Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2045 fois

Palestine -

A l'occasion de la journée mondiale de solidarité avec les victimes de la torture

Par

> aferwana@gawab.com

Entre l'arrestation et la détention, des milliers d'histoires. La torture a également ses histoires et ses moments douloureux.
A chaque souvenir, la souffrance s'intensifie, et nous ressentons le désir de vengeance, à cause de ce que nous avons subi et de ce que subissent encore nos prisonniers, cette torture systématique et mortelle, dès les premiers instants de l'arrestation.
Cette torture qui se poursuit et qui accompagne toute la période de la détention mais dont les conséquences demeurent même après la libération et la fin de la détention.

Bien que libérés depuis des années, nous sommes encore soumis à la torture et nous souffrons de ses conséquences, la prison est toujours en nous, nous vivons toujours en prison, la torture nous poursuit, nous élance, nous fait souffrir. Nous sommes toujours prisonniers...


Le 26 juin, les Nations-Unies et les organismes agissant en faveur des prisonniers et des droits de l'homme célèbrent la journée mondiale de solidarité avec les victimes de la torture. C'est le jour décrété par l'Assemblée générale des Nations-Unies en 1997 pour mettre fin à la torture, soutenir et réhabiliter ses victimes et activer la convention contre la torture.

L'organisation internationale a voté plusieurs traités internationaux interdisant la torture, le premier étant la déclaration mondiale pour les droits de l'homme en 1948, dont l'article 5 interdit la torture, puis la convention internationale des droits civiques et politiques de l'année 1966 dont l'article 7 interdit la torture, qui furent suivies par d'autres traités visant à interdire la torture, et le 10 décembre 1984, la convention contre la torture est adoptée, avant d'entrer en vigueur le 26 juin 1987.


Cette convention définit la torture comme étant "tout acte par lequel une douleur ou des souffrances aiguës, physiques ou mentales, sont intentionnellement infligées à une personne aux fins notamment d'obtenir d'elle ou d'une tierce personne des renseignements ou des aveux, de la punir d'un acte qu'elle ou une tierce personne a commis ou est soupçonnée d'avoir commis, de l'intimider ou de faire pression sur elle ou d'intimider ou de faire pression sur une tierce personne, ou pour tout autre motif fondé sur une forme de discrimination quelle qu'elle soit, lorsqu'une telle douleur ou de telles souffrances sont infligées par un agent de la fonction publique ou toute autre personne agissant à titre officiel ou à son instigation ou avec son consentement exprès ou tacite.
Ce terme ne s'étend pas à la douleur ou aux souffrances résultant uniquement de sanctions légitimes, inhérentes à ces sanctions ou occasionnées par elles. "


La torture dans les prisons israéliennes a commencé dès le début de l'occupation, elle a été largement pratiquée sur les prisonniers palestiniens et arabes.

Elle a été adoptée en tant que pratique systématique et institutionnelle, et a constitué une partie intégrante et indissociable du traitement des prisonniers. Des centaines de milliers des fils de notre peuple sont passés par des expériences terribles de torture.

Ils ont été soumis à différentes formes de torture, plus de 80, physiques et morales, et la plupart sont un mélange des deux.


Les formes de torture physique, comme le shabeh ou les coups, causent des douleurs vives et un effondrement général.
Quant à la torture morale, comme les insultes, les menaces de mort ou les atteintes à la famille, la détention en isolement, elle est cause de troubles psychologiques importants, et provoque la peur et l'effroi.

La torture vise à détruire l'être palestinien, à démolir l'être humain, physiquement, moralement et psychologiquement.
La torture vise à destructurer la personnalité du Palestinien, à modifier son comportement et sa réflexion, afin qu'il devienne un fardeau pour sa famille et sa société. Ces dures expériences ont laissé des traces profondes dont les répercussions risquent de durer pendant des générations encore.
Les conséquences négatives de la torture ne se limitent pas aux détenus, mais elles s'étendent pour toucher les familles et les enfants, les pères et les mères, les proches, mais aussi le cercle des amis et des voisins.


Israël est le seul Etat au monde qui a légalisé la torture - interdit et dénoncé mondialement, sous toutes ses formes, physiques et morales.
Il l'a intégrée dans ses institutions sécuritaires et judiciaires, lui assurant une couverture légale et juridique.
Les recommandations de la commission israélienne Landau publiées partiellement le 30 octobre 1987 orientent les services des renseignements vers les moyens de pression psychologique au cours des interrogatoires des détenus.
Ces recommandations furent adoptées par la Knesset israélienne le 8 novembre 1987.

Ce fut la première pierre pour une loi effective autorisant l'utilisation de la torture sur les prisonniers, ce qui a permis aux services de renseignements israéliens d'agir avec une couverture légale et sans crainte d'être poursuivis ou contrôlés, en exerçant toutes sortes d'actes répressifs contre les prisonniers.

Suite à des efforts entrepris par des associations humanitaires palestiniennes et quelques associations israéliennes et internationales, la Cour suprême israélienne a promulgué en septembre 1999 une décision interdisant l'utilisation de moyens corporels contre les prisonniers palestiniens, y compris le shabeh ou les secousses violentes, la privation de sommeil, l'attitude de la grenouille, considérant ces moyens illégaux.

Mais cette décision ne s'appuie pas sur l'interdiction absolue de la torture, mais plutôt sur l'absence de loi autorisant les services sécuritaires à utiliser les pressions corporelles contre les prisonniers. Malgré cela, la torture n'a pas cessé dans les prisons de l'occupation. Cette décision n'a pas été appliquée effectivement, l'utilisation de la torture n'a pas été limitée ou restreinte, malgré la clarté du texte international interdisant toutes sortes de traitements cruels, inhumains ou dégradants, qu'ils soient physiques ou moraux, et à tout moment.

La torture dans les prisons et centres de détention israéliens ne se limite pas aux jeunes ou aux combattants de la résistance, mais elle est pratiquée sur les jeunes filles et les femmes.

Les prisonnières subissent encore pire, comme les harcèlements sexuels, les menaces de viols, ou le viol effectif, de même que les enfants prisonniers sont soumis à la torture et aux mauvais traitements. Rares sont les enfants prisonniers n'ayant pas subi une des formes de torture, même quand il s'agit de viser les parents de l'enfant, ses proches ou ses amis.

Les médecins israéliens participent à la torture, ou du moins, ils couvrent ou aident les tortionnaires, au lieu de soulager les prisonniers blessés ou malades : les blessures et les maladies s'aggravent, ce qui a mené au décès de quelques prisonniers, en prison ou hors de prison. 70 prisonniers sont décédés depuis l'occupation, du fait de la torture, et 39 prisonniers sont décédés à cause de la politique de négligence médicale, alors que 71 prisonniers sont décédés ayant été exécutés lors de leur arrestation.

Nous pouvons affirmer, sans aucune exagération, qu'il est difficile de décrire la sauvagerie des tortionnaires israéliens. La laideur dépasse toute description, la souffrance est plus puissante que tout ce qui peut être écrit ou décrit.

Les pratiques de l'occupation, quel que soit son nom ou son lieu géographique, sont des pratiques répressives et inhumaines, terroristes et sanguinaires. L'occupant bafoue le droit international et le droit humain, il viole les droits de l'homme par la force des armes, il profite du silence international et modifie de fond en comble la terminologie, la résistance devient pour lui du terrorisme, et la torture devient un moyen de limiter le terrorisme.
Ce que le monde a pu découvrir concernant les pratiques et les violations dans les prisons américaines en Irak, se déroule quotidiennement et depuis des dizaines d'années dans les prisons israéliennes.


Mais alors que les photos des tortures dans les prisons américaines ont réussi à sortir des prisons, très peu d'articles ont été écrits sur les prisons israéliennes, et personne ne proteste, ni dénonce, alors que l'occupation est la même.


Un an après la publication des photos des soldats américains se délectant de plaisir en torturant les prisonniers irakiens, dénudés, et souriant rien que parce qu'ils violaient l'honneur et la dignité arabes des prisonniers, les geôliers de la section 7 de la prison israélienne Asharon, où se trouvent des enfants, ont pris des photos scandaleuses de nos enfants prisonniers, dénudés, pour briser leur mouvement de grève qu'ils avaient entrepris, comme s'ils voulaient commémorer à leur manière le scandale d'Abu Ghrayb.

Le même phénomène s'est répété un mois après le scandale de la profanation du saint Coran à Guantanamo, lorsque les soldats israéliens de la prison de Meggido ont également profané le Coran en le déchirant devant les prisonniers.


Ces images qui ont bafoué la dignité humaine, profané le saint Coran, sont une forme de torture. Ces images visuelles, ces histoires lues ou écoutées, racontées par tel ou tel prisonnier, de Palestine ou d'Irak, resteront gravées dans les esprits, et ne s'effaceront pas de sitôt de la mémoire. Un jour viendra où les peuples sauront se révolter et regagner leur dignité bafouée et leur honneur violé.

Pour nos prisonniers libérés, il est incontestable que les jours, les mois et les années passés dans les mortels cubes en ciment ou dans les tentes des camps de concentration nazis ne peuvent passer sans laisser des traces psychologiques et corporelles sur les prisonniers.

Leur état nécessite une attention particulière après leur libération, ils ont besoin d'intérêt, de soutien, de réhabilitation et d'insertion dans la société. Ils ont besoin d'un traitement équitable et approprié, d'encouragement et de solidarité pour enrayer les conséquences négatives de la torture. Ils doivent pouvoir trouver des possibilités de travail digne, afin de pouvoir vivre avec leurs familles dans la fierté et la dignité, eux qui ont donné leur jeunesse pour la liberté. Nous leur devons au moins cela.

Source : www.palestinebehindbars.org

Traduction : Centre d'Information sur la Résistance en Palestine

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine

Même sujet

Torture

Même auteur

Abdel Nasser Awni Farwaneh

Même date

26 juin 2005