrivées parce qu’il n’y a aucune justification au monde. Cependant, le gouvernement israélien a déclaré que l’Opération Plomb Fondu avait été un grand « succès », alors qu’il réponde aux enfants. Notre boulot, c’est de faire que ça arrive. Israël doit être tenu pour responsable de ce qu’il a fait et qu’il fait toujours à ces enfants innocents. Le droit international doit être mis en marche pour qu’on puisse, un jour, faire rendre compte à Israël, et lui demander, pourquoi ?

(1) Channel 4 (Channel Four, en français Chaîne 4) est une chaîne de télévision britannique du service public. (NdT)

« Children of Gaza » : la réalisatrice Jezza Neumann parle du tournage du documentaire
Channel4.com

Tandis que mon dernier séjour touchait à sa fin, ce fut dur de dire au-revoir aux enfants qui nous avaient ouvert leurs cœurs et leurs pensées, à moi et mon assistant producteur, Khalid.

Pendant que j’attendais à Erez mon visa de sortie, j’ai pu réfléchir sur le temps que j’avais passé à Gaza. J’y étais arrivée peu après la guerre, pour trouver une population en état de choc. J’ai passé la première semaine à rencontrer des ONG et des familles, à écouter histoire après histoire, tragédie après tragédie, avec une étrange lueur d’espoir.

Ce fut pendant cette période que Khalid et moi avons rencontré les quatre enfants présentés dans notre documentaire. Pendant mon séjour à Gaza, toutes les familles nous ont ouvert leurs maisons, m’offrant une connaissance particulière de la vie dans la Bande de Gaza. J’ai été invité à manger avec les familles et j’ai passé du temps avec elles les vendredis, créant un lien entre elles et nous. Je suis aussi allée à la Mosquée avec Mahmoud et j’ai passé du temps dans les écoles de tous les enfants.

J’étais là pour témoigner des moments tristes de leurs vies – la première visite d’Omsyatte à la tombe de son frère, Amal et Mahmoud errant dans leur maison détruite à la recherche de petits morceaux de souvenirs heureux, et l’angoisse d’Ibraheem lorsque le bateau de son père a été détruit. Mais j’étais aussi là pour témoigner de quelques moments de bonheur – Omsyatte participant à une tentative de record du monde de cerf-volant, Ibrahim le jour où le bateau a pu reprendre la mer, et Amal et Mahmoud lorsqu’ils sont allés à un camp d’été des Nations Unies.

Les enfants ont commencé à aller de l’avant du mieux qu’ils ont pu et essaient de laisser derrière eux les souvenirs de la guerre, mais leur vie quotidienne est emplie de rappels constants. La plus grande partie de Gaza gît toujours sous un tas de sable et de gravats. Les pluies d’hiver ont provoqué des fuites et des inondations chez Omsyatte et Amal et le blocus signifie que beaucoup de produits sont difficiles à se procurer. Il y a une pénurie de gaz de cuisine constante. Les coupures d’électricité sont quotidiennes et il est très difficile d’étudier le soir.

Pour Ibraheem et sa famille, la marine demeure une menace permanente. Une fois, alors que nous filmions dans un petit bateau, la marine israélienne s’est approchée et la crainte était visible sur le visage de notre marin tandis que nous faisions route aussi vite que possible vers la plage.

Avant de quitter Gaza, j’ai organisé un barbecue près de la tente d’Omsyatte pour tous les enfants. Nous y avons emmené toutes les familles et nous avons passé une journée formidable, à jouer au football et à manger des shawarma. C’était la première fois que j’avais tous les participants d’un film en même temps et ce fut une expérience magnifique, que je chérirai toujours.

A Erez, j’ai eu mon accréditation de sécurité en un quart d’heure et je suis partie. J’ai de la chance, je vais où je veux quand je veux. Khalid et les enfants, cependant, sont coincés à Gaza, avec peu d’espoir d’expérimenter une liberté de vie que je considère si souvent comme acquise.

Comment aider
Pour faire un don pour les enfants de ce film, et pour toute information sur la manière de les aider, eux et les autres, visiter le site en ligne : Children of Gaza fund.

En France, Comité de Bienfaisance et de Secours aux Palestiniens.





Source : Middle East Monitor

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Crimes de guerre

Même date

21 mars 2010