Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2754 fois

Boycotter « l’occupation » ne suffit pas

Par

21.10.2016 – Plus tôt ce mois-ci, The New York Review of Books a publié un appel pour « un boycott ciblé de tous les biens et services en provenance de toutes les colonies israéliennes dans les territoires occupés, ainsi que tous les investissements qui font la promotion de l’occupation, jusqu’à ce qu’un accord de paix soit négocié entre le gouvernement israélien et l’Autorité palestinienne. »

Boycotter « l’occupation » ne suffit pas

« Vous voyez bien qu’Israël est la seule démocratie du Moyen-Orient ! On vous laisse le choix » (Carlos Latuff)
Cet appel, signé par Peter Beinart, Todd Gitlin, Michael Walzer et plus de 70 autres écrivains et sommités sionistes libéraux, déclare que ce qu’on nomme la Ligne verte – la ligne d’armistice de 1949 qui sépare la Cisjordanie occupée de l’Israël actuel – « doit être le point de départ des négociations entre les parties israélienne et palestinienne sur les futures frontières entre deux Etats. »

Coopter BDS

C’est précisément contre ce genre de tentative de cooptation du succès du mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) que le professeur de l’université de Colombia Joseph Massad met en garde dans son article de 2014 pour The Electronic Intifada : les sionistes libéraux visent à redéfinir et à réorienter la force et les initiatives du mouvement pour préserver, au lieu de contrer, Israël en tant qu’Etat raciste, d’apartheid et colonial.

Massad avertit que le BDS pourrait se transformer en quelque chose d’ « intouchable par les responsables européens et américains et les universitaires et militants libéraux – qui ont compris que son but ultime est non seulement de refuser de garantir la survie d’Israël en tant qu’Etat raciste, mais qui vise aussi spécifiquement à démanteler toutes ses structures racistes – en quelque chose de plus en plus sûr à adopter par la plupart d’entre eux, car il peut maintenant être utilisé pour assurer la survie d’Israël. »

Les Palestiniens doivent insister, écrit Massad, auprès de leurs soutiens pour qu’ils adoptent le BDS avec un engagement explicite à ses objectifs « pour mettre un terme au racisme d’Israël et au colonialisme sous toutes ses formes à l’intérieur et à l’extérieur des frontières de 1948 » - l’ensemble de l’Israël actuel, la Cisjordanie occupée et la Bande de Gaza.

Ouverture

Dans le numéro en cours de The New York Review of Books, plus de 100 militants , universitaires et artistes de Palestine et du monde entier – dont Omar Barghouti, co-fondateur du mouvement BDS, la militante et universitaire Angela Davis, l’historien Joan Scott, Roger Waters de Pink Floyd, l’écrivain Alice Walker et le combattant sud-africain pour la liberté Ronnie Kasrils – ont répondu.

La nouvelle lettre, dont je suis l’un des signataires, dit qu’appeler seulement « au boycott des colonies tout en laissant Israël, l’Etat qui les construit illégalement et les entretient depuis des décennies en tout impunité » défie « le bon sens ».

« En passant sous silence d’autres violations graves du droit international par Israël, la déclaration échoue au test de cohérence morale, » ajoute la lettre. « Les réfugiés palestiniens, qui constituent la majorité des Palestiniens, n’ont-ils pas droit à leurs droits prévus par l’ONU ? Les citoyens palestiniens d’Israël ne doivent-ils pas jouir de droits égaux en abrogeant les dizaines de lois israéliennes qui pratiquent la discrimination raciale contre eux ? »

Elle souligne que l’appel palestinien pour le BDS vise « toutes les entités, israéliennes et internationales, qui sont complices du déni des droits des Palestiniens où qu’ils se trouvent. »

Comme The Nation et The London Review of Books, The New York Review of Books a rarement ouvert ses pages aux écrivains palestiniens, et est un bastion de l’orthodoxie sioniste libérale.

Donc, dans ce sens, sa publication de la lettre représente une petite ouverture dans le mur de l’exclusion.



Source : The Electronic Intifada

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.

Faire un don

Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même sujet

BDS

Même auteur

Ali Abunimah