Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 5445 fois

Liban -


Hasan Nasrallah : Les peuples arabes triompheront. Les US complotent avec les régimes

Par


Au cours d’un rassemblement pour le soutien des peuples arabes, le secrétaire général du Hezbollah Sayed Hasan Nasrallah a salué les peuples révolutionnaires, se disant prêt à leur présenter toute aide nécessaire. Il a accusé les États-Unis de vouloir tromper les peuples, alors qu’ils ont toujours complotés avec les régimes. Tout en rejetant les allégations selon lesquelles AlQaïda et l’administration américaine sont derrière ces soulèvements, Sayed Nasrallah a appelé les peuples arabes à résister et les pays arabo-islamiques à les soutenir. Il a condamné les tentatives de donner à la mobilisation populaire à Bahreïn un caractère confessionnel, et assuré qu’au Liban la résistance est toujours forte et qu’elle sera prête à défendre le pays lorsqu’Israël va l’empêcher d’entamer le forage du pétrole en Méditerranée.


Hasan Nasrallah : Les peuples arabes triompheront. Les US complotent avec les régimes

Voici le discours traduit du secrétaire général du Hezbollah, Sayed Hasan Nasrallah :

« Nous nous rassemblons aujourd’hui pour exprimer notre soutien aux peuples arabes et à leurs révolutions et leurs sacrifices, surtout en Tunisie, en Égypte, à Bahreïn, en Libye et au Yémen. Cette solidarité a une valeur morale parce que la ténacité, la résistance et la persévération de ces peuples sont à l’origine de tout ce qui se passe aujourd’hui.

Nous sommes à vos côtés, nous sommes heureux pour votre bonheur, nous prions Dieu pour que vous réalisiez la victoire, et nous vous disons que nous sommes prêts à vous tendre la main de l’aide pour votre intérêt.

Nous parlons de régimes pro-américains qui ne forment aucune menace pour la politique américaine. Comment alors les États-Unis peuvent-ils lancer des révolutions populaires avec cette force, alors qu’ils ne savent pas qu’elles seraient les alternatives ?

Est-il logique de croire que les États-Unis viennent provoquer des révolutions dans des régimes soumis à eux ? Ce n’est pas du tout logique.

Il est vrai que les sacrifices pourraient être considérables, mais avec la ténacité et la résistance, la victoire aura lieu en fin de compte.

Notre appel que nous lançons du Liban, le pays de la résistance libératrice et victorieuse à ces peuples est de persévérer et de patienter, et d’être surs de la victoire divine. C’est le seul choix à adopter.

Au lieu que ces régimes entament un dialogue sincère et des réformes sérieuses, ils ont proféré des accusations, des humiliations, et ils ont recouru aux meurtres. Ceci a compliqué les choses dans tous les pays, et a avorté toute possibilité de dialogue.

Une grande victoire a été réalisée en Égypte, en Tunisie alors que le régime libyen a entrainé le pays dans une guerre interne dure.

De même, à Bahreïn comme au Yémen, c’est grâce à la mobilisation pacifique des peuples que la guerre civile a été écartée.

Les États-Unis tentent de se présenter comme étant les défenseurs du changement et des réformes, mais nous appelons tout le monde à ne pas prendre au sérieux cette arnaque. De toute façon, nos peuples sont très conscients.

Nous rappelons que l’administration américaine est impliquée dans tous les massacres des régimes, et toute déclaration américaine sur le respect des droits et la condamnation de la répression n’a aucune crédibilité, et ce, à cause de la position américaine du peuple palestinien.

Il y a quelques jours, l’administration américaine a mis un veto pour empêcher que la stabilité ne règne en Palestine occupée. Bien que tout un peuple soit victime de meurtre, d’expulsion, et d’oppression, et qu’al Qods soit menacé de destruction, les Américains défendent le criminel, le boucher, celui qui bombarde une population sans armes.

A partir de là, toute déclaration américaine simulant une volonté sincère pour la défense des peuples en Egypte, en Tunisie, ou dans d’autres pays n’est qu’une hypocrisie.

Ils ont d’autres raisons qui les poussent à adopter une position pareille. Ils cherchent à mettre la main sur les ressources de ces pays, sur leurs champs de pétrole.

Je demande aux peuples arabes de regarder toujours vers la Palestine. Tant que cette administration soutient Israël contre le peuple palestinien, ceci signifie qu’elle ment dans tout ce qu’elle dit sur les droits de l’homme. Lorsqu’elle adopte une position différente, on peut parler de changement de la vision américaine.

Il faut être prudent face au jeu américain visant à détourner les  révolutions, et il faut être prudent quant à un possible projet de division ou une guerre civile.

En Tunisie et en Égypte, la grande victoire a été réalisée et les despotes sont partis grâce à la ténacité des deux peuples, de leurs sacrifices, malgré les centaines de victimes. Mais c’est grâce aussi à la neutralité des deux armées et à l’impopularité des deux présidents. Zin el Abidin Ben Ali et Hosni Moubarak ont eu recours aux voyous pour attaquer les millions de personnes rassemblées dans les places. Ils n’ont pas trouvé de peuples qui les soutiennent.

Ils ont cru que ces deux peuples se contenteraient du départ de ces présidents. Les États-Unis misaient sur cette option en vue de limiter les pertes.

(On m’informe qu’il y a un brouillage très fort sur les différentes chaines satellitaires, ceci est un signe de faiblesse).

Ces peuples ont poursuivi leurs protestations et leurs revendications et nous appelons les deux peuples égyptien et tunisien à l’unité parce que la division pourrait engendrer une révolution contraire, surtout en Égypte, qui a une grande influence sur la cause palestinienne.

Les Égyptiens doivent savoir que nous portons tous nos espoirs  sur eux.

En Libye, les gens se sont soulevés à Benghazi, Mesrata et ailleurs. Ils ont été alors tués. Les manifestations se sont ensuite étendues vers d’autres régions du pays. Le régime a imposé à la révolution pacifique populaire une guerre alors que le peuple revendiquait le changement sans aucun recours aux armes.

La guerre a alors commencé contre ce peuple de l’Est et de l’Ouest. Les images des chars blindés et des avions de combats nous rappellent ici au Liban l’invasion israélienne en 1982.

Ces grands massacres commis par le régime de Kadhafi doivent être condamnés par toute personne noble de ce monde et nous devons présenter tous les moyens de soutien pour permettre à ce peuple de résister.

Les États-Unis et l’Occident ont donné le temps nécessaire au régime libyen pour écraser la révolution, mais le peuple a résisté et a combattu et le monde a été embarrassé. Si ce régime avait réussi à écraser la révolution, on aurait désigné Kadhafi de nouveau et on aurait signé avec lui des contrats pétroliers. 

Ces révolutionnaires n’ont qu’à résister et à combattre, nous avons une grande expérience dans les combats et nous trouvons à la vue des visages des combattants libyens qu’ils ont une grande décision, et qu’ils ne récapituleront pas.

La situation en Libye est très compliquée à cause du jeu international. Le peuple doit faire attention et résister jusqu'à réaliser la victoire.

Regardez la résistance au Liban qui a résisté pendant 33 jours. Du Liban je salue énormément les combattants à Benghazi, et à Mesrata.

Le grand massacre commis par Kadhafi contre le Liban, et al Qods se manifeste par l’enlèvement et la détention de l’imam Sayed Moussa Sadr. Tous les honnêtes et les partisans de l’imam suivent sa cause jusqu’à nos jours. Les propos positifs de Kadhafi en faveur de Sayed Sadr ne sont que de l’hypocrisie qui ne change rien à la réalité selon laquelle il est responsable de son enlèvement, et c’est lui qui a payé le gouvernement italien pour camoufler sa cause. Nous espérons que notre imam sera finalement libéré.

Au Yémen, il y a certes de grandes complications à travers le meurtre des dizaines  de personnes et la répression du peuple. Nous ne pouvons pas laisser passer sous silence ces actes. Nous saluons le peuple tenace au Yémen, et nous savons qu’il y a beaucoup d’armes dans ce pays, mais les protestataires veillent à ce que leurs manifestations restent pacifiques.

Quant à Bahreïn, permettez-moi d’en parler en détails. Tout le monde suit ce qui se passe à Bahreïn, mais dans ce pays il y a une forme d’oppression sans égal. A Bahreïn, cette petite île, un peuple est descendu pacifiquement pour protester, on a riposté par le meurtre et les tueries. Le gouvernement pouvait prendre des mesures pour restaurer la confiance avec le peuple. Mais face à la mobilisation des jeunes, on a riposté par le feu. Le peuple a répondu au feu par les fleurs, et a refusé toutes les accusations selon lesquelles cette mobilisation est due à des facteurs régionaux ou confessionnels. En contrepartie, le régime a convoqué des armées pour riposter.

Face à l‘exemple libyen, la ligue arabe n’a pas bougé. Elle n’a pas envoyé d’armées pour défendre Mesrata, Ajdabiya ou d’autres villes. A Bahreïn, ils ont envoyé des armées pour défendre un régime qui n’est même pas menacé de tomber. Il est vrai que le peuple revendiquait des changements, mais l’opposition a manifesté pacifiquement. On a fait appel à des armées arabes. Elles ont pris d’assaut des hôpitaux, détruit les maisons de certains opposants. Les dirigeants n’ont pas pu supporter la symbolique de la place de la perle, ils l’ont détruite. Toutefois, nous pouvons surmonter tout ceci.

Les régimes sont de nature sauvage, mais le pire c’est d’accuser les opposants de semer la division confessionnelle. Je salue les hommes de religion sunnites au Liban et dans le monde arabe pour leurs positions nationales, patriotiques, et surtout celle du premier ministre turc Recep Tayep Erdogan.

J’interroge certains dans le monde arabo-islamique, qui gardent la bouche cousue face à l’oppression contre le peuple du Bahreïn. Pis encore, ils ont condamné cette mobilisation, les martyrs, les blessés, seulement parce qu’ils sont des chiites. Est-ce le fait d’appartenir une telle ou telle confession enlève aux gens leurs  droits civiques ? Est-ce qu’il est permis de massacrer l’opposition  bahreïnie juste parce qu’elle est de majorité chiite ?

Nous sommes toujours en faveur du peuple palestinien, que nous soyons musulmans ou chrétiens, sans se demander quelle est la confession de ce peuple. Personne ne s’est demandé quelle est la confession des peuples de la Tunisie, de l’Égypte et d’autres peuples. Il est de notre devoir de soutenir tous ces peuples opprimés.

Le guide suprême de la Révolution Islamique en Iran Sayed Ali Khamenei a adopté une position historique en faveur du peuple palestinien. N’est-elle pas une position religieuse et morale ?

Je me demande comment certains appellent les peuples égyptiens et tunisiens à descendre dans les rues, alors qu’à Bahreïn on adopte la politique de deux poids deux mesures.

Quelle est la différence entre le régime des Al khalifa à Bahreïn, et de celui de Moubarak ou de celui de Kadhafi ? Je comprends que lorsqu’il s’agit d’un régime opposé à Israël, nous demandons à son peuple de patienter, de trouver des issues pacifiques.

Mais ce qui se passe à Bahreïn n’est pas une mobilisation confessionnelle. Les autorités ont recouru à la force. C’est l’arme des gens impuissants qui ne pourra pas toutefois détruire la décision de ce peuple. Ne tenez pas compte des hommes de religion qui sont contre vous, parce qu’il y a de nombreux d’autres religieux sunnites qui vous soutiennent.

Je dis à nos frères à Bahreïn : Poursuivez votre lutte et patientez, vous avez une opposition sage et courageuse, votre sang va triompher sur les oppresseurs et les tyrans. Ce que vous faites mérite les sacrifices, même si le temps dure.

Je lance de plus un appel aux pays arabes et islamiques à assumer leurs responsabilités face à ce qui se passe dans le monde arabe. Ils doivent intervenir pour défendre les peuples. Les gouvernements arabes et islamiques doivent empêcher toute intervention étrangère. Malheureusement, l’irresponsabilité de ces régimes ouvre la voie à l’intervention américaine et étrangère en Libye, ce qui donne plus de force aux projets de division. Tout musulman doit intervenir pour trouver une issue dans ces pays.

A Bahreïn, il y a une crise de confiance tout comme au Yémen. L’opposition ne veut plus les autorités actuelles. Où est la médiation des pays arabes et islamiques ? Les pays qui ont dépêché leurs armées à Bahreïn devraient envoyer des ambassadeurs et des médiateurs.

Aujourd’hui, j’appelle les dirigeants de la nation, les élites et les dignitaires religieux à chercher des solutions convenables pour mettre fin à l’effusion de sang et donner aux peuples opprimés leurs droits.

Passons au Liban, ces deux derniers mois nous avons remarqué qu’à la suite de la chute du gouvernement et de la nomination d’un nouveau premier ministre, une campagne contre les armes a débuté.

Tout a été dit, tout moyen médiatique a été utilisé. On a eu recours même aux dessins animés.

Dans la forme, tout ce qui a été dit au cours des festivals et dans tous les rassemblements, sans qu’aucune personne ne soit attaquée physiquement, prouvent leurs mensonges. L’armée, à côté de la nouvelle majorité, travaillaient de pair pour protéger ceux qui insultaient la résistance ! La preuve du non recours aux armes se manifeste donc par le fait que vous faites ce que vous voulez sans que personne ne s’en prenne à vous.

Dans le contenu : Pendant ces deux mois, nous n‘avons rien entendu de nouveau pour le commenter. Il s’agit d’une reprise des mêmes slogans. Nous avons toujours dit que nous n’avons pas peur du dialogue, parce que nous avons une logique, et notre expérience est devenue une leçon qu’on apprend dans plusieurs écoles militaires.

La résistance est toujours prête, la collaboration entre l’armée, le peuple et la résistance se poursuivra. Leurs derniers exploits furent la découverte du système d’espionnage. Toute cette campagne ne fera qu’augmenter la foi des Libanais partisans en cette résistance.

Demain, lorsque n’importe quel gouvernement libanais décide de commencer le forage en mer à la recherche du pétrole et lorsqu’Israël menace notre pays, ce gouvernement ne trouvera que cette résistance qui fera peur à Israël et défendra le pays dans son droit d’avoir du pétrole. Ce n’est pas en récitant des poèmes, ni en ôtant les cravates qu’on acquiert notre droit au pétrole. Attendons alors pour voir à quoi ça servirait la veste !

En tout cas, cette campagne veut entrainer la résistance dans une dispute interne. A quoi sert-il d’expliquer aux gens les exploits de la résistance, mais c’est le peuple lui-même qui a réalisé ces exploits.

Donc, tant qu’ils n’ont pas de nouvelle logique, nous n’allons pas y répondre.

Leur deuxième objectif de cette campagne vise à nous provoquer. Nous rejetons toute provocation. Il n’est pas permis que nous soyons provoqués. Le but de toute provocation est la division sunnite-chiite. Ils souhaitaient à travers le Tribunal International entrainer le Liban dans une division sunnite-chiite. Nous connaissons à l’avance le contenu de l’acte d’accusation, et nous  considérons que cet acte a été publié et qu’il n’a aucune valeur. Il n’y aura ni division ni conflit sunnite-chiite. Nous devons rester patients face à tout ce qui est dit dans les médias. Rien ne suscite l’inquiétude, la résistance va bien, ses armes sont sain et sauf, et la résistance surveille toujours l’ennemi, mais prenez garde que personne ne touche à elle.

Quand nous lisons les documents de Wikileaks, nous découvrons l’ampleur des espoirs portés sur l’ennemi israélien tout comme l’ampleur du désespoir né le 14 aout.

La première partie des documents rapportent les analyses de Sisson et des autres responsables américains. Nous allons donc croire aux démentis de toute personnalité libanaise.

Mais la deuxième partie est sous forme de demandes, non pas d’analyse. Certains ont demandé à Israël d’occuper Bent Jbeil, de ne pas arrêter la guerre avant de détruire le Hezbollah, ni avant de dépêcher des forces multinationales, ni avant d’empêcher le Hezbollah de sortir victorieux.

Donc certains ont appelé l’ennemi à comploter contre le peuple libanais, ce ne sont pas d’analyses mais de positions et de demandes.

Certaines parties ont revu leur position et ont annoncé leur ralliement à la résistance, mais d’autres ont provoqué et ont  appelé à la destruction du Liban pour atteindre des objectifs politiques et financiers. Le pire c’est qu’ils le font toujours aujourd’hui..

Les habitants de Bent Jebil, d’Aïta, ou d’autres régions, les gens qui ont été bombardés et massacrés vont déposer des plaintes contre ces gens, et nous verrons comment la justice va les juger. Bien que nous sachions tous les complots, nous avons appelé le 22 juillet à s’unir ensemble pour la reconstruction du Liban. S’unir avec qui ? Avec ceux qui ont participé à tuer nos femmes et nos enfants.

Mais aujourd’hui nous lisons leurs déclarations dans tous les médias. Donc, nous allons former un dossier juridique et le déposer devant la justice.

Au sujet du gouvernement, de grandes pressions sont exercées sur le président Mikati pour ne pas former le gouvernement à la base de la nouvelle majorité. Mais comment le faire alors ? Il y a des pressions au sujet du communique ministériel et de la politique générale.

Les pressions étrangères sont quelque chose d’anormale, et nous sommes prêts à divulguer des détails sur ce sujet dans l’avenir.

La nouvelle majorité formera un nouveau gouvernement dirigé par le président Najib Mikati et c’est un défi politique que nous devons relever.

Source : Al Manar

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Liban

Même sujet

Résistances

Même auteur

Hasan Nasrallah

Même date

21 mars 2011