Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 4448 fois

Jérusalem -

AL-Quds au cœur de la Palestine et de la nation : Soutien à la résistance maqdisie palestinienne
N°8 / Avril 2014

Par

La mosquée al-Aqsa est en danger ! La ville d’al-Quds est menacée ! La Palestine est occupée et colonisée par une population étrangère, qui applique depuis plus de 60 ans un plan d’épuration ethnico-religieuse, visant à tuer, expulser, sinon à effriter la société palestinienne. Chaque colonie installée, chaque route tracée, chaque forêt ou parc plantés ne sont que des moyens de destruction des agglomérations palestiniennes et de consolidation de l’Etat colonial face au peuple palestinien résistant. Dans la région d’al-Quds, après Beit Safafa, partagée en quatre, c’est aujourd’hui le tour de Beit Hanina divisée par une route coloniale. L’occupant démantèle la vie sociale des maqdisis avant de les expulser de la ville.

AL-Quds au cœur de la Palestine et de la nation : Soutien à la résistance maqdisie palestinienne 
N°8 / Avril 2014

Jeunes maqdisis arrêtés par l'armée d'occupation ces dernières semaines
(montage photos par le Wadi Hilweh Information Center)

Il a lancé, pour la période des Pâques, une campagne forcenée contre toute présence chrétienne ou musulmane dans la ville d’al-Quds, au moment où ses colons militarisés ou non, femmes ou hommes, envahissent la mosquée al-Aqsa, pour s’en emparer et en chasser les musulmans, comme cela a déjà été fait dans la mosquée al-Ibrahimi, dans la ville d’al-Khalil. Tout est prétexte pour judaïser la ville arabe et palestinienne : l’arrêt des négociations à présent, mais au moment où celles-ci avaient lieu, la colonisation et la judaïsation n’avaient pas cessé, au contraire. La répression subie par les Maqdisis s’accentue : les enfants, les jeunes, les étudiants, les femmes et les hommes, sont arrêtés et emprisonnés. A présent, ce sont les avocats censés défendre les prisonniers palestiniens qui sont devenus la cible des arrestations et détentions.  

Que font les Etats arabes et musulmans pour aider les Maqdisis à tenir et à affronter ce massacre civilisationnel ? Rien, sinon donner carte blanche à l’Autorité palestinienne pour poursuivre les négociations, pourtant mortelles pour le peuple palestinien, mais ce faisant, ils ne font qu’exprimer le vœu de l’ennemi américain. Que fait l’Autorité palestinienne pour permettre à ses citoyens de tenir bon et d’empêcher la judaïsation ? Des broutilles, selon les responsables même de l’Autorité.

Une fois de plus, les Palestiniens se retrouvent seuls pour affronter l’occupant, les Etats et peuples arabes étant enlisés dans leurs propres conflits internes. L’Etat sioniste a toujours prétendu que sa présence en Palestine n’était pas au centre du conflit dans la région et dans le monde, voulant normaliser son occupation. Même si les apparences actuelles peuvent lui donner raison, il n’en demeure pas moins que même les conflits internes ont pour cause principale la présence sioniste et que rien ne pourra être réglé tant que demeure cette occupation coloniale. C’est pourquoi c’est vers al-Quds et la Palestine que doivent tendre nos efforts et nos regards. C’est là que se joue l’avenir de notre nation. Les Maqdisis doivent demeurer dans leur ville et les efforts doivent tendre à leur assurer les moyens d’y rester.

I - Al-Quds occupée : asphyxie et purification ethnico-religieuse

- Prétextant riposter aux mesures prises par l’Autorité palestinienne consistant à présenter sa demande à 15 organismes internationaux censés dénoncer l’occupation sioniste, le gouvernement de l’occupation a déclaré vouloir construire des milliers de logements dans la zone appelée E1, située à l’Est d’al-Quds.

- Destruction de bâtiments le 1er avril dans le bourg d’al-Izariyyé. Des unités spéciales de l’armée d’occupation accompagnées de trois bulldozers ont mené une incursion à l’est du bourg et détruit tous les bâtiments en tôle, sous prétexte qu’ils ne sont pas autorisés par l’occupant. Cette portion de terre où vivent les Jahalin (bédouins expulsés du Naqab en 1948) serait en passe d’être annexée à la colonie « Maale Adomim ».

- Les institutions et personnalités chrétiennes de la ville d’al-Quds ont déclaré refuser les mesures de l’occupation empêchant d’atteindre les lieux saints. Suite à leur réunion, le communiqué des institutions palestiniennes chrétiennes a annoncé qu’elles ont l’intention de lancer une campagne internationale de dénonciation des mesures racistes de l’occupation, dont la police interdit les fidèles d’accéder aux églises en posant des barrages et en fermant les accès.

- Selon l’Association des Etudes arabes, la judaïsation de la ville d’al-Quds a été menée en transformant 82% de sa superficie en « zone verte », dont 34% pour la colonisation, et l’occupation a construit 11.000 logements sur 12% de cette superficie, en gardant intact uniquement 6% pour les Palestiniens, soit 9500 dunums. Comparant la présence coloniale avec celle des Palestiniens, l’association a fait remarquer que les sionistes ont installé 35 colonies où vivent 340.000 colons dans 110.000 maisons alors que les Palestiniens ne possèdent que 58.000 maisons, dont 11.000 avant l’occupation de 1967. L’occupant vise à détruire 25.000 maisons sous des prétextes divers. Il a déjà détruit 1009 maisons et expulsé 4434 Maqdisis, dont 3036 enfants.

- Incursion de dizaines de colons dans Sheikh Jarrah, le 3 avril. Ils ont agressé la population et détruit des biens, lancé des pierres sur les maisons, les voitures et les passants. 4 Maqdisis ont été blessés et asphyxiés par les gaz lacrymogènes. Deux Maqdisis (Murad Atiyé, 17 ans et Mohammad Atiyé, 20 ans) ont été arrêtés par la police sioniste qui a laissé faire les colons.

 - La municipalité de l’occupation est un lieu de propagande et d’enrôlement pour le « service civil » des Maqdisis dans les institutions sionistes. Après l’avoir proposé aux Palestiniens de 48, qui ont réussi à enrayer son effet dévastateur sur la société palestinienne, le « service civil » est proposé de manière insistante aux Maqdisis. Il s’agit d’enrôler les jeunes dans des institutions sionistes prétendument civiles, moyennant finances, afin qu’ils démontrent leur allégeance à l’Etat de l’occupation. Le rôle d’appât a été dévolu à des juives, chargées d’attirer les jeunes hommes pour les enrôler lorsqu’ils entrent à la bibliothèque. Une conférence de presse prévue par des associations maqdisies refusant et dénonçant le « service civil » a été interdite par la police. Selon ces associations, de nombreux jeunes maqdisis se sont récemment faits enrôlés à cause de l’attrait financier, n’ayant aucune autre ressource pour faire vivre leurs familles.

- L’institution coloniale a achevé la construction d’un hôtel touristique faisant partie de la chaîne Hilton, avec un cachet « juif », sur les ruines du bâtiment du conseil islamique situé dans la partie ouest de la ville, face au cimetière historique Ma’manullah.

- L’occupation sioniste de la Palestine poursuit la destruction de la société palestinienne, depuis 1948. Après Beit Safafa et son morcellement en quatre morceaux, c’est à présent le tour du bourg de Beit Hanina dont l’intégralité et le futur sont menacés par la route 334 et le mur de la colonisation qui séparent les familles.

- La commission de la construction et de la planification de la municipalité de l’occupation a approuvé le plan de construction d’un site touristique dans Selwan. Commentant l’approbation du projet, l’archéologue sioniste Youni Mizrahi a déclaré que le « bâtiment en question va renforcer l’activité coloniale menée par l’association Elad dans la vieille ville, et c’est un pas vers la suppression des droits palestiniens sur la ville et la suppression de leur histoire ». Selon un quotidien sioniste, le site prévu s’étendra sur 16000 mètres carrés.

- Les colons du mouvement « prix à payer » ont attaqué le monastère Rafat appartenant au patriarcat latin et situé à l’ouest de la ville occupée. Des écrits racistes à l’encontre de la vierge Marie ont été inscrits sur les murs du monastère.

- Un immeuble composé de trois étages a été démoli dans le bourg at-Tour, à l’est de la ville sainte.

- A propos de la vente par l’occupation du bureau de la poste situé rue Salaheddine, à proximité de la vieille ville : le directeur du centre al-Quds pour les droits socio-économiques, Ziad Hammouri, a affirmé que toute partie occupante s’empare des bâtiments officiels de la partie occupée. Cependant, la partie occupante n’a pas le droit de vendre les biens dont elle s’est emparée. Or c’est ce que l’administration coloniale a fait en proposant à la vente les biens publics ou privés confisqués, dont l’immeuble où se trouve le bureau de la poste. Le lieu a été « acheté » par une organisation coloniale.

- Dans le cadre du projet de judaïsation de la ville arabo-musulmane, les sionistes envisagent la construction d’un complexe culturel et touristique à l’ouest de la ville. La bibliothèque de ce complexe comprendrait 1500 ouvrages, dont 500 ouvrages musulmans rares volés des bibliothèques privées et publiques palestiniennes. En outre, les vestiges historiques qui seraient exposés sont des vestiges appartenant au peuple palestinien et ne sont aucunement reliés à une histoire mythique inventée par les sionistes.

II – Al-Quds occupée : répression

- Les forces de l’occupation poursuivent les arrestations d’enfants maqdisis : le jeune Abdel Karim Haddad (15 ans) a été arrêté le 1er avril dans la vieille ville, sous le prétexte qu’il lançait des pierres sur les soldats.
- Le tribunal de l’occupation condamne le 3 avril le détenu Daoud Najeh Bkayrat (19 ans) de Sour Baher à 30 mois de prison, après une détention de 11 mois dans la prison de Eichel, pour participation à des activités hostiles à l’occupation.
- 6 avocats maqdisis sont accusés d’aider les résistants emprisonnés : Shirine Issawi et son frère Medhat, mais aussi Amjad Safadi, Amrou Iskafi, Nadim Ghorayb et Mahmoud Abu Senina ont été arrêtés et sont à présents poursuivis par l’occupant. Jawad Boulos, avocat actif dans le Club des Prisonniers, a déclaré que l’occupation a étendu sa répression à toutes les catégories de Palestiniens.
- L’occupant poursuit les arrestations et les expulsions des fidèles voulant prier ou étudier ou visiter la mosquée. 8 Maqdisis ont été expulsés et éloignés pour 17 jours le 10 avril, dont un directeur d’école, Alaa Abu Shkhaydam, et trois jeunes ont été arrêtés le même jour, selon le Centre d’Informations de Wadi Helwa : Mohammad Abu Farha, Mohammad Ziad, Salah Ajlouni, tous de la vieille ville.
- Le Centre d’Information Wadi Helwa a déclaré, dans son dernier rapport, que l’occupation a arrêté 120 Maqdisis au cours du mois de mars, dont 40 enfants, âgés entre 13 et 17 ans. 4 femmes ont été arrêtées.
- Le tribunal sioniste a condamné le prisonnier maqdisi Adli Mohammad Moragha, 32 ans, à la prison pour 28 mois, accusé d’avoir fabriqué et lancé des bouteilles incendiaires sur les occupants.
- Le jeune Mohammad Nuhad Ubayd, 22 ans, d’al-Issawiya, a été condamné à 30 mois de prison pour appartenance au FPLP et pour avoir lancé des pierres et des bouteilles incendiaires sur le convoi du président de la municipalité sioniste.
 
III - Al-Quds occupée : les lieux saints

Dans un communiqué paru début avril, l’Institution al-Aqsa pour le Waqf et le Patrimoine a dévoilé que diverses associations sionistes proposent des plans pour bâtir le « troisième temple » sur la mosquée al-Aqsa. La dernière proposition est celle de l’association « Yachay » consistant à bâtir un temple juif sur la mosquée, qui s’étend de la porte al-Maghariba, tout au long du mur occidental de la mosquée, jusqu’à l’école al-Tankaziyya. Le plan propose de s’emparer entièrement de la mosquée al-Bouraq pour la transformer en entrée principale au temple proposé, et la construction d’un mur en plexiglas pour séparer ce temple du reste de la mosquée al-Aqsa.

Selon la même institution, plus de 3000 colons (y compris les forces sécuritaires) ont investi la mosquée al-Aqsa au cours du premier trimestre de 2014.

Deux membres du congrès américain ont participé à une incursion dans la mosquée al-Aqsa. Membres d’une association sioniste aux Etats-Unis, les deux Américains se sont joints au colon Hayim Ritchman et d’autres groupes extrémistes, protégés par l’armée de l’occupation, et mené une incursion dans la mosquée, début avril.

300 sionistes ont mené une incursion dans la mosquée al-Aqsa le 1er avril. Le 4 avril, 133 colons et des membres des services sécuritaires ont investi la moquée. Le 19 mars, 100 soldats de l’institution sioniste ont investi la mosquée et 37 colons accompagnant le député sioniste Moshe Feglin ont mené une incursion le 20 mars, pratiquant des rites talmudiques dans la mosquée.

La commission parlementaire de l’occupation dénommée Tsour étudie les moyens de partager la mosquée al-Aqsa dans le temps et l’espace. Elle a convoqué les associations sionistes pour une réunion commune pour préparer ce partage. C’est au cours des Pâques que l’institution sioniste a l’intention d’accentuer sa présence et imposer ce partage.

La route de la porte al-Maghariba transformée en pont militaire. C’est le projet qu’étudie l’institution coloniale pour mener des incursions répétées dans la mosquée et chasser les fidèles.

L’occupant inaugure un tunnel à Selwan le 2 avril, après des années de creusement. Ce tunnel conduit à la mosquée al-Aqsa.

Photo
 
IV - Al-Quds occupée : résistance palestinienne

Le discours du secrétaire général du mouvement du Jihad islamique en Palestine, dr. Ramadan Shallah, prononcé à Téhéran dans le cadre d’un congrès islamique, a suscité de nombreux commentaires au sein de l’establishment sioniste. Le discours a dénoncé le manque d’intérêt pour la ville d’al-Quds parmi les musulmans, alors que les sionistes ne laissent passer aucune occasion pour prétendre que la ville d’al-Quds leur appartient. Dr. Ramadan Shallah a voulu, dans ce discours, inciter les mouvements et les Etats islamiques à reprendre le cours de l’histoire et à revenir à leurs constantes concernant les lieux saints et la Palestine.

A l’approche des Pâques, les tensions entre l’administration coloniale et la population palestinienne s’exacerbe, notamment entre les Palestiniens chrétiens et l’Etat sioniste. Monseigneur Hanna Atallah a dénoncé les entraves à l’accès aux lieux saints chrétiens posés par l’administration coloniale. Il a déclaré : « Nous avons le droit d’accéder à nos églises et lieux saints », et appelé l’ensemble des chrétiens de Palestine à se diriger vers l’Eglise du Saint Sépulcre et à s’accrocher à leurs droits religieux et nationaux, et à refuser l’état de fait que les autorités de l’occupation veulent imposer. Il a lancé un appel à toutes les églises et tous les chrétiens de s’entraider pour lever les barrages militaires et policiers.

La porte-parole de l’armée d'occupation a déclaré qu’un membre des forces sécuritaires a été poignardé par un groupe de jeunes, lui occasionnant des blessures légères.

Le festival « Les enfants d’al-Aqsa », organisé par le mouvement islamique des territoires occupés en 48, présidé par sheikh Raed Salah, s’est déroulé pour la douzième année consécutive début avril. Au cours de ce festival, les enfants sont invités à exprimer leur attachement à la mosquée en participant à des concours (dessins) et autres activités (théâtre et chants).

Sheikh Youssef Jomaa, imam de la mosquée al-Aqsa, a dénoncé le « massacre historique » de la ville d’al-Quds, affirmant la nécessité de se mobiliser pour préserver l’islamité et l’arabité de la ville sainte, et son identité palestinienne.

Les gardiens chargés de la mosquée al-Aqsa ont empêché des colons d’y entrer et les ont chassés, le 3 avril, avec l’aide des étudiants et fidèles qui s’y trouvaient. Ces colons avaient même l’intention de célébrer un mariage « talmudique » dans la mosquée. Cependant, d’autres colons protégés par la police sioniste ont pu y entrer au même moment, par une autre porte.

L’association « ‘Amarat al-Aqsa et des lieux saints » a organisé le 6 avril un camp de jeunesse à l’intérieur de la mosquée al-Aqsa. Ce camp va durer jusqu’au 17 avril et comprend des activités culturelles et éducatives et religieuses, ainsi que des concours sportifs.

Les maqdisis ont manifesté le 30 mars en commémoration de la journée de la terre, journée nationale palestinienne pour la défense de la terre palestinienne. La manifestation fut réprimée par les soldats et policiers de l’occupation, qui ont poursuivi les manifestants à cheval et de nombreuses arrestations ont eu lieu.

Le mufti d’al-Quds et de la Palestine, sheikh Muhammad Hussayn, a publié les lois et règlements régissant les droits et devoirs des musulmans envers la mosquée al-Aqsa. Il a déclaré que la mosquée al-Aqsa est une propriété musulmane occupée, et qu’il est du devoir des musulmans de la libérer. Elle ne peut être partagée et la souveraineté musulmane doit y être totale. Il a appelé les musulmans à venir y prier et à la visiter, autant que possible, à condition de refuser tout acte consacrant l’occupation. La visite autorisée doit approuver l’identité arabo-islamique de la mosquée, refuser l’occupation et soutenir ceux qui la protègent, ce qui n’est aucunement le cas des musulmans français qui visitent al-Quds avec Hassan Chalghoumi, nommé imam de la mosquée de Drancy et ami des associations sionistes.

V- Al-Quds occupée : le massacre de Deir Yassin et l’occupation sioniste de la ville d’al-Quds

Le 9 avril 1948, les bandes armées sionistes, rassemblées plus tard dans l’armée de l’occupation, ont commis un terrible massacre dans le village de Deir Yassine, situé à l’ouest de la ville d’al-Quds. Dans ce village habité par 750 Palestiniens, seuls 250 parvinrent à fuir, et 500 furent lâchement massacrés par ces bandes qui ont encerclé le village de trois côtés. Les Palestiniens massacrés furent ensuite exhibés dans des camions traversant les bourgs de la partie occidentale de la ville, notamment les bourgs peuplés de Palestiniens comme al-Qatamon, al-Baqaa ou Talbiya. Le but consistait à faire fuir la population, craignant subir le même sort. Les témoignages des survivants affirment que la population a résisté, mais ses armes désuètes et primaires n’ont pu la sauver.

Le massacre de Deir Yassin faisait partie d’un plan diabolique pour procéder à une épuration ethnique de la route située en Yafa et al-Quds, c’est-à-dire pour l’expulsion et la destruction de tous les villages situés autour de la partie occidentale de la ville. Le massacre de Deir Yassine avait pour but de démoraliser les Palestiniens, qui se battaient dans ces villages et bourgs, sous la direction du grand combattant Abdel Qader al-Hussayni, tombé martyr le 8 avril 1948. La vie et le martyre du combattant martyr Abdel Qader al-Hussayni illustrent l’esprit défaitiste, sinon collaborateur, des régimes arabes, qui ont refusé à plusieurs reprises de lui livrer des armes pour combattre les occupants. C’est au cours de la défense du village d’al-Qastal, à l’entrée ouest de la ville d’al-Quds, qu’il tombe martyr, après avoir livré un combat acharné contre les milices sionistes, qui ont envahi Deir Yassin, un jour plus tard et qui se sont livrées au massacre.   
 
VI - Al-Quds occupée : solidarité

L’UNESCO projette d’envoyer une délégation à al-Quds pour observer et établir un rapport sur l’état des lieux des vestiges historiques de la ville. Les délégations palestinienne et jordanienne dans l’UNESCO sont parvenues à convaincre l’UNESCO d’une telle démarche. Seuls les Etats-Unis ont voté contre la décision. Cependant, il est rare qu’une telle démarche soit suivie d’actes ou de dénonciation de l’occupant, le vote et le rapport de l’UNESCO peuvent être considérés comme des victoires symboliques, si jamais le rapport qui sera présenté par cet organisme international admet la vérité.

L’organisation arabe pour les droits de l’homme en Grande-Bretagne a diffusé un mémorandum à plusieurs institutions internationales expliquant les dangers qui menacent la ville d’al-Quds et décrivant les violations graves menées par l’occupation contre les Maqdisis et les lieux saints, dont la mosquée al-Aqsa.

L’organisation islamique pour l’éducation, les sciences et la culture (Isisco) a dénoncé les violations sionistes dans la ville d’al-Quds lors de sa réunion à Amman en Jordanie, vers la fin du mois de mars, et a demandé à l’ONU, et à l’UNESCO de prendre des mesures concrètes pour stopper les creusements des tunnels, pour revenir à la situation antérieure sur la place et la porte al-Maghariba, et de cesser les violations du cimetière historique de Ma’manullah.

A Moscou, un congrès dénonce les violations sionistes et la judaïsation de la ville d’al-Quds. Réuni vers la fin du mois de mars, le congrès a réclamé au président de l’ONU de prendre des mesures concrètes pour stopper les violations sionistes. Faisaient partie de ce congrès plusieurs députés russes, des diplomates, des savants et professeurs d’histoire et de droit, des ONG, des journalistes ainsi que les ambassadeurs arabes.

Les étudiants palestiniens présents en Grande-Bretagne ont organisé une journée « al-Quds, capitale de la Palestine » dans les universités britanniques, afin de diffuser les vraies informations auprès du public sur la réalité vécue par les Maqdisis.

Un rapport européen dénonce la responsabilité de l’institution sioniste dans la détérioration de la situation des Maqdisis dans la ville d’al-Quds.

Les Etudiants marocains se solidarisent avec la ville occupée d’al-Quds : le conseil estudiantin pour le soutien aux causes de la nation a organisé le 28-29 mars une activité intitulée  « al-Quds au cœur de la nation ». 

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Jérusalem

Même sujet

Nettoyage ethnique

Même auteur

Baladi

Même date

13 avril 2014