Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2550 fois

Egypte -

Gaza : L'armée égyptienne établit une zone frontalière de sécurité

Par

04.09.2013 - A peine les Palestiniens de Gaza commençaient-ils à pousser un soupir de soulagement après avoir réussi à faire alléger le siège israélien contre la Bande que la nouvelle arrivait, l'armée égyptienne avait l'intention de créer une zone de sécurité de 500m de large sur 10km le long de sa frontière avec la Palestine, du carrefour frontalier de Rafah à la Méditerranée. Les autorités égyptiennes affirment que cette zone, avec les nombreux tunnels creusés sous la frontière, sert à la contrebande d'armes et de combattants, en plus de faciliter l'évasion et le retour de quelques dirigeants des Frères musulmans. Le Caire insiste sur le fait que la Bande est une source centrale d'instabilité croissante dans la Péninsule du Sinaï et promet de "dompter" le Hamas pour son soutien aux Frères musulmans égyptiens.

Gaza : L'armée égyptienne établit une zone frontalière de sécurité

01.09.2013 - Vue depuis Rafah, au sud de la Bande de Gaza, une zone de tunnels de contrebande le long de la frontière avec l'Egypte (AP Photo/Hatem Moussa)
Les Palestiniens de Gaza n'arrivaient pas à croire que le Hamas ait réussi à assouplir les restrictions israélienne sur la Bande grâce à un accord qui a mis fin aux intenses combats de novembre 2012 entre les deux côtés. Maintenant, c'est le Caire qui intervient pour les pressurer, depuis le côté égyptien, en détruisant ce qui reste des tunnels que les Palestiniens utilisaient pour faire entrer à Gaza des marchandises vitales.

Selon Jabr Washah, du Centre palestinien pour les Droits de l'Homme, la démarche égyptienne est peut-être légale d'un point de vue technique, et l'occupation israélienne est responsable de la Bande de Gaza selon le droit international. Et en fin de compte, c'est le Palestinien ordinaire qui paie pour les tensions politiques et sécuritaires entre le Hamas et l'armée égyptienne. Les autorités égyptiennes devraient prendre en compte des considérations humanitaires puisqu'elles répriment la zone frontalière.

Washah a critiqué les membres du gouvernement Hamas qui disent que la zone de sécurité est un prélude à une attaque égyptienne, qualifiant les propos de "fantasme". Il a cependant souligné que le Caire a agi sans aucune coordination avec le gouvernement de Gaza, et sans même consulter la population palestinienne assiégée à cheval sur la frontière.

Le Hamas considère l'initiative égyptienne comme sans précédent dans son histoire, et un de ses dirigeants - Yahya Musa - a dit que ceux qui l'avait prise "ne connaissent pas le sens de Arabisme", ajoutant que "cette attaque n'est pas tant dirigée contre le Hamas que contre le peuple palestinien dans son ensemble." Il est même allé jusqu'à accuser les forces armées égyptiennes de considérer Gaza comme un danger plus grand pour sa sécurité que l'occupation israélienne.

Musa a rejeté les menaces de l'armée égyptienne de "dompter" le Hamas, rejetant toute possibilité que les deux côtés se dirigent vers une confrontation militaire, "dans laquelle aucun des deux bords ne gagnerait quoique ce soit."

Rabah Mhanna, chef du Front populaire de Libération de la Palestine, a expliqué que l'intention du gouvernement égyptien est de se débarrasser de tous les tunnels, une perspective à laquelle il n'est pas opposé à condition que des solutions de rechange appropriées soient prévues.


Deux sortes de tunnels

Selon les dernières estimations de l'armée égyptienne, leur campagne a fermé 240 tunnels primaires et secondaires, dont elle pense qu'ils constituent 70% des passages souterrains.

L'analyste palestinien Samir Ghattas a précisé qu'il existe deux sortes de tunnels :
- Les premiers courent le long de la frontière et servent à faire entrer en contrebande des marchandises légères, des denrées alimentaires et du carburant, et selon lui, la plupart d'entre eux ont été inondée par l'armée.
- L'autre type de tunnel est beaucoup plus dangereux. Ce sont des tunnels plus grands, creusés par le Hamas à l'aide d'équipements lourds et ils conduisent souvent à des maisons de leurs proches du côté égyptien.

Ghattas a noté que ces passages-là sont particulièrement lucratifs pour ceux qui les gèrent côté égyptien, car ils gagnent de grosses sommes d'argent pour faire passer clandestinement des armes et des combattants pour des groupes terroristes et takfiri actifs dans le Sinaï. Il pense que la bataille sur ces tunnels sera intense étant donné leur importance tant pour le Hamas que pour l'armée égyptienne.

Il a expliqué que l'armée a demandé aux habitants de signaler volontairement les ouvertures de tunnels à l'intérieur des maisons sinon ils risquaient de voir leurs maisons démolies. Cela a conduit à la destruction de deux maisons, et beaucoup d'autres situées dans la zone de sécurité proposée sont également menacées de démolition. Près de 60% des familles qui vivent dans cette zone frontalière tourmentée sont liées à l'un des principaux leaders du Hamas, Fawzi Barhoum.

Source : Al Akhbar

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Egypte

Même sujet

Blocus

Même date

6 septembre 2013