Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2350 fois

Palestine -

Interview de Khaled Meshal, Chef Suprême du Hamas

Par

Article paru le 27 Janvier 2006 dans La Repubblica (Italie)

Le jour du triomphe du Hamas, le chef suprême, Khaled Meshal, contrôle son euphorie et pèse ses mots : “C'est une première étape. Cependant, d'autres étapes sont nécessaires avant d'arriver à l'objectif : la libération de l'occupation”.
Il n'est pas facile de réussir à rencontrer Meshal (Abu'l Walid, pour ses partisans).
Étant une cible mobile d'Israel, il change continuellement de place son quartier général.

Interview de Khaled Meshal, Chef Suprême du Hamas

À Amman, le Mossad lui a injecté du poison derrière l'oreille avec une seringue à air-comprimé. Après avoir été découverts et capturés, les agents Israéliens ont été libérés en échange de l'antidote.
Le fait a provoqué une crise internationale.

Maintenant, pour le rencontrer, on nous amène à une Mercedes 200 blindée et avec des vitres teintées.
Nos téléphones portables sont coupés, désassemblés et mis dans une boite en métal, nous laissons nos sacs et nos chaussures.


M. Khaled Meshal, quel goût a la victoire ?

"Vous devriez le demander aux Américains et aux Israéliens, à voir leur consternation avant les résultats des élections.
Washington appelle à la démocratie.
Bien, l'électorat s'est exprimé.
Peut-être que notre démocratie a un visage qui ne plait pas aux Occidentaux : cependant, c'est un jour splendide pour notre nation."


Et aussi pour la paix? Israël considère votre victoire comme une catastrophe, la fin du processus de paix.

"Cela dépend d'Israël, pas de nous.
S'il est disposé à reconnaître le droit des Palestiniens à vivre librement sur leurs propres terres, alors la paix est à portée de main.
Nous sommes prêts. Mais le sont ils?"


M. Meshal, êtes-vous disposés à négocier?

"Depuis Madrid et Oslo, les accords ont mené nulle part.
Le processus de paix est dans une impasse, la qualité de vie des Palestiniens a empiré, la barrière avance et engloutit d'autres terres.
Quant à la Feuille de Route, elle est inacceptable.
Elle nous impose des conditions détaillées : Le désarmement et l'arrestation des mujaheddins, abandonner la résistance.
Pourtant elle est vague en ce qui concerne les devoirs d'Israël : elle ne dit pas un mot sur Jérusalem, ni sur le sort des réfugiés, sni ur la dimension des territoires à rendre".



Le Hamas ne dit pas clairement non plus quelle partie de la Palestine il veut libérer. Svp, dites-le : Voulez-vous dire, récupérer la Palestine Historique qui comprend Israël ou seulement les territoires occupés en 1967?

"Je vous répondrai par une autre question : pourquoi le monde demande-t-il aux Palestiniens de définir les frontières de leur propre patrie alors qu'il ne demande pas aux Italiens de faire la même chose avec l'Italie?
Je connais très bien la carte de mon pays."



Donc, le Hamas ne reconnaîtra pas Israël, n'est-ce pas ?

"Non, nous ne le ferons pas. Israël est né d'une agression, une occupation des terres d'un autre peuple."



Votre charte appelle à la destruction d'Israël. On dit que, en raison des élections, vous supprimeriez ce paragraphe écrit en 1988.

"Vous, les Occidentaux, avez tort : la charte n'appelle pas du tout à la destruction d'Israël.
En Arabe, il est écrit : "Pour mettre un terme à l'occupation israélienne de la Palestine".
Nous ne voulons pas nous débarasser de l'autre, nous souhaitons seulement obtenir nos droits. Ainsi, ce paragraphe restera."



Est-ce que vous accepterez des négociations via un tiers impliqué, comme Israël l'a fait au Liban avec le Hezbollah?

"Nous n'avons toujours pas décidé. Nous avons déjà à négocier avec les Israéliens, en ce qui concerne les municipalités, pour des raisons pratiques.
Le Hamas ne rejette pas les discussions.
C'est la philosophie d'Israël qui nous empêche de négocier. Ainsi, il ne nous reste plus que la résistance ".



L'Amérique, l'Europe et Israël vous demandent de déposer les armes. Accepterez-vous?

"Evidemment pas, aussi longtemps que la majeure partie du territoire sera sous occupation. Seule la force a donné des résultats, le retrait israélien de Gaza."



Pourtant, vous avez négocié une trêve.

"C'est vrai, et nous l'avons respectée tandis qu'Israël ne l'a pas fait. Maintenant, elle a expiré depuis le 1er janvier. Cela ne signifie pas que le Hamas ne tiendra pas compte de la réalité : cela dépendra des conditions du peuple et sur le terrain."



Comment le Hamas pense-t-il entrer dans le processus politique?

"Le Hamas s'occupe de politique depuis longtemps. Notre plateforme politique prévoit également une seconde voie, en plus de la résistance : construire la vie politique sur une base démocratique et solide, lutter contre la corruption et introduire un principe de liberté et de justice."



Marwan Barghouti, depuis sa prison, vous propose un gouvernement de coalition avec le Fatah.

"C'est trop têt. Nous devons évaluer la situation internationale, qui est très sensible, examiner les pressions de l'Amérique sur l'Autorité Palestinienne.
Si Abu Mazen nous demande d'accepter les Accords d'Oslo et de reconnaître Israël, c'est quelque chose que nous ne ferons pas.
En tout cas, nous participerons à chaque processus décisionnel."



Sharon a frappé et liquidé votre direction. Quelles en ont été les conséquences, M. Meshal?

À cette question, M. Meshal bondit. "Regardez", dit-il en pointant un panneau sur le mur : un panneau énorme en forme de diamant rempli de photos de visages souriants, les chefs "martyrs" du Hamas.
A droite, magnifique à l'intérieur d'un soleil, il y a le cheik Yassine. A gauche, le Dr. Rantissi.

"Les conséquences sont sous les yeux de tous. Que, en dépit de la mort de tous ces hommes, l'Amérique, l'Europe et Israël devront dorénavant traiter avec nous."

Source : http://peacepalestine.blogspot.com/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine

Même sujet

Interviews

Même date

29 janvier 2006