Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1456 fois

Cisjordanie occupée -

Airbnb : une entreprise « profondément compromise » dans la colonisation israélienne en Cisjordanie occupée

Par

10.12.2020 - Alors qu'Airbnb se prépare à entrer en bourse à hauteur de plusieurs milliards de dollars, elle doit retirer les listes de biens locatifs construits illégalement dans les territoires palestiniens occupés (TPO), a déclaré Amnesty International le 10 décembre 2020. La société d'hébergement en ligne basée à San Francisco possède environ 200 propriétés à louer dans les colonies israéliennes illégales qui sont au cœur des violations systématiques des droits de l'homme auxquelles sont confrontés les Palestiniens.

Airbnb : une entreprise « profondément compromise » dans la colonisation israélienne en Cisjordanie occupée

Annonces de locations d’appartements et de maisons situées dans des colonies israéliennes en Cisjordanie , publiées par Airbnb et Booking.com en 2018. © 2018 Human Rights Watch
Il y a deux ans, Airbnb a déclaré qu'elle retirerait de ses listes les logements situés dans les colonies, avant de revenir sur sa décision.

En réponse à des articles annonçant qu’Airbnb est sur le point de devenir une société cotée en bourse après avoir déposé des documents d'introduction aux États-Unis, Saleh Higazi, directeur régional adjoint pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, a déclaré :

« Ces colonies constituent un crime de guerre au regard du droit international. Airbnb doit faire ce qu'il faut pour les futurs investisseurs et cesser de tirer des bénéfices des colonies illégales construites sur des terres palestiniennes volées dans les Territoires palestiniens occupés.

Airbnb a honteusement promu et bénéficié d'une situation qui est une cause fondamentale des violations systématiques des droits de l'homme auxquelles sont confrontés quotidiennement des millions de Palestiniens
».

Manque de transparence des documents relatifs à l'introduction en bourse

Au début de l'année, Airbnb était l'une des 100 entreprises du monde entier répertoriées dans une base de données des Nations unies sur les entreprises dont les activités commerciales les reliaient aux colonies israéliennes dans les TPO. Ces colonies sont illégales au regard du droit international.

Cependant, la déclaration d'enregistrement d'Airbnb auprès de la Commission américaine des opérations de bourse (SEC) avant l'introduction en bourse ne fait aucune mention des opérations commerciales dans les colonies israéliennes ni du fait que la société figure dans la base de données des Nations unies. Cette information est absente de la section "Facteur de risque" des documents, qui informe les actionnaires des risques juridiques, de réputation et autres d'une société.

Les actions d'Airbnb devraient être achetées par des fonds d'investissement et de pension du monde entier, ce qui pourrait signifier qu'un grand nombre de personnes détiendront indirectement des investissements dans Airbnb sans en comprendre toutes les ramifications.

Les grandes banques mondiales qui souscrivent à l'introduction en bourse d'Airbnb, dont Goldman Sachs, Barclays Capital et Morgan Stanley, ont également la responsabilité de veiller à ce que les informations communiquées aux actionnaires soient exactes.

Le changement d'avis honteux de l'Airbnb

Bien qu'Airbnb prétende donner les bénéfices qu'elle génère grâce à ces listes, les laisser en place signifie qu'une industrie touristique plus large est soutenue et autorisée à prospérer au détriment des droits et des moyens de subsistance des Palestiniens.

En janvier 2019, Amnesty a publié un important rapport intitulé "Destination Occupation" montrant comment Airbnb, TripAdvisor, Expedia et Booking.com alimentaient les violations systématiques des droits de l'homme contre les Palestiniens en répertoriant des centaines de chambres et d'activités dans les colonies israéliennes sur les terres palestiniennes occupées, y compris à Jérusalem-Est.

L'année précédente, Airbnb avait annoncé qu'elle supprimerait les listes de 200 propriétés locatives dans les colonies israéliennes en Cisjordanie occupée, à l'exclusion de Jérusalem-Est, « au cœur du conflit entre Israéliens et Palestiniens ». La compagnie a déclaré que l'un des principes qu'elle a appliqué pour prendre cette décision a été « d'évaluer si l'existence des listes contribue à la souffrance humaine existante ».

Cependant, en avril 2019, Airbnb a honteusement annulé cette décision suite à un certain nombre de procès et a déclaré que la compagnie autoriserait le maintien des listings mais ne tirerait « aucun profit de cette activité dans cette région ».

Une expansion des colonies redoutée

Aujourd'hui, l'expansion des colonies israéliennes sur les terres palestiniennes, avec des milliers de nouvelles unités de logement annoncées en 2020, est angoissante. L'augmentation de la construction de colonies reflète le large soutien politique dont les autorités israéliennes ont bénéficié sous la présidence américaine de Donald Trump.

En novembre, Mike Pompeo a visité un chai dans la colonie israélienne de Psagot. C'était la première fois qu'un secrétaire d'État américain en exercice se rendait dans une colonie israélienne. Cette visite fait suite à l’annonce qu'il a faite en novembre 2019, selon laquelle les États-Unis ne considèrent plus les colonies israéliennes comme illégales au regard du droit international.

Ces propositions d'expansion interviennent après plus d'un demi-siècle d'occupation militaire israélienne dans les TPO, au cours duquel plus de 50.000 maisons et structures palestiniennes ont été démolies. Des dizaines de milliers de Palestiniens ont été expulsés de force.

À leur place, plus de 600.000 Israéliens ont été autorisés à s'installer dans environ 250 colonies, pour la plupart construites à cet effet, dont beaucoup sont desservies par des routes réservées aux colons et surveillées par des postes de contrôle militaires.

Environ 1.000 kilomètres carrés de terres palestiniennes ont été expropriés par les colons israéliens au cours des 50 dernières années.

Cela a eu un impact dévastateur sur les droits des Palestiniens à un niveau de vie standard, au travail, au logement, à la santé et à l'éducation et a progressivement paralysé l'économie palestinienne.

« Aucune entreprise ne devrait prendre part à des violations des droits de l'homme et tant qu'Airbnb ne mettra pas fin à ses relations commerciales avec les colonies israéliennes, elle sera profondément compromise », a déclaré Saleh Higazi.


Source : Amnesty.org

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Cisjordanie occupée

Même sujet

Colonisation

Même date

14 décembre 2020