Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1422 fois

Palestine -

Droit au retour : Le pari nécessaire sur la volonté palestinienne et l'illusion du pari sur la gauche sioniste

Par

Du fait du déséquilibre stratégique des forces favorable à l'Etat d'Israël et défavorable au monde arabe et au peuple palestinien, le discours politique arabe a tendance à accorder une grande importance à l'opinion israélienne à tel point qu'il compte plus sur cette opinion que sur une planification arabe régionale ou palestinienne, considérant même que l'opinion israélienne est la clef de la solution attendue.

La surévaluation de l'opinion publique israélienne ne se limite pas à l'attitude officielle du monde arabe et dans une grande mesure, à celle de ses élites, mais elle est devenue une attitude mondiale.

C'est pourquoi le niveau européen officiel accorde par exemple un poids plus important à l'opinion publique israélienne et à toute voix israélienne soutenant un règlement, qu'elles n'en ont, en réalité, même au niveau israélien.

Cette exagération est l'expression d'une incapacité à influer et d'une décision fondamentale à ne pas prendre des mesures punitives contre Israël, mais de suivre plutôt une "stratégie de la négociation", qui n'a pas du tout prouvé son efficacité.

Cette attitude européenne s'est manifestée par exemple dans le soutien financier et politique quasi-absolu à l'initiative de Genève et au document de Genève entrepris par Yossi Bilin.


Au niveau officiel arabe, cette surévaluation s'est traduite par l'appui des régimes arabes sur l'opinion publique israélienne plutôt que sur celle de l'opinion publique arabe régionale ou leur propre opinion publique, qu'ils répriment et essaient continuellement de faire taire et certains n'hésitant pas à réprimer effectivement, si elles sont hostiles à Israël et à la normalisation.

L'opinion arabe est absente ou non utilisée à cause de la faiblesse de l'organisation du mouvement politique organisé et organisateur des peuples arabes.


Celui qui a le plus influé sur l'opinion publique israélienne sans s'y adresser mais en imposant une situation de fait est le Hezbollah, en dirigeant le mouvement national libanais dans le combat pour la libération du sud du Liban.

L'équation de l'influence sur l'opinion publique israélienne n'est pas basée sur le fait de la convaincre ou l'attente d'un changement israélien, mais plutôt sur la création d'une réalité qui s'impose à l'opinion publique israélienne ou qui rend la société israélienne et l'Etat israélien incapables de supporter les différentes conséquences.

L'influence du mouvement de quatre mères de famille, précédant le retrait contraint israélien du Sud Liban n'aurait pu avoir cette ampleur s'il avait été en accord avec les calculs de la sécurité nationale israélienne et sans la réussite du Hezbollah à créer un équilibre stratégique précis, qui n'avait pas besoin d'égaliser la force militaire israélienne, se contentant de faire payer à Israël un prix qu'il ne peut accepter.

Une des manifestations de ce prix était qu'à chaque fois qu'Israël bombardait les positions du Hezbollah et agressait le Liban, les habitants israéliens de la frontière abandonnaient massivement leurs lieux d'habitation en direction du centre du pays ou de Tel Aviv.

Une autre indication à cette situation, est la leçon qu'Israël a intégré lors du plan de désengagement et du retrait de l'intérieur de la bande de Gaza, où le centre de décision israélien a voulu éviter la répétition de l'expérience du sud Liban, en refusant de donner l'occasion à la résistance palestinienne de profiter du bombardement des agglomérations du sud par les fusées al-Qassam, dont l'impact politique fut plus important que leur action explosive.


En l'absence d'une stratégie arabe et d'une stratégie palestinienne, ainsi que des constituants d'un projet politique basé sur une vision globale, l'opinion publique israélienne comptera de plus en plus, d'une manière quasi-occulte, comme si elle était salvatrice d'elle-même, du peuple palestinien et des régimes arabes.

La stratégie dénommée par le président de l'Autorité palestinienne stratégie de la négociation avec Israël, est une voie qui peut avoir des conséquences désastreuses sur la question palestinienne et notamment sur le droit palestinien.

La négociation peut être le produit d'une stratégie ou un constituant mais non en tant que telle, surtout quand la négociation s'appuie essentiellement sur un rapport de forces entre les parties en conflit qui négocient, en neutralisant dans une large mesure le constituant moral et la conception du droit, car elle soumet toute question et tout droit au mécanisme de la négociation et au rapport de forces, tout comme elle est soumise à la conception des concessions et des contreparties, surtout dans des questions où les ayant-droit refusent des contreparties comme le droit à l'autodétermination et le droit au retour des réfugiés, ainsi que la fin du projet colonial.

Lorsque la stratégie palestinienne est la négociation, cela implique pratiquement que les divers courants israéliens se distinguent sur la manière de négocier dans le cadre d'une unanimité israélienne conçue autour de la "sécurité et de la négociation", avec "l'absence" du partenaire palestinien, où la sécurité dans son sens strict direct et son sens de sécurité nationale devient le principal axe pour fonder la politique israélienne et appliquer la stratégie israélienne exprimée par Sharon, et actuellement par le parti Kadima, qui est la poursuite des politiques sionistes traditionnelles, soit l'imposition d'une solution définitive unilatérale.

C'est l'expression d'une faiblesse palestinienne et d'une faiblesse arabe. A mesure que l'action palestinienne et arabe s'affaiblit, augmente en puissance chaque voix israélienne de gauche soutenant le droit palestinien et arabe, même partiellement.

Mais ce poids augmente dans les considérations palestiniennes et arabes et non dans les considérations israéliennes, au contraire, il devient plus marginal dans la scène israélienne. Il n'a aucune influence intérieure israélienne et n'approfondit pas la crise structurelle interne israélienne, car les constituants de la crise israélienne, au lieu d'avoir un effet intérieur, trouvent une issue arabe et palestinienne. C'est l'issue arabe pour Israël qui est le produit de la faiblesse arabe.

Par contre, d'importantes leçons peuvent être retenues en vice-versa. Elles affirment qu'à mesure que l'action palestinienne et arabe résistante et dirigée augmente, la crise interne israélienne s'approfondit et agit sur l'opinion publique israélienne, et le poids des forces israéliennes pour la paix augmente sur le plan israélien et non seulement au niveau palestinien et arabe.

Ce que je veux affirmer ici, c'est que le "mythe" de l'opinion publique israélienne est changeant, son influence au niveau arabe est liée à la faiblesse arabe et son influence israélienne est liée au renforcement de l'action arabe ou palestinienne, mise à part sur les questions considérées comme des constantes israéliennes qui recueillent l'unanimité nationale sioniste. Car il est question ici, au niveau israélien et palestinien officiel, fondamentalement, de la manière de gérer le conflit et non comment le résoudre.

C'est dans ce cadre que se pose la question du droit au retour des réfugiés palestiniens à leur patrie et leurs maisons et propriétés. Le droit au retour des réfugiés est une des questions les plus niées dans l'unanimité nationale sioniste, dans tous ses courants, sans aucune exception. Aucune divergence entre les sionistes sur son refus.

Le droit au retour est différent de la reconnaissance de la Nakba, et les deux questions ne sont pas pareilles.

Le droit au retrour est également différent de la reconnaissance de la responsabilité israélienne dans la création du problème des réfugiés, et nous parlons du droit au retour et de la résolution du problème des réfugiés par le retour, et non de "solutions justes", ou "solutions sur lesquelles on s'accorde", ni même "une solution sur laquelle on s'accorde", car ces formules soumettent le droit au retour à des négociations basées sur un équilibre de forces en faveur de l'agresseur, et non en faveur de l'ayant droit, le peuple palestinien.

La position israélienne, dans tous ses courants sionistes, est clairement hostile au droit au retour des réfugiés, qu'ils soient hors ou dans le pays.

L'Etat, ses appareils et institutions nationales juives ont planifié ce qui empêche structurellement le droit au retour, et tout recul politique supposé se heurtera avec force avec l'Etat, ses institutions et ses liens avec les juifs du monde, ainsi qu'avec ses lois et notamment la loi sur le retour, la loi sur la citoyenneté et les lois sur les terres, la propriété, les modalités et les mesures.

La gauche sioniste, ainsi que les forces de la paix ou les forces hostiles à l'occupation n'ont jamais abordé la loi sur le retour ni la loi de la citoyenneté, sauf selon l'angle de la discussion juive mondiale et israélienne interne sur : "qui est juif ?" soit le conflit entre les définitions données par le religieux réformiste ou le religieux fanatique.

Mais la gauche n'a jamais discuté la loi sur la citoyenneté et le retour à partir de l'angle du droit au retour du réfugié palestinien ni même à partir de l'angle des droits de l'homme, étant donné que ces lois sont racistes.

Des milieux précis dans l'institution académique israélienne et notamment les courants "post-sionistes" n'appellent pas à l'application du droit au retour, mais ont commencé à publier sur les crimes commis par Israël, la purification ethnique en 1948 ainsi que la responsabilité d'Israël.

Mais cela n'est pas nécessairement une attitude morale, la meilleure preuve de l'immoralité de cette attitude étant les déclarations de Benny Morris, connu pour avoir mis à jour plusieurs crimes israéliens mais qui, l'année dernière et pour la première fois, a exprimé son attitude personnelle, soit le soutien aux opérations de purification ethnique commises par Ben Gourion en tant que stratégie et condition en vue de créer l'Etat des Juifs en 1948.

La seule partie ayant réagi à Morris et à ses recherches historiques comme si elles étaient une référence morale fut la partie palestinienne, mais les parties palestiniennes et arabes se sont également comportées avec Benny Morris en tant que phénomène moral et ont adopté "la vérité" mise en avant par Morris plus qu'elles n'ont adopté celle mise en avant par tout historien palestinien ou arabe, même si la vérité (le massacre) était la même.

Le pari sur la gauche sioniste comme si elle était prête à reconnaître le droit au retour et son application est une grande illusion. La gauche sioniste et le mouvement historique travailliste sont responsables de la Nakba et de l'expulsion du peuple palestinien et de l'usurpation de la patrie en 1948. Ils ont mené à l'occupation de la patrie palestinienne, à sa destruction et à la dispersion de son peuple.

Ils sont responsables de la tentative de camoufler les traces de leurs crimes historiques, ils sont responsables fondamentalement de l'occupation en 1967 du reste de la Palestine historique.

Ils sont les auteurs de la stratégie démographique avec toutes ses conséquences depuis la Nakba en 1948 jusqu'au plan de "développement du Naqab et de la Galilée", plan raciste et colonial de l'an 2006.

Est-ce que la gauche est prête à abandonner les avantages matériels, moraux et politiques qu'il a acquis parce qu'il est juif et que lui a donné l'Etat des Juifs fondé sur les ruines du peuple palestinien qui a été expulsé et dont les richesses ont été pillées et confisquées au profit des Juifs et de l'Etat des Juifs ?

Parier sur la gauche israélienne est une illusion dans le contexte du droit au retour. La stratégie palestinienne doit s'appuyer, pour sa référence, sur le droit international, la légalité internationale et le droit à l'autodétermination, d'une part et sur la capacité et le droit du peuple palestinien à dire "non" à toute alternative au droit au retour et tout règlement qui n'inclut pas ses droits.

La gauche sioniste n'est pas l'alliée à ce propos et la question n'est pas une question de mésinterprétation ou une nécessité de s'entendre ou de convaincre.

La question est au centre du conflit national en Palestine. Tout comme la question avec l'opinion publique israélienne n'est pas dans la manière de négocier du côté palestinien, mais le contenu de l'action du peuple palestinien, et la définition de la nature de la période et la nature du droit au retour.

La nature du droit au retour et la bataille pour le réaliser n'entrent pas dans le cadre de la construction d'un Etat sur la base de deux Etats, mais dans le cadre d'un processus de libération nationale palestinienne et le retour des fils du peuple palestinien.

Ce qui signifie que la lutte pour le droit au retour est d'abord un message palestinien interne et un message au monde pour lui faire assumer ses responsabilités, un message au monde arabe et un message à Israël disant que le droit au retour ne peut être abandonné, qu'il ne peut y avoir de fin au conflit israélo-palestinien, et que la solution des deux Etats ne garantit pas la résolution du constituant principal du conflit, qui est le droit au retour.

Pour influer sur l'opinion publique internationale, les Palestiniens n'ont pas intérêt à limiter le conflit ou tout constituant du conflit, y compris celui des réfugiés ou les Palestiniens de 48, au cercle régional israélo-palestinien, ou à accepter la parcellisation de la question palestinienne comme s'il s'agissait de questions non liées, et c'est ce que refuse la gauche sioniste tout autant que la droite.


Le pari principal doit être sur le peuple palestinien, avec toutes ses composantes, et seule la force du peuple palestinien, sa lutte de libération soutenue au niveau arabe et international peut assurer la possibilité de faire bouger la position israélienne et l'opinion publique locale incluse.

Sans cette vision palestinienne globale et l'adoption de stratégies garantissant l'avancée pour sa réalisation, l'opinion publique israélienne et l'attitude de la gauche seront un simple mythe aux yeux des Arabes et stériles dans la réalité israélienne.


Le pari réel n'est pas de convaincre l'opinion publique israélienne mais d'imposer un état de fait basé sur la volonté du peuple palestinien et faisant du droit au retour le constituant fondamental dans le coeur du projet de libération palestinien, qu'il est nécessaire de formuler à nouveau sur la base du droit palestinien usurpé.






Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine

Même sujet

Réfugiés

Même auteur

Ameer Makhoul

Même date

29 mai 2006