Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 4936 fois

Jérusalem -

E1 : Préparer le terrain pour l'annexion

Par

Le Plan E1 a été ratifié par l'ancien leader du Parti Travailliste israélien, Yitzhak Rabin. L'intention était de construire une nouvelle colonie entre Ma'ale Adumim et Jérusalem.
Elle comprendra 3500 logements et une zone industrielle, des commerces, des hôtels et des "logements spéciaux", des universités et des "projets spéciaux", et d'autres.

E1 : Préparer le terrain pour l'annexion


Carte ARIJ : la colonie E1 - agrandir la carte

Le 24 septembre, un ordre d'expropriation signé par l'armée israélienne confisquait les terres des villages d'Abu Dis, Arab al-Sawahra, Nebi Musa et Talhin Alhamar.

Ces 1100 dunams (110 ha) de terre doivent être utilisés pour une nouvelle route palestinienne qui reliera Jérusalem-Est à Jéricho. Une route existe déjà, mais il est prévu d'y construire une colonie de 3500 appartements et une zone industrielle.

Ce plan, appelé E-1 ou Plan Est-1 est en cours depuis longtemps maintenant. Il a été contesté par les Palestiniens ainsi que par la communauté internationale car il coupe en deux la Cisjordanie et sépare Jérusalem-Est du reste de la Cisjordanie et c'est la raison même de son importance pour le gouvernement israélien.

La construction dans E-1 est interrompue depuis 2004, principalement, en raison de l'opposition des Etats-Unis. Les dirigeants occidentaux ont réitéré la nécessité de contiguité pour un Etat palestinien viable.


• "Les États-Unis soutiennent la création d’un État palestinien viable, possédant une continuité territoriale, souverain et indépendant, qui permettra aux Palestiniens de construire leur avenir conformément à la vision que j’ai exposée le 24 juin 2002 et conformément à la voie tracée dans la feuille de route" - Lettre du Président américain Bush à Sharon du 14 avril 2004


"Sans un Etat palestinien viable et contigu qui représente les aspirations du peuple palestinien - c'est-à-dire assez de terres pour fonctionner - il n'y aura pas de paix ni pour le peuple palestinien ni pour les Israéliens" - Secrétaire d'État américain Condoleezza Rice, le 18 janvier 2005, répondant aux questions des sénateurs


La nouvelle route, sur les nouvelles terres confisquées, est censée répondre à ces problèmes en proposant une contiguïté du trafic routier", un réseau routier constitué de tunnels et de ponts pour relier entre-elles les enclaves palestiniennes de Cisjordanie .

Le colonel Shaul Arieli, qui occupait le poste de négociateur dans le gouvernement Barak, et l'un des hommes à l'origine de l'Initiative de Genève, est un expert en cartes des clôtures et des routes de Cisjordanie .

Arieli dit que, selon le dernier concept du gouvernement israélien, la route fait partie de la contiguïté du trafic routier, à l'instar de la nouvelle route "palestinienne" prévue par Israël, qui permettra de relier Abou Dis, près de Jérusalem, à Jéricho. Cette route est destinée à séparer le trafic israélien vers la Mer Morte du trafic palestinien. "C'est une contiguïté du pauvre", dit-il.
"C'est absurde. Israël exige une contiguïté urbaine pour lui-même, mais il dit aux Palestiniens : "Vous devez vous satisfaire d'une contiguïté du trafic routier".

Bien que la construction des 3500 appartements ait été interrompue, un nouveau commissariat de police a été construit ainsi que les routes et l'éclairage public afin de se préparer au jour où Israël sera en mesure d'agir plus librement contre le consensus international (et de la souveraineté palestinienne).

Le Ministre de la Sécurité publique, Avi Dichter, a récemment déclaré à Haaretz que la police allait s'installer dans le commissariat d'ici la fin de cette année.

D'autres routes sont prévues sur des terres palestiniennes qui seront bientôt confisquées, afin d'assurer une "contiguïté du trafic routier".

Par exemple, une rocade a été proposée à l'Est de Ma'aleh Adumim qui relierait Hébron à Bethléem, au sud de la colonie. Toutefois, jusqu'à la publication des actuels ordres d'expropriation, aucune mesures n'ont été prises en vue de construire l'une de ces routes.



C'est quoi le Plan E1 ?

Ce terme provient de "Est-1" utilisé par le Ministère israélien du Logement dans le cadre des projets d'expansion actuels de la municipalité de la colonie de Ma'aleh Adumim. E1 jouxte la limite de la municipalité de Jérusalem, ainsi que les quartiers/villes d'Anata, Abou Dis, Azariya et A-Zayim qui se trouvent sur la frontière Est de la ville. Voir la carte 1.

Cette nouvelle route consolide le projet israélien destiné à isoler Jérusalem-Est du reste de la Cisjordanie , où sont situés les environs naturels des Jérusalemites. D'autre part, la route E1 facilitera la circulation des colons israéliens vivant dans la zone nord, près de Ramallah, vers Jérusalem. La route concorde également avec le projet du quartier E1 à l'ouest de Ma'ale Adumim.

Le Plan E1 a été ratifié par l'ancien leader du Parti Travailliste israélien, Yitzhak Rabin. L'intention était de construire une nouvelle colonie entre Ma'ale Adumim et Jérusalem. Elle comprendra 3500 logements et une zone industrielle, des commerces, des hôtels et des "logements spéciaux", des universités et des "projets spéciaux", et d'autres.

Il faut mentionner que le programme de développement E1 programme ne fait aucune référence à la population palestinienne dans la région dont les terres ont été confisquées pour développer le quartier E1.

En août 2005, les autorités israéliennes ont confisqué plus de 1585 dunams (158,5 hectares) de terres palestiniennes à Jérusalem Est :
1. 87 dunums (8,7 ha) dans le secteur du Mont des Oliviers,
2. 477 dunums (11,9 ha) dans le secteur d'Al-Izariyyah,
3. 809 dunums (20,2 ha) dans le secteur d'Abu Dis, et
4. 212 dunums (5,3 ha) dans le secteur d'Al-Sawahra Al-Sharqiyyah.


Les surfaces confisquées sont destinées à faciliter la poursuite de la construction du Mur d'apartheid autour de Ma'ale Adumim, dans une tentative évidente d'élargir considérablement la colonie et de l'incorporer dans les limites municipales de la ville.

En effet, le mur autour de Maale Adoumim s'enfoncera sur 14 kilomètres à l'intérieur de la Cisjordanie et la superficie totale de Ma'ale Adumim (dont 87% sont construits sur des terres appartenant à des Palestiniens) et E1 représentera 65000 dunams (6500 ha), soit une superficie plus grande que celle de Tel Aviv, au cœur de ce qui aurait dû être un État palestinien.

Grâce à la confiscation de ces zones, Israël a l'intention d'ajouter 25000 colons à la population existante de Maale Adumim, qui est actuellement de 30000 colons.
Actuellement, 2100 logements sont en construction qui absorberont environ 10000 nouveaux colons. Le Gouvernement israélien a également approuvé la construction de 3500 nouveaux logement dans le cadre du Plan E1 plan, qui absorberont 15.000 autres colons.

On a prétendu que ce nouveau développement ne couvrait que l'expansion naturelle de Ma'ale Adumim, ou celle de Jérusalem. Mais comme l'a déclaré 'Ir-Amim", le site israélien sur Jérusalem, E1 n'est pas Maale Adumim et ne peut être considéré comme l'expansion de cette ville, qui est de toute façon illégale.



Les habitants d'origine sont forcés à partir

Cette expansion ne confisque pas seulement les terres appartenant aux villages voisins, mais elle met la pression sur les Bédouins Jahalin qui vivent à l'intérieur de la zone, pour qu'ils partent s'installer à l'extérieur du tracé prévu du Mur et de la zone prévue pour la construction de la nouvelle colonie E1.

Leur réinstallation forcée sur des terres appartenant à d'autres villages palestiniens entraînera des tensions avec les communautés locales, constitue un déplacement forcé et serait préjudiciable à leur mode de vie semi-nomade. Puisque les terres disponibles diminuent, les Bédouins se retrouvent sans nulle part où aller.

Le procès intenté par les habitants d'Abou Dis concernant le tracé du Mur près de leur village, ce qui peut également avoir une incidence sur les communautés de Bédouins qui vivent à proximité, a eu lieu devant la Haute Cour israélienne en juin 2007.

La Cour a décidé au début du mois d'août que le Ministre de la Défense (M. Barak) avait 45 jours pour revoir le tracé du Mur dans cette région et pour aviser la Cour si le tracé du mur pouvait ou non être modifié. En fonction de l'avis du Ministre Barak, le tracé du mur peut être éloigné du village d'Abou Dis, ce qui pourrait également permettre aux Bédouins Jahalin (environ 10 personnes) de rester là où ils habitent actuellement.

Si le ministre ne conseille pas de modification dans le tracé du mur, la construction de ce mur se fera comme prévue, et ces communautés de Bédouins seront très certainement déplacées de force dans les prochains mois.


Une cible stratégique

Au cours des dernières vacances Succoth, des colons ont installé cinq nouvelles communautés, dont deux sont toujours en place.
Pendant les huit jours de Hanoukka, les colons ont l'intention de s'installer à nouveau dans les trois des endroits où ils avaient tenté de s'installer pendant Succoth.

Ils ont également l'intention d'établir des colonies sur trois nouveaux sites, y compris le secteur controversé, E1 proche de Maale Adumim, à l'extérieur de Jérusalem.

Source : http://www.apartheidmasked.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Jérusalem

Même sujet

Colonies

Même auteur

Apartheid Masked

Même date

11 décembre 2007