Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3780 fois

Jérusalem -

Boucler la boucle des colonies : Agrandir Ramat Rachel par la construction de 4700 logements sur les terres du village palestinien de Sur Baher à Jérusalem

Par

La coalition des organisations pro-israéliennes de Jérusalem, en coopération avec la Société de Protection de l'Environnement de Jérusalem Occupée, a publié un nouveau projet, qui demande à la municipalité de Jérusalem et au Ministère israélien du Logement et de la Construction d’approuver un plan de construction de 4.700 nouveaux logements à proximité du kibboutz de Ramat Rachel, au sud de la ville de Jérusalem, au-delà de la Ligne Verte (ligne d'armistice) de 1949, soit à l'intérieur du Territoire Palestinien Occupé (TPO).

Boucler la boucle des colonies : Agrandir Ramat Rachel par la construction de 4700 logements sur les terres du village palestinien de Sur Baher à Jérusalem


Agrandir la carte - Source: ARIJ – GIS unit

La Coalition et la Société de Protection de l'Environnement voient du même œil la vitalité du projet proposé. La Coalition affirme que l'objectif du projet est de fournir de nouveaux logements à de jeunes couples juifs qui cherchent de nouvelles maisons, et la Société de Protection de l'Environnement affirme que l’objectif du projet est de faire face aux problèmes de logement rencontrés par les citoyens israéliens.

Les deux organisations ont justifié le choix de la zone en disant que c’était une réponse au rejet du plan Safadi, qui envisageait le développement vers l’Ouest de Jérusalem. Toutefois, comme le plan a été annulé, l'intention du Comité d’Urbanisme de la municipalité israélienne de Jérusalem est devenue évidente, c’est-à-dire étendre la ville vers l'Est, principalement sur les terres appartenant aux Palestiniens.

Le plan vise également à créer une contigüité physique et structurelle entre Jérusalem-Est et les colonies dans les quartiers juifs de Jérusalem-Ouest, qui fera obstacle, sans aucun doute, à toute future séparation entre les deux parties et compromettra toute possibilité de développement d'une expansion urbaine palestinienne dans la ville de Jérusalem. En outre, le plan vise à créer une majorité juive dans la ville afin de modifier son avenir.


Construction de 4700 logements

Selon les urbanistes israéliens, le plan de développement du kibboutz de Ramat Rachel n'est pas en conflit avec le plan municipal israélien pour le Sud de Jérusalem-Est inclus dans le Plan "Jérusalem 2020", qui approuve la construction dans la zone du kibboutz de Ramat Rachel.

La superficie totale du projet couvre 1.558 dunums, dont 1.435 dounams (92%) réservés à la construction des logements, quant aux 317 dounams restants, c’est la surface actuelle de l’agglomération du Kibbutz Ramat Rachel.



Localisation du projet

Le Monastère chrétien de Mar Elias et la colonie de Har Homa sont situés au sud de la zone d'aménagement proposée. À l’Est, il y a la communauté palestinienne de Sur-Baher et au nord, se trouve le quartier d’Arnona et les colonies israéliennes d’Armon Hantzeve et Talpiot-Est. La route Jérusalem-Hébron passe à l'ouest du kibboutz de Ramat Rachel. (Voir carte ci-dessus)


Propriété de la Terre

Selon les urbanistes israéliennes, une partie de la zone visée par le projet de développement (24%) sont des terres d’Etat, c’est-à-dire des terres confisquées par Israël à des Palestiniens dans le cadre de la Loi sur les Biens des Absents de 1950. Le tableau ci-dessous et la carte (cliquez ici) répertorient les propriétaires des terres visées par le projet de développement, selon les urbanistes israéliens

Tableau 1

Propriétaires – Surface en dunums - % de la surface totale
Terre d’Etat – 383 dunums – 24%
Fonds National Juif – 816 dunums – 51%
Municipalité de Jérusalem – 72 dunums - 4.5%
Fonds National Juif (Confisquée) – 7 dunums - 0.47%
Terrains privés – 137 dunums - 8.6%
Patriarchat Orthodoxe – 96 dunums – 6%
Pas d’informations – 75 dunums - 4.7%
Total : 1588 dunums – 100%
Source: sustainable-Jerusalem.org


Le projet de développement tel que défini par les urbanistes israéliens permettra la construction de 4.690 logements et un centre commercial sur 717 dunums, ainsi que 250 chambres d'hôtel et des bureaux sur une superficie de 31 dunums.

En outre, le projet comprendra 352 dunums de parcs et d'espaces libres, et 56 dunums de routes. Le tableau 2 ci-dessous illustre l’actuelle utilisation de la terre et son futur aménagement avec les logements et autres installations proposés.


Tableau 2

Site - Classification actuelle- Classification proposée- Surface – Nbre logements/Dunum - Total Logements
Résidentiel (A) – Agricole – Résidentiel – 206 – 12 - 1,100
Résidentiel (B) – Agricole – Résidentiel – 134 – 20 - 900
Résidentiel (C) – Agricole – Résidentiel – 135 – 20 - 1286
Résidentiel (D) – Forêt – Résidentiel – 225 – 17 - 1,118
Résidentiel (E) – Agricole – Résidentiel – 11- 16 - 78
Centre commercial – Agricole- Résidentiel - 6.25 – 33 - 208
Total : 717 dunums - 4,690 logements
Hotel – Agricole – Hotel – 25 dunums - 250 chambres
Bureaux – Agricole – Bureaux – 6 dunums
Total : 748 dunums
Source: sustainable-Jerusalem.org


Espaces libres et Parcs :

Site - Classification actuelle- Classification proposée- Surface
Parcs – Terre agricole – Parcs – 239 dunums
Forêt – Forêt – Forêt -22 dunums
Espaces libres – Terre agricole – Espaces libres – 57 dunums
Sites touristiques – Terre agricole - Sites touristiques – 28 dunums
Parcs antiques – Espace libre – Parcs antiques – 6 dunums
Total : 352 dunums
Source: sustainableJerusalem.org


Danger du Projet :

Le projet de développement représente le chaînon manquant qui comblera le trou dans la ceinture de colonies israéliennes que le côté sud de Jérusalem-Est occupée. Le projet de construction du kibboutz de Ramat Rachel servira à relier les colonies de Har Homa, Gilo, et Giv'at Hamatos à la colonie de Talpiot-Est.

D'autre part, le projet israélien de constructions illégales dans le kibboutz de Ramat Rachel conduira à la séparation et à l'isolement des communautés arabes de Sur Baher et d’Um Tuba à Jérusalem-Est de leur zone d’expansion naturelle.
En effet, le projet de développement forme une barrière physique entre le sud de la Cisjordanie et Jérusalem-Est, qui fait partie de l'ensemble du projet israélien visant à isoler Jérusalem de la Cisjordanie et à rompre la contiguïté physique de la Cisjordanie .

En outre, le nouveau projet de développement israélien du Kibbutz Ramat Rachel fournira de nouveaux logements à des jeunes couples juifs, en conformité avec la guerre démographique des Israéliens contre les Palestiniens de Jérusalem, qui vise à maintenir une majorité juive à Jérusalem, en particulier dans Jérusalem-Est occupée. L'objectif général de la municipalité israélienne de Jérusalem a pour but de vider la ville de sa population arabo-palestinien ou au moins à maintenir leur existence à un niveau marginal.

Ce qui se passe dans le kibboutz israélien (colonie) de Ramat Rachel est juste un autre épisode de la longue occupation israélienne – plus de 41 ans - qui a adopté un projet de colonisation clair et déterminé en Cisjordanie , en particulier dans et autour de Jérusalem-Est.

À cette fin, les gouvernements israéliens successifs ont imposé des restrictions au développement des Palestiniens à Jérusalem dans tous les aspects de leur vie: économique, sociale, urbaine, entre autres.

Voici quelques-unes des procédures utilisées par les gouvernements israéliens successifs pour entraver le développement urbain des quartiers palestiniens :
1. Confiscation de terres
2. Imposition des restrictions sur l'occupation des sols tels que les codes et règlementations de la construction
3. Construction de colonies de peuplement israéliennes et de routes de contournement
4. Isolement de Jérusalem du reste du territoire palestinien occupé
5. Imposition de classifications de zonage sélectives quand il s'agit de terres arabes



Pour conclure :

Les mesures menant à de grands changements démographiques dans la partie occupée de Jérusalem-Est fait partie d'une politique israélienne adoptée depuis longtemps en vue de créer une population exclusivement juive à Jérusalem-Est occupée.

Israël a adopté des stratégies pour restreindre et contrôler l'extension naturelle des communautés palestiniennes de la ville et, donc de créer des réalités sur le terrain. Ces réalités de fait sont clairement le résultat des négociations sur le statut final de Jérusalem en faveur d'Israël, qui est en totale violation des résolutions des Nations Unies, en particulier les résolutions 298, 465 et 242, ainsi que l’Accord israélo-palestinien d'Oslo.

Une enquête approfondie des actuelles activités israéliennes dans et autour de Jérusalem-Est révèle qu’un plan systématique et prémédité est appliqué, qui vise à étrangler la ville palestinienne, la séparer de la Cisjordanie , et surtout à modifier les caractéristiques géographiques et démographiques de la ville.

L'intensité et les divers emplacements des activistes israéliennes sont une preuve manifeste de la persistance d'Israël dans la modification de la structure physique et démographique de Jérusalem-Est occupée avant de reprendre les négociations concernant Jérusalem.

Source : http://www.poica.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Jérusalem

Même sujet

Rapports

Même auteur

ARIJ

Même date

18 décembre 2008