Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3111 fois

Jérusalem -

Al-Quds au cœur de la Palestine et de la nation : Soutien à la résistance maqdissie palestinienne
N° 24 – Août 2015

Par

Une guerre sourde se déroule entre les Maqdissis et les occupants sionistes, une guerre que la communauté internationale a décidé d’ignorer, pour laisser la voie libre à l’occupation. Concernant la mosquée al-Aqsa, lieu saint musulman placé sous la juridiction de la Jordanie, l’occupant a récemment pris les mesures de son partage dans le temps, entre les sionistes et les Palestiniens musulmans. Ces derniers résistent, de plus en plus, qu’ils soient jeunes ou vieillards, femmes ou hommes, à la judaïsation d’une des plus prestigieuses mosquées dans le monde, abandonnée par les Arabes et les musulmans, et leurs Etats, qui se sont courbés face à la terreur de l’occupation.

Al-Quds au cœur de la Palestine et de la nation : Soutien à la résistance maqdissie palestinienne 
N° 24 – Août 2015

26 août 2015 - Une jeep de l'armée d'occupation incendiée par un cocktail Molotov dans le quartier At-Tur, à Al-Quds
Ce qui se passe dans la mosquée al-Aqsa est le reflet de ce qui se passe en Palestine, et même dans le monde. Alors que le peuple résiste, par tous les moyens dont il dispose, les dirigeants, les profiteurs et la racaille politique et financière mise en place par la communauté internationale, diffusent et propagent l’esprit de la défaite, pour normaliser leurs relations avec l’occupant et collaborer.

Et quand ils le peuvent, ils répriment les résistants et tentent de briser un mouvement de colère grandissant, en diffusant une culture de soumission, basée sur l’individualisme et la destruction des valeurs authentiques du peuple palestinien, ces mêmes valeurs qui leur ont permis de résister à presque un siècle de guerre d’annihilation. La guerre se poursuit, et les sionistes ne peuvent avoir le dernier mot, même s’ils profitent de la situation régionale et internationale. 

I - Al-Quds occupée : résistance palestinienne

Suite à l’invasion incessante de la mosquée al-Aqsa par les hordes sauvages de l’entité sioniste (colons + services sécuritaires de la colonie), les responsables maqdissis ont rédigé une charte pour la protection des lieux saints dans al-Quds : la charte affirme que la présence sioniste dans al-Quds est illégale, que les Juifs n’ont pas le droit d’entrer dans la mosquée al-Aqsa, que leur présence est synonyme de profanation et d’agression sur le droit arabo-musulman. La charte appelle le peuple palestinien à soutenir al-Quds et al-Aqsa, et les médias palestiniens, arabes et musulmans sont invités à s’élever au rang des défis pour dénoncer l’occupation.

Plusieurs quartiers maqdissis ont été le théâtre d’affrontements entre la population et les forces de l’occupation le 16 août et les jours suivants, pour le soutien au gréviste de la faim, Mohammad Allan. Des dizaines de Palestiniens ont été touchés par les gaz lacrymogènes. Le 17 août, les forces de l’occupation ont été obligées de se retirer du camp She’fat, suite aux affrontements qui ont eu lieu près du barrage militaire à l’entrée du camp.

Des affrontements ont eu lieu dans le village At-Tur entre Palestiniens et forces de l’occupation. Les occupants ont arrêté Khader Wael Abu Ghannam (15 ans), Ahmad Mohammad Abulhawa (22 ans). Les affrontements ont commencé après des tirs lancés sur une voiture des policiers sionistes. Le tram colonial a été visé par des jeunes palestiniens lors de son passage près du camp de She’fat, le jeudi 27 août.

Les autorités sionistes reconnaissent l’intensification des opérations de la résistance au cours des derniers mois. Plusieurs voitures appartenant à des colons ont été attaquées ; plusieurs bombes incendiaires ont été lancées ; plus de 1000 jets de pierre ont été signalés, et 106 colons sécuritaires ont été blessés, en Cisjordanie et dans al-Quds.

La population d’al-Issawiya riposte aux violences de l’occupation : le 20 août, un rassemblement populaire a eu lieu pour protester contre « les punitions collectives » de l’occupation contre le bourg maqdissi. Le soir, des affrontements ont eu lieu entre les manifestants et les forces de l’occupation. Le photographe de presse Fayez Abu Rmayle a été touché par des bombes lacrymogènes. Le 23 août, des affrontements ont opposé les Maqdissis de At-Tur, aux forces de l’occupation qui ont tiré sur les manifestants.

Le 18 août, 5 colons ont été la cible d’un jet de pierres lancés par les Maqdissis de at-Tur. Le 19 août, un soldat de l’occupation a été légèrement blessé par le jet d’une bombe incendiaire dans le quartier Issawiya. Le même jour, la presse sioniste rapporte que 18 opérations de jets de pierre et de bombes incendiaires ont eu lieu dans al-Quds. Le 21 août, des voitures des colons ont été pris pour cibles par les Palestiniens. Le 24, une sioniste a été légèrement blessée par un tir de pierres dans Jabal Zaytoun.

Un soldat sioniste a été blessé par des jets de pierre, alors que l’armée menait une incursion le 7/8 dans la maison du résistant qui a écrasé des sionistes à Biddu. Le 6/8, trois soldats sionistes ont été blessés, dont un grièvement, lorsqu’un résistant a tenté de les écraser.

Les enfants maqdissis protègent la mosquée al-Aqsa, en organisant une chaîne humaine pour empêcher les colons d’y entrer (12/8). Ces enfants participent à un camp de jeunesse dans la mosquée, pour quelques jours. Ils avaient été empêchés d’entrer dans la mosquée, les jours précédents. 

II - Al-Quds occupée : asphyxie et purification ethnico-religieuse

60 colons de l’association sioniste Atirat Cohonim ont envahi le 27 août un immeuble composé de 12 appartements et cinq étages dans le quartier Batn al-Hawa, dans Selwan, au sud de la mosquée al-Aqsa. L’association prétend avoir acheté l’immeuble. Avec cet immeuble, la colonisation s’est étendue dans Selwan, la situation devient de plus en plus difficile pour les habitants, selon leurs témoignages. Un des locataires de l’immeuble s’est opposé à son expulsion, et a changé les verrous de sa maison. La même association a remis des ordres juridiques émanant des tribunaux de l’occupation à la famille Sirhane réclamant la terre située dans le quartier Batn al-Hawa. L’association prétend que ce terrain appartiendrait à des juifs yéménites qui y vivaient avant 1948. Or, les familles qui y vivent possèdent ce terrain depuis plus de 80 ans, acheté et enregistré. Zuheir Rajabi, responsable du comité de défense de Batn al-Hawa, a déclaré que cette partie de Selwan est particulièrement visée par l’occupant, car elle est située juste à côté de la mosquée al-Aqsa. Il a signalé que 38 familles y vivent, sur 5 dunums et 200 mètres de terrains, avec une population de 1300 personnes. La plupart des immeubles du quartier sont menacés de destruction ou de confiscation.

Les autorités de l’occupation ont remis 20 ordres de destruction à des Maqdissis vivant à l’est de la ville, dans al-Izariyya. Daoud ‘Id Jahhalin, représentant de la population visée, a déclaré que 170 personnes sont menacées par ces démolitions, pour le bénéfice de la colonie Maale Adomim. Les bulldozers de l’occupation ont démoli des habitations appartenant au responsable du mouvement Fateh, dans al-Izariyya, Sami Abu Ghalia, et à des familles maqdissies et de la ville d’al-Khalil.

Un immeuble en construction dans Jabal al-Mukabber a été démoli, sous la haute protection des forces sécuritaires de l’occupant. La municipalité de l’occupation a remis un ordre de démolition de la mosquée al-Qa’qa’, dans le quartier Ayn Lawzé, dans Selwan.

Au même moment, l’expulsion des Palestiniens se poursuit : les colonies situées à l’est d’al-Quds ont réclamé la destruction de 15 logements appartenant aux Bédouins, construits par l’Union européenne, sur des terrains qui seraient, d’après ces colonies, à l’intérieur de leurs « zones d’influence ».

Les forces de l’occupation ont démoli le mercredi 19 août un immeuble en construction à Wadi al-Joz, appartenant aux familles Tawtah et Tawatinji. La compagnie sioniste « Tsirfati Shamoun » se prépare à construire 252 nouveaux logements coloniaux dans la colonie « Pesgat Zeev », au nord d’al-Quds.

Pour empêcher l’extension de la révolte des jeunes, la municipalité de l’occupation envisage d’étendre le temps de scolarité dans les écoles secondaires pour garçons uniquement, constatant que le jet de pierres augmente sensiblement après la journée scolaire dans la ville d’al-Quds.

Des nouvelles signalisations dans les rues de la ville occupée empêchent les Maqdissis de circuler librement les jours déclarés fériés pour les juifs. Sont notamment ciblés par ces nouvelles signalisations les écoles de conduite dirigées par les Palestiniens, devant lesquelles plusieurs rues sont fermées à la circulation. Le bourg maqdissi de Sour Baher est particulièrement touché, car les écoles devraient aller loin pour pouvoir entraîner leurs élèves à la conduite.

L’occupant s’empare d’un terrain appartenant à la famille al-Huseyni, juxtaposant le mur de la mosquée al-Aqsa (16/8). Les bulldozers de l’occupation ont démoli le 17/8 plusieurs bâtiments appartenant aux Jahhalin, dans les régions d’al-Za’im, Khan al-Ahmar et Wad Sansil.

L’occupant a commencé le creusement d’un large fossé dans le quartier Ras al-Amoud à Selwan, au sud de la mosquée al-Aqsa, pour mettre en place des « étangs à caractère religieux » pour les colonies situées à proximité.
 
III – Al-Quds occupée : répression

L’occupant a arrêté dimanche 16 août l’enfant Omar Mahmoud Shwayfat, âgé de 12 ans, près de Ras al-Amoud, à Silwan et l’a emmené au centre de police d’al-Qishleh, en l’accusant de lancer des pierres.

L’occupation a arrêté 6 Maqdissis devant l’hôpital Barzalay, venus soutenir la grève de la faim de Mohammad Allan, en lutte contre la détention administrative.

Le « comité des familles des prisonniers et détenue maqdissis » a déclaré que le prisonnier Samer Ghazi Mut’eb, 38 ans, a entamé les 15 années d’emprisonnement. Il avait été arrêté le 21 août 2001, pour appartenance au Front Populaire de Libération de la Palestine » et la participation à la résistance. Il avait été condamné à 25 ans de prison.

La jeune Maqdissie Sandas Ghayth, 18 ans, a été arrêtée à l’intérieur de la mosquée al-Aqsa, sous le prétexte d’avoir empêché les colons d’y circuler. Elle a été libérée après paiement d’une caution. Les jeunes Isra’ Abu Hadwan et Youssef Ajlouni ont été condamnés à s’éloigner de la mosquée pendant 15 jours.

Le jeune Ahmad Shawish, 22 ans, de Bab Hatta, a été accusé par l’occupation de solidarité avec une « organisation illégale ». Le jeune Tareq Tamimi, 22 ans, de Bab Hatta, a été accusé d’avoir brutalisé un policier sioniste. Le 23 août, les services de renseignements de l’occupation ont arrêté à nouveau le jeune Layth Abd Rabboh, 16 ans, après qu’il ait été libéré quelques jours auparavant. 3 mineurs ont été arrêtés, à al-Issawiya et à She’fat. Le 24, l’enfant Mohammad Abu Nab, 13 ans, a été arrêté, ainsi que le jeune Haytham Barakat, 17 ans, à Selwan.

Le 11/8, les forces de l’occupation ont arrêté les jeunes Adam Abu Rmayle (15 ans) et Mustafa Siyyad (18 ans) et Siham Hawas suite aux événements qui se sont déroulés dans la mosquée al-Aqsa. L’avocat Ramzi Kutaylat a mentionné que l’occupant tente de légaliser un nouveau motif d’arrestation, celui d’empêcher les colons d’entrer dans la mosquée, sous l’accusation « empêcher d’arriver à un lieu saint ». Il a ajouté que la police sioniste a utilisé cette nouvelle accusation, qui risque de s’aggraver au fur et à mesure que les sionistes étendent leur pouvoir sur la mosquée.

Les Palestiniens d’al-Quds protestent, devant le consulat britannique, contre la détention administrative (14/8), système répressif ayant été largement utilisé par l’occupant britannique en Palestine, pour briser la résistance populaire, avant la fondation de l’entité sioniste.

L’occupation a éloigné Tamer Shala’ta, de la ville de Sakhnine, en Galilée, de la mosquée al-Aqsa, par ordre militaire, pour une durée de 6 mois.  Le journaliste maqdissi Amjad Arfa a été interdit de voyager pendant trois mois par les services de renseignements de l’occupant.

L’occupant interdit aux parents des prisonniers détenus dans la prison de Eschel de leur rendre visite (10/8), les parents ayant refusé les fouilles corporelles insultantes à la dignité.
 
IV - Al-Quds occupée : les lieux saints

Les autorités de l’occupation ont réservé 40 millions de dollars pour judaïser la place ash-Sharaf, à l’ouest de la mosquée al-Aqsa, sous direction de « la compagnie de développement du quartier juif ». Selon Qpress, le projet prévoit la construction d’un parking souterrain pour 600 voitures, où le sol va être creusé, près de la mosquée Dayssi. Près de la mosquée al-Omari, au centre du quartier, des magasins vont être installés et un projet de construction de deux ascenseurs pour relier le quartier ash-Sharaf au quartier al-Maghariba et la place al-Bouraq. Il est également prévu la construction d’une synagogue « le joyau d’Israël » dans le quartier.

Le rabbin extrémiste Ara’il a dirigé la profanation de la mosquée al-Aqsa le jeudi 13 août, à partir de la porte al-Maghariba, sous la protection renforcée de la police sioniste.

Le ministre sioniste de l’intérieur, Gilad Ardan, a considéré que les « Mourabitun » et « Mourabitat » (fidèles, hommes et femmes, protégeant la mosquée al-Aqsa) sont des organisations « terroristes » parce qu’elles empêchent les colons de profaner la mosquée. Les colons se sont rassemblés devant sa maison pour réclamer « la fin de la discrimination » et autoriser les colons à profaner la mosquée et à la placer sous la juridiction sioniste.

Les nouvelles mesures de l’occupation concernant la présence des fidèles dans la mosquée sont faites pour contrôler la mosquée : les cartes d’identité doivent être remises aux policiers de l’occupation pour limiter dans le temps la présence des fidèles. Dr. Jamal Amrou a déclaré que ce scénario en cours est très dangereux, car il signifie le contrôle total de l’occupation sur la mosquée.

Les colons sionistes sont autorisés à profaner la mosquée et les fidèles musulmans sont interdits d’y prier et de s’y recueillir, et de la protéger. 45 colons ont envahi la mosquée le 20 août, et 15 Palestiniennes ont été interdites d’y entrer le 23 août. 43 colons ont profané la mosquée le 25 août, et le 24, plusieurs femmes ont été interdites d’y entrer, lorsque l’occupant a installé des barrages autour de ses portes. L’occupant a agressé les journalistes et les fidèles, réunis devant la porte al-Silsila. Le 16 août, 80 colons profanent la mosquée, mais les enfants et les familles présentes ont réussi à les empêcher à se retrouver sur la place de la mosquée du Dôme du Rocher (Qubbat as-Sakhra). 60 colons profanent la mosquée le 5/8.

Les 8, 9 et 10 août, la mosquée al-Aqsa fut le théâtre de vives tensions, lorsque les colons l’ont envahie sous la protection des forces de la répression. Les enfants qui s’y trouvaient se sont opposés à cette invasion. Le 11 août, les enfants et les femmes furent interdits d’y entrer et les forces sionistes ont pourchassé les enfants dans les ruelles de l’ancienne ville.

Le cimetière musulman de Ma’manullah est devenu un lieu de débauche pour les colons sionistes. Après l’avoir dépecé au cours des décennies de l’occupation, les autorités sionistes ont décidé d’organiser des fêtes de débauche dans le cimetière historique où les grandes firmes de vin sont invitées à exposer leurs produits, pour faire danser les colons.

46 ans après la tentative de l’incendie de la mosquée al-Aqsa (12 août 1969), les tentatives sionistes se suivent les unes après les autres pour la destruction de la mosquée et son remplacement par un temple juif, soi-disant pour remplacer un ancien qui aurait été construit en ce lieu, alors que les fouilles archéologiques menées par les sionistes mêmes n’ont pu jusqu’à présent, prouver une telle aberration. Qu’importe, les sionistes et les « savants » européens ou occidentaux veulent croire à un tel mensonge, et par conséquent, soutiennent les efforts de la judaïsation de la ville et notamment des lieux saints, musulmans et chrétiens. Laïcs dans leurs propres pays, les « savants » européens deviennent « judéo-chrétiens » en Palestine occupée.

Le centre médiatique « Himma News »  a publié son rapport mensuel concernant les agressions sionistes dans la mosquée al-Aqsa : il a relevé qu’au mois de juillet, 27 Maqdissis ont été arrêtés aux portes et dans la mosquée, 27 fidèles ont été éloignés de la mosquée, 930 colons ont profané la mosquée, 62 agressions commises par la police de l’occupation à l’intérieur et aux portes de la mosquée. 

V – Déclarations

Le membre palestinien du Knesset sioniste, Ahmad Tibi, a déclaré que le quartier de Selwan et les autres quartiers maqdissis sont visés par une invasion colonisatrice sous le gouvernement extrémiste, dans le but de judaïser al-Quds et non en vue d’un quelconque règlement. Il a ajouté que l’occupation insiste sur les quartiers d’al-Quds, car la judaïsation est pour l’occupant un but stratégique, réclamant une plus grande fermeté dans le défi à l’occupation. « Il y a un grand mouvement de colère dans al-quds, après l’immolation du nourrisson Ali Dawabché, et le mouvement a commencé après l’immolation du jeune Mohammad Abu Khdayr, ce qui prouve que la ville d’al-Quds est une ville palestinienne et que les Maqdissis sont la partie vive de ce peuple. Quiconque pense que l’inscription à la sécurité nationale (sociale) ou l’obtention de la carte d’identité bleue vont changer l’identité nationale, se fait des illusions ».

Dr. Najeh Bqayrat, directeur du secteur des archives dans la mosquée al-Aqsa, a déclaré que l’occupant a affectivement partagé la mosquée el-Aqsa, dans le temps, entre les musulmans et les occupants « israéliens » depuis dimanche 23 août 2015. Il a insisté sur le fait que le silence sur ce partage signifie que l’occupant va poursuivre sa politique consistant à empêcher les Musulmans d’y entrer, d’abord en les empêchant d’y accéder lors des prières du Maghreb et du ‘Isha, puis entièrement, pour transformer la mosquée en synagogue.

Isma’ïl Haniyya (vice dirigeant du bureau politique du mouvement Hamas) a déclaré le 13 août que « notre peuple et sa résistance ne resteront pas muets face aux agressions des colons en Cisjordanie , et que les mains criminelles qui agressent la mosquée al-Aqsa seront coupées ».

VI – Al-Quds occupée : solidarité

En France, la manifestation « Palestine en campagne » a accueilli des personnalités maqdissies pour expliquer la situation en Palestine, et notamment à al-Quds. Plusieurs centaines de participants ont assisté aux conférences de l’archevêque Atallah Hanna et de l’écrivain Samah Jabr.

Au Liban, à Tripoli, une conférence de solidarité avec al-Quds a été organisée le 22 août. Les participants ont tenu à rappeler que « la question de la libération de la Palestine est le droit du peuple palestinien à l’autodétermination sont une question nationale, panarabe et islamique ».

Au Maroc, le parti « Al-Adl wal Ihsan » a organisé à Dar al-Bayda’ un rassemblement populaire en soutien à la mosquée al-Aqsa. D’autre part, le « conseil marocain pour le soutien aux affaires de la nation » a appelé à la mobilisation pour la Palestine et al-Quds, le 14/8.

En Jordanie, une imposante manifestation s’est déroulée dans les rues de Amman le 7/8 pour dénoncer les agressions sionistes contre la mosquée al-Aqsa et al-Quds. Les manifestants ont réclamé le départ de l’ambassadeur sioniste.

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Jérusalem

Même sujet

Résistances

Même auteur

Rim al-Khatib

Même date

30 août 2015