Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1272 fois

Jérusalem -

Expansion des colonies et démolitions de maisons à Jérusalem pour poursuivre le nettoyage ethnique des Palestiniens

Par

L'année 2020 devrait battre tous les records des années précédentes en ce qui concerne le nombre de démolitions de maisons ordonnées à Jérusalem-Est. Ces mesures constituent une offensive illégale de nettoyage ethnique de la population native de Jérusalem et de son remplacement par des colons juifs israéliens.

Expansion des colonies et démolitions de maisons à Jérusalem pour poursuivre le nettoyage ethnique des Palestiniens

Les démolitions de maisons palestiniennes à Jérusalem-Est atteignent un nombre record depuis l'occupation illégale du territoire en 1967. Alors que la destruction de biens se poursuit, des projets d'expansion des colonies illégales sont annoncés presque quotidiennement, suite à l'annonce que Joe Biden remplacera probablement Donald Trump en tant que président des États-Unis, en janvier 2021.

Le tout dernier projet d'expansion des colonies, annoncé ce jeudi par la municipalité israélienne de Jérusalem, promet d'installer 108 nouvelles unités de colons à l'intérieur de la colonie illégale de Ramat Shalom à Jérusalem-Est. Cette semaine, des dizaines de maisons et de structures palestiniennes ont également été détruites dans des quartiers de Jérusalem-Est tels que Sur Baher, Wadi Al-Homus et Al-Tur.

Selon les dernières statistiques, mises à jour le 3 novembre, publiées par l'organisation israélienne des droits de l'homme B'Tselem sur les démolitions de maisons à Jérusalem-Est pour 2020, plus de 140 bâtiments ont été détruits, laissant au moins 340 personnes sans abri, dont 176 enfants. Ces statistiques devraient augmenter de façon spectaculaire dans les mois à venir.

Selon les dernières statistiques, mises à jour le 3 novembre, publiées par l'organisation israélienne des droits de l'homme B'Tselem sur les démolitions de maisons à Jérusalem-Est pour 2020, plus de 140 bâtiments ont été détruits, laissant au moins 340 personnes sans abri, dont 176 enfants. Ces statistiques devraient augmenter de façon spectaculaire dans les mois à venir.

Jérusalem-Est a été illégalement annexée en 1980 et depuis lors, Israël a soumis les Palestiniens sous sa juridiction à un ensemble de règles et de normes différentes de celles qui s'appliquent aux habitants de Cisjordanie . Cependant, Jérusalem-Est, tout comme la Cisjordanie , est toujours considérée internationalement comme un territoire occupé et les lois de l'occupation s'appliquent donc. Selon l'article 49 de la 4e Convention de Genève : "La puissance occupante ne pourra procéder à la déportation ou au transfert d'une partie de sa propre population civile dans le territoire qu'elle occupe", ce qui signifie que les colonies constituent une violation manifeste du droit international.

Mais "Israël" va plus loin encore, en mettant en œuvre des stratégies législatives sur le terrain pour judaïser Jérusalem-Est en expulsant la population indigène. Selon le Conseil norvégien pour les réfugiés : "La loi israélienne de 1965 sur l'urbanisme et la construction interdit l'octroi de permis de construire pour les secteurs qui ne sont pas zonés pour la construction, ou qui ne disposent pas d'un plan d'urbanisme local approuvé". Lorsque la loi de 1965 et ses amendements sont associés au fait que la population de Jérusalem est composée de 40% de Palestiniens, alors qu'ils n'obtiennent que moins de 7% des permis de construire approuvés, nous pouvons voir que les zones palestiniennes ne sont clairement pas zonées pour la construction. Cette politique de ce que l'on appelle la judaïsation est mise en place pour rendre la vie des Palestiniens difficile à Jérusalem, même du côté israélien du mur de séparation (Mur de l'Apartheid) qui coupe à travers Jérusalem-Est. De plus, les colons israéliens illégaux vivent dans des colonies en expansion constante, construites avec des infrastructures modernes et équipées de ce qui serait généralement disponible dans les riches banlieues de Los Angeles.

Cependant, la question des colonies dépasse largement le cadre de la municipalité de Jérusalem, avec cette année seulement plus de 12.150 unités de logements coloniaux annoncées par les autorités d'occupation israéliennes. Le lendemain du jour où Joe Biden a été donné comme vainqueur des élections américaines, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a annoncé la création d'un nouveau bloc de colonies adjacent à la bande de Gaza. Récemment, le ministre israélien de la guerre, Benny Gantz, a annoncé des projets de construction de 1.700 autres unités de logements coloniaux en Cisjordanie illégalement occupée.

Les unités de logements annoncées vont agrandir les 132 colonies illégales, en Cisjordanie , reconnues et soutenues par le gouvernement israélien, à mesure que des colons supplémentaires créent de nouveaux avant-postes de colons, dont le nombre dépasse 110 (l'expression "avant-poste colonial" fait souvent référence à une colonie israélienne située au dessus des terres palestiniennes, non encore reconnue par le gouvernement israélien).

En fin de compte, sur l'ensemble des terres palestiniennes occupées cette année, nous avons assisté à l'expulsion de près de 1.000 Palestiniens de leurs foyers. Cela s'est produit alors que l'expansion des colonies a augmenté de manière exponentielle tout au long de l'ère Trump, en particulier cette année.



Source : Quds News Network

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Jérusalem

Même sujet

Démolition de maisons

Même date

16 novembre 2020