Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3488 fois

Cisjordanie -

Addameer exige l'annulation de l'ordre de détention administrative d'Ahmad Qatamish

Par

> info@addameer.ps

Ramallah, 4 mai 2011 – A 20h30 le 3 mai 2011, les autorités militaires israéliennes ont émis un ordre de détention administrative contre Ahmad Qatamish, écrivain et politologue palestinien renommé, bien qu'elles l'aient informé, lui et son avocat, quelques heures plus tôt, qu'il serait libéré ce même jour. Addameer est indigné par cette décision et estime que l'arrestation de M. Qatamish est un cas de détention arbitraire motivée seulement par ses opinions et son activisme pacifique.

Addameer exige l'annulation de l'ordre de détention administrative d'Ahmad Qatamish

Ahmed Qatamish et sa fille
Le 4 mai 2011, Addameer a obtenu une copie de l'ordre de détention administrative de M. Qatamish, qui semble honteusement être une copie de l'ordre de détention de quelqu'un d'autre qui a été falsifié afin d'y inclure le nom de M. Qatamish. Cela prouve clairement qu'en réalité, ces ordres ne sont pas émis par le commandant militaire israélien de Cisjordanie après un examen minutieux de toutes les preuves contre le suspect en question, mais bien orchestrés par l'Agence de Sécurité israélienne (ISA) et le procureur militaire, dans le cas présent pour maintenir M. Qatamish en prison en dépit du manque de preuve contre lui. En outre, l'ordre demande une prolongation de sa détention militaire, alors que c'est la première détention administrative de M. Qatamish depuis des années. Il affirme également que M. Qatamish est soupçonné d'être un activiste du Hamas, une déformation grossière puisque il a toujours été associé au Front populaire de libération de la Palestine (FPLP). L'affirmation est d'autant plus absurde puisque la semaine dernière, l'ISA elle-même a accusé M. Qatamish d'être actuellement membre du FPLP, ce qu'il réfute.

Persuadés qu'ils allaient le retrouver sous peu, les membres de la famille de M. Qatamish ont passé la soirée du 3 mai 2011 à l'attendre devant les grilles de la prison Ofer, où il est détenu, après le tribunal militaire d'Ofer ait informé l'avocat de M. Qatamish, Mahmoud Hassan, à 12h, que son client serait libéré vers 17h. A peu près à cette même heure, l'administration pénitentiaire israélienne a donné la même information à M. Qatamish lui-même. Une heure et demi plus tard, cependant, M. Hassan a été informé que la détention de son client allait être prolongée et il lui a été demandé de se rendre au tribunal. M. Hassan a immédiatement appelé le procureur militaire en charge de l'affaire de M. Qatamish, qui a contredit cette information, insistant sur le fait que M. Qatamish allait être relâché. A 17h45, après plus de deux heures de confusion et d'incertitude, le tribunal militaire a informé M. Hassan qu'une décision finale serait prise vers 21h ou 21h30. Toutefois, c'est à 20h30 qu'il a reçu l'information que le commandant militaire israélien de Cisjordanie avait pris un ordre de détention militaire contre M. Qatamish, sans lui donner d'autres précisions. M. Hassan et la famille de M. Qatamish ont dû attendre jusqu'à 23h pour apprendre du service pénitentiaire israélien que la période de détention administrative de M. Qatamish avait été fixée à 6 mois, sans qu'aucune date ne soit prise pour l'examen de l'ordonnance de détention administrative. Parce que la détention administrative est une forme de détention sans charge ni procès, il est vraisemblable que ni M. Qatamish ni son avocat ne sauront jamais quelle preuve est retenue contre lui.

Malheureusement, la famille de M. Qatamish ne fut pas la seule victime des manipulations et du mépris total des autorités israéliennes ce 3 mai 2011, car d'autres prisonniers et détenus, qui devaient être libérés ce jour là, ont dû attendre qu'une décision soit prise pour M. Qatamish avant de pouvoir retrouver leurs familles, qui les attendaient à la porte de la prison.

M. Qatamish a été arrêté par les forces israéliennes d'occupation à 2h du matin le 21 avril 2011 ; sa détention a été prolongée de 6 jours le 28 avril 2011 et devait expirer le 3 mai 2011. Pendant ses 2 semaines passées en détention, il n'a été interrogé qu'une fois, pendant 10 minutes, au moment de son arrestation. Ceci confirme la conviction d'Addameer que M. Qatamish n'est visé que pour ses écrits et son activisme pacifique, et non pour des raisons impératives de "sécurité", comme le prétendent les autorités israéliennes, qui justifieraient le recours à la détention administrative en vertu du droit humanitaire international.
 
Addameer appelle la communauté internationale, en particulier les représentants de l'Union européenne, le Bureau du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme et les organisations internationales pour les droits de l'homme, à intervenir auprès des autorités israéliennes pour exiger la libération immédiate de M. Qatamish.
 
Pour plus d'information, prendre contact avec :
Addameer Prisoner and Human Rights Association
Tel/Fax: +972 (0)2 296 0446/+972 (0)2 296 0447
Email: info@addameer.ps
Website: http://addameer.info/

Source : Addameer

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Cisjordanie

Même sujet

Prisonniers

Même auteur

Addameer

Même date

7 mai 2011