Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2997 fois

Naplouse -

Destruction du Patrimoine culturel palestinien : La Vieille Ville de Naplouse

Par

OLP : Département des Négociations

Israel a détruit ou endommagé des sites historiques, culturels et religieux palestiniens dans tous les territoires palestiniens occupés depuis que le soulèvement contre l’occupation a commencé en septembre 2000.
Parmi les sites culturels qui ont souffert, la plupart des dommages sont dans la Vieille Ville de Naplouse dont le patrimoine culturel inclut les trésors architecturaux datant des époques Romaines, Byzantines, des Croisades, de l’époque Mameloul et Ottomane.

“Nous savons que nous partageons avec ceux qui sont affectés la connaissance que cette agression contre un peuple et son héritage font partie de la même stratégie: éliminer une race ou un groupe de personnes.” [1]



Questions Fréquemment Posées


Israël a détruit ou endommagé des sites historiques, culturels et religieux palestiniens dans tous les territoires palestiniens occupés depuis que le soulèvement contre l’occupation a commencé en septembre 2000.
Parmi les sites culturels qui ont souffert, la plupart des dommages sont dans la Vieille Ville de Naplouse dont le patrimoine culturel inclut les trésors architecturaux datant des époques Romaines, Byzantines, des Croisades, de l’époque Mameloul et Ottomane.

La destruction et les dommages qu'Israël a infligés sur la Vieille Ville de Naplouse compromettront la future industrie du tourisme palestinienne.


Les monuments historiques dans la vieille ville de Naplouse comprennent :
9 mosquées (4 construits sur des églises Byzantine et 5 de la période pré-islamique),
un mausolée d'Ayyubid,
l'eglise grecque orthodoxe " Saint Dimitrios" du siècle
et des structures de l’ère Ottomane telles que 2 importants khans[2 ] (dont le Khan Al-Wasalat qui a été construit au 18ème siècle avec des restes du 12ème siècle),
10 Bains turcs,
30 savonneries d'huile d'olive (dont 7 fonctionnaient),
2.850 maisons historiques et complexes familiaux.

Dix-huit monuments dans la Vieille Ville remontent à l'ère Byzantine et et à la période des Croisades.[3]



La ville de Naplouse a une population de 113.000 Palestiniens, dont 23.000 vivent dans la Vieille Ville.[4 ] Environ 100 familles ont été laissées sans abri raison des dommages et de la destruction dues aux invasions et au bombardement aérien d'Israël.





1. Quel patrimoine culturel palestinien situé dans la Vieille Ville de Naplouse a été détruit par Israël?


La Maison Al-Shuby : Un complexe résidentiel de l’ère Ottomane composé de trois maisons reliées.

C’était la maison de neuf familles à faible revenu. Le 6 Avril 2003, huit personnes de la famille de Samir Shuby ont été tuées (trois enfants, trois femmes, dont une femme enceinte, et deux hommes) quand un bulldozer israélien a essayé de dégager un chemin à travers les maisons, pour qu’un tank entre dans les rues étroites de la Vieille Ville.

Les résidants ont rapporté que l'armée israélienne n'a pas averti les résidants de quitter leurs maisons avant l'assaut.
Amnesty International a constaté que :"l’IDF a clairement négligé de s'assurer qu'il n'y avait personne dans la maison quand ils l’ont détruite."[5 ]

Le bâtiment a été totalement détruit.
Un vieux couple, Abdullah Shuby et son épouse Shamsa, ont été découverts vivants huit jours après avoir été ensevelis sous les décombres. La destruction a affecté la stabilité structurale de la totalité du bloc résidentiel.


Ecole Al-Fatimiyeh : Une école préparatoire pour 500 filles datant de l’ère Ottomane.

Au cours des premiers jours de l’invasion d’Avril 2002, les bulldozers de l’armée israélienne ont creusé des trous dans les murs endommageant la stabilité structurale du bâtiment.

Les étudiantes ont été transférées dans une autre école.



La Mosquée Al-Khadra : La plus ancienne mosquée de Naplouse, la Mosquée Al-Khadra a été converti d'une église en une mosquée en 1187.
Elle se compose d'un minaret Mamelouk, avec des portes aux détails complexes en pierre et des mains découpées en bois.

Le hall principal de prière (150 mètres carrés) a été détruit et des parties du toit sur le côté ouest s'est effondré en raison du bombardement israélien



L’usine de savons Kanaan. Naplouse est célèbre pour sa production de savon, une industrie remontant au 10ème siècle, et la savonnerie Kanaan datant de l’ère Ottomane a été complètement détruite par une attaque de missiles par les F-16 israéliens en avril 2002.

Le site détruit se compose de deux bâtiments de savonnerie, Kannan et Al-Nabulsi et d'un groupe de maisons appartenant aux familles Shabaru, Istetaiyeh, Shakhsheer, Zatar, Khalili, Johari, Younis et Alfi.

Le Khan Al Wakalat et la porte et la partie intérieur de l'eglise grecque orthodoxe "Saint Dimitrios" du 17ème siècle ont été également détruits.


L’Hosh Freitekh : Un Hosh de l’époque Ottomane (un logement entourant une cour) se composant de deux maisons (appartenant aux familles Okasha et Freitekh) logeant 20 personnes.

Le 3 Avril 2002, deux soeurs Rasha et Zaha Freitekh ont été tués et une troisième soeur, Ra'eda, est restée paralysée en raison d'une attaque aux missiles Israélienne la nuit.
Le Hosh n'est plus adapté en tant qu’habitation humain.



Hammam Al-Jadeedeh : (Bains Publics) : L’un de huit Hammams traditionnels dans la Vieille Ville, le Hamman Al-Jadeedeh remonte à 1790.
Deux missiles israéliens ont percé deux trous dans le toit de la principale pièce de bains chauds.
En raison des dégâts, le Hammam a été fermé au public.




2. Quand Israël a-t’il cause les dégâts aux sites du patrimoine culturel de Naplouse ?



Entre le 3 et le 21 avril 2002, les forces militaires israéliennes ont effectué le bombardement aérien et terrestre de Naplouse pendant 18 jours, principalement sur la Vieille Ville où vivent environ 23.000 Palestiniens.

Selon la municipalité de Naplouse, pendant la première invasion en avril 2002, environ 400 structures dans la Vieille Ville de Naplouse ont été endommagées ou détruites par les bombardements israéliens.

Pendant la deuxième invasion de Naplouse (entre le 31 mai et le 6 juin 2002) et puis à partir du 21 juin jusqu'au 12 octobre 2002, période durant laquelle les habitants de Naplouse ont été placés sous couvre-feu 24 h sur 24 pendant plus de 100 jours consécutifs, 1.200 autres structures ont été endommagées.

En mars 2003, 592 autres bâtiments ont été endommagés.
Presque 40% des structures endommagées pendant l'invasion d'avril 2002 appartenaient à des hommes d'affaires, compromettant ainsi l’économie de Naplouse.[6]





3. Quelle est l’étendue des dégâts ?



Les résultats palestiniens et internationaux initiaux (début mai 2002) ont estimé les dégâts de la Vieille Ville de Naplouse à environ 42 millions de dollars [7 ].

La municipalité de Naplouse estime les dégâts de la Vieille Ville de Naplouse entre avril 2002 jusqu'en mars 2003 à un total de 54 millions de dollars.






4. Est-ce que la destruction était nécessaire pour “combattre le terrorisme” ?


Selon Amnesty International : “Un certain nombre de sites religieux et historiques ont été partiellement détruits ou sévèrement endommagés et il apparaît fréquemment que ce soit une destruction gratuite sans nécessité militaire.... Il ne semblait pas y avoir de nécessité absolue pour viser ces bâtiments... la destruction de ces sites historiques doit être remise en cause.” [8]



Le rapport d’Amnesty International conclut :
“Pendant les opérations militaires, des bâtiments commerciaux, religieux, culturels et civiques ont été détruits sans nécessité militaire absolue. Nablus a souffert en particulier d’une destruction grave non seulement de ses bâtiments commerciaux mais également des bâtiments religieux et culturels datant de plusieurs siècles.”[9]





5. Qu’a fait la communauté internationale au sujet de la destruction par Israël des sites du patrimoine culturel palestinien ?



Bien que la réunion du Comité du Patrimoine Culturel Mondial au siège de l'UNESCO le 11 avril 2002 ait condamné la destruction par Israël des sites du patrimoine culturel palestinien, la destruction n’a en grande partie pas été couverte et est passée inaperçue.

La communauté internationale n’a pris aucune sanction ou autres réelles mesures contre Israël, et la communauté internationale n’a fait aucun effort pour ajouter les sites du patrimoine culturel palestinien à la liste du patrimoine mondial en danger de l’UNESCO.






6. La destruction par Israël des sites culturels palestiniens est-elle légale?


La destruction par Israël des sites culturels palestiniens viole (i) la Quatrième Convention de Genève et (ii) la Convention de La Haye.


Quatrième Convention de Genève de 1949

Article 33. - Aucune personne protégée ne peut être punie pour une infraction qu'elle n'a pas commise personnellement. Les peines collectives, de même que toute mesure d'intimidation ou de terrorisme, sont interdites.


Article 53. - Il est interdit à la Puissance occupante de détruire des biens mobiliers ou immobiliers, appartenant individuellement ou collectivement à des personnes privées, à l'Etat ou à des collectivités publiques, à des organisations sociales ou coopératives, sauf dans les cas où ces destructions seraient rendues absolument nécessaires par les opérations militaires.


Article 147. - Les infractions graves visées à l'article précédent sont celles qui comportent l'un ou l'autre des actes suivants, s'ils sont commis contre des personnes ou des biens protégés par la Convention : ….. la destruction et l'appropriation de biens non justifiées par des nécessités militaires et exécutées sur une grande échelle de façon illicite et arbitraire.



La Convention de La Haye et le Protocole de 1954 sur la Protection des Biens Culturels en Cas de Conflit Armé

Protection des Biens Culturels en Territoire Occupé : toute Partie occupant totalement ou partiellement le territoire d’une autre Partie interdit et empêche, en ce qui concerne le territoire occupé:….. toute transformation, ou changement d’utilisation, de biens culturels visant à dissimuler ou à détruire des éléments de témoignage de caractère culturel, historique ou scientifique. (Article 9.1(c)).




Pour plus d’informations :


Rapport d’Amnesty International : Israël et les Territoires Occupés protégés d'examen minutieux : Violations de l’IDF à Jénine et Naplouse
www.web.amnesty.org/library/Index/ENGMDE151432002



Rapports Internationaux sur l’estimation des dégâts : www.support-group.org



Site internet de la municipalité de Naplouse : www.nablus.org


Ministère du Tourisme et des Momuments Historiques de l’Autorité Palestinienne – Page de Naplouse : www.visit-palestine.com/nablus/nab-main.htm




NOTES
[1] La résolution concernant l'information comme instrument pour la protection contre les dommages de guerre au Patrimoine culturel, adoptée lors d'une réunion d'experts organisée par le Swedish Central Board of National Antiquities, the Swedish National Commission for UNESCO et ICOMOS Suède, le 10 juin 1994 en Suède

[2] Un khan est un bâtiment qui était utilisé comme motel pour les marchands, et abritait également des marchandises et des animaux. Un khan comprend habituellement deux étages, un couloir voûté et une cour. Le premier étage est employé pour les marchandises et les animaux et le deuxième étage est employé pour accueillir les voyageurs et les marchands.


[3] Base de données Riwaq, Centre pour la Conservation Architecturale

[4] Palestinian Central Bureau of Statistics, Population of Palestinian Communities, 1997-2010 (Ramallah)

[5] Amnesty International, Shielded from Scrutiny: IDF Violations in Jenin and Nablus, p. 30, (Novembre 2002)

[6] Base de données Riwaq, Centre pour la Conservation Architecturale

[7] Local Aid Co-Ordination Committee (Nations Unies, Banque Mondiale et Gouvrnement de Norvège), Dégâts à l’infrastructure civile et aux Institutions en Cisjordanie a été estimée à 361 millions de dollars, 15 mai 2002, dégâts estimés à 42.5 millions de dollars. Le Comité National Palestinien d’ICOMOS, Destruction en Cisjordanie , Avril 2002, le Rapport ICOMOS Heritage at Risk, Juin 2002 a estimé les dégâts à 41.5 millions de dollars.

[8] Supra note 4, at 37

[9] Supra note 4, at 45



A lire également le rapport du Départ des Monuments Historiques de la ville de Naplouse

Source : http://www.nad-plo.org/f18.php

Traduction : MG pour ISM-France

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Naplouse

Même sujet

Monuments historiques

Même auteur

OLP

Même date

31 janvier 2005