Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 775 fois

Nation arabe -

Disparition de Kheireddine Hassib, un intellectuel au service de la nation arabe

Par

Intellectuel ayant dédié sa vie à la cause de la libération et de l’unité arabe, Kheireddine Hassib s’est éteint vendredi 12 mars 2021 à Beyrouth.
Kheireddine Hassib est né en 1929 à Mossoul en Irak alors sous domination britannique. Après être sorti diplômé de l’université de Bagdad, il poursuivit ses études d’économie au Royaume-Uni à la London School of Economics puis à l’université de Cambridge où il obtint un doctorat en finances publiques.

Disparition de Kheireddine Hassib, un intellectuel au service de la nation arabe

Capture d’écran de la vidéo d’un débat sur Al-Hiwar TV le 25.11.2019 (source)
Au cours de ses études, il fit des enquêtes de terrain en Irak où il fut confronté à la grande pauvreté des paysans de la zone marécageuse du sud du pays. Kheireddine Hassib expliqua par la suite que « ce type de pauvreté » avait « beaucoup affecté » ses « perspectives et ce fut le début de » son « approche progressiste ».

Kheireddine Hassib avait été envoyé terminer ses études au Royaume-Uni dans le cadre d'une mission financée par le ministère du Pétrole. A son retour en Irak, il a donc remplacé les coopérants occidentaux. Il fut ainsi nommé chef de la Division des statistiques et de la recherche en Irak. En 1961, il fut nommé comme directeur général de la Fédération de l'industrie. Deux ans plus tard, en 1963, il fut nommé gouverneur de la Banque centrale irakienne. A ce poste, il lutta notamment contre l’emprise occidentale sur le pétrole irakien.

Nationaliste arabe, Kheireddine Hassib fut emprisonné durant neuf mois en 1968. Après sa libération de prison, il enseigna à l’université de Bagdad jusqu’en 1974. A cette date, il quitta l’Irak en raison de l’hostilité des autorités irakiennes de l’époque qui représentaient une menace pour lui et pour son travail politique et culturel. Ainsi, Kheireddine Hassib partit défendre ses idées de libération et d’unité arabe à Beyrouth.

Dans la capitale libanaise, Kheireddine Hassib participa à la fondation du Centre d’études pour l’unité arabe qui vit le jour en 1975. Il devint Directeur général du Centre dont il développa la maison d’édition qui lui était affiliée. Le Centre proposa notamment des études sur de nombreux sujets liés à diverses questions arabes. En tant que directeur général du Centre d'études sur l'unité arabe, Kheireddine Hassib supervisa la publication de plus de cinq cents études qui sont parues sous forme de livres. Les livres publiés par la maison d’édition du Centre ont été vendus à plus d'un million d'exemplaires. A partir de 1978, le Centre d’études pour l’unité arabe publia également la revue al-Moustaqbal al-arabi qui avait pour fonction de traiter des différentes problématiques se rapportant à la nation arabe.

Espace d’ouverture et de dialogue inter-arabe, sous l’impulsion de Kheireddine Hassib, la maison d’édition du Centre d’études pour l’unité arabe publia ou réédita des auteurs aussi différents que Sati al-Housri, Mohammed ‘Izzat Darwaza, Constantin Zureik, Mohammed Abed Al-Jabri, Abdelaziz al-Douri, Rachid Ghannouchi, Yassine al-Hafez, Ismat Saïf al-Dawla, Salem Labiadh ou encore Abdelilah Belkaziz.

Kheireddine Hassib fut l’un des créateurs du Congrès national arabe dont la première conférence se tint en 1990 à Tunis. Réunissant des personnalités et des organisations nationalistes arabes de diverses tendances, le Congrès national arabe s’est donné pour objectif de promouvoir l'unité arabe, la démocratie, le développement économique et social indépendant, la justice sociale, l'indépendance nationale, le renouveau de la civilisation arabe et les causes arabes.

Nommé Secrétaire général du Congrès national arabe, Kheireddine Hassib participa à son développement. Le Congrès national arabe comprend aujourd’hui plus de 800 membres parmi lesquels des intellectuels et des représentants d’organisations politiques arabes.

Dans la lignée du Congrès national arabe, Kheireddine Hassib participa à la création du Congrès nationaliste – islamique qui s’est donné pour objectif d’être un espace de dialogue entre organisations et intellectuels nationalistes arabes et islamiques.

Après plus de quarante ans à la tête du Centre d’études pour l’unité arabe, Kheireddine Hassib se retira de son poste de Directeur général alors qu’il avançait vers ses 88 ans.

Si Kheireddine Hassib a quitté ce monde, le projet de libération et d’unité arabe qu’il a défendu reste d’une brûlante actualité pour une nation arabe confrontée aux offensives impérialistes et à la division.

Youssef Girard






Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Nation arabe

Même auteur

Youssef Girard

Même date

15 mars 2021