Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2381 fois

Bethléem -

Bethléem encerclée d’acier alors que le “Mur” serpente autour de la Ville Sainte

Par

Pourquoi les Chrétiens ne sont-ils pas outrés et ne demandent-ils pas à leurs gouvernements d’insister auprès d’Israel d’arrêter de construire ce mur obscène ?
“Pouvez-vous imaginer Bethléem sans Chrétiens ? L’Eglise de la Nativité sans Chrétiens ? Ils font cela pour nous faire partir".

Nous n’allons pas célébrer Noel cette année” dit Yaqub Kasis, un membre de la communauté Chrétienne de Bethleem qui diminue de plus en plus.


Cela devrait être une époque de fêtes pour la ville où le Christ est né. Contrairement à l’année dernière, il n’y a pas de soldats israéliens, cette année, ans les rues de Bethleem et les tanks sont partis. "Ce Noel est plus calme qu’avant" dit M. Kasis, "mais c’est pire. C’est pire à cause du Mur."


La “barrière de sécurité” est arrivée à Bethléem. Elle serpente dans les faubourgs, proche des anciennes maisons de pierre. Mais le terme « barrière » est trompeur.

La partie construite à Bethléem est composée d'un Mur d’une triple couche de béton et de deux barrières métalliques dont une est équipée de détecteurs électroniques.

L’espace entre les deux barrières est patrouillé par des jeeps de l’armée israélienne. Israël construit des centaines de kilomètres de barrière à travers la Cisjordanie .

Les pélerins qui vont venir à Bethléem pour Noël cette année trouveront que la ville de naissance du Christ est en train d’être murée.

La crainte augmente que la ville devienne bientôt cernée. L’armée israélienne dit que le Mur n’encerclera pas la ville – un quart restera ouvert vers la Cisjordanie , dit-on.


Mais, ARIJ, l’organisation palestinienne qui surveille la construction israélienne en Cisjordanie prétend que les Israéliens ont prévu de fermer le dernier quart par 2 routes de contournement. Une route est déjà presque terminée à la lisière Nord-Est de la ville et est séparée par sa propre barrière protectrice.

Les Israéliens disent que les nouvelles routes seront ouvertes aux Palestiniens, mais le Dr Jad Isaac, le responsable d’ARIJ, dit que, même si elles l’étaient, elles sépareront Bethléem de ses terres agricoles et empêcheront l’expansion.. "Ils transforment Bethléem en un ghetto", dit il..


C’est une fatalité qui est déjà tombée sur les villes palestiniennes de Qalqilia et de Tulkarem, plus au nord en Cisjordanie . Qalqilia est entourée totalement d’un Mur en béton avec des miradors d’où les soldats israéliens regardent la ville en bas. Le seul moyen d’entrer et de sortir est par les checkpoints de l’armée israélienne.


Israël dit que le Mur arrêtera les terroristes de passer de la Cisjordanie en Israël. "Si cela était vrai, pourquoi ne le construisent-il pas sur la Ligne Verte ?" dit le Dr Isaac. "Le gouvernement israélien refuse de construire la « barrière » sur la Ligne Verte, la frontière internationalement reconnue entre la Cisjordanie et Israël. A la place, elle s’enfonce profondément en Cisjordanie , ainsi les colonies Juives peuvent être incluses du côté israélien".


Les observateurs internationaux, y compris, le Conseiller à la Sécurité nationale du Président George Bush, Condoleezza Rice, prétend qu’Israël tente d’établir, de facto, des nouvelles frontières.

La semaine dernière, le Premier-Ministre-adjoint israélien, Ehud Olmert, a dit qu’il voulait qu’Israël se retire de façon unilatérale de la Cisjordanie et instaure ses propres frontières.

Dans un ultimatum aux Palestiniens, jeudi dernier, Ariel Sharon, Le Premier Ministre Israélien, a menacé de s’embarquer dans un plan "de séparation unilatéral" sous quelques mois si les Palestiniens n’arrêtaient pas les hommes armés et les attaques-suicides comme partie d'une paix négocée.

"Si vous regardez une carte, vous pouvez voir ce que dit Olmert," dit le Dr Isaac. "Il dit que l’Etat Palestinien sera limité à 40% de la Cisjordanie et à la Bande de Gaza, tassé en cantons séparés."


Les Palestiniens qui vivent à l’extérieur du tracé de la barrière font face à un futur incertain. Là où la barrière est terminée, l’armée israélienne a donné l’ordre que seuls, les Palestiniens ayant des permis, peuvent vivre entre la barrière et la Ligne Verte. Ces permis seront délivrés au bon gré de l’armée israélienne. Les citoyens israéliens ne sont pas concernés par cet ordre tout comme toute personne d’origine Juive.


La situation est aussi triste pour ceux qui vivent à l’intérieur de la barrière. L’armée israélienne veut démolit la maison de Mr Kasis à Beit Sahour (Le Domaine des Bergers), un faubourg de Bethleem avec une importante population chrétienne, pour établir le tracé de la barrière.

"S’ils la démolissent, je vivrai sur les décombres," dit M. Kasis. "Je n’ai nulle part ailleurs pour emmener mes enfants".

M. Kasis travaillait en Israël, mais depuis les fermetures militaires israéliennes qui ont été imposées depuis l’Intifada, il est sans emploi.

M. Kasis vit sur la terre qui lui a été donnée gratuitement pour un nouveau logement par le Patriarcat de l’Eglise Grecque Orthodoxe de Jérusalem. Il a investi ses économies dans la coopérative qui a construit sa maison.

La barrière augmentera les problèmes économiques de Bethléem. Les travailleurs ne pourront plus traverser illégalement pour aller chercher un travail en Israël.


Ceux qui vivent près de la barrière ne seront pas les seuls à souffrir", dit le Dr Isaac. "La terre de chaque côté du tracé proposé a été réservée pour le développement futur de la ville. Si Bethleem est complètement enfermé", dit-il, "la population sera de plus en plus entassée si elle continue de se développer. Bethléem pourrait ressembler à la Bande de Gaza déjà enfermée par une barrière, où les villes ne peuvent pas s’étendre et où la densité de la population est de 4 500 personnes au kilomètre carré, soit l’une des plus peuplées au monde".


La barrière a accéléré d’autres problèmes à Bethléem : les Palestiniens s’en vont.
Beaucoup pensent que leur avenir dans la ville est désolant et font des demandes de visas pour l’Amérique ou l’Europe. Mr. Kasis a deux parents qui sont déjà partis.
Plusieurs de ses amis sont également partis.
Il dit que près de 1 000 familles ont quitté Beit Sahour depuis que l’Intifada a commencé en septembre 2000.


George Ibrahim, un Chrétien qui se prépare à partir pour la Suède, dit : “Je ne veux pas partir. Je ne supporte pas de partir. Je le fais malgré moi. Quand je regarde mes enfants, je me dis que je n’ai pas le droit de les laisser souffrir".


C’est plus facile pour les Chrétiens Palestiniens d’obtenir des visas et des permis de travail que pour les Musulmans. Nombreux ont des parents en Europe et aux Etats-Unis, et ils ont tendance à avoir un niveau d’éducation supérieur et être mieux qualifié que les Musulmans.


Mr. Kasis dit : “Pouvez-vous imaginer Bethléem sans Chrétiens ? L’Eglise de la Nativité sans Chrétiens ?" Il regarde par son balcon l’endroit où le tracé du Mur est en préparation.
Il ajoute : "Ils font cela pour nous faire partir."

Source : The Independent

Traduction : MG

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Bethléem

Même sujet

Le Mur

Même date

20 décembre 2003