Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 4257 fois

Gaza -

Et en Palestine ?.. Que se passe-t-il ?

Par

> intmorb@googlemail.com

En Cisjordanie, les checkpoints empêchent les gens de circuler, d’aller au boulot, à l’école ou à l’hôpital, les frontières sont fermées et contrôlées par les soldats sionistes, le couvre-feu interdit aux gens de sortir de chez eux… sous peine de mort ! Tous les jours, des terres sont volées, des maisons confisquées ou détruites, des oliviers arrachés, des troupeaux empoisonnés, des citoyens emprisonnés, des militants assassinés, des prisonniers torturés. Toutes ces misères n’excluent pas les enfants, ni les femmes, ni les personnes âgées.

Et en Palestine ?.. Que se passe-t-il ?


A Gaza, pas de checkpoints, mais un blocus qui affame la plus grande prison du monde, et des bombardements, nuit et jour, qui peuvent durer trois semaines et causer 1500 morts et 5000 blessés, brûlés, estropiés, mutilés à vie !

Israël a fait un carnage en début d’année. Tout a été détruit, les gens tués, l’économie anéantie… et le blocus israélien continue et les Gazaouis ne peuvent ni reconstruire ni même soigner convenablement les blessés et les malades. L’aide humanitaire entre au compte-goutte et de façon arbitraire, malgré les protestations de l’ONU. Des quantités astronomiques de denrées alimentaires, matériel médical ou de construction restent en Egypte, à pourrir ou griller au soleil pendant des mois, pour être ensuite détruites parce que « périmées ».

Dans la Palestine colonisée depuis 1948 et vivant sous occupation militaire, la population est crucifiée collectivement par la machine de guerre d'Israël. Le monde entier laisse faire. Comment est-ce possible ?

Israël n’est que le fer de lance de l’Empire, colonial, libéral et sioniste, il est donc appuyé par les gouvernements de la plupart des pays, les USA en tête, mais aussi l’Egypte et la Jordanie. Et puis l’Europe, bien entendu, qui soutient de tout son poids politique, économique et financier. Oui, les gouvernements, les mêmes qui votent ici des lois contre les immigrés ou pour la flexibilité. Les mêmes qui envoient des troupes en Afghanistan, pour écraser un autre peuple qui résiste. Les mêmes qui quittent la conférence de Durban parce que le Président iranien dénonce l’Etat raciste israélien.

Mais les gouvernements ne sont pas seuls à soutenir le sionisme. Ce qui rend possible ce génocide progressif, c’est aussi la télévision - et les media en général - qui nous forcent à croire que les terroristes, ce sont les Palestiniens. Les media ne condamnent jamais Israël, ni son gouvernement fasciste, ni les assassinats, ni les violations quotidiennes du droit international. Mais trois mois après le massacre sans nom (et sans couverture médiatique), les media se déchaînent aujourd’hui contre ceux qui accusent Israël, en particulier l'Iran, assimilé pour l'occasion à l'Allemagne nazie.

Une chose importante qu’on nous a forcé à croire, c’est que le monde ne changera jamais, reconnaissant qu'il est cruel et injuste, mais que c’est comme ça et qu'il est idiot de ne pas l’accepter. Voilà le principal obstacle au changement. La certitude que rien n’est possible !

Mais qui peut arrêter tout ça ? Eh bien nous, pardi ! Les citoyens de cette planète. C’est-à-dire la société civile, qui, malgré ses difficultés à s’organiser, lance plusieurs campagnes de grande envergure.

1) le boycott total d’Israël, et la pétition pour que ses criminels de guerre soient jugés par la Cour internationale (http://www.youtube.com/watch?v=LOXwO8Gm6lk)

2) les convois humanitaires et toutes sortes de tentatives pour faire entrer de l’aide à Gaza

3) la campagne internationale pour briser le siège de Gaza et permettre la libre circulation des biens et des personnes, comme l’exige la Déclaration universelle des Droits de l’Homme (10.12.1948).

TOUTES CES CAMPAGNES SONT IMPORTANTES
MAIS L’URGENCE, POUR QUE GAZA VIVE, C’EST DE LEVER LE BLOCUS !


Pour participer à cette campagne, vous pouvez :

- signer la pétition pour la fin du blocus

- exercer des pressions en envoyant des courriers (lettre, fax, mail, téléphone) aux ambassades et consulats égyptiens, de même qu’à votre gouvernement et à vos élus.

- participer à la présence de citoyens du monde solidaires qui vont occuper le poste frontière de Rafah, entre l’Egypte et Gaza, pour exiger son ouverture définitive. Vous pouvez venir avec nous et représenter la population de votre pays, mais vous pouvez aussi participer d’une autre manière (aider financièrement, propager l’information, etc.).

Mouvement International pour Ouvrir la Frontière de Rafah.

Pour plus de renseignements : intmorb@googlemail.com

Christian Chantegrel

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Actions

Même auteur

Chris

Même date

30 avril 2009