Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2267 fois

Jénine -

Affamer les habitants de Barta'a ash Sharquiyya à l'intérieur de leur village-prison

Par

Pengon / Campagne Contre le Mur de l'Apartheid - Photo : Vue en direction du Nord de la station de pompage de Barta'a ash Sharquiyya - Geoffrey Aronson - Juin 2003

Des soldats ont confisqué 2 kgs de poisson sur les 3 kgs qu'un homme apportait à sa famille. Un autre habitant qui rentrait avec du "kata'ef", une sucrerie de ramadan, ne s'est vu autoriser que ce que les soldats israéliens ont estimé suffisant pour sa famille.

Affamer les habitants de Barta'a ash Sharquiyya à l'intérieur de leur village-prison

A l'approche de l'Aïd, la fin du mois sacré du ramadan, moment qui devrait être celui d'une fête pour les habitants de Barta'a ash Sharqiyya, il est déjà destiné à être triste, du fait des continuelles mesures prises contre les Palestiniens partout en Cisjordanie et à Gaza.

Maintenant, ce n'est même pas sûr que les habitants de Barta'a pourront avoir suffisamment de nourriture, puisque l'occupation militaire interdit aux villageois d'amener de la nourriture dans la commune, emprisonnée entre le Mur de l'Apartheid et la Ligne Verte. De plus, le chômage dans le village est en train de grimper, alors que l'enfermement de Barta'a par le mur a fait disparaître le marché du village, marché que se partageait les habitants de toute la région de Jénine aussi bien que ceux de Barta'a al Ghardiyya - la moitié Ouest du village situé de l'autre côté de la Ligne Verte.


Il y a environ 4 500 personnes qui vivent à Barta'a ash Shaqiyya. La commune a pris ce nom depuis l'occupation de 1948 quand Barta'a a été séparé en deux, Barta'a al Ghardiyya à l'intérieur de la Ligne Verte et Barta'a ash Sharqiyya à l'intérieur de la Cisjordanie . Toutefois, les deux "côtés" continuaient de subsister unis, à travers les liens familiaux sociaux et économiques. Les mesures israéliennes prises après l'occupation de 1967 ont ensuite séparé les 2 communes et le Mur de l'Apartheid a finalisé leur complète séparation.

Quand l'occupation militaire a commencé à construire le Mur de l'Apartheid en Cisjordanie , Barta'a ash Sharqiyya a commencé à souffrir de l'isolement, alors que le mur la séparait de la région de Jenine et de la totalité de la Cisjordanie .

En octobre 2003, l'occupation militaire a ordonné que les zones à l'ouest du mur deviennent des "zones tampons", ou des zones militaires fermées, rendant les zones inaccessibles à tous, même ceux qui y habitent, à moins qu'ils n'aient des permis délivrés par "l'administration civile". Les gens à Barta'a ont refusé de demander ces permis pour vivre dans leur propre village, réaffirmant que ces mesures israéliennes sont faites pour judaïser leur village et annexer leurs propriétés.

La réponse de l'occupation militaire a été la fermeture du village durant 15 jours d'affilée, imposant une pression tyrannique et un bouclage des gens de Barta'a qui sont obligés de demander des permis - c'est la seule option, pour pouvoir rentrer ou sortir de la commune, même dans un avenir lointain.

Toutefois, comme prévu, les militaires infligent des mesures sévères aux habitants. Les soi-disant portails d'accès au mur sont fréquemment fermés ou ouverts illogiquement avec des tranches horaires resserrées.

Les professeurs, étudiants et travailleurs ne peuvent se rendrent à destination à Jenine et les marchands de Cisjordanie ne peuvent pas accéder aux commerces à l'intérieur de Barta'a.

Il y a quelques 150 femmes à Barta'a qui travaillent dans un atelier de confection mais, avec le bouclage de la commune par le mur, elles ne peuvent pas rentrer chez elles dans le reste de la Cisjordanie . Quelques unes ont pu louer des maisons depuis qu'elles sont forcées de rester à Barta'a, mais les autres sont obligées de dormir à l'usine.

La transformation en ghetto de Barta'a continue, alors que les habitants qui sortent et qui entrent dans le village font face à des difficultés incroyables pour amener de la nourriture et des marchandises à leur famille.

Les soldats israéliens ont dit que la nourriture ne peut être amenée à moins qu'elle ne soit achetée et importée auprès de sociétés israéliennes.
Ceci s'applique non seulement aux grosses cargaisons mais aussi bien aux approvisionnements individuels - dans un cas, les soldats ont confisqué 2 kgs de poisson sur les 3 kgs qu'un homme apportait à sa famille.
Un autre habitant qui rentrait avec du "kata'ef", une sucrerie de ramadan, ne s'est vu autorisé que ce que les soldats israéliens ont estimé suffisant pour sa famille.



Lire l’article concernant l’ordre militaire datant du 2 octobre 2003 et déclarant que les terres situées entre le Mur et la Ligne Verte sont déclarées zones fermées ou « Seam zone ».

Voir la Carte.

Source : www.stopthewall.org

Traduction : MAP

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Jénine

Même sujet

Le Mur

Même auteur

PENGON

Même date

18 novembre 2003