Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2592 fois

Palestine -

Des piscines intérieures remplies avec l'eau volée aux Palestiniens. Visite des scandaleuses colonies luxueuses illégales implantées en Palestine Occupée

Par

"Delenda est Carthago", disait Caton l'Ancien pendant la 3ème Guerre Punique...

"La banlieue vendue aux colons en Cisjordanie", par Orly Halpern, sur le site Forward, quotidien juif.
Le manoir de la famille Kwalbruns a quatre étages et s'enorgueillit de cinq chambres, cinq salles de bain, un jacuzzi, une cheminée et une pelouse impeccable. Il est la réplique exacte de la demeure que les Kwalbruns ont laissé derrière eux à Teaneck, New Jersey, à part que cette résidence est située dans une colonie juive entourée de villages arabes, en Cisjordanie.

Des piscines intérieures remplies avec l'eau volée aux Palestiniens. Visite des scandaleuses colonies luxueuses illégales implantées en Palestine Occupée


Attirés par la perspective d'un style de vie banlieusard abordable, les Kwalbruns et un nombre grandissant d'immigrants américains religieux s'installent dans les colonies israéliennes de Cisjordanie . Concentrés dans des zones comme la région sud de Jérusalem connue sous le nom de Gush Etzion, ils ont contribué à doubler, en taille, des petites colonies comme Neve Daniel, en seulement quelques années.

Quarante après que la Guerre des Six Jours ait donné naissance au mouvement de colonisation israélienne, une vague d'immigrants juifs religieux américains est décidée à appeler la Cisjordanie "chez nous". Alors que beaucoup de ceux qui avaient traversé la Ligne Verte avant eux rêvaient d'un Grand Israël, ces nouveaux résidents de Cisjordanie sont mus par une sorte de rêve tout à fait différent.

"Avant que nous ne trouvions Neve Daniel, mon mari m'a dit : "Je t'aime et je veux vivre en Israël, mais je suis très matérialiste et si je n'ai pas une belle maison, nous ne déménagerons pas", dit Lara Kwalbrun, une pétulante mère de six enfants, alors qu'elle me fait visiter sa nouvelle maison luxueuse, un bébé dans les bras.

Les colonies près de Jérusalem et de Tel Aviv sont devenues un paradis suburbain pour les Juifs religieux nord-américains. Elles leur offrent de grandes maisons avec jardins, pelouses et piscines, et les prix sont bas comparés à ceux des appartements exigus, non seulement dans les principaux centres de population israéliens mais aussi dans des villes plus petites comme Beit Shemesh et Modi'in.

"Jérusalem s'est transformée en une sorte de Manhattan pour ce qui est des prix et de devoir vivre dans un appartement", dit Michael Chernofsky, chirurgien orthopédique de Pennsylvanie qui a récemment déménagé avec sa famille à Efrat, une colonie qui fait partie de Gush Etzion. "Si vous voulez vivre dans une maison, vous devez déménager en banlieue".

Au début, Efrat, la colonie juive la plus importante de Gush Etzion, était La Mecque pour les immigrants juifs religieux nord-américains qui souhaitaient déménager de l'autre côté de la Ligne Verte. Mais les prix ont grimpé en même temps que la demande, rendant beaucoup plus attractives, pour les nouveaux immigrants, des colonies plus petites ou isolées.

"Les Américains qui ont fait leur aliya il y a 20 ans n'avaient pas la possibilité de maintenir leur style de vie", dit Chernofsky, qui vit dans un duplex spacieux à trois niveaux, avec une pelouse et une vue très large, depuis la salle de séjour, sur les collines ondulantes. Certains de ses voisins ont des piscines intérieures et même des "mikvehs" privés (hammam). "Maintenant, c'est très différent, il y a de plus en plus d'endroits où vous pouvez vous installer et vivre exactement comme vous le faisiez en Amérique, et à moindre coût."

Des colonies moins établies, comme Neve Daniel, qui a été créée en 1982 mais dont le développement a été lent pendant ses 20 premières années, sont en pleine expansion. En dépit de la Deuxième Intifada, la population de Neve Daniel a augmenté de 50% entre 2004 et 2007, elle est maintenant de 1.600 personnes. Aujourd'hui, les populations juives et arabes de la partie Est de Gush Etzion sont pratiquement équivalentes, aux environs de 19.000 personnes chacune.

Nefesh B'Nefesh dit que sur les 10.000 nord-américains qu'il a aidés à faire leur aliya depuis 2002, seuls 3% d'entre eux ont choisi de résider en deçà des frontières israéliennes de 1967. Pourtant, la plus grande partie de la croissance des colonies s'est effectuée sur la base d'une population nord-américaine religieuse, et à Neve Daniel, le facilitateur fut Nefesh B'Nefesh, selon Miriam Hartog, directeur du Département d'Intégration de Neve Daniel. (1)

Au-delà de la recherche des signes extérieurs des banlieues auxquels ils étaient habitués aux Etats-Unis, les immigrants américains, connus sous le nom de "olim", ont été également attirés par le confort social qu'offrent beaucoup des colonies de Gush Etzion. "On sait très bien que pour les olim, la transition peut être difficile", dit Chernofsky. "Vivre dans des communautés anglophones peut faciliter cette transition."

Selon le site web de Tehilla, une association qui aide les nord-américains religieux à trouver la communauté de leur choix, la proportion des anglophones de naissance dans les colonies de Gush Etzion se situe entre 10 et 45%, avec Efrat parmi les premières. Neve Daniel est ¼ anglophone, ce qui a fait de la colonie une option attractive pour Miriam et Marc Gottlieb.

"Je voulais que mes enfants puissent jouer avec des enfants israéliens en Hébreu, mais je voulais pouvoir bénéficier d'une structure de soutien anglophone", dit Miriam Gottlieb, qui a déménagé de Cedarhurst, Long Island, pour Neve Daniel il y a neuf mois.

La sécurité est un autre attrait des colonies. Alors que la Cisjordanie est vue, partout dans le monde, comme un endroit dangereux pour les Juifs, beaucoup des habitants de ces colonies parlent du haut niveau de sécurité que les communautés offrent à leurs résidents.

"Aux Etats-Unis, nous ne laissons pas les gamins faire du vélo en bas de l'immeuble", dit Marc Gottlieb. "Ici, ils vont partout."

Contrairement aux communautés installées à l'intérieur des frontières israéliennes d'avant 1967, l'armée israélienne protège les colonies de Cisjordanie non seulement des voisins palestiniens, mais aussi des criminels de tous les jours. Autour des colonies, les bicyclettes des enfants restent, sans anti-vol, sur les trottoirs et les poussettes des bébés devant les maisons, sans risque. Et pour empêcher des catégories de gens non souhaitées d'emménager, les communautés soumettent les nouveaux arrivants potentiels à des examens d'entrée.

Pour les nouveaux olim, la décision du lieu d'installation est basée sur le dollar : beaucoup d'entre eux disent qu'ils ne trouvent rien de comparable à l'intérieur de la Ligne Verte à ce qu'ils peuvent acheter en Cisjordanie .

"A l'intérieur de la Ligne Verte, la seule communauté anglophone religieuse enclose que je connaisse est Yad Benyamin, et elle dépassait largement notre budget", dit Marc. Lui et sa femme ont acheté une maison de 5 chambres à Neve Daniel – avec trois salles de bains et demi, une cuisine double et une salle à manger séparée – pour un prix inférieur aux 300.000 dollars (224.411 euros) qu'ils avaient payé leur petite maison de 3 chambres à Cedarhurst.

Modi'in, Beit Shemesh et Jérusalem sont les destinations les plus populaires à l'intérieur de la Ligne Verte, mais ce ne sont pas des communautés encloses et les maisons sont chères. Le manque de communautés religieuses encloses abordables à l'intérieur de la Ligne Verte, est dû, selon certains, au fait que les programmes résidentiels sont beaucoup plus difficiles à développer à l'intérieur d'Israël qu'en Cisjordanie .

"En Cisjordanie , la législation est basée sur les règles militaires, mais en Israël, les lois pour les communautés régulières sont soumises à l'éventail complet des lourdeurs de la bureaucratie", dit Jake Leibowitz, l'initiateur d'Eden Hills, projet d'habitations de luxe attendu depuis longtemps, situé à l'intérieur de la Ligne Verte, à 20 minutes de Jérusalem.

Il a fallu 17 ans à Leibowitz pour obtenir les permis de construire cette communauté résidentielle de grand standing. Les travaux commenceront dans quelques mois pour une nouvelle communauté destinée principalement à une population religieuse et qui proposera des maisons et des appartements de luxe coûtant de 250.000 dollars (187.000 euros) à plus de 10 millions de dollars (7.480.383 euros).

Avec de tels prix pour une propriété à l'intérieur de la Ligne Verte, la décision de déménager en Cisjordanie est venue naturellement à certains olim, comme Hartog, qui a emménagé dans la colonie il y a trois ans, venant de Ramat Beit Shemesh, une banlieue à l'intérieur d'Israël qui est en majorité haredi et anglophone.

"Nous cherchions un appartement de 4 pièces avec un petit jardin", dit-elle. "A Ramat Beit Shemesh, cela coûtait 200.000 dollars (149.600 euros) et plus. Ici, nous avons acheté une maison de 6 pièces avec un grand jardin pour 170.000 dollars (127.167 euros). Ca fait une grande différence."

Chernofsky, spécialiste de la main au Centre Médical de l'Université Hébraïque Hadassah à Ein Kerem, à Jérusalem, a subi une importante diminution de salaire lorsqu'il a fait son aliya, il devait donc réfléchir soigneusement à son budget avant d'acheter une maison. Selon le médecin, la Cisjordanie fournit des logements dans ses moyens, malgré la baisse importante de ses revenus.

"Le message pour l'accession à la propriété", dit Chernofsky, "c'est que quelque soit le niveau de vie que vous avez imaginé ou dont vous avez rêvé, ici, c'est possible."

(1) L'"Immigration and Absorption Department" est un département de l'Agence Juive pour Israël (ndt).

Voir des photos de colonies israéliennes

Lire la réaction à cet article par Signs of The Times

Source : Forward

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine

Même sujet

Colonies

Même auteur

Orly Halpern

Même date

11 juin 2007