Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 4009 fois

Liban -

Al-Akhbar ne comparaîtra pas devant le tribunal

Par

Cet article est une traduction de l'édition en arabe

13.05.2014 - Revenons au début :
Un assassinat politique a eu lieu au Liban. Les parties arabes et internationales, en coopération avec leurs agents au Liban, ont décidé d'adopter des résolutions internationales qui stipulent l'établissement d'un Tribunal Spécial pour le Liban (TSL). Depuis qu'ils se sont glissés dans l'obscurité de la nuit, en violation de la constitution libanaise et même du droit international, les criminels eux-mêmes ont obtenu une résolution du Conseil de Sécurité des Nations Unies, en vertu du chapitre 7, qui établit une autorité mandataire pour imposer son pouvoir sur toutes les institutions et autorités libanaises.

Al-Akhbar ne comparaîtra pas devant le tribunal

Depuis ce jour-là, un processus grotesque d'insultes de tout un peuple s'est mis en branle et la dignité, la liberté et les droits des citoyens libanais ont été enfreints. La liberté, que les Libanais ont protégée et continuent de protéger de leur sang, a été attaquée.

C'est une raison suffisante pour rejeter ce tribunal et accuser ses juges et ses employés d'être dénués de toute pertinence, de violer les lois des droits de l'homme et de participer à une institution qui piétine les citoyens d'un pays libre, souverain et indépendant. Encore plus dangereux, ils participent à une attaque contre ce qui est sacré au Liban, le principal et de loin le plus important, sa Résistance héroïque et ses combattants héroïques.

Peut-être le moment est venu de dire très clairement : ni nous ni la plupart des Libanais ne sommes prêts à payer de notre liberté, de nos destinées et de tout ce qui est sacré pour savoir qui a assassiné Rafik Hariri. D'autant que l'autre côté, qui a vendu le Liban au prétexte de vouloir savoir qui a tué le Premier ministre du Liban, a nommé pour la présidence un meurtrier condamné pour l'assassinat d'un autre Premier ministre libanais. Ces gens-là pensent-ils vraiment que nous allons les laisser répandre leur venin dans le pays et le pousser au chaos encore et encore ? Ils n'obtiendront jamais ce qu'ils veulent, ni de nous, ni du reste d'entre nous, à supposer qu'ils puissent nous arracher quoi que ce soit.

De nombreux experts juridiques, dont certains ont travaillé pour le tribunal lui-même, peuvent raconter des histoires sans fin sur les violations quotidiennes de la charte des droits de l'homme. Il est donc naturel que nous déclarions notre scepticisme sur tout ce que fait le TSL et tout ce qui en sort. A moins que tous ces défauts ne soient corrigés et que des promesses soient faites d'entreprendre des procédures complètes et détaillées de protection des droits des personnes, nous n'accueillerons jamais favorablement ce tribunal.

■ ■ ■ ■

A ceux qui nous connaissent et nous aiment, à ceux qui nous connaissent et ne nous aiment pas, à ceux qui nous connaissent et nous ont mis à l'épreuve, à ceux qui nous connaissent et ne nous ont pas suffisamment mis à l'épreuve, et à tous ceux qui veulent nous éprouver aujourd'hui et demain, nous disons :
Personne sur cette terre, personne, peut nous obliger à violer la promesse que nous nous sommes faite librement, à savoir que notre dignité ne sera pas offensée, et que notre droit à une vie libre et digne ne sera pas compromis. Nous sommes parfaitement conscients que l'une des raisons pour lesquelles nous sommes ciblés est que nous sommes au cœur de la bataille de la Résistance, qui représente pour nous le saint des saints.

Al-Akhbar ne comparaîtra pas devant le TSL !

■ ■ ■ ■ ■ ■



Un autre organe de presse a été appelé à comparaître ce mardi 13 mai devant le TSL ; il s'agit d'al-Jadeed et de la journaliste Karma Khayat, accusés comme Al-Akhbar et son rédacteur en chef Ibrahim al-Amin "d'outrage et obstruction à la justice" dans l'affaire de l'assassinat de Rafik Hariri le 14 février 2005 à Beyrouth.


Photo
Karma Mohammad Tahsin Khayat, la journaliste d’al-Jadeed, s’adressant au juge au TSL, Nicola Lettieri mardi 13 mai 2014.



Lire sur Al-Akhbar en arabe le suivi de l'audience par internet dans les bureaux de Al-Akhbar et au siège du Syndicat des Journalistes, à Beyrouth.


Source : Al Akhbar

Traduction : MR/NA

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Liban

Même sujet

Poursuites judiciaires

Même auteur

Ibrahim al-Amin

Même date

14 mai 2014