Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2779 fois

Bethléem -

Al-Walajeh dévasté par les bulldozers israéliens

Par

Créé en 1990, l’Applied Research Institute de Jérusalem (ARIJ) est une organisation à but non lucratif dédiée à promouvoir le développement durable dans les Territoires Occupés Palestiniens et l’auto-suffisance du peuple palestinien par un plus grand contrôle de leurs ressources naturelles.

À 5h30 le mardi 17 janvier 2005, et sans préavis, environ 250 soldats israéliens, 20 officiers de police israéliens et plusieurs fonctionnaires de la municipalité israélienne de Jérusalem ont fait irruption dans le village de Al Walajeh à l'ouest de Bethlehem.
Les Forces de l'Occupation israélienne sont entrées dans le village avec plus de 40 véhicules militaires, 10 fourgons civils, 2 bulldozers et 2 foreuses.

Al-Walajeh dévasté par les bulldozers israéliens


Carte ARIJ de Walajeh : Le Mur d'Annexion et les colonies (agrandir l'image)

Les Forces de l'Occupation israélienne sont restées en action dans le village de 5h30 jusqu'à environ 12h30 (7 heures) et pendant ce temps le périmètre du village a été déclaré "Zone Militaire Fermée".


Les Forces de l'Occupation israélienne ont démoli 6 maisons et/ou batiments résidentiels et 5 hangars pour animaux et/ou ateliers situés dans le village.



Victimes des démilitions israéliennes à Al Walajeh (17 janvier 2005)

Nom : Type de bâtiment démoli
Mousa Abed Al-Shikh : hangar/atelier
Jamal Bargout : Résidence
Saleem Abu Rizik : Résidence
Nader Abu Khiyarah : hangar/atelier
Waleed Ata : hangar/atelier
Fakhrey Abu Sadoud : Résidence
Samier Jubran : Résidence
Hasan Shehadeh : Résidence
Sa'ed Al-Skikh : hangar/atelier
Ahmad Al-Atrash : hangar/atelier
Imad Abu Al-Teen : Résidence
Total : 11



Les Forces de l'Occupation israélienne qui ont procédé aux démolitions n'ont pas présenté aux propriétaires démolis des maisons et des hangars/ateliers les ordres du tribunal indiquant la raison de la démolition. Les autorités de l'occupation israélienne de la municipalité israélienne de Jérusalem étaient pourtant là à surveiller les démolitions.


Les fonctionnaires municipaux de Jérusalem ont offert à quelques résidents de Al Walajeh un document déclarant que les villageois n'établiraient pas ou n'augmenteraient pas les structures existantes sur leur propriété.
Le document a été présenté aux propriétaires palestiniens pendant la démolition.

Les Forces de l'Occupation israélienne ont stoppé les démolitions seulement à réception de la signature du propriétaire.

Si le document était signé, la démolition était stoppée, laissant quelques structures partiellement détruites. Les propriétaires ont été forcés de signer le document sous une énorme pression et sans avoir le temps de lire le document entièrement ou de consulter un avocat.

Les Forces de l'Occupation israélienne ont pris le document après qu'il ait été signé et n'ont pas laissé de copie au signataire.


Les démolitions ont été effectuées dans le quartier Ein Al Jouiezeh, qui était visé par la municipalité illégale de Jérusalem depuis de nombreuses années. Plus de 60 maisons palestiniennes dans le secteur sont programmées pour la démolition par les autorités de l'occupation israélienne. Le quartier se trouve dans les limites municipales de Jérusalem illégalement étendues mais est considéré comme faisant partie de la Cisjordanie Occupée selon le droit international.


Les plans récents avancés par la municipalité israélienne illégale de Jérusalem (juin 2004) suggèrent que le quartier de Ein Al Jouiezeh soit le site prévu pour une nouvelle colonie israélienne illégale.

Les plans initiaux de la nouvelle colonie montrent la construction de 13.500 logements prévus pour loger 55.000 colons israéliens.
Voir la carte ci-dessus agrandie





La politique israélienne de démolition des maisons dans le quartier et dans tout le village d'Al Walajeh est destinée à dégager la terre pour cette nouvelle colonie. Les habitants d'Al Walajeh sont expulsés de force par les forces de l'occupation israélienne et le quartier de Ein Al Jouiezeh, en particulier, est lentement nettoyé éthniquement.



Démolitions de maisons et le Droit International :

Les actions israéliennes à Jérusalem-Est, y compris dans le village de Al Walajeh, sont en violation directe des nombreuses résolutions du Conseil de Sécurité et de l'Assemblée Générale des Nations Unies.

En particulier, la résolution 242 (1967) du Conseil de sécurité de l'ONU réclame 'le retrait de toutes les forces armées israéliennes des territoires occupés' au cours de la guerre de 1967;

et la résolution 465 (1980) du Conseil de sécurité de de l'ONU applique ces principes plus directement et avec force sur Jérusalem-Est, en déclarant : que toutes les mesures prises par Israël pour modifier le caractère physique, la composition démographique, la structure institutionnelle ou le statut des territoires palestiniens et des autres territoires arabes occupés depuis 1967, y compris Jérusalem, ou de toute partie de ceux-ci n’ont aucune validité en droit.'


En outre, en tant que puissance occupante, Israël est lié par l'application de la loi humanitaire internationale. La politique de démolition de maisons viole, cependant, les règles les plus fondamentales du régime juridique international.


La démolition des maisons palestiniennes et la saisie des terres palestiniennes pour construire les colonies israéliennes, les routes de contournement et le Mur d'Apartheid sont explicitement proscrits par les Conventions de la Haye de 1907

La Convention IV, Article 23 (G) déclare clairement que la puissance occupante est interdite de : " de détruire ou de saisir des propriétés ennemies, sauf les cas où ces destructions ou ces saisies seraient impérieusement commandées par les nécessités de la guerre."



La Quatrième Convention de Genève de 1949 interdit également clairement la destruction des maisons palestiniennes.

L'article 53 de la Convention déclare : " Il est interdit à la Puissance occupante de détruire des biens mobiliers ou immobiliers, appartenant individuellement ou collectivement à des personnes privées, à l'Etat ou à des collectivités publiques, à des organisations sociales ou coopératives, sauf dans les cas où ces destructions seraient rendues absolument nécessaires par les opérations militaires."


En fait, la politique de démolition de maisons d'Israël est une violation fondamentale de la Qatrième Convention de genève.

L'article 147 interndit clairement : "la destruction et l'appropriation de biens non justifiées par des nécessités militaires et exécutées sur une grande échelle de façon illicite et arbitraire."

Selon la Convention, les violation de l'article 147, incluant la destruction de l'infrastructure civile telle que des maisons constituent une "infraction grave" de la Convention et doivent être jugés en tant que crimes de guerre.



Source : www.poica.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Bethléem

Même sujet

Démolitions de maisons

Même auteur

ARIJ

Même date

18 janvier 2005