Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 808 fois

Gaza -

Désengagement de la Justice

Par

Article paru le 28 juillet 2005 dans The Washington Post, Page A25. Leila M. El-Haddad est une journaliste qui travaille pour Aljazeera.net et est basée dans la Bande de Gaza.

Aussi longtemps que l'administration Bush continuera à fermer les yeux sur les colonies illégales de Cisjordanie et qu'Israel conservera le contrôle des frontières de Gaza – y compris son espace aérien et maritime et ses frontières terrestres -- le désengagement subira un destin semblable à celui d'Oslo.
Et une autre génération de jeunes Palestiniens, y compris mon fils, Yousuf, grandira en tant que prisonniers dans son propre pays, avec seule leur imagination qui restera libre de divaguer.

J'ai passé huit heures au passage de frontière d'Erez entre Gaza et Israël, le mois dernier, à attendre une approbation israélienne pour assister à une réception en Cisjordanie , seulement pour être refusée d'entrer sur la base douteuse de "raisons de sécurité".

Je suis une mère palestinienne d'un garçon de 16 mois très remuant, journaliste et diplêmée de Harvard.

Je ne suis pas exactement sûre de ce que j'ai de menaçant, bien que mon fils pourrait ne pas être d'accord, s'il pouvait rester assis assez longtemps pour le dire.


Être Palestinienne est suffisant, m'a dit un porte-parole de l'armée israélienne.
"En tant que Palestinienne de Gaza, vous êtes considérée d'abord comme une menace à la sécurité, et ensuite une journaliste."

Et cette équation ne devrait pas changer bientêt, pas même après le désengagement.

Dans le cadre du plan, Israël commencera à évacuer les 21 colonies de Gaza et 4 petites colonies de la Cisjordanie le mois prochain.

Mais il conservera également le contrêle des frontières aériennes, maritimes et terrestres de Gaza, et se réservera le droit de revenir dans la Bande à tout moment, transformant réellement Gaza en la plus grande prison à ciel ouvert du monde, avec 1,5 millions de détenus palestiniens.

Le retrait de Gaza restructurera simplement l'occupation d'Israël.
Au lieu de contrêler nos vies depuis l'intérieur, Israël les contrêlera depuis l'extérieur.

Le plan d'Ariel Sharon, selon ses propres mots, est stratégique par nature.
C'est une manoeuvre politico-stratégique prévue pour arrêter une paix négociée en cours.

En se retirant de Gaza, Sharon a l'intention de consolider sa mainmise sur la Cisjordanie en s'accrochant aux quatre principaux blocs de colonies de Cisjordanie , une initiative qui a été publiquement approuvée par le Président Bush dans un renverserment de position des Etats-Unis depuis 1967.
Cette position avait collé l'étiquette aux colonies d' "obstacle à la paix."

Le retrait vise à réduire au minimum les victimes militaires dans Gaza, à assurer la sécurité d'Israël selon une équation à courte terme qui rendra impossible un état palestinien contigu, en faisant échouer l'accord de paix négociée envisagé par la "Feuille de Route."

Cette réalité est rappelée chaque jour aux Palestiniens de Cisjordanie . La barrière d'Israël, dont le tracé a été jugé illégal par la Cour Internationale de Justice l'année dernière, continue à serpenter autour de leurs villages et de leurs villes, annexant leur terre et leur moyen de subsistance dans le processus.


Dans le village cisjordanien de Bil'in, où les manifestations non-violentes sont tenues de façon hebdomadaire pour protester contre l'empiétement du mur, 60 % des terres agricoles du village sont annexés pour faire place à l'expansion de la colonisation.


Et au début de ce mois, le gouvernement israélien a approuvé un nouvel itinéraire pour sa barrière de Cisjordanie qui isolera du reste de la ville 55.000 Palestiniens, soit plus d'un quart de la population palestinienne de Jérusalem Est Occupé.

Ils seront forcés de supporter quotidiennement l'incertitude des checkpoints pour aller à l'école ou pour aller travailler ou recevoir des soins médicaux.
La barrière parachèvera également l'isolement de Jérusalem-Est, la capitale palestinienne, des de 3,8 millions de Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza.

Ainsi, alors que le désengagement apportera du soulagement au Gazéens, c'est nullement la fin de l'occupation israélienne.

En juin, mon fils et moi avons passé 10 heures au passage de Rafah -- la seule route d'accès de Gaza vers le monde extérieur – à attendre une approbation israélienne pour rentrer à la maison alors que nous revenions d'Egypte.

Nous avons attendu, entassés comme des sardines avec 80 autres Palestiniens, dans un autobus sans climatisation sous la chaleur étouffante de juin, alors que l'air se raréfiait et que mon fils était à la limite de s'évanouir.

Pendant ces longues heures d'attente aux frontières, avec tout ce qu'il y a autour : l'incertitude, le caractère arbitraire et l'humiliation, il devient malheureusement clair à quel point le plan de Désengagement de Gaza de Sharon grandement loué changera peu les vies des Palestiniens ordinaires de Gaza et de Cisjordanie .

Comme le très décrié processus de paix d'Oslo avant lui, qui pendant 10 ans ne fut juste qu'un processus et rien plus, ce désengagement ne peut apporter de paix durable à moins qu'il apporte la justice aux Palestiniens.

Aussi longtemps que l'administration Bush continuera à fermer les yeux sur les colonies illégales de Cisjordanie et qu'Israël conservera le contrêle des frontières de Gaza – y compris son espace aérien et maritime et ses frontières terrestres -- le désengagement subira un destin semblable à celui d'Oslo.

Et une autre génération de jeunes Palestiniens, y compris mon fils, Yousuf, grandira en tant que prisonniers dans son propre pays, avec seule leur imagination qui restera libre de divaguer.

Source : http://www.washingtonpost.com/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.

Faire un don

Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Plan de Désengagement

Même auteur

Laila al-Haddad

Même date

30 juillet 2005