Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1991 fois

Palestine -

Gaza : deux mois après l’opération militaire israélienne “Plomb durci”
“La probabilité d’une explosion au Liban, en Irak ou en Palestine est grande”

Par

Informations Ouvrières n° 38, semaine du 19 au 25 mars 2009

Deux mois après l’arrêt de l’opération “Plomb durci”, qui aura vu un déluge de feu s’abattre sur la population palestinienne de la bande de Gaza, tuant plus de 1 400 personnes, dont les deux tiers de civils, l’état de guerre demeure permanent dans les territoires palestiniens occupés par l’armée israélienne.

Dans une interview donnée au quotidien en langue arabe al-Hayat, le 10 mars, le général américain à la retraite Brent Scowcroft, ancien conseiller à la sécurité nationale, note que les Etats-Unis ne devraient « pas attendre le changement de gouvernement (israélien), parce que la région est fragile et que la probabilité d’une explosion au Liban, en Irak ou en Palestine est grande ».

Mais, les « risques d’explosion » dont parle ce général ne sont-ils pas la conséquence de la politique américaine de démantèlement des nations et des droits des peuples de la région ?

Selon le journal américain Boston Globe (14 mars), le même Scowcroft, avec huit anciens hauts responsables américains, dont H. Volker et Z. Bzrezinski, vient d’adresser une lettre au président Barack Obama pour lui demander de « parler avec les responsables du Hamas afin de déterminer si les militants du groupe sont prêts à désarmer et à se joindre à un gouvernement palestinien pacifique, orientation majeure de la politique américaine actuelle ».

Deux mois après son élection, Obama n’a toujours pas pris de position officielle sur la situation en Palestine. En langage diplomatique, un « gouvernement pacifique palestinien » représente le gouvernement d’un futur pseudo-Etat, qui aurait renoncé à la majeure partie de son territoire, au droit au retour des réfugiés et au droit de se défendre (prérogative essentielle de toute souveraineté nationale).

Pendant que les dirigeants américains débattent avec leurs confrères israéliens de « l’intransigeance palestinienne, qui bloque tout processus de paix », selon les termes de l’actuel Premier ministre de l’Etat hébreu, Ehoud Olmert, le blocus continue contre la population de Gaza. Selon la dernière note hebdomadaire du Centre palestinien des droits de l’homme (PCHR), entre le 5 et le 11 mars 2009, 5 Palestiniens, dont un mineur, ont été tués par les troupes d’occupation. En une semaine ordinaire d’occupation, 40 incursions militaires ont eu lieu dans différents villages de Cisjordanie , 54 civils ont été arrêtés et 18 maisons ont été transformées en sites militaires.

Pendant que les dirigeants américains et européens évoquent un futur « Etat palestinien pacifique », la construction des colonies se poursuit activement en Cisjordanie et Jérusalem-Est est progressivement vidée de sa population arabe. En Cisjordanie , indique le PCHR, on trouve environ 630 points de contrôle militaires permanents (check-points, barrières, blocs de béton…) et 60 à 70 points de contrôle « volants ».

Plus d’un tiers de la Cisjordanie est inaccessible aux Palestiniens sans un laissez-passer quasiment impossible à obtenir. La semaine dernière, lors d’une manifestation contre la destruction d’un village (Ni’lin), violemment réprimée par l’armée, un militant pacifiste américain, syndicaliste à Oakland, Tristan Anderson, a reçu en plein front un tir de gaz lacrymogène le laissant toujours à l’heure actuelle entre la vie et la mort.

Un véritable « Etat pacifique » en Palestine passe par la fin de l’occupation et l’attribution des droits égaux pour tous dans un seul Etat démocratique, indépendamment de l’appartenance religieuse ou des origines. Le formuler autrement n’est que mensonge et manipulation.

Gaza : la situation sanitaire des Palestiniens devient dramatique La situation sanitaire dans les territoires palestiniens est devenue dramatique, selon une enquête internationale publiée dans la revue médicale britannique The Lancet. L’offensive israélienne sur Gaza a « plongé la région dans une profonde crise humanitaire ». L’étude pointe notamment du doigt les restrictions au transport imposées par Israël, qui rendent difficile l’accès aux hôpitaux. Elle cite le cas de 69 Palestiniennes contraintes d’accoucher à des check-points israéliens, ces derniers allant jusqu’à imposer à des femmes ayant des contractions des retards de deux à quatre heures sur la route de l’hôpital.

Source : Parti Ouvrier Indépendant

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine

Même sujet

Même auteur

François Lazar

Même date

19 mars 2009