Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1767 fois

Gaza -

Gisha : Faits concernant les coupures en électricité et en carburant d'Israël

Par

Israël contrôle les frontières (terrestres, maritimes et aériennes) de la Bande de Gaza et n'autorise l'entrée de marchandises dans la Bande de Gaza que par sa propre frontière avec Gaza.
Limiter l'approvisionnement en aide humanitaire est une violation de la Quatrième Convention de Genève qui appelle toutes les parties à faciliter la fourniture d'aide humanitaire et exige d'une puissance occupante qu'elle prenne des mesures positives en vue de faciliter le bon fonctionnement des institutions civiles de Gaza.

Gisha : Faits concernant les coupures en électricité et en carburant d'Israël


Photo Maan News : Des enfants à Gaza

Les coupures de carburant

Le dimanche 28 octobre, l'armée israélienne a ordonné à l'entreprise privée de vente de carburant, Dor Alon, de fournir entre 15% et 20% de moins de carburant que la quantité commandée pour les habitants de Gaza.

Les habitants de Gaza achètent leur carburant à Dor Alon grâce un accord avec l'Autorité Palestinienne, et le carburant est livré via le passage de Nahal Oz, sur la frontière entre Gaza et Israël. Israël n'autorise pas les livraisons de carburant à Gaza par la mer, l'espace aérien, ou par la frontière avec l'Égypte.

Les services de base, y compris la purification et le pompage de l'eau potable, le traitement des eaux usées, la collecte des déchets et les ambulances, ainsi que l'exploitation des générateurs d'énergie des hôpitaux et d'autres bâtiments publics dépendent du carburant et de l'électricité produite par le carburant.

Selon le directeur adjoint de l'approvisionnement en eau des municipalités de la bande de Gaza (CMWU), le CMWU a eu, au mois d'octobre 2007, un déficit de 40000 litres de carburant, nécessaires à l'alimentation des générateurs qui fournissent l'eau potable à domicile et récupèrent les eaux usées des zones résidentielles .

Manquant suffisamment de carburant pour alimenter les générateurs, le CMWU a été forcé de fermer les puits qui fournissent de l'eau potable à des dizaines de milliers de personnes.

Voir la déclaration écrite sous serment du directeur adjoint de l'approvisionnement en eau des municipalités de la bande de Gaza, présenté à la Cour Suprême israélienne le 6 novembre 2007.

Des renseignements indiquent que, depuis que les fournitures en carburant ont été réduites, tous les jours et sur une base tournante, 50000 habitants ne reçoivent pas d'eau potable à leur domicile car il n'y a pas assez de carburant pour faire fonctionner les groupes électrogènes qui permettent l'alimentation en eau des puits à Gaza.

En raison de la difficulté à faire entrer des pièces de rechange par les points de passage contrôlés par Israël, du manque de carburant et d'autres problèmes techniques, 250000 personnes dans la bande de Gaza ne reçoivent pas suffisamment d'eau potable.

Les coupures de carburant empêchent également l'Union Européenne de fournir du gaz-oil industriel pour faire fonctionner la centrale électrique de Gaza. Pour plus de détails, voir la lettre de Gisha aux fonctionnaires de l'Union Européenne.



Les coupures d'électricité:

Les habitants de Gaza achètent environ 63% de leur électricité à Israël, principalement par le biais des recettes fiscales perçues par Israël au nom de l'Autorité Palestinienne. 28% sont produits localement et 9% proviennent de l'Égypte.

L'affirmation d'Israël qu'il peut couper l'électricité sans nuire aux hôpitaux et autres services de base est incompatible avec les faits sur le terrain.
À Gaza, les principales lignes d'électricité desservent les hôpitaux, les puits d'eau, les stations de pompage, les usines de traitement, les écoles, les pharmacies et les cliniques locales, ainsi que les logements et les bâtiments ordinaires, sans différenciation.

En conséquence, lorsque l'électricité est coupée sur les grandes lignes, il s'ensuit des pannes d'électricité qui ont également des répercussions sur les services publics indispensables.

Depuis qu'Israël a bombardé la centrale électrique de Gaza en juin 2006, Gaza a subi un déficit d'électricité (environ 18%), obligeant l'entreprise de distribution à instituer une système de pannes d'électricité tournantes. Ces pannes touchent déjà les hôpitaux et d'autres services vitaux.

Une diminution supplémentaire de l'approvisionnement en électricité empêchera encore plus les opérations dans les hôpitaux, l'exploitation des pompes à eau et des eaux usées, le travail d'assainissement de base dans les usines de traitement des déchets, et les habitants ordinaires ne pourront plus conserver de denrées périssables et faire fonctionner des équipements médicaux à domicile.

Israël ne peut pas contrôler ou observer l'étendue des dégâts. Dans une plaidoirie devant la Cour suprême israélienne présentée le 19 novembre 2007, l'armée israélienne a basé son réquisitoire au sujet des coupures de courant qui ne nuiraient pas aux services de base sur une spéculation arithmétique, en utilisant des données de 2005, montrant que, en théorie, il y a assez de carburant dans la Bande de Gaza pour faire fonctionner les services humanitaires indispensables.

Ce faisant, l'armée ignore les problèmes de distribution et les preuves de plus en plus importantes que la pression supplémentaire sur les fragiles services publics de Gaza a déjà touché la santé et le bien-être des habitants de Gaza.



Aide humanitaire

Israël contrôle les frontières (terrestres, maritimes et aériennes) de la Bande de Gaza et n'autorise l'entrée de marchandises dans la Bande de Gaza que par sa propre frontière avec Gaza.
Limiter l'approvisionnement en aide humanitaire est une violation de la Quatrième Convention de Genève et du Protocole additionnel de la Quatrième Convention de Genève, qui appellent toutes les parties à faciliter la fourniture d'aide humanitaire et, en particulier, exigent d'une puissance occupante qu'elle prenne une part active et des mesures positives en vue de faciliter le bon fonctionnement des institutions civiles de Gaza.

Pour un examen plus détaillé de l'interdiction légale aux mesures punitives contre les habitants de Gaza, voir cette correspondance entre le directeur général de Gisha, Sari Bashi, et l'ancien maire de New York, Ed Koch.
Voir aussi le rapport de Gisha : Disengaged Occupiers: The Legal Status of Gaza.


L'interdiction d'entrée délibérée imposée par Israël à l'aide humanitaire financée par la communauté internationale et destinée aux 1,5 millions d'habitants de Gaza qui vivent sous un état de siège quasi total depuis juin 2007 est particulièrement inquiétante.
Voir les rapports de Gisha : Commercial Closure: Deleting Gaza’s Economy from the Map et Israël Undermines Higher Education – and its own best interest – in Gaza.


La décision de couper la fourniture de carburant et d'électricité et de limiter la circulation des marchandises dans et hors de Gaza émane d'une décision du gouvernement israélien en date du 19 septembre 2007 autorisant des mesures punitives contre les habitants de Gaza. Il s'agit d'une intervention dangereuse dans le système humanitaire déjà fragile de la bande de Gaza.


Punition collective

Les coupures en carburant et en électricité nuisent, par définition, aux habitants de Gaza. Dans ce cas, elles sont présentées par Israël comme une riposte à des tirs de roquettes Qassam par des militants dans la bande de Gaza.

Les tirs des roquettes Qassam sur des cibles civiles en Israël sont illégales, et elles doivent cesser. Mais cela ne justifie pas délibérément de prendre en réponse pour cible des civils dans la bande de Gaza.

Le droit international interdit toute forme de châtiment collectif, quelle que soit sa gravité. Il s'agit d'une ligne rouge morale et juridique.


Avis de Gisha

Gisha demande à Israël d'annuler immédiatement les coupures de carburant, de s'abstenir d'appliquer des coupures d'électricité, et d'ouvrir les frontières de Gaza pour l'approvisionnement régulier et suffisant en marchandises, y compris en pièces de rechange et autres fournitures nécessaires pour assurer la santé et le bien-être des habitants de Gaza.

Source : http://www.gisha.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Rapports

Même date

24 novembre 2007