Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2084 fois

Qalqilia -

Azzum Atam, district de Qalqiliya

Par

Un jour dans le Nord - Pengon / Campagne contre le Mur de l'Apartheid

Les trois centres d'urgence du Comité contre le Mur de l'Apartheid situés dans le Nord-Ouest de la Cisjordanie envoient réguliérement des informations sur les dégats et les dommages causés aux Palestiniens par le Mur. Les informations envoyées par ces centres seront publiées régulierement sous le titre "Un jour dans le Nord" dans le but de montrer les effet dévastateurs continus et quotidiens qui se répandent sur la Palestine à cause du Mur de l'Apartheid.

Azzum Atam, district de Qalqiliya

Il y a moins d'une semaine, les force d'occupation israéliennes ont érigé un mirador le long du mur qui entoure Azzum Atam. le mirador, qui est haut de 5 m et situé à l'entrée principale du village, est occupé en permanence par des tireurs d'élite israéliens qui surveillent le village et ses environs et inspectent les cartes d'identité de tous les individus qui veulent entrer ou sortir du village. Bien que la barrière soit ouverte, les horaires sont arbitraires et avec une limitation de deux passages par jour.En plus, Après 8h seules les personnes du village munies de carte de séjour sont autorisées à s'y rendre.

La ville de Qalqiliya

Depuis le 24 septembre, toutes les barrières donnant sur les terres agricoles sont fermées, ce qui a obligé les fermiers à aller au seul point de contrôle militaire d'entrée et de sortie de la ville et de ses 42 000 habitants. Ils n'ont aucune certitude de pouvoir passer et, s'ils y arrivent, cela sera après de longues heures d'attente et de contrôles d'identité par les soldats israéliens, qui exigent des fermiers d'être de retour avant 15h, ce qui permet finalement à peu de fermiers d'avoir le temps de se rendre dans leurs champs .

Durant le mois d'octobre, toutes les entrées y compris les points de contrôle militaires sont restés fermés pendant 20 jours, rendant ainsi impossible pour les fermiers d'avoir accès à leurs récoltes. La plus grande partie de la récolte de goyaves qui sont récoltées ce mois-ci, a pourri, ainsi que les récoltes des serres. Pour l'un des fermiers, propriétaire d'un poulailler de 50 000 volailles, ce siège a entrainé la mort de 7 000 poulets parce qu' il a été empêché de s'occuper de son poulailler.

Jubara

Chaque jour les soldats retardent de plusieurs heures l'ouverture des barrières afin que les écoliers puissent rentrer chez eux à Jubara. Après que les étudiants aient été obligés d'attendre l'ouverture des barrières, toutes leurs affaires sont fouillées par les soldats qui leurs confisquent tout sauf les livres.

Seuls les fermiers de Jubara munis de permis ont un minimum de chance d'atteindre leurs terres. Cependant, lorsque la barrière est ouverte, le temps en est limité et des amendes ont été mises aux conducteurs de tracteurs pour le motif suivant : leurs véhicules n'avaient pas les permis appropriés pour passer…..
Durant le mois sacré de Ramadan, les soldat ont empêché les fermiers de rentrer chez eux pour la rupture du jeun. De plus, les soldats ont confisqué leurs pièces d'identités aux femmes et ont refusé de les leur rendre avant le soir.

Farun district de Tulkarem

Farun se trouve coincé entre le Mur de l'Apartheid et ce qu'on appelle " la barriere d'isolation" entourant la ville de Tulkarem et les villages avoisinants et les camp de réfugiés.
La barrière qui permet aux habitants de Farun de se rendre sur leurs terres isolées, est fermée en permanence et cela depuis la construction du Mur, il y a 8 mois maintenant. Les fermiers peuvent se rendre sur leurs terres uniquement via le point de contrôle militaire d' Irtah et ceci est seulement valable pour les fermiers qui ont des permis spéciaux, de plus ils n'ont que 1, 2 ou 3 heures pour travailler leurs terres.

Source : www.stopthewall.org

Traduction : NS

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Qalqilia

Même sujet

Le Mur

Même auteur

PENGON

Même date

4 novembre 2003