Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2619 fois

Israël -

’Le dernier espoir du sionisme’ : La Liste commune ne peut pas réformer le colonialisme israélien

Par

Lana Tatour est titulaire de la bourse postdoctorale Ibrahim Abu-Lughod au Centre d'études palestiniennes de l'Université de Columbia.

10 mars 2020 – Israël vient de tenir son troisième tour des élections législatives en un an. Alors qu'aucun des deux leaders - le Likoud de Benjamin Netanyahu ou le Bleu et Blanc de Benny Gantz - n'a obtenu la majorité, la Liste commune, une alliance de quatre partis palestiniens en Israël, a remporté une nette victoire.

’Le dernier espoir du sionisme’ : La Liste commune ne peut pas réformer le colonialisme israélien

Le leader de la Liste commune Ayman Odeh s'exprime à Shefa-Amr le 2 mars (AFP)
Non seulement la Liste commune a conservé sa place de troisième plus important parti de la Knesset (après le Likoud et Bleu et Blanc), mais elle a augmenté son nombre de représentants de 13 à 15 sièges, gagnantainsi des dizaines de milliers de nouveaux partisans. Le nombre de sièges, et le fait que quatre palestiniennes deviendront membres du parlement, est une avancée sans précédent.

Lundi, selon les informations, Benny Gantz a commencé à courtiser la liste commune palestinienne pour tenter de former un gouvernement après avoir conclu un accord avec le faiseur de rois israélien Avigdor Lieberman.

Succès de la liste commune

Les Palestiniens ont participé au scrutin en bien plus grand nombre que lors des élections précédentes. L'un des facteurs déterminants a été le plan israélo-palestinien du président américain Donald Trump, qui comprend une proposition de transfert de villages de la région du Triangle vers l'État palestinien, privant ainsi quelque 250.000 Palestiniens de leur citoyenneté israélienne.

Un autre élément a été le succès retentissant de la campagne de la Liste commune, qui reposait sur deux piliers principaux : l'un était le sentiment anti-Bibi : contre les tactiques d'intimidation de Netanyahu et son avertissement raciste de 2015 selon lequel les électeurs arabes " se rendaient en masse dans les bureaux de vote", la Liste commune a exhorté les Palestiniens à faire exactement cela en signe de protestation contre l'incitation et la délégitimation des citoyens palestiniens et de leurs dirigeants par Netanyahu.

Le deuxième pilier était d'établir la Liste commune comme le camp démocratique d'Israël et le seul véritable bloc de gauche, dans le cadre d'un programme plus large de renforcement des alliances judéo-arabes. En conséquence, la Liste commune a accru son pouvoir auprès des électeurs juifs consternés par l'alliance entre Meretz, le Parti travailliste et Gesher.

Ces derniers mois, l'impasse politique en Israël a attiré l'attention sur la Liste commune et son pouvoir apparemment croissant dans le paysage politique israélien. Le magazine Time a qualifié le leader de la Liste commune, Ayman Odeh, qui aspire à devenir le Martin Luther King palestinien, de "possible faiseur de rois" et l'a inclus dans sa liste des 100 étoiles montantes. De même, le New York Times a déclaré : "Le sort de Netanyahou peut dépendre des électeurs arabes israéliens".

Dernier espoir pour les sionistes libéraux

Les Palestiniens en Israël sont devenus le dernier espoir des sionistes libéraux, qui ont compris que le remplacement de Netanyahou était impossible sans la Liste commune. Les citoyens palestiniens ont été salués comme les sauveurs potentiels de l'Israël libéral. La Liste commune a accepté ce rôle sans réserve, comme l'a déclaré Odeh : "Nous allons décider qui sera le prochain Premier ministre d'Israël." Il a appelé Gantz "à être courageux, tout comme le fut Yitzhak Rabin en 1993".

Pourtant, le jeu politique israélien reste un espace exclusivement juif, où les Palestiniens et leurs représentants ne sont pas perçus comme des acteurs légitimes. Le 4 mars, Netanyahu a déclaré qu'il avait gagné les élections parce que " les Arabes ne font pas partie de l'équation", une déclaration qui a une forte emprise sur la grande majorité du spectre politique sioniste.

Lors du dernier tour des élections, lorsque la Liste commune (avec la réserve de Balad) s'est empressée d'approuver le choix de Gantz - le général qui était fier de ramener certaines parties de Gaza à "l'âge de pierre" - comme premier ministre, Gantz a repoussé ce geste. Lors de ce dernier tour, Gantz a déclaré qu'il ne formerait un gouvernement qu'avec une majorité juive.

L'augmentation du pouvoir électoral des Palestiniens en Israël ne doit pas être confondue avec une augmentation de leur pouvoir politique. Qu'ils aient 13 ou 15 sièges, le pouvoir de la Liste commune sera toujours limité dans le paysage exclusivement juif.

L'obstacle à l'obtention du pouvoir ou à l'influence sur la politique n'est pas le nombre de sièges ou le savoir-faire politique ; l'obstacle est structurel, il est ancré dans les fondations de l'État israélien lui-même. Israël est un État colonial raciste et colonisateur, et son architecture et son infrastructure juridique sont fondées sur le maintien d'une distinction et d'une hiérarchie raciales entre les Juifs et les Palestiniens.

Effacement et nettoyage ethnique

C’est clairement démontré par la loi sur l'État-nation d'Israël, qui stipule que le droit à l'autodétermination est un droit exclusif du peuple juif, ainsi que par plus de 60 autres lois qui discriminent les Palestiniens en Palestine historique. En tant qu'État construit sur l'effacement et le nettoyage ethnique des Palestiniens, Israël est intrinsèquement structuré pour refuser à ses citoyens palestiniens toute influence.

Et pourtant, la Liste commune aspire à faire partie intégrante du paysage politique israélien. Son programme est de démocratiser Israël, en présentant une alternative démocratique de gauche.

Mais ce programme est basé sur une dangereuse normalisation d'Israël, en le considérant comme une entité qui peut être réformée et transformée. En outre, la Liste commune nous dit que les citoyens palestiniens d'Israël devraient diriger ce processus.

Une question que les dirigeants palestiniens n'ont pas réussi à aborder de manière adéquate jusqu'à présent est celle de la légitimité de l'État israélien. En tant que citoyens, nous avons une relation complexe avec l'État ; nous devons nous engager avec lui et nous faisons partie de son paysage politique, que cela nous plaise ou non.

Cela dit, notre position de citoyens ne doit pas être utilisée pour écarter des questions importantes sur la façon dont nous voyons notre relation avec l'État. Sommes-nous simplement des citoyens discriminés, qui peuvent se battre pour la justice et l'égalité depuis l'intérieur du système, ou sommes-nous des sujets colonisés dans un système qui nous rejettera toujours ?

Est-ce que Netanyahou et son racisme sont le problème, ou juste le symptôme d'Israël en tant qu'État raciste et colonisateur ?

Nous devons nous demander si nous voulons - et qu'est-ce que cela signifie - assumer le rôle de faiseurs de rois. Voulons-nous être ceux qui décident qui sera le prochain dirigeant israélien à bombarder Gaza et à poursuivre l'occupation et la colonisation de la Palestine ?

Ce n'est ni une préoccupation marginale, ni une question de pragmatisme ; c'est une question fondamentale et principale.

Repenser les idées fausses

Ce n'est pas nécessairement un appel au boycott des élections israéliennes, mais plutôt un appel à repenser les idées fausses que nous avons et dont nous sommes nourris - également par nos représentants - sur la possibilité d'engendrer un changement de l'intérieur du système.

Il est temps de renoncer à l'illusion de l'inclusion, de penser en dehors des paramètres de l'État israélien et de la citoyenneté israélienne, et de se mobiliser autour d'un projet radical de décolonisation. Ce projet devrait être un projet palestinien, et non israélien.

Comme l'a dit l'écrivain Audre Lorde : "Les outils du maître ne démantèleront jamais la maison du maître". Quelquefois, nous devons utiliser les outils du maître, mais nous ne devons pas miser notre lutte sur eux.

Depuis plus de 70 ans, nous essayons de nous intégrer dans la maison du maître. Nous avons échoué. Nous devons passer d'un projet qui s'efforce de faire d'Israël une entité meilleure et plus équitable à un projet qui se concentre sur le démantèlement total de l'État colonial de peuplement.



Source : Middle East Monitor

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même sujet

Elections

Même auteur

Lana Tatour