Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 5471 fois

Cisjordanie occupée -

"Je vais faire de tous les jeunes du camp des handicapés" - Les forces israéliennes ciblent les jeunes palestiniens en Cisjordanie

Par

23.08.2016 - Le ciblage systématique de Palestiniens, en particulier jeunes, par les forces militaires israéliennes à travers le territoire palestinien occupé (tpo) s'est intensifié depuis le début de 2016. Cette offensive a pris la forme de blessures et d'exécutions arbitraires avec l'usage de balles réelles par l'armée israélienne dans le contexte de campagnes d'arrestations, de raids militaires et de fouilles aléatoires qui déclenchent habituellement des affrontements. L'enquête préliminaire conduite par le Centre de ressources BADIL pour la résidence et les droits des réfugiés (BADIL) montre que ces actions représentent une politique israélienne qui constitue une violation grave du droit international et pourrait constituer un crime international.

'Je vais faire de tous les jeunes du camp des handicapés' - Les forces israéliennes ciblent les jeunes palestiniens en Cisjordanie

Des jeunes du camp d'Al-Fawwar, après avoir été soignés pour des blessures aux membres inférieurs après l'attaque israélienne du 16 août 2016
Bien que ces actions requièrent une investigation internationale, en particulier par la Cour pénale internationale, l'Autorité nationale palestinienne doit aussi prendre des mesures de protection, d'autant que la plupart des violations ont été commises dans ce que l'on appelle la Zone A.

BADIL a ouvert l'enquête en cours sur les événements et les actions menées par les forces israéliennes en Cisjordanie , en particulier dans les camps de réfugiés palestiniens qui ont été particulièrement ciblés tout au long des mois de juillet et août 2016. L'examen préliminaire des actions à Dheisheh (Bethléem) et al-Fawwar (Hébron) démontre l'usage excessif de la force par les forces israéliennes contre les jeunes palestiniens, et les habitants des camps de réfugiés plus généralement. En outre, et de façon plus significative, ces actions ne sont pas fondées en droit international, compte tenu des circonstances dans lesquelles la force est utilisée et le type d'armes et de munitions qui sont maniées.

Le camp de réfugiés de Dheisheh a été attaqué à trois reprises par les forces israéliennes entre la fin juillet et la mi-août. Au cours de ces 3 incursions, 18 jeunes entre 14 et 17 ans ont été blessés aux jambes par balles, pour 8 d'entre eux tirées directement dans le genou et pour plusieurs autres dans les deux jambes. 4 autres jeunes de secteurs autour de Dheisheh ont également été blessés aux jambes pendant ces incursions. Le 22 août, les forces israéliennes ont attaqué la cité de Doha, à côté de Dheisheh, et ont tiré au moins sur un jeune près du camp. Depuis le début de 2016, 30 personnes ont été blessés par des balles réelles dans le camp de Dheisheh, la majorité aux jambes et aux genoux. Des sources médicales ont rapporté que ces blessures provoquent des incapacités permanentes et temporaires. En outre, au moins 83 personnes ont été blessées par balles réelles dans la région de Bethléem au cours de cette période.

Dans le cas du camp de Dheisheh, les blessures injustifiées ont été accompagnées de menaces de la part du commandant israélien responsable de cette région, connu sous le nom de "Capitaine Nidal". Il a proféré des menaces aux jeunes de Dheisheh avant, pendant et après les raids, et au cours des interrogatoires et des arrestations. Il a exprimé son intention de blesser les jeunes du camp, dont : "Je vais faire de tous les jeunes du camp des handicapés" (*), "Je vais vous faire tous marcher avec des béquilles et en fauteuil roulant", "Je vais faire de la moitié d'entre vous des handicapés, et l'autre moitié poussera les fauteuils roulants", "Je vais faire de vous des assistés qui attendront en file devant le guichet automatique vos allocations d'handicapés". (1) L'un des jeunes blessés a dit à BADIL que le Capitaine Nidal lui a dit de dire à ses amis que "Nidal fera de vous tous des handicapés".

Ces menaces indiquent que ces actions ne sont pas des incidents accidentels ou isolés, mais plutôt le résultat d'une politique militaire israélienne systématique visant à réprimer la résistance, à terroriser les jeunes palestiniens et à les blesser de façon permanente et/ou causer des dégâts importants à leur bien-être physique et mental. Les menaces explicites d'un chef de l'armée israélienne montrent la volonté de commettre des actes criminels et soulèvent d'importantes préoccupations sur l'adhésion des forces israéliennes aux principes du droit international.

Le camp de réfugiés d'Al-Fawwar, situé au sud d'Hébron, a été attaqué par les forces israéliennes à l'aube du 16 août 2016. Pendant l'invasion, qui a duré environ 24 heures, un Palestinien de 17 ans a été abattu et 45 ont été blessés. Les forces israéliennes ont également saccagé les maisons et placé des tireurs d'élite sur les toits, dans tout le camp. En réponse à cette incursion, des affrontements avec les résidents et les jeunes du camp ont éclaté. L'armée israélienne a répondu avec des tirs de balles réelles, de gaz lacrymogènes et de balles caoutchouc-acier. En outre, les soldats ont empêché les médecins de traiter les blessés et une ambulance palestinienne d'évacuer un jeune homme grièvement blessé. (2) Certains des blessés ont signalé que l'armée israélienne a utilisé des balles explosives, qui sont illégales selon le droit international. (3)

Photo


Le recours accru à une force excessive contre les Palestiniens par Israël est alarmant et illégal au regard du droit international. Les forces militaires israéliennes, en tant que "responsables de l'application des lois", ne doivent utiliser des armes à feu qu'en dernier recours, en cas de menace imminente de mort ou de blessure grave, ou de légitime défense, et l'usage de la force doit être strictement nécessaire et proportionné. De plus, les armes à feu ne doivent être utilisées que lorsque d'autres mesures se sont révélées insuffisantes. (4) Dans ce cas, l'utilisation de la force meurtrière contre les Palestiniens ne relève pas de motifs légitimes pour l'utilisation d'armes à feu et est donc illégale. Les attaques susmentionnées sont également interdites par le droit international humanitaire, qui stipule que "les atteintes violentes à la vie et à la personne, en particulier les assassinats de toutes sortes, les mutilations, les traitements cruels et la torture" sont interdites, et sont également une violation grave de la Quatrième Convention de Genève compte tenu du statut "protégé" des Palestiniens qui ont été ciblés. L'Article 32 de la Quatrième Convention de Genève dit explicitement que l' "interdiction vise non seulement le meurtre, la torture, les peines corporelles, les mutilations et les expériences médicales ou scientifiques non nécessitées par le traitement médical d'une personne protégée, mais également toutes autres brutalités, qu'elles soient le fait d'agents civils ou d'agents militaires." (5)

Ces cas de blessures intentionnelles, lorsqu'ils sont ajoutés à des actions comparables se produisant dans des camps de réfugiés comme Aida, Al-Arroub, Kalandia, Am'ari et en Cisjordanie en général, prouvent que ces incidents constituent une politique systématique et une mise en œuvre des menaces du Capitaine Nidal. Ces infractions délibérées et graves du droit international déclenchent les obligations des Etats tiers et autres organismes mandatés pour mettre fin à ce climat d'impunité dans lequel opèrent l'armée israélienne et ses responsables.



[1] Informations recueillies à partir d'entretiens avec des jeunes du camp de réfugiés de Dheisheh.
[2] Maan News Agency, "Les forces israéliennes se retirent d'Al-Fawwar dévasté, laissant un adolescent palestinien tué, 45 blessés, 17 août 2016.
[3] CICR. "Les balles explosives - Règle 78. Il est interdit d’employer à des fins antipersonnel des balles qui explosent à l’intérieur du corps humain." [CAI/CANI]
[4] Principes de base des Nations Unies sur l'utilisation de la forme et des armes à feu par les responsables de l'application du droit adopté par le 8ème congrès des Nations Unies sur la prévention du crime et le traitement des délinquants (1990), disposition générale n° 9.
[5] Convention (IV) de Genève relative à la protection des personnes civiles en temps de guerre, 12 août 1949. Interdiction de la torture et des services corporels.


(*) Le "Capitaine Nidal" n'a rien inventé, il suit les pas d'un illustre prédécesseur sioniste, idole de l'occident et Prix Nobel de la Paix, Yitzhak Rabin, qui avait déclaré à la Knesset au 3ème jour de la Première Intifada : « Nous imposerons la loi et l'ordre dans les territoires occupés, même si cela doit se faire dans la douleur. S'il le faut, brisez-leur les bras et les jambes. » (vidéo) (Note ISM-France)


Voir d'autres photos de l'attaque d'Al-Fawwar par l'armée d'occupation ici



Source : BADIL

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.

Faire un don

Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Cisjordanie occupée

Même sujet

Enfants

Même auteur

BADIL