Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3129 fois

Qalqilia -

60 ans après la partition de la Palestine, les habitants sont coincés entre les checkpoints, le Mur et les colonies

Par

Traduit de l'Arabe vers l'anglais par Saed Bannoura pour l'IMEMC

Mercredi dernier, le 29 novembre, c'était le 59ème anniversaire de la résolution 181 de l'Assemblée générale des Nations Unies, le plan de partition de l'ONU pour diviser la Palestine en date du 29 novembre 1947.
Elle est considérée comme la première décision qui demandait le partage de la Palestine et la création de deux Etats Arabes et Juifs.

60 ans après la partition de la Palestine, les habitants sont coincés entre les checkpoints, le Mur et les colonies


Ci-dessus : carte de la dépossession


33 pays ont approuvé la décision, 13 ont voté contre et 10 pays se sont abstenus.

Maintenant, alors que 2006 se termine, les Palestiniens vivent entre des checkpoints, isolés derrière les murs de béton énormes et plus de 160 colonies où se sont installés plusieurs centaines de milliers de colons.

La ville de Qalqilia, au nord de la Cisjordanie , a subi et subit toujours la résolution de partition, puisqu'elle a perdu des terres pour Israël en 1947, elle a ensuite perdu d'autres terres en 1967 et elle perd maintenant ce qui restait pour la construction du Mur d'Annexion.


Monsieur Abdullah Amin J'eidy, est né à Qalqilia en 1920, il a vécu les différentes étapes par lesquelles les Palestiniens sont passés. Il avait 27 ans quand la résolution de partition a été votée, et maintenant il habite à Qalqilia qui est devenue totalement isolée par le Mur.

"Nous avions entendu parler de la résolution, mais nous ne l'avions jamais vue", déclare J'eidy, "et en 1948, nous avons ressenti la véritable perte de notre terre quand les Israéliens ont occupé la Palestine Historique."

"Ils ont volé ma terre, et ils m'ont même empêché de la revoir, j'ai toujours des papiers prouvant qu'elle m'appartient, mais ils s'en foutent", ajoute-t'il, "Maintenant, je suis ici, je ne partirai pas de ce qu'il me reste, je n'abandonnerai pas ma terre."

Il se souvient toujours de sa terre perdue, il se souvient toujours du premier Kibbutz qui s'est installé là, ses anciens voisins et chaque détail de ce qu'il a perdu.

La municipalité de Qalqilia a indiqué qu'après l'ordre de partition, 80% des champs ont été annexés à Israël, et que les 50.000 dunums de Qalqilia s'étaient transformés en seulement 10.000 dunums.

Le Dr. Ali Abdul-Hameed, ched du Centre d'Urbanisme Régional et Civil de l'université d'Al Najah à Naplouse, dit que l'ordre de partition était théorique et qu'il n'a été jamais mis en application.

"Maintenant, soixante ans après son approbation, les Palestiniens vivent dans des cantons isolés, séparés par des colonies et des checkpoints qui bloquent les entrées des villes et des villages." explique Abdul-Hameed,

"Le plan Sharon présenté au début des années 80 qui avait pour but de diviser la Cisjordanie en cinq sections, est maintenant mise en application avec 620 checkpoints disséminés sur l'ensemble de la Cisjordanie .".


Le Professeur Ibrahim Abu Jaber, chef du Centre d'Etudes à Um Al Fahim, dit que la résolution de partition donnait 70% de la terre aux Palestiniens et 30% aux juifs.

"Bien que je rejette la résolution, c'est encore mieux que ce qui se passe aujourd'hui, maintenant Israël expulse également les Bédouins du Negev, et les Arabes de plusieurs secteurs" ajoute Abu Jaber.

"Je suis un Bédouin du Negev, ma famille et moi ont été expulsés, et nous habitons à Kafer Qassim depuis qu'Israël a publié un ordre militaire annexant toutes les régions agricoles afin de les utiliser pour des besoins militaures."


"Après que la résolution de Partition ait été votée à l'ONU, je suis devenu un réfugié sur ma propre terre", ajoute-t'il.


Texte complet du Plan de Partition de la Palestine des Nations Unies

Source : http://www.imemc.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Qalqilia

Même sujet

ONU

Même auteur

Palestine News Networks

Même date

3 décembre 2006