Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 4243 fois

Liban -

Elections législatives libanaises : importante défaite de l'opposition et retour en force de la majorité

Par

Rapport rédigé par Nadine Acoury à partir de divers dossiers, dont ceux d'As-Safir et d’Al-Akhbar, traduit par ses soins.

Le scrutin du 7 juin est sans appel, la majorité a confirmé sa position au parlement libanais : 71 sièges, contre 57 pour l'opposition.

Elections législatives libanaises : importante défaite de l'opposition et retour en force de la majorité


La carte ci-dessus montre les régions geographiques telles que réparties suivant les résultats des élections legislatives du 7 juin avec, en orange, les régions acquises à l'opposition et, en turquoise, celles dominées par la majorité (voir détail ci-dessous)

Caractéristiques de ces élections :

- une participation moyenne élevée de 54,8% (contre 46,8% pour les précédentes élections de 2005), avec un taux encore plus élevé dans les circonscriptions à dominante chrétienne et dans les circonscriptions à dominante chiite acquises à l'opposition (Sud et Baalbeck-Hermel)

- le caractère déterminant du vote sunnite, notamment à Zahle où les 27.000 électeurs sunnites ont fait la différence, ainsi que dans la Bekaa-Ouest

- une participation inégalée à ce jour des Libanais vivant à l'étranger et débarqués par avion des quatre coins du monde.

Le coup est dur pour le "bloc du 8 mars" (coalition rassemblant le Courant patriotique libre de Michel Aoun, Hezbollah et Amal et autres partis pro-résistance), compte tenu notamment des défaites écrasantes dans les circonscriptions de Zahle, Beyrouth I et Koura.

Par ailleurs, les résultats au niveau de la communauté maronite confirment le leadership de Michel Aoun dans la montagne libanaise et celui de Soleiman Frangieh qui revient en force à Zghorta (nord).

Les questions posées par ce scrutin sont nombreuses, avec tout d'abord l'analyse des causes de cette défaite de l'opposition qui ne s'y attendait pas dans ses pires pronostics, et ensuite les implications politiques au niveau local, régional et international.

Au niveau local :

Quel gouvernement sera-t-il mis sur pied ? La majorité acceptera-t-elle d'en laisser un tiers a l'opposition ? Qui sera le nouveau chef du gouvernement (poste dévolu par la coutume constitutionnelle à un sunnite) ? Saad Hariri, Fouad Siniora (désormais député de Saïda) ou une autre personnalité plus "modérée" ? Quelle sera la nouvelle position du président de la république qui a perdu la confiance de l'opposition, et quel poids se verra-t-il attribuer au sein du nouveau gouvernement (en récompense de son rôle pendant les élections) ?

Au niveau international et régional :

L’Etat sioniste va pousser un soupir de soulagement et commencer à échafauder des plans d'avenir sur la défaite de son ennemi numéro 1, le Hezbollah, parmi lesquels peut-être une nouvelle guerre contre la résistance.

Les Etats-Unis et de nombreuses capitales occidentales vont se joindre à la joie des sionistes et célébrer la "défaite des allies du front syro-iranien" et élaborer des politiques visant à pousser cette défaite au-delà des résultats électoraux, plus spécifiquement au niveau du désarmement de la résistance libanaise.

Au niveau du front des "régimes arabes modérés", conduits par l'Arabie Saoudite, l'Egypte, la Jordanie et de nombreuses pétromonarchies du Golfe, on peut s'attendre à une exploitation de ces résultats contre la Syrie et contre la résistance au Liban et en Palestine.

Dans tous les cas, au cours de cette longue journée du 7 juin, qui s'est quand même déroulée sans effusion de sang, en dépit d'une loi électorale basée sur la division confessionnelle qui remonte à 1960, les Libanais ont montré qu'ils n'avaient besoin d'aucune leçon en démocratie.

Pour les arabophones
- Al-Akhbar
- As Safir.

Détail de la carte ci-dessus :
En commençant par le haut (nord),
on remarque au coeur de la partie nord-ouest dominée par la majorité, la circonscription de Zghorta en orange, fief de l'opposition maronite de Soleiman Frangieh.

Juste en-dessous, l'arc de cercle orange englobe, à l'est Baalbeck-Hermel à forte majorité chiite et traditionnellement pro-résistance et à l'ouest, les 4 circonscriptions à majorité chrétienne favorables à l'opposition, soit Jbeil, Kesrouane (fief de Michel Aoun), Metn et Baabda.

Après la "tête" de Beyrouth en pointe turquoise
l'arc de cercle suivant en turquoise comprend à l'ouest la Bekaa-Ouest et à l'est le Chouf et Aley (majorite druze).

Enfin le sud qui est, sauf la ville de Saida, acquis sans problème à l'opposition et à la résistance.

Le Sayed Hassan Nasrallah s'exprimera ce soir lundi 8 juin à 20h30 heure locale, 19h30 heure française, sur la chaine Al Manar.

Lire le premier dossier sur ce thème, le 4 juin :
Pour comprendre et suivre les élections législatives libanaises du 7 juin - II : les candidats, les sondages, les éléments déterminants de dernière minute.

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Liban

Même sujet

Même auteur

Nadine Acoury

Même date

8 juin 2009