Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2672 fois

Jérusalem -

Etude de la colonisation à l'intérieur et à l'extérieur de Jérusalem-Est

Par

Une étude publiée récemment sur la colonisation israélienne dans la partie Est de la ville de Jérusalem et autour indique qu'entre le début de l'année 1968 et février dernier, Israel a confisqué un total de 24.200 dunams des terres de la ville sur lesquelles ont été construites des résidences habitées par 182.000 colons.
L'étude, préparée par le cartographe, Khalil Tufakji, montre que le nombre de colons dans ces logements est susceptible d'augmenter fortement, d'autant plus que les colonies qui ont été installées peuvent grossir horizontalement et verticalement.

Etude de la colonisation à l'intérieur et à l'extérieur de Jérusalem-Est


Carte des colonies autour et dans Jérusalem -ARIJ (agrandir la carte)

Un certain nombre de ces colonies en sont toujours à l'étape de la construction; ainsi il leur sera possible d'absorber des dizaines de milliers de colons.

L'étude précise que les autorités de l'occupation ont créé dans la ville de Jérusalem une nouvelle réalité politique et démographique aux dépens de la géographie des Palestiniens, par l'usurpation des terres et la construction des colonies, en délimitant des espaces verts dans lesquels les citoyens (palestiniens) de Jérusalem ne sont pas autorisés à construire, et une politique de démolition de maisons et de refus d'émettre des permis de construire, ce qui a mené à une distorsion démographique qu'Israël peut utiliser comme moyen de pression dans toutes les négociations avec l'Autorité Nationale Palestinienne afin de façonner un accord qui servira les intérêts d'Israël.

Il apparaît nettement que la situation imposée de force par l'Occupation, et que l'objectif d'assimiler Jérusalem-Est dans ce qu'lsrael appelle "la municipalité du Grand Jérusalem", a entrainé un déclin relativement apparent dans le nombre (de citoyens Palestiniens) à Jérusalem, et en 2005, ils constituent 35% de la population totale dans les limites de la ville, c.-à-d., 280.000 personnes.

L'étude indique que les citoyens palestiniens de Jérusalem, qui possédaient toutes les terres de la ville, possèdent maintenant seulement 14% de ces terres, parce qu'Israël a saisi 35% des terres de Jérusalem-Est et a décrété que 40% de la surface était classé en tant qu'espaces verts.

Elle souligne que le pourcentage d'espaces verts, selon la loi d'Aménagement israélienne, a été délimité afin d'être utilisé en tant que réserve pour la construction de futures colonies, comme cela s'est produit à Jabal Abu Ghneim (Har Homa), et que la loi a été utilisée comme moyen de judaiser la ville de Jérusalem, tel que cela apparaît dans un ensemble de mesures administratives et juridiques dans le domaine de l'aménagement, en commençant par des lois et des règlementations ainsi que des procédures d'autorisation et en augmentant les coûts.

L'étude affirme que la politique d'Israël sur Jérusalem-Est a mené à une grande réduction des investissements dans l'infrastructure et dans le secteur résidentiel pour les Palestiniens, et cela malgré le fait que les Jérusalemites palestiniens paient les mêmes impêts que les colons israéliens.

Elle montre que seulement 5% des impêts payés par les Jerusalemites Palestiniens vont à la ville, ce qui a produit une disparité dans l'infrastructure et autour, comparé à la partie ouest de la ville.

L'étude montre que le gouvernement israélien, avec son encerclement de la Ville Sainte de tous les cêtés avec des colonies et des logements juifs, a commencé une nouvelle étape dans le cadre de la judaisation de la ville, avec l'objectif de nuire à son économie au moyen de nouveaux projets pour limiter l'activité commerciale et industrielle, ce qui pourrait produire une ville de fantême.

Elle indique également qu'en 1993, le gouvernement israélien a commencé une nouvelle étape dans la judaisation de la partie Arabe de Jérusalem quand il a dessiné les limites de ce qu'il appelle le Grand Jérusalem, qui inclut des terres sur une surface de 600 kilomètres carrés, soit le dixième de la surface de la Cisjordanie où il a commencé à installer une chaîne de colonies à l'extérieur des limites de la municipalité.

L'étude clarifie le fait que l'objectif de ces actions était la création d'une contiguité régionale et géographique entre les colonies situées en Cisjordanie et à l'extérieur des limites de la municipalité de Jérusalem, et en établissant un réseau de routes entre ces colonies.


Elle souligne le fait que la carte des colonies israéliennes dans la région de Jérusalem inclut "Gush Etzion", Efrat, Maale Adumim et Giv'at Ze'ev, où la construction avance rapidement.

L'étude note que l'augmentation de la population arabe à Jérusalem-Est a constitué une conjoncture fondamentale dans le dessin de la carte du Grand Jérusalem, ce que les Israéliens ont admis franchement quand le ministre du Logement israélien a annoncé que vider Jérusalem de façon systématique sans nuire à la position politique d'Israël, était l'une des principales priorités de son gouvernement.

24.200 dunams des terres de Jérusalem ont été confisqués, sur la base des ordres militaires publiés aux dates suivantes : 8 janvier 1968, 14 avril 1968, 30 août 1970, 20 mars 1980, 1er juillet 1982, 16 mai 1991 et 1er février 1995.


Le gouvernement israélien a établi sur les terres de Jérusalem qu'il a volé à ses propriétaires légitimes 15 colonies dans les limites de ce que les autorités de l'occupation appellent la municipalité agrandie de Jérusalem qui sont :

1. Le Quartier Juif : ce quartier a été établi juste après l'occupation par Israël de la Cisjordanie en 1967, quand le gouvernement a confisqué 116 dunams, ce qui représentant 20% du secteur de la Vieille Ville de Jérusalem : soit 668 dunams au total.
Six mille Jerusalemites vivaient dans ce secteur dans trois quartiers : Al-Maghariba, qui a été complètement détruit (pour faire de l'espace à la place devant le mur occidental – trans), Al-Siryan et Al-Sharaf.
Et le secteur contenait cinq mosquées, quatre écoles coraniques, un marché Arabe historique et une rue commerçante où se tenaient des bâtiments historiques datant de la période Mamelouk.

Selon l'étude, l'existence de ce quartier constitue la première étape dans le processus de judaisation de la Jérusalem Arabe et de fortes sommes d'argent ont été investies pour sa reconstruction.

Non seulement la construction se faisait sur une grande surface, mais il fallait également une adhésion stricte aux principes de la construction moderne, ce qui exige deux fois plus d'argent; et cela, en vue de combiner le style traditionnel distinctif des bâtiments de la Vieille Ville avec des méthodes modernes de construction.

L'étude ajoute que le nombre de colons qui vivent dans ce quartier a atteint en 2005 un total de 2.000 personnes, et qu'il contient des établissements scolaires et des clubs, des centres de jeunes et des centres pour les mères et les enfants, des cliniques, et il y a des projets pour agrandir ce quartier.


2 - Neve Yaakov : cette colonie a été installée entre 1968-1980, et 3.800 résidences ont été construites dans laquelle 19.000 colons vivent sur une surface de 862 dunams, en plus de la présence de 46 dunams d'espaces verts ont considéré une réserve pour la future expansion.


3 - Ramot : Israël a commencé à installer cette colonie en 1972 et a effectué la plus grande opération de confiscation en 1970, qui fut l'appropriation de 4.048 dunams pour créer cette colonie dans laquelle 37.000 colons vivent maintenant.


4 - Gilo : Cette colonie a été établie en 1979, après qu'Israël ait confisqué 2.700 dunams en 1970, et cette colonie est considérée comme l'une des plus grandes colonies situées au sud-ouest de la ville.
Elle domine sur les hauteurs qui donnent sur Beit Jalla et Bethlehem, et ainsi que sur la ville de Jérusalem.


5 - Talpiot Est : Israël a commencé à construire cette colonie en 1973 après avoir exproprié 2.240 dunams, sur lesquels vivent maintenant 15.000 colons, et avec Gilo, elle constitue la bande Sud-Est entourant Jérusalem, et une grande partie de cette colonie est située sur la zone neutre par laquelle Israël pouvait obtenir un accord avec l'ONU selon lequel l'ONU concédait 2.084 dunams et gardait environ 716 dunams.


6 - Maalot Dafna : Cette colonie a été établie en 1973 sur la terre appartenant à des familles Jerusalemites. Sa surface est de 389 dunams sur lesquels vivent 700 colons.
Elle est considérée comme l'une des colonies de la bande centrale, étant à l'intérieur des quartiers arabes, afin de fragmenter ces quartiers.
Juste à cêté, un grand bâtiment a été construit, qui est le Quartier Général des soi-disant "Gardes Frontières" de la police israélienne.


7 - L'Université Hébraique [Mt. Scopus Campus] : Cette université a été installée sur les terres du village d'Issawiyeh en 1924, et après 1967, Israël s'est approprié de larges bandes de terres appartenant aux villages d'Issawiyeh et de Lifta, et a agrandi les limites de l'université.
Cette université a été reliée à Jérusalem-Ouest grâce aux colonies voisines, dont French Hill, Giv'at Hamivtar et Ramat Eshkol.
La surface accordée à cette université par le plan d'ensemble est de 740 dunams, et le site occupe un point stratégique militairement et politiquement, parce qu'il domine le nord de Jérusalem et donne sur un groupe de villages arabes situés autour.


8 - Ramat Shlomo : Elle a été créee comme défense naturelle des terres qui ont été volées en 1970 et ses 1.198 dunams.
Ces terres étaient à l'origine classées comme espaces verts, mais en 1990, le gouvernement israélien a déraciné les arbres et a annoncé la construction de cette colonie, et il a commencé à installer l'infrastructure pour la construction de 2.165 logements pour des Juifs Haredi, et maintenant cette colonie est reliée aux colonies du Nord-Est : Neve Yaakov, Pisgat Ze'ev et Pisgat Omer.


9 - Ramat Eshkol et Giv’at Hamivtar : Ramat Eshkol fut la première des colonies qui ont été installées autour de la ville de Jérusalem, et elle constitue un lien entre les quartiers de Jérusalem-Ouest et Jérusalem-Est.
Elle a été établie sur les terres qui ont été volées à leurs propriétaires en 1968, représentant 3.345 dunams sur lesquels vivent 6.006 colons.
Avec Giv'at Hamivtar, elle constitue la partie ouest des faubourgs de colonies, qui ont été créés pour dominer la route principale qui relie Jersualem à Ramallah.


10 - Pisgat Ze’ev et Pisgat Omer : Elles ont été installées sur les terres des villages de Beit Hanina, Shu'fat, Hizma et Anata, à qui 3.800 dunams ont été expropriés, et leur population en 1998 était d'environ 35.000 colons. Leur nombre est prévu de grimper à 100.000.

Et avec l'établissement de ces deux colonies en plus de la colonie de Neve Yaakov, le mur Nord-Ouest à l'intérieur des limites de la municipalité agrandie de Jérusalem aura été achevé.
Seul un secteur vide reste à remplir pour relier les colonies du deuxième anneau à celle du premier anneau.
Comme 827 dunams ont été expropriés dans le cadre de ce qui est connu comme la Porte Est, la partie Nord-Est du deuxième mur a été fermée et les quartiers Arabes de ce secteur ont été complètement cernés.


11 - Aterot : Cette zone industrielle a été établie sur les terres qui ont été volées en 1970 : 1.200 dunams. Elle contient des usines de meubles et des magasins de métallurgie, et plusieurs des usines y ont été déplacées de Jérusalem-Ouest, en raison de sa proximité de l'aéroport.


12 - Giv’at ha-Matos : Elle a été établie sur des terres appartenant au village de Beit-Safafa et à la ville de Beit-Jalla, sa surface étant 1.270 dunams, et Israël a commencé à l'établir en 1991 en installant des centaines de mobile-homes, et Israël a des projets pour remplacer les mobile-homes par des bâtiments permanents représentant 4.600 logements.

Cette colonie est considérée avec la colonie de Gilo comme étant la ceinture Sud-Ouest qui a été construite autour de Jérusalem afin d'empêcher les Arabes de s'étendre et d'entourer les villages arabes qui se trouvent à l'intérieur des limites de la municipalité de Jérusalem et afin de les séparer des villes de Cisjordanie .


13 - La colonie de Jabal Abu-Ghneim (Har Homa) : En 1990, Israël a écarté 1.850 dunams des terres des villages arabes de Sur Baher, Umm Tuba et Beit Sahour, et le plan d'aménagement ensemble indique que la colonie aura 6.500 logements sur une surface de 2.058 dunams, et comme elle a été construite dans le secteur Sud-Est de la ville de Jérusalem, elle reliera la ville aux colonies du Sud-Ouest, et le sud de la ville sera ainsi complètement verrouillé.
Elle domine la route reliant la ville de Jérusalem à Bethlehem, de sorte qu'Israël puisse la fermer quand il le désire.



14 - French Hill : C'est l'une des premières colonies qui a été installée à Jérusalem pour réaliser l'anneau d'encerclement autour de la ville, et elle a été installée sur les terres des villages de Lifta et de Shu'fat.

Selon le plan d'aménagement, sa surface était de 822 dunams, sur lesquels 5.000 logements ont été construits, et le nombre de ses habitants est de 12.000 personnes.


15 - Le Projet Mamilla (Village de David) : il a été construit en 1970 sur une surface de 130 dunams, à l'ouest de la Porte de Jaffa dans le secteur du quartier Shama'a, qui était un no-man’s land.

Le plan général était de fusionner Jérusalem-Est avec Jérusalem-Ouest, et de remodeler ces deux secteurs, et les constructions dans le nouveau village ont été faites sur un modèle spécial dans des buts commerciaux et touristiques.



L'étude conclut en disant que le gouvernement d'Israël, selon le plan pour le développement de la colonisation juive à Jérusalem en 2020, et pour la manipulation de la démographie en faveur d'Israël, a pris possession de 2.000 dunams des terres du village de Walaje, en vue de créer une nouvelle colonie appelée "Giv'at Yael", à l'ouest de la colonie de Gilo.

Selon les prévisions, 13.000 logements doivent être habitées par 55.000 colons, et si le projet est mis en application, il créera un contiguité de colonisation entre Jérusalem et Gush Etzion.

La moitié des terres de ce projet tombent dans les limites de la municipalité de Jerusalem et l'autre moitié sont à l'extérieur des limites de la ville, dans Gush Etzion.

Source : www.al-ayyam.com

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Jérusalem

Même sujet

Colonies

Même auteur

Al-Ayam

Même date

29 septembre 2005