Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2069 fois

Grande Bretagne -

Appels pour que la Grande-Bretagne agisse en faveur des Britanniques assassinés à Gaza

Par

La nuit dernière, le procureur général a été invité à envisager l'inculpation pour crimes de guerre de cinq officiers israéliens après qu'un jury d'enquête ait constaté qu'un soldat sous leur commandement ait intentionnellement tué un pacifiste britannique à Gaza.
Tom Hurndall, 22 ans, est mort après avoir été abattu en plein jour par un soldat israélien qui a déclaré ultérieurement que ses commandants avaient donné des ordres lui permettant de tirer même sur des civils non-armés.

Appels pour que la Grande-Bretagne agisse en faveur des Britanniques assassinés à Gaza


Tom Hurndall, quelques minutes avant de partir à une manifestation lors de laquelle il recevra une balle dans la tête - Photo : ISM


Le Sergent Taysir Hayb a été condamné d'homicide involontaire par une cour israélienne et emprisonné pour huit ans pour avoir tiré sur M. Hurndall le 11 avril 2003 alors que le Britannique tentait de sauver des enfants qui étaient morts de peur après que le soldat ait ouvert le feu.

Hier, un jury du tribunal de Saint Pancras à Londres est arrivé à la conclusion que M. Hurndall avait été tué illégalement et que le soldat avait tiré délibérément "avec l'intention de le tuer". Les avocats de la famille de Hurndall ont déclaré que cela équivalait à constater que le pacifiste avait été assassiné.

La semaine dernière, la même cour avait constaté qu'un journaliste, James Miller, avait été assassiné après avoir été abattu par un soldat israélien, trois semaines après M. Hurndall, à un kilomètre du sud de Gaza.

Andrew Reid, le coroner qui a entendu les deux cas, a annoncé qu'il écrirait au Procureur Général sur la façon dont des morts de ce genre pourraient être empêchés, y compris pour envisager d'éventuelles poursuites des commandants israéliens.

Devant le tribunal, le Dr Reid a indiqué qu'il écrirait au procureur parce que l'affaire soulevait des questions plus larges sur le commandement dans l'armée israélienne et parce que "deux citoyens britanniques engagés dans des actions légales" avaient été tués par des soldats israéliens.

Le Dr Reid a déclaré que l'armée israémienne posait un danger aux ressortissants britanniques, particulièrement à ceux qui couvraient le conflit avec les Palestiniens : "Les citoyens, les journalistes, les photographes ou tout autre Britannique peuvent être sujets au risque de tirs mortels."

Le coroner a indiqué qu'il écrirait au procureur général pour savoir si ses pouvoirs, sous la Geneva Conventions Act, lui permettant de poursuivre ceux qui étaient impliqués dans la publication des ordres sur quand les soldats peuvent tirer, pourraient "empêcher des morts dans des conditions semblables".

Les actions du Dr Reid renforcent la demande de la famille Hurndall que des officiers israéliens soient jugés pour leur participation dans le meurtre de leur fils.



Le père de l'homme mort, Anthony Hurndall, a déclaré : "Le gouvernement britannique est obligé de poursuivre toute source de crime de guerre, et le meurtre volontaire est un crime de guerre sous la Loi des Conventions de Genève."

Après le verdict, une source gouvernementale a indiqué au Guardian que le procureur général "ne répugnerait pas" à agir, et que "indisposer les Israéliens" n'arrêterait pas la poursuite de l'affaire.

Michael Mansfield QC, qui représentait la famille lors de l'enquête, a indiqué : "Ne vous y trompez pas, les Forces de Défense Israéliennes ont été jugés aujourd'hui par ce jury coupables de meurtre."
La famille tentera d'avoir une réunion avec les ministres Britanniques pour les presser à agir, et n'élimine pas une poursuite privée.

Le jury a critiqué Israël de son "manque de coopération" avec l'enquête, puisque le gouvernement israélien a refusé de participer et a même entravé l'enquête de police britannique. Devant le tribunal, Anthony Hurndall a accusé Israël de "mensonges".

Le jury a entendu des extraits du journal du pacifiste, qui était à Gaza avec l'International Solidarity Movement.

Quelques jours avant qu'il soit abattu, M. Hurndall, étudiant en photographie du Nord de Londres, a écrit qu'il avait déjà été la cible de tirs : "Je m'attends à ce qu'une partie de mon corps soit frappée par une force 'invisible', un tir de souffrance... Je me suis demandé comme ce serait d'être touché, et étrangement je n'ai pas été trop effrayé."

Dans un autre passage, il écrit avoir été dans la ligne de mire d'un tireur d'élite israélien : "Ma vie dépend de la décision de tout soldat ou colon israélien. Je sais que je ne saurais probablement jamais ce qui m'a touché."

L'Ambassade d'Israël à Londres a exprimé sa sympathie pour la famille Hurndall et a indiqué : "Pendant toute l'enquête et le procès, les autorités israéliennes ont maintenu un contact étroit avec la famille Hurndall et les autorités britanniques, et à la conclusion des procédures, un compte-rendu complet leur a été donné."

Source : The Guardian

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Grande Bretagne

Même sujet

Victimes ISM

Même auteur

Vikram Dodd

Même date

11 avril 2006