Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1174 fois

Palestine occupée -

En rejoignant la coalition, Mansour Abbas fragilise la lutte politique palestinienne

Par

Lorsque les Palestiniens sont confrontés à la perspective de la colonisation par Israël des derniers lambeaux de leur terre, la réponse n'est certainement pas la collaboration avec l'État d'apartheid de droite. Et pourtant, c'est ce que Mansour Abbas a fait en rejoignant la nouvelle coalition gouvernementale israélienne.

En rejoignant la coalition, Mansour Abbas fragilise la lutte politique palestinienne

Une longue interview récente d'Abbas publiée dans le magazine Time est pleine de contradictions et de complicité. En apparence, il résume sa décision de former une coalition avec le Premier ministre israélien Naftali Bennett comme un processus censé apporter "le calme dans la région, un sentiment d'espoir qu'il est possible de vivre ensemble". Il envisage toutefois la possibilité qu'il puisse se tromper.

Il est difficile de comprendre comment une phrase telle que "partenariat politique et dialogue politique tolérant" peut figurer dans les discussions plus longues d'Abbas concernant sa décision. Il n'y a rien de tolérant dans une idéologie et un État colonialiste qui cherchent à détruire la Palestine historique et son peuple.

Tout au long de l'offensive israélienne contre les Palestiniens de Gaza, et de la dépossession de Sheikh Jarrah, le peuple de toutes les communautés palestiniennes s'est uni contre la violence coloniale. Le mouvement de coalition d'Abbas, qui, selon lui, donnera la priorité aux Palestiniens vivant en Israël, fragilise les prémices d'un processus d'unification qui n'a que trop tardé. Un Palestinien soutenant directement le gouvernement de droite de Bennett crée un dangereux précédent, qui risque de renforcer l’isolement au sein de la société palestinienne déjà fracturée. Les récits des déplacements forcés dans la mémoire collective du peuple palestinien ont été un facteur d'unification. Au sein des échelons politiques palestiniens, de nouvelles normes de trahison se forment. Ce n'est pas seulement à la corruption de l'Autorité palestinienne que le peuple doit faire face, mais aussi à la collaboration volontaire au sein de la Knesset, dirigée par un ancien leader des colons dont le plaidoyer pour la disparition forcée des Palestiniens doit être pris au pied de la lettre. Bennett, rappelez-vous, s'est vanté d’avoir tué des "Arabes".

Abbas peut qualifier son succès d’ « avancée », mais il est hypocrite de le présenter comme une victoire pour les Palestiniens. Non seulement Israël n'a pas commencé à reconnaître son rôle dans le nettoyage ethnique du peuple palestinien, mais ses actions illustrent également que le projet colonial n'est pas encore achevé. Où est la victoire en rejoignant une alliance dont l'objectif ultime est le concept du "Grand Israël" ? Quelle paix Abbas espère-t-il faire avancer alors que le peuple qu'il prétend représenter a été abandonné en raison de cette collaboration directe avec le colonialisme sioniste ? Et pourquoi devrait-il fragmenter le récit palestinien par un démembrement politique de la lutte de libération palestinienne fondée sur les identités qui ont émergé après la Nakba ?

Moralement, la décision d'Abbas éclipse toute rationalité. Il en va de même pour l'aspect politique. Au-delà de toute rhétorique sur la tolérance et la paix, l'image qui se dessine d'une nouvelle trahison du peuple palestinien ne fera que renforcer le penchant d'Israël à afficher sa puissance, alors même que dans l'immédiat, l'éviction de l'ancien Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu détournera l'attention de l'enjeu.

Mansour Abbas a prêté un serment de complicité avec toutes les formes de violence coloniale d'Israël. Il est difficile de le prendre au sérieux lorsqu'il qualifie la marche ultranationaliste des drapeaux à Jérusalem de "provocation débridée", ce qu'elle était sans aucun doute. Une manifestation de drapeaux, cependant, a moins de valeur qu'un politicien palestinien qui rejoint volontairement les franges du colonialisme et ouvre un nouveau chapitre dans la normalisation d'Israël, alors que le peuple palestinien a si fermement et si récemment donné la priorité à sa terre et à son unité.





Source : Middle East Monitor

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine occupée

Même sujet

Collabos

Même auteur

Ramona Wadi