Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1490 fois

Suisse -

" Si Israël fixe ses frontières de manière unilatérale,
ce sera un acte illégal. "

Par

Interview avec Jean-Jacques Joris parue dans Der Bund, samedi 8 avril 2006. Jean-Jacques Joris, né en 1962, a grandi à Genève et y a étudié le Droit et les Sciences politiques. En 1992, il a rejoint le service diplomatique. Il a entre autre été Conseiller d’ambassade au Chili, membre de la Task-Force pour les biens en déshérence et conseiller diplomatique de Carla Del Ponte à La Haye. En 2003, il a été nommé à la direction du Bureau de représentation suisse auprès de l’Autorité palestinienne. Cet automne, il commencera des études de psychologie à Boulder, USA. Jean-Jacques Joris est marié et père d’un enfant. En ce moment, il habite à Nyon.

" Il ne s’agit pas de sympathie.
Je veux savoir à quelles concessions Israël est prêt – après tout, les Palestiniens sont prêts à se contenter à ne bâtir un État que sur 22% de la terre de leurs ancêtres.
Si Israël ne veut rendre que la Bande de Gaza et la partie de la Cisjordanie qu’il ne revendique pas, il n’y aura pas de paix. "
Pendant trois ans, Jean-Jacques Joris a été le représentant de la Suisse auprès des Palestiniens.

Selon le diplomate, sur qui on a également tiré, la Bande de Gaza est proche de l’explosion.
L’Occident doit dialoguer avec le Hamas, dit-il et il reproche à Israël de s’accommoder à " vivre dans un état de guerre avec son voisin pour des décennies. "

"Bund" : Vous quittez le service diplomatique après trois années passées dans les territoires palestiniens. Est-ce que votre décision est liée directement aux expériences vécues à Ramallah ?

Jean-Jacques Joris : Non, j’ai terminé la mission à Ramallah et je quitte le service diplomatique, parce que j’ai vu ce que je voulais voir.


Vous avez vu ce que vous vouliez voir. Est-ce que cela signifie qu’un poste d’Ambassadeur n’a jamais été votre objectif ?

Non. Pendant trois ans, j’ai été Ambassadeur de facto.
Le titre ne compte pas pour moi et je trouve infiniment plus intéressant d’être représentant à Ramallah, que d’être Ambassadeur à Buenos Aires ou à Paris.
Un représentant à Ramallah a beaucoup plus de marge de manœuvre et de libertés.


Vous seriez restés à Ramallah si vous aviez pu ?

Non. C’est un poste si intensif qu’après trois ans, on est fatigué et on a de la peine à formuler de nouvelles idées.


Est-ce que vivre à Ramallah est dangereux ?

Disons que c’est inhabituel. Je crois que la vie de mes collègues en Afrique du Sud, au Kenia ou au Nigeria est plus dangereuse, à cause de l’immense criminalité qui s’y déploie. À Ramallah, il s’agit d’une autre sorte de danger. On est constamment entouré d’hommes armés, partout il y a des postes de contrôle.


Et on vous a tiré dessus.

Une fois, deux tirs.


Est-ce que l’on sait pourquoi à présent ?

Non. Les Israéliens ont prétendu qu’ils avaient mené une enquête. Ils ont assuré, qu’il s’agissait de tirs involontaires dans une zone de combat – ce qui est faux.
Ils ont également dit que la voiture était entourée d’hommes armés qui me menaçaient. C’est également faux.
Les Israéliens ont déclaré que les responsables ont été punis, ce qui selon toute vraisemblance est aussi faux.


Serait-il possible, qu’un soldat israélien ait simplement perdu les nerfs ?

Je n’y crois pas, parce que j’étais depuis 45 minutes au même endroit et que les soldats savaient que j’étais un diplomate.


Est-ce que vous avez pu trouver une explication pour ces tirs ?

Juste une hypothèse que je veux garder pour moi. Je remarque cependant, qu’à chaque fois que la situation dans la Bande de Gaza empire, les diplomates ont de très grandes difficultés à s’y rendre.
Il y a une semaine, une délégation de diplomates européens voulait aller dans la Bande de Gaza pour se faire une idée précise de la situation humanitaire très préoccupante.
Les diplomates ont été retenus pendant trois heures au poste frontière d’Erez, avant de pouvoir quitter Israël.


Est-ce que l’on peut dire que les Israéliens ne font pas confiance aux diplomates accrédités à Ramallah ?

Normalement pas, en ce qui concerne les personnes. Seulement, lorsqu’il y a une situation spéciale à Gaza.


Et maintenant, il y a une telle situation ?

Oui, le manque de ravitaillement de la Bande de Gaza est dramatique. Les Israéliens réduisent le nombre de marchandises qui y arrivent.
Ils ont augmenté la pression, pour – selon certains observateurs – affaiblir la position du Hamas. La situation est explosive.


Alors les Israéliens ne veulent, pas que les diplomates voient cela....

Oui.


Que fait un diplomate suisse à Ramallah?

D’abord, il assure les relations avec les autorités palestiniennes. Pour cela, on a besoin d’un réseau de contacts.
En plus, il faut informer régulièrement la centrale sur la situation sur le terrain.
Ce n’est pas simple, car le conflit au Proche-Orient est très médiatisé. On doit donc essayer de trouver des sources différentes que celles utilisées par les médias.


Vous aviez des contacts avec le Hamas ?

Oui, quelques-uns. Quand ils ont gagné les élections, j’ai été le premier diplomate occidental à prendre contact avec les représentants politiques. Mais il y avait déjà des contacts avant.
La Suisse n’a pas mis le Hamas sur une liste de terroristes.

Quand il semblait sûr qu’ils pourraient gagner les élections, il n’était que logique pour une diplomate qui voulait comprendre la situation, d’établir le contact avec des forces modérées du Hamas.


Quel était le contenu de ces contacts ?

L’objectif était de savoir, ce qu’au fond veut le Hamas, un mouvement qui parle avec de nombreuses voix différentes.
Deuxièmement, on a voulu transmettre le message du droit international, entre autres, l’importance primordiale de la nécessité de différencier entre les civils et les militaires.

Il ne faut pas oublier que de nombreux dirigeants du Hamas ont vécu pendant des années dans la clandestinité et qu’ils n’avaient que des contacts avec d’autres islamistes. Les gens du Hamas veulent et doivent entrer en contact avec le monde extérieur.


Les États occidentaux persistent à réclamer que le Hamas reconnaisse Israël. Comment réagit le Hamas à cette position ?

Leur position est la suivante : il est étrange que le monde nous demande de reconnaître IsraëlIsraël qui est reconnu par le monde entier, mais qui lui-même n’a jamais reconnu le droit des Palestiniens à un propre État.
Comment voulez-vous, demandent les Palestiniens, que nous reconnaissions Israël, qui n’a même pas fixé ses propres frontières et va peut-être les définir de telle sorte qu’il nous sera impossible de bâtir un État ?


Cela signifie que le Hamas ne reconnaîtra pas Israël ?

Pour la plupart des dirigeants modérés du Hamas, la reconnaissance marquerait la fin d’un processus, au cours duquel ils auront été reconnus également et auront obtenu un État avec Jérusalem-Est en tant que capitale.

Il est illusoire de penser, qu’il y aura la paix sans Jérusalem. Jérusalem-Est est absolument nécessaire à l’existence d’un État palestinien, pour des raisons sociales, économiques, culturelles, religieuses et symboliques.


Mais les Israéliens disent : Jérusalem ne sera plus jamais partagée.

Alors la question se pose, de savoir ce que l’on veut : est-ce que l’on veut seulement une fin des hostilités pour quelques années ou est-ce que l’on veut une paix durable, qui permette à Israël – et à l’Occident – de normaliser ses relations avec le monde islamique ?
Ou est-ce qu’on veut seulement ce que de nombreux Israéliens estiment être la paix, le statut quo sans résistance palestinienne ?


Si on considère cette position et la position des Israéliens, c’est très évident : le conflit du Proche-Orient est à des kilomètres d’être réglé.

Il semble, oui. Je crois, que le gouvernement israélien est prêt à un partage de Jérusalem, mais un partage insuffisant, comme si par exemple, en partageant Berne, on ne cédait que Bümpliz et Bethlehem.
Ce qui compte, c’est le centre, la vieille ville.
À mon avis, Israël vise à vivre encore pendant des décennies dans une situation de guerre avec ses voisins. La communauté internationale pourrait jouer un rôle.


Mais sans les Etats-Unis, rien n’est possible..

Je n’en suis pas si sûr. Israël est dépendant des Etats-Unis, mais Israël n’est pas un monolithe, beaucoup d’Israéliens sont fatigués de la guerre et ne veulent plus payer le prix de l’absence de paix.
Ils se demandent, si Jérusalem-Est vaut vraiment qu’on paie le prix d’un état de guerre permanent.


D’après vos propos, on peut conclure que vous conseillez aux États occidentaux d’initier des relations avec le Hamas.

La Suisse a une très bonne position. Nous estimons que le Hamas va perpétuer l’Autorité palestinienne dans le même style. Cela signifie, qu’il va renoncer à la violence contre Israël et respecter les accords d’Oslo, ainsi que les droits humains. Naturellement, on ne saurait conseiller d’entretenir des contacts avec un gouvernement palestinien qui soutiendrait le terrorisme.


La question est : doit-on également réclamer la reconnaissance d’Israël ?

On ne doit pas demander que le Hamas déclare des principes qu’il ne peut pas soutenir dans la situation actuelle, que ce soit la reconnaissance d’Israël ou le renoncement à la lutte armée. On n’a jamais demandé au Fatah de renoncer à la lutte armée.
La position du Fatah était la suivante : l’option de la négociation a la prioritié, mais l’option de la lutte armée n’est pas abandonnée.


Il semble pourtant qu’Israël ne veut plus de négociations, mais qu’il veut fixer ses frontières unilatéralement.

Israël est un pays de sept millions d’habitants. Ce conflit péjore les relations internationales depuis des décennies. Il faut se demander, si l’on veut se laisser dicter l’agenda international par un si petit État. Si Israël fixe ses frontières de manière unilatérale, ce sera un acte illégal.


Encore une fois : si les États-Unis disent, cela n’est pas possible, alors ce n’est pas possible.

Si les Européens agissent, cela ne sera pas sans effets. Des sanctions, aussi insignifiantes soient-elles, provoqueraient des réactions importantes.


Un problème pour les Européens est l’anarchie dans les territoires palestiniens. Les salaires sont obtenus à la force du fusil.

Il y a de l’anarchie jusqu’à un certain degré. Mais dans ces territoires règne une situation intenable : les casernes, l’infrastructure des organes de sécurité ont été détruites par Israël en Cisjordanie .
À chaque fois que les autorités palestiniennes ont tenté de reprendre le contrôle, les Israéliens leurs ont refusé le soutien. Je ne dis pas cela pour excuser les Palestiniens…


Mais c’est ainsi qu’on le perçoit. Est-ce que les Israéliens sont également coupables de la quasi-anarchie dans les territoires palestiniens ?

La Cisjordanie est d’une taille environ comparable au canton de Berne.
À part à peu près six mois entre mai et novembre passé, il y avait là près de 600 check-points qui ont touché le trafic de personnes et de marchandises.
L’accès à la Bande de Gaza est également très difficile. Bien sûr, Arafat porte une part de responsabilité, tout était concentré sur lui en tant que Président.


En tant que donateur, un autre problème interne préoccupe l’Occident : la corruption qui semble immesurable.

Il y a de la corruption, mais les territoires palestiniens sont presque le seul endroit dans le monde arabe, où il y a des enquêtes sur la corruption.
Le problème principal est le paiement de salaires pour 150 000 personnes qui sont engagées par l’Autorité palestinienne. Pas toutes ces 150 000 personnes ne fournissent les prestations que l’on pourrait attendre pour leur salaire.
Mais peut-on parler de corruption dans un système sans sécurité sociale et où il y a un taux de chômage de 50 % ? Les salaires apportent le minimum vital de milliers de foyers.


Quand on vous écoute parler de ce conflit, il est évident que vous êtes du côté des Palestiniens.

Non. Je dis juste ce que disent de nombreuses organisations israéliennes, des journalistes et des écrivains.


Mais d’après vous, Israël doit faire plus de concessions que les Palestiniens.
À présent, vous allez aux Etats-Unis pour étudier la psychologie. Pourquoi ?


Ce n’est pas une coupure. Après mon temps en Palestine, j’ai envie de me concentrer sur le niveau de l’individu. J’ai toujours été intéressé par la psychologie et n’ai jamais voulu être marié avec le service diplomatique.


Qu’est-ce qui va vous manquer de votre séjour à Ramallah ?

La chaleur humaine, le rôle de témoin. La possibilité d’informer librement le DFAE sur ce que j’ai vu était quelque chose de précieux.


Qu’est-ce qui ne va pas vous manquer ?

L’arrogance et l’ignorance de certains soldats israéliens. Le deux poids-deux mesure avec lequel juge la Communauté internationale. Et la vision de la souffrance humaine quotidienne.

Source : http://www.urgencepalestine.ch

Traduction : Collectif Urgence Palestine

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Suisse

Même sujet

Interviews

Même date

29 avril 2006