Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2903 fois

Israël -

Des criminels de guerre impardonnables - AshkeNazi menace Gaza d’un autre « petit holocauste »

Par

> amayreh@p-ol.com

La concordance entre Gabi AshkeNazi et la deuxième partie de son nom de famille semble parfaite. Le chef d’Etat-major israélien est considéré comme l’un des principaux criminels de guerre israéliens responsables du génocide virtuel contre la Bande de Gaza l’hiver dernier. Il a sur ses mains criminelles des tonnes de sang innocent, dont celui des plus de 340 enfants tués dans le bombardement pornographique d’Israël sur la population civile.

Des criminels de guerre impardonnables - AshkeNazi menace Gaza d’un autre « petit holocauste »

La semaine dernière, les médias israéliens ont rapporté la déclaration d’Ashkenazi : Israël allait lancer un nouveau quasi-holocauste sur Gaza, ajoutant que l’armée israélienne d’occupation entrerait dans les recoins et les rues les plus reculés du territoire côtier.

En tant que meurtrier de masse abject, Ashkenazi, comme les autres criminels de guerre israéliens, devrait être à La Haye en train de préparer sa défense contre les accusations de crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Les crimes qu’il a perpétrés le mettent après tout sur un pied d’égalité avec les criminels de guerre nazis, qui ont comparu en justice pour leurs propres crimes contre l’humanité pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Cependant, à cause de la déliquescence morale qui affecte notre monde aujourd’hui et sa complicité éhontée au sio-nazisme, Ashkenazi et consorts sont non seulement libres, mais ils menacent même leurs victimes d’un nouvel holocauste.

Dans un certain sens, le comportement arrogant d’Ashkenazi est dans l’ordre des choses. La réaction totalement inappropriée de la communauté internationale à la guerre-éclair néo-nazie contre les Gazaouis sans protection a dû enhardir les dirigeants israéliens, et les convaincre qu’Israël pourra toujours avoir les mains libres contre les 1,5 millions d’habitants de l’enclave côtière, sous blocus et affamés, sans avoir à trop s’inquiéter de conséquences ou de répercussions sérieuses.

D’où ses propos repoussants.

Il est vrai que de nombreux dirigeants libres d’esprit et moraux, comme le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, ont condamné avec virulence la barbarie israélienne à Gaza.

Comme il est aussi vrai que le rapport Goldstone, préparé par le juge sud-africain Richard Goldstone, a dénoncé Israël pour avoir perpétré des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité pendant la guerre de Gaza, ce qui est un développement positif.

Toutefois, il est également avéré que les criminels de guerre ne font guère cas des condamnations verbales, même si elles viennent d’organisations ou de personnalités internationales éminentes.

Les remarques d’Ashkenazi doivent être prises avec le plus grand sérieux pour deux raisons principales :

D’abord parce que l’armée israélienne, ou Wehrmacht sioniste, est capable de commettre l’impensable, comme le bombardement de zones civiles, l’utilisation de bombes à fragmentation, comme cela s’est produit sur le Liban à l’été 2006, ou au phosphore blanc, comme à Gaza l’hiver dernier.

Ensuite, parce qu’Israël est essentiellement un Etat rebelle qui n’a jamais pris le droit international au sérieux. Ce qui est même encore plus scandaleux, c’est que les pays occidentaux, en particulier les Etats Unis, aient toujours traité l’entité judéo-nazie comme étant au-dessus du droit international.

Il est donc impératif que le peuple palestinien joue ses cartes avec beaucoup de discernement et d’intelligence. Après tout, quand on lutte contre un taureau, on ne doit compter que sur son cerveau, et non sur ses muscles pour ne pas se faire écraser par l’énorme bête.

Les Palestiniens doivent toujours garder ce fait à l’esprit parce que leur survie en tant que peuple dépend dans une large mesure de la bonne volonté de la communauté internationale, et pas seulement de leur propre force militaire ou politique. La plupart des Palestiniens se trouvent de fait prisonniers de l’occupation militaire interminable. En conséquence, les Palestiniens doivent se doter des porte-paroles les plus doués pour attirer l’attention des populations du monde sur l’holocauste rampant qu’Israël tente d’exécuter sur notre peuple sans défense.

Nous ne devons pas hésiter à invoquer l’holocauste par crainte d’être accusés de faire dans l’hyperbole. Si un dixième de ce qui s’est passé à Gaza au début de cette année était arrivé aux juifs israéliens, Israël aurait invoqué non stop l’holocauste, et des appels urgents du monde entier auraient été lancés pour sauver les Juifs et empêcher les Arabes de finir ce qu’Adolphe avait commencé il y a près de soixante-dix ans.

De plus, l’idée qu’Israël entreprenne une sorte d’holocauste n’est pas du tout impensable.

L’année dernière, le vice-ministre de la défense israélien, Mattan Vilna’ai a prévenu qu’Israël lancerait un holocauste contre les Palestiniens, si c’est cela qu’ils voulaient. Et pendant la guerre-éclair contre Gaza, le ministre psychotique des Affaires étrangères Avigdor Lieberman a été cité par les médias israéliens pour avoir dit qu’il fallait larguer une bombe atomique sur Gaza.

Pour toutes ces raisons, les craintes palestiniennes ne sont pas, et ne devraient pas être considérées comme phobiques et irrationnelles. Nous sommes aux prises avec un Etat irrationnel et une société morbide, submergée par un type unique de psychose collective.

Néanmoins, faire entendre nos voix n’est pas suffisant. Nous devons aussi, autant que possible, chercher à gagner l’attention et le soutien des organisations internationales pour les droits de l’homme. Elles sont des témoins crédibles dont les témoignages peuvent s’avérer cruciaux pour sauvegarder les droits de notre peuple, les morts comme les vivants.

Nous devons aussi collecter et documenter méticuleusement toutes les informations ayant trait aux crimes et aux criminels sionistes, du simple soldat sur le terrain au plus haut commandant. Ceci ne devrait pas être très difficile puisqu’énormément d’informations sur les criminels de guerre israéliens sont disponibles, même par Internet.

De plus, les Palestiniens et leurs partisans devraient toujours faire face aux Etats, dans le monde entier, avec les informations accusant l’armée et les dirigeants politiques israéliens. Nous devons chercher à réduire leurs horizons, leur interdire les capitales du monde, les poursuivre partout où ils vont. Ces gens-là sont des criminels de guerre et des tueurs d’enfants et nous ne devons pas les laisser avoir la moindre parcelle de tranquillité d’esprit. Leurs crimes doivent les condamner à une vie entière d’anxiété existentielle, de stress et de dépression.

Bien sûr, les sio-nazis ne se rendront pas et nos efforts ne les contrecarreront pas facilement. De plus, des gouvernements ouvertement immoraux comme ceux des Etats-Unis ou d’Allemagne, pour ne citer qu’eux, se précipiteront au secours d’Israël pour le protéger de toute mesure proactive qui mettrait le régime sioniste sur le grill et lui ferait comprendre que l’occupation a un coût qu’il doit payer.

Mais nous et nos alliés pouvons combattre ce véritable axe du mal en édifiant un front mondial comprenant des millions d’hommes et femmes libres et honnêtes, qui pourchasseront les criminels de guerre où qu’ils aillent, et dénoncer leurs méfaits.

Heureusement, un tel mouvement est déjà en place. Mais nous devons mieux nous organiser, pour être plus efficaces. Ces buts ne sont pas difficiles à atteindre parce que le monde en a assez d’Israël, un Etat que nous ne devons jamais cesser de comparer à l’Allemagne nazie parce qu’en fin de comptes, lorsque les sionistes juifs se comportent et agissent comme les nazis du siècle dernier, ils deviennent des nazis.

Et nous n’avons pas à nous en excuser.


Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même sujet

Crimes de guerre

Même auteur

Khaled Amayreh

Même date

12 novembre 2009