Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3454 fois

Jérusalem -

Al-Quds nous interpelle
La situation à al-Quds - Rapport semestriel de l’Institution Internationale al-Qods – (QII) : Janvier – juin 2012-07-25

Par

Les agressions israéliennes contre la mosquée al-Aqsa ne se sont pas arrêtées, que ce soit par le biais des excavations souterraines, des violations de la mosquée ou des agressions contre les fidèles, tout au long des six mois couverts par le rapport. Les autorités sionistes ont planté des caméras de surveillance supplémentaires qui dévoilent les places intérieures de la mosquée et ses alentours, tout comme elles ont renouvelé les autorisations aux soldats d’y entrer et de se déplacer dans la mosquée, en tenue militaire. Elles ont également approuvé un budget de près de deux millions de dollars pour mettre en place un nouveau centre juif dans le sous-sol, au sud de la mosquée al-Aqsa. Ce centre ferait partie d’un ensemble de 7 bâtiments juifs talmudiques autour de la mosquée, « les appendices du temple », où se mènent de larges excavations, et à proximité du « musée juif ». Au même moment, les appels israéliens se sont succédés demandant la destruction de la mosquée al-Aqsa pour construire le prétendu temple qui aurait existé, sans tenir compte des réactions politiques et internationales.

Al-Quds nous interpelle
La situation à al-Quds - Rapport semestriel de l’Institution Internationale al-Qods – (QII) : Janvier – juin 2012-07-25

La période couverte par le rapport a assisté à l’augmentation de la construction d’unités coloniales, afin d’imposer un état de fait sur le terrain, avant les élections législatives sionistes, comme l’a signalé l’observatoire de la colonisation du mouvement « la Paix maintenant ». Les autorités israéliennes ont approuvé la construction de nouvelles unités coloniales et l’élargissement des deux colonies « Gilo » et « Neve Tzion ». Par ailleurs, le comité ministérieur israélien pour l’organisation et la construction dans al-Quds a approuvé la construction de 1100 unités de logement et hôtelières dans la colonie « Gi’fat Hamatous » située au-delà de « la ligne verte » entre Beit Safafa et la route d’al-Khalil, et la colonie « Gilo » au sud de la ville d’al-Quds.

Il faut noter que le conseil des droits de l’homme dépendant de l’ONU a adopté au mois de mars la formation d’une commission pour examiner la situation, concernant les violations israéliennes des droits des Palestiniens, notamment en matière de colonisation et son impact sur la vie des Palestiniens. Quelle que soit la position israélienne de refus de collaborer avec la commission, celle-ci, composée de trois membres, devra présenter son rapport sur la colonisation, pour être discuté au mois de mars 2013.

Dans le cadre de la judaïsation religieuse et culturelle, plusieurs mesures ont été prises par l’occupant pour entériner ce qu’il appelle « le bassin sacré » consistant à dominer la mosquée al-Aqsa et la vieille ville. Les autorités de l’occupation ont planté des milliers de tombes fictives autour de la mosquée al-Aqsa et de la vieille ville, falsifiant l’histoire en prétendant que ces tombes seraient les sépultures de juifs ayant vécu dans al-Quds, avant des milliers d’années. De plus, le comité ministériel du gouvernement de l’occupation a discuté un projet présenté par 20 députés appartenant aux partis de droite, consistant à considérer le Mont des Oliviers (Jabal al-Zaytoun) comme le « premier cimetière juif » dans le monde et « un lieu historique et national pour les juifs ». Le tribunal israélien a, de son côté, décidé d’expulser plusieurs familles palestiniennes d’un ancien immeuble dans Selwan pour le transformer en synagogue.

Le projet du « bassin sacré » est l’un des plus graves projets de judaïsation de la ville d’al-Quds, car il ne s’agit pas seulement de confisquer des terres, mais de confisquer l’identité arabo-islamique de la vieille ville, de poursuivre les plans de colonisation, en vue de lier les points de colonisation dans la vieille ville aux colonies israéliennes situées autour de la ville.

Dans le cadre des festivités en commémoration de « l’unification d’al-Quds », un festival d’une semaine a été organisé, du 6 au 14 juin, « la semaine de la lumière ». Parmi les phénomènes de ce festival, un dôme semblable au dôme du Rocher a été planté à l’entrée de la porte al-Khalil, avec des lumières et des couleurs. A l’intérieur, de la musique et des danses effctuées par les juifs. Ce festival est l’un des moyens utilisé par l’occupation pour judaïser la ville, par le biais de la culture et de l’art.

Quant aux discours politiques, le premier ministre du gouvernement de l’occupation a déclaré que « Israël » sans al-Quds est un corps sans tête, et que la division de la ville d’al-Quds serait un cœur faible. Cette déclaration faite le jour de la commémoration de l’occupation de la partie orientale d’al-Quds est une confirmation de plusieurs autres déclarations d’autres personnalités israéliennes, comme le président du parlement de l’occupation et le chef de l’opposition ainsi que le maire de la ville occupée d’al-Quds. Mais Olmert fut le seul à declarer que les dirigeants d’Israël devaient faire « des concessions » et abandonner de larges parties de la ville occupée d’al-Quds à l’Autorité palestinienne s’ils voulaient réaliser la paix. Hormis Olmert, toute la classe politique israélienne refuse d’abandonner la mosquée al-Aqsa et les quartiers arabes.

Dans la même optique, la municipalité de l’occupation a annoncé au mois de mai sa volonté de mettre en place un plan de construction d’un « centre commercial et d’un parking » sur les terres appartenant au couvent des Arméniens dans la vieille ville d’al-Quds. Elle a émis un ordre interdisant aux Arméniens d’utiliser l’ancien parking dont le terrain appartient au couvent. Cette décision a suscité la colère des habitants du couvent qui ont manifesté contre la décision de fermeture de l’ancien parking et l’interdiction de l’utiliser pour leurs voitures. Ce plan, ainsi que l’interdiction d’utiliser l’ancien parking, témoigne de la politique de discrimination exécutée par les autorités de l’occupation envers les non juifs et les tentatives de resserrer l’étau contre leur présence dans la ville, pour les contraindre à partir.

Par ailleurs, les politiques israéliennes visant à étouffer la vie des maqdisis et de rendre leur vie de plus en plus difficile se poursuivent. Le parlement de l’occupation a approuvé au mois de janvier l’augmentation de l’impôt « arnuna ». Selon cette décision, une augmentation de 35% sera appliquée au début de l’année 2012. Les impôts imposés par l’occupation sur la population d’al-Quds rendent la vie difficile, d’autant plus que le non-paiment de cet impôt les expose au retrait de leur carte de résidence.

La municipalité de l’occupation a décidé de remettre l’administration de plusieurs quartiers palestiniens, isolés par le mur de la colonisation, à l’administration civile de l’armée sioniste, qui gouverne la Cisjordanie occupée. Cette mesure prive les habitants des quartiers isolés des services assurés par la municipalité, tout comme elle les prive d’accès aux écoles, aux hôpitaux et à leur lieu de travail situés dans al-Quds. Cette mesure, qui bouleverse la vie 100.000 Palestiniens, fait partie du plan de judaïsation démographique de la ville et du nettoyage ethnico-religieux mené par les autorités de l’occupation.

Dans ce cadre, les tentatives d’expulsion des Maqdisis se poursuivent. Des ordres d’expulsion et de destruction de maisons ont été émis, dans plusieurs quartiers, notamment à Selwan et ‘Issawiya. Le tribunal de la municipalité a fixé la date de fin septembre pour la destruction de 29 maisons des 88 menacées dans le quartier al-Bustan, dans Selwan. Les autorités de l’occupation tentent de mettre la main sur le quartier pour construire un « jardin biblique ». Elles détruisent les maisons sous prétexte qu’elles ont été construites sans autorisation, alors qu’elles n’en délivrent pas ou à peine, aux Palestiniens d’al-Quds.

Face à ces pratiques coloniales, le soutien arabe et islamique de la ville d’al-Quds reste très limité. Un hôtel a été construit au mois d’avril, pour activer le secteur touristique dans la ville, mais sans plus.

Une polémique a éclaté, suite à l’invitation adressée par le président Mahmoud Abbas, aux Arabes et musulmans de vister al-Quds, pour soutenir sa population, affirmant que de telles visites ne sont pas une normalisation des relations avec l’occupant. Il faut cependant remarquer que les portes de la solidarité et du soutien sont ouvertes à tous ceux qui se soucient de consolider la résistance des maqdisis et de la ville d’al-Quds, en finançant les projets d’habitation et les secteurs scolaires et hospitaliers, en soutenant la réfection de la mosquée al-Aqsa et en participant activement aux campagnes de boycott de l’Etat sioniste, en participant aux campagnes de pression pour faire cesser l’occupation, l’expulsion et la confiscation des terres.

Le soutien populaire à la ville d’al-Quds s’est manifesté le 30 mars dernier, lors de la journée de la terre, lorsque plusieurs manifestations ont eu lieu dans les pays limitrophes de la Palestine, ainsi qu’en Palestine, en Cisjordanie , à Gaza et dans les territoires occupés en 48, pour réclamer la protection de la ville et des lieux saints en Palestine.

La question des députés expulsés de leur ville n’a toujours pas été adoptée par les organisations juridiques et humanitaires internationales, qui prétendent lutter pour l’application et la protection des droits de l’homme, alors que les mesures d’expulsion qui les ont visés, et qui ont visé des centaines de maqdisis, sont une violation flagrante des lois internationales.

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Jérusalem

Même sujet

Nettoyage ethnique

Même auteur

Institution Internationale al-Quds