Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2885 fois

Ramallah -

Blocus de Jérusalem et de Ramallah

Par

Créé en 1990, l’Applied Research Institute de Jérusalem (ARIJ) est une organisation à but non lucratif dédiée à promouvoir le développement durable dans les Territoires Occupés Palestiniens et l’auto-suffisance du peuple palestinien par un plus grand contrôle de leurs ressources naturelles.

Les Districts de Jérusalem et de Ramallah se situent au centre de la Cisjordanie. Ces deux districts abritent environ un tiers de la population de la Cisjordanie et jouent un rôle central dans la vie quotidienne des Palestiniens. Jérusalem a été un point central dans la lutte politique palestinienne en tant que capitale de l'Etat palestinien et est également importante pour les deux principales religions en Palestine : l'Islam et le Christianisme.
Cependant, depuis qu'Israel l'a occupé en 1967, il a eu comme principal objectif de dissocier Jérusalem de la vie des Palestiniens.

Par conséquent, Ramallah a acquis une centralité de fait en agissant en tant que capitale par intérim. La majeure partie du secteur public palestinien ainsi que du secteur privé, est centrée dans Ramallah. D'ailleurs, trois des principales universités en Palestine sont dans ces deux districts et attirent ainsi une importante partie de l'activité scolaire de la Palestine.

Et en conclusion, cette centralité a signifié que les organisations non-gouvernementales ainsi que les organisations internationales ont établi leurs sièges sociaux dans ces deux districts.

En résumé, Jérusalem et Ramallah forment le coeur de la Cisjordanie .

Au début des années 90, Israël a adopté une politique de bouclage et a commencé à installer des points de contrêle autour de la Cisjordanie et autour de Jérusalem (voir la carte).

Selon cette politique, les Palestiniens ont dû obtenir des permis afin de passer dans ou par Jérusalem. C'était une manière d'observer les déplacements des Palestiniens à l'intérieur et à l'extérieur de ces secteurs et de les empêcher d'entrer à chaque fois que les autorités israéliennes le désiraient.


Avec le soulèvement de l'Intifada Al-Aqsa, Israël a continué de maintenir des barrages encore plus durs sur Jérusalem et en installant des barrages routiers autour de Ramallah aussi. À Jérusalem, les gens de moins de 45 ans ont été empêchés d'assister aux prières du vendredi dans la mosquée Al-Aqsa.

En fait, ils ont également été empêchés d'entrer dans la vieille ville. Les arrestations massives de jeunes dans les villages entourant Jérusalem ont signifié que beaucoup de jeunes Palestiniens ne pourraient pas bouger librement sans crainte d'être arrêtés.

En outre, les colons sont allés saccager des quartier palestiniens à Jérusalem. Il y a eu plusieurs attaques par des foules des colons qui chantaient des slogans anti-arabes et beaucoup de maisons et voitures de Palestiniens ont subi des dégâts.

Beaucoup d'employés palestiniens, qui résident dans diverses parties de la Cisjordanie et qui travaillaient à Jérusalem, ont eu des difficultés pour atteindre leurs lieux d'affectation quand ils pouvaient les atteindre.
Ainsi les établissements ont dû s'arranger pour travailler avec un personnel diminué.

Le blocus sur Jérusalem a coupé le centre de la Cisjordanie de son arrière-pays normal; voir la carte.


Comme cela a été mentionné précédemment, Ramallah abrite les principaux bureaux du secteur public. Le blocus a empêché beaucoup d'employés du secteur public d'atteindre leurs bureaux.
Le transport de certaines marchandises a également souffert de retard et d'obstruction. Les entreprises à Ramallah commencent à manquer de stocks tandis que leurs engagements financiers s'amoncellent.

Les villages palestiniens d'Atarah (1662 habitants), de Bit Sera (2010 habitants), et d'Umm Safa (510 habitants) ont été coupés des autres villages du District de Ramallah puisque leurs entrées uniques ont été bloquées par l'armée israélienne; voir la carte.

Les Forces d'Occupation israélienne ont assiégé Bit Sira pendant sept jours consécutifs. Elles ont également fermé les entrées dans et hors des villages, et ont empêché les étudiants et les ouvriers d'atteindre leurs écoles, leurs universités et leur travail.

Le village d'Umm Safa a été témoin d'un meurtre brutal quand l'un de ses habitants a été enlevé par l'armée israélienne et puis remis aux colons juifs qui l'ont torturé à mort : voir photo 1, photo 2.



Le village d'Atarah, qui se trouve juste au nord de Bir Zeit, a seulement une entrée que contrêle l'armée israélienne.

Le blocus a également affecté la saison de la cueillette des olives.

Les villageois d'El Mazra'a El Qibliya (3003 habitants), Turmus Aya (3147 habitants), et Deir Nadham (643 habitants) ont eu de la difficulté à atteindre leurs champs d'oliviers dont ils obtiennent leur approvisionnement bi-annuel en olives et en huile d'olive. Certaines des olives sont vendues sur le marché ainsi le blocus a eu un effet économique sur les villageois; voir la carte.



Le but de ce blocus est d'imposer une annexion de fait des secteurs sous contrêle israélien en Cisjordanie et à Gaza.
Les décisionnaires israéliennes menaceraient à plusieurs reprises de faire ainsi au cas où les Palestiniens tenteraient de déclarer unilatéralement leur indépendance.

Comme les cartes le montrent, les Israéliens ont la mainmise sur Jérusalem et Ramallah, le coeur de la Cisjordanie et le blocus continu affectera les Palestiniens dans tous les aspects de leurs vies.

Source : www.poica.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Ramallah

Même sujet

Checkpoints

Même auteur

ARIJ

Même date

1 janvier 2001