Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2435 fois

Cisjordanie occupée -

Il faut que le Hamas et les autres factions agissent pour empêcher Abbas de détruire la cause palestinienne

Par

01.12.2020 - Les positions des factions palestiniennes, y compris celle du Hamas, ne sont pas à la hauteur de la gravité de la situation suite à la décision de l'Autorité palestinienne dirigée par Mahmoud Abbas de reprendre la coopération avec Israël en matière de sécurité. L'AP a annoncé cette décision au moment même où les factions se réunissaient au Caire avec des représentants du mouvement Fatah dans le cadre des grotesques "efforts de réconciliation".

Il faut que le Hamas et les autres factions agissent pour empêcher Abbas de détruire la cause palestinienne

Un manifestant brandit une pancarte indiquant "irhal ya abbas" [Abbas Dégage] lors d'une manifestation dans la bande de Gaza contre Mahmoud Abbas [Mohammed Salem/Reuters] (source AlJazeera)
La condamnation et le rejet de ce crime, sans qu'une stratégie nationale globale soit élaborée pour faire face à ses dangers, signifie que ces factions, y compris le Hamas, supporteront les conséquences de ce qu'Abbas a fait. Avant d'entrer dans les détails de ce qui doit être fait en réponse à la misérable décision d'Abbas, il est cependant de la plus haute importance de revoir la gravité de cette décision.

La décision représente une déclaration claire que la normalisation arabe avec Israël, qui aide l'État d'occupation à briser la cause palestinienne, bénéficie désormais du soutien d'Abbas et de son autorité. La preuve en est que peu après avoir annoncé la reprise de la coordination de la sécurité, Abbas a renvoyé ses ambassadeurs aux Émirats arabes unis et à Bahreïn.

De plus, la reprise de la coopération en matière de sécurité - dont je doute qu’elle ait jamais été réellement suspendue - donne de la crédibilité à ma conviction qu'Abbas utilisait les efforts de réconciliation pour gagner du temps jusqu'à ce que l'issue de l'élection présidentielle américaine devienne claire. En cas de victoire du candidat démocrate, il tournerait le dos à la réconciliation [palestinienne, ndt]. Et c'est exactement ce qu'il a fait.

Abbas est extrêmement désireux d'apaiser le président américain élu Joe Biden. La chaîne israélienne Channel Kan a révélé qu'il avait envoyé un message à l'équipe de Biden dans lequel il s'engageait à contrer l'incitation (contre Israël) dans les programmes d'éducation palestiniens et à ne pas rejoindre les organisations internationales.

Il le fait afin de rassurer Israël sur le fait que l'Autorité palestinienne ne cherchera pas à le poursuivre devant la Cour pénale internationale pour les crimes de guerre qu'il a commis et continue de commettre. Le dirigeant de l'AP s'est également engagé à réformer le système de paiement des allocations financières pour les prisonniers détenus par Israël, ainsi que pour ceux qui sont blessés par les Israéliens et les familles des martyrs. Bien qu'il n'ait pas été précisé ce qu'il entend par "réforme", il est probable qu'il ait l'intention de remplir certaines des conditions posées par Israël pour mettre un terme à ces allocations.

À la lumière de ce qui précède, les factions palestiniennes, en particulier la plus importante, le Hamas, porteront la responsabilité des politiques d'Abbas si elles n'adoptent pas une stratégie globale pour en finir avec l'ère Abbas. On doit également contester la légitimité dont ils auraient pu jouir autrefois à tous ceux qui sont à ses côtés.

Le peuple palestinien et les factions, à l’exception du Fatah, ont récusé le rapprochement d’Abbas vers les Israéliens. Cette position suggère que nous changions notre terminologie pour ne plus faire référence à la "scission Fatah-Hamas", mais à la "scission de l'équipe Abbas et du peuple palestinien".

Il faut que les factions, en particulier le Hamas, mettent fin à la mascarade de la réconciliation, notamment parce qu'Abbas ne s'en préoccupe plus. S'engager dans cette voie absurde signifie simplement accorder une légitimité nationale aux torts qu'il commet, à laquelle seront associées les factions qui dialoguent avec lui.

S'il reste à la tête du pays, cela conduira à un nouvel effondrement de la position palestinienne. Le Hamas et les autres factions doivent agir rapidement, sinon ils seront complices de la création d'un environnement dans lequel Abbas pourra continuer à s'attaquer à la cause de notre peuple.


Source : Middle East Monitor

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Cisjordanie occupée

Même sujet

Collabos

Même auteur

Saleh Al-Naami