Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2577 fois

France -

Face à la criminalisation du soutien à la Palestine, une seule voie : l’autonomie

Par

Poursuivi pour « organisation d’une manifestation interdite », Alain Pojolat, militant du NPA, vient d’être relaxé en appel des charges retenues contre lui. Une bonne nouvelle, rassurante même tant l’absurdité des poursuites était évidente.
Mais pour les personnes qui n’ont pu bénéficier d’un tel traitement judiciaire, en raison de leur religion ou origine ethnique ; pour nous qui sommes en charge du soutien aux personnes arrêtées lors des manifestations pour Gaza, et qui avons sollicité votre aide financière ; pour tout observateur, cette relaxe a un goût particulier.

Face à la criminalisation du soutien à la Palestine, une seule voie : l’autonomie

Ce deux poids, deux mesures (comment l’appeler autrement ?), met clairement en évidence l’existence d’un racisme institutionnel puissant et effectif, qui traverse l’ensemble des institutions de ce pays.

Doit-on pour autant accepter la situation avec résignation ? La dénoncer de manière incantatoire, sans que cela n’ait de prise sur le réel ? Ou bien devons-nous nous organiser mieux encore – à tous points de vue – pour ne plus servir de gibier à la répression ?

« Je n'ai rien fait, je suis innocent. Vous pouvez me mettre 5 ou 6 mois, je dirai la même chose : j'ai été arrêté parce que je suis musulman et parce que je manifestais pour la Palestine. »

Prononcées à la fin de son procès en appel le 07 aout dernier, alors qu’il venait de passer un mois en détention, ces paroles de Mohamed résument à elles seules tout l’arbitraire de la situation.

Il avait été condamné à 4 mois de prison ferme en première instance[1], pour être venu avec son frère et un ami soutenir des Palestinien-ne-s en proie aux pires atrocités du régime colonial israélien.

Le cauchemar de Mohamed avait marqué le début d’une vague de répression, qui s’est soldée notamment par des pertes d’emploi (Bilal), des condamnations à des peines de prison avec sursis (Kamel, Nouh…), à des peines d’amende (Kamel, Nouh, Fatma, Mohamed…), et à des peines de prison ferme.

Au milieu de cette répression, l’arrestation et/ou la convocation de militant-e-s de gauche n’étaient que des dommages collatéraux. Leur devant les juges, le soutien militant et la couverture médiatique (toute relative) dont ils ont bénéficié, et pour finir leur relaxe, ne sont là, en somme, que pour donner le change à la répression précitée.

En déclarant à la sortie du tribunal ce vendredi 10 avril 2015, que la décision de relaxe dont il a bénéficié est une « victoire politique et un camouflet terrible pour le premier ministre Manuel Valls[2] », Alain Pojolat ne fait pas seulement peu de cas de toutes les personnes frappées, arrêtées et condamnées. Nous pensons aussi qu’il se méprend sur la situation.

Car si l’écrasante majorité des personnes arrêtées et sévèrement sanctionnées étaient jeunes, noires, arabes, musulmanes, c’est bien parce que le pouvoir en place était et reste conscient que le soutien à la Palestine constitue pour ces populations une porte d’entrée privilégiée vers le militantisme, l’action collective, la « conscientisation » politique, la contestation, appelons-ça comme on veut.

(...)

Retrouvez la suite de l'analyse sur le site de la Campagne pour l'Abrogation des Lois Islamophobes

Source : Campagne ALI

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

France

Même sujet

Islamophobie

Même auteur

Campagne pour l\'Abrogation des Lois Islamophobes (A.L.I.)

Même date

15 avril 2015