Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1761 fois

Palestine occupée -

Intifada al-Quds en Palestine : Poursuivre le chemin de la libération N° 16 – janvier 2017

Par

« C’est Ahmad qui s’est opposé aux invasions de l’occupation.. C’est Ahmad qui a déclaré la région de Ramallah interdite à l’occupant… C’est Ahmad qui a protégé cette ville avec son corps. » (Les amis du martyr Ahmad Kharroubi, assassiné lors d’affrontements)
L’opération héroïque du résistant Fadi Qunbor contre les soldats de l’occupation dans Jabal al-Mukabber, où la colonisation bat son plein, a secoué l’entité coloniale sioniste en profondeur, pour deux raisons principales : l’opération de la résistance a eu lieu dans la zone jugée « intouchable » par les sionistes, à cause du système sécuritaire déployé depuis plus d’un an dans la ville d’al-Quds et ses environs, qui a été brisé une fois de plus, et à cause des caméras qui ont filmé les soldats sionistes en fuite et paniqués, alors qu’ils se trouvaient par dizaines sur les lieux de l’opération.

Intifada al-Quds en Palestine : Poursuivre le chemin de la libération N° 16 – janvier 2017

La résistance à Hazma
Une fois encore, la résistance a su déjouer toutes les mesures sécuritaires de l’occupant, et a affirmé à la face de tous qu’aucune mesure punitive, qu’aucune dénonciation par les uns ou les autres, dans la communauté internationale, ne pourra parvenir à stopper l’Intifada al-Quds. Elle frappera quand elle le pourra et son mode opératoire (individuel et tout engin disponible) l’aidera à échapper à tout contrôle. L’ingéniosité du peuple palestinien saura surmonter la sauvagerie de l’occupant.

Cette sauvagerie s’est manifestée au cours du mois dans l’assassinat des Palestiniens, dans leur arrestation brutale, de nuit comme de jour, dans la répression des prisonniers et de leurs familles, dans la démolition des maisons et de villages en entier, et notamment dans les territoires occupés en 48, à Qalanswa et Umm al-Hiran, dans le Triangle et dans le Naqab occupés. Comptant sur la présidence de Trump, les autorités de l’occupation ont multiplié les confiscations des terres et les projets de colonisation, plaçant l’Autorité Palestinienne de Mahmoud Abbas dans une position critique, où l’Etat palestinien promis a déjà perdu plus du tiers de sa superficie, avant même d’être fixé, à cause de la perfidie de la communauté internationale, la France y compris, qui concocte des plans de plus en plus favorables aux sionistes avant de les présenter comme des plans de « paix ». Malgré le vote par le conseil de sécurité de l’ONU d’une résolution favorable aux Palestiniens et dénonçant la colonisation sioniste, la communauté internationale semble peu motivée pour faire appliquer ses propres résolutions, en Palestine occupée, et continue à couvrir les crimes de l’entité sioniste.

L’apathie générale du monde arabo-musulman et la complicité de fait du monde occidental avec l’entité coloniale ont ouvert la voie à des actes de normalisation des relations avec l’occupant. En plus de régimes arabes et musulmans, qui ne cachent plus leurs relations avec l’entité coloniale, c’est au tour de journalistes, d’hommes d’affaires, d’opposants politiques de déserter le camp national pour s’engouffrer dans ce qui leur semble une « voie de salut », qui est en réalité la voie de leur perte, puisque la nation dans son ensemble considère la normalisation comme un crime.

Martyrs palestiniens tombés depuis mi-décembre 2016 :

Ahmad Kharroubi, 18 ans, assassiné au cours d’affrontements dans le camp de Qalandya et Kfar Aqab, au nord d’al-Quds. Les affrontements ont eu lieu lorsque l’occupant sioniste a voulu démolir la maison du martyr Musbah Abu Sbeih, le combattant ayant mené une opération de la résistance, en tirant sur les soldats dans la ville d’al-Quds.

Fares Ziyad al-Bayed, 15 ans, décédé des suites de blessures infligées par l’occupant au mois d’octobre dernier, lors d’affrontements entre les jeunes et l’armée de l’occupation, dans le camp de Jalazone, au nord de Ramallah.

Le prisonnier syrien du Golan occupé, Ass’ad al-Wali, 70 ans, détenu et condamné à 8 mois de prison, est décédé le 25 décembre.

Assassinat par noyade du pêcheur Mohammad Ahmad al-Hissi, de Gaza, début janvier. Il avait été poursuivi par l’occupant en mer, qui a fait basculer sa barque.

Mohamad Salehi, 32 ans, exécuté par l’occupant le 9 janvier, au cours d’une incursion dans le camp al-Fari’a, entre Nablus et Toubas. Les soldats sont entrés dans la maison du martyr, en plein milieu de la nuit, et l’ont exécuté de six balles, devant sa propre mère. Ancien prisonnier libéré, il avait été détenu pendant trois ans.

Qusay al-Ammour, 17 ans, assassiné au cours d’affrontements devant le village de Takou’, Bayt – Laham. Atteint de trois balles à la poitrine, le martyr Qusay fut traîné, ensanglanté, par plusieurs soldats de l’occupation, jusqu’à ce qu’il meure.

Nidal Mahdawi, 44 ans, de Tulkarm, assassiné le 17 janvier 2017 par les soldats de l’occupation installés au barrage, prétextant qu’il avait l’intention de poignarder l’occupant.

Ya’qub Abul Qay’an, 40 ans, du Naqab occupé, assassiné le 18 janvier, par les policiers sionistes venus détruire les maisons du village Um al-Hiran. Enseignant, il se dirigeait vers le village en lutte. Les policiers ont affirmé qu’ils ont tiré, pensant qu’il les attaquait avec sa voiture.

Scènes de l’Intifada al-Quds

Hazma : Le village de Hazma est habité par 8000 Palestiniens. Depuis 1981, il lutte contre l’installation de la colonie « Adam », qui s’étend de plus en plus pour occuper 18.000 dunums, ne laissant aux Palestiniens que 1000 dunums. La résistance est devenue une constante dans ce village. En 1991, les sionistes ont décidé de séparer le village de Hazma de la ville d’al-Quds. Trois des entrées du village sont coupées par des barrages de l’occupation, qui fouillent la population.
Le maire du village, Muwaffaq al-Khatib déclare que les sionistes visent Hazma depuis 1981, et récemment le ministre de la guerre Liberman a déclaré vouloir installer un parc sur les terres du village. Un mur a été construit sur 4000 dunums des terres du village, et un autre mur parallèle sur 5 km entre l’entrée à Hazma et le premier mur a annexé une partie des terres. Il y a quelques semaines, les sionistes ont démoli une route que les habitants du village avaient tracée pour leur accès à leurs terres, afin d’y construire leurs maisons. Le village est privé de ses sources d’eau, Ayn Fara et al-Fuwwar, depuis l’annexion des terres.
L’insistance de l’occupant à vouloir s’accaparer des terres du village et la détermination des villageois à l’empêcher ont instauré un état permanent d’affrontements, où les sionistes sont souvent perdants, obligés qu’ils sont de reculer devant la force des tirs (pierres et feu) des villageois, hommes, femmes et enfants. 20 martyrs sont déjà tombés depuis 30 ans. Depuis le début de l’Intifada al-Quds, des centaines de villageois de Hazma ont été arrêtés, au cours d’incursions noctunes de l’occupant. Au cours de ce mois, de nombreux affrontements ont opposé les villageois de Hazma aux forces de l’occupation.

Jabal al-Mukabber : la source des fidayins et de la résistance
La dernière opération de la résistance menée par le martyr Fadi Qunbor rappelle toutes celles qui furent menées par les fidayins palestiniens, habitants de ce bourg menacé par les colons sionistes. Les opérations les plus marquantes menées par les résistants sont : l’attaque le 6 mars 2008 de l’école religieuse « Haraf » par le résistant du mouvement Hamas, Alaa Abu Adhaym. Le 4 août 2014, la police sioniste accuse le martyr Mohammad Ja’abis d’avoir écrasé des colons. Le 18 novembre 2014, Uday et Ghassan Abu Jamal se lancent à l’assaut d’un temple juif dans al-Quds ; le 13 octobre 2015, Baha’ Alayan et Bilal Ghanem attaquent un bus « israélien » dans la colonie « Armon Hanatsif » ; le 13 octobre 2015, Ala’ Abu Jamal écrase des sionistes dans al-Quds ; le 8 janvier 2017, le martyr Fadi Qunbor écrase des soldats près d’une colonie. La presse sioniste, ainsi que la classe politique, réclame des mesures de plus en plus sévères et criminelles contre la population de Jabal al-Mukabber.

Résistance

Début janvier, le résistant palestinien de Jabal al-Mukabber, Fadi Qunbor, écrase avec son engin 4 soldats sionistes, en présence de dizaines d’autres, qui prennent la fuite. Cette opération est considérée par les Palestiniens, qui l’ont saluée, comme un signe de bon augure pour l’année 2017.

Au cours de mois de janvier, de multiples affrontements ont eu lieu dans toute la Cisjordanie , y compris dans al-Quds, au cours desquels les Palestiniens ont lancé des pierres, des bouteilles incendiaires et des explosifs dans al-Khalil, Nablus, Ramallah, Qalqylia, Silfit, Qalandia, Takou’, Tulkarm, et dans plusieurs quartiers et bourgs d’al-Quds. Des colonies ont été attaquées, comme celle de Betar Itilit et Kiriat Arba. Le 4 janvier, les Palestiniens du camp de She’fat attaquent les policiers de la municipalité sioniste venus contrôler les boutiques dans le camp, en les empêchant d’y entrer.

Un soldat « israélien » a été blessé par balles lors d’affrontements dans le camp de Balata, à Nablus le 23/12. Le jour suivant, un colon a été poignardé près de la colonie Ifrat, au sud de Bayt Lahem. Au cours de la dernière semaine de décembre 2016, les opérations de la résistance se sont accrues, avec quatre opérations menées avec des armes à feu. 6 sionistes ont été blessés, dont 4 soldats. 90 points d’affrontements ont eu lieu au cours de la semaine, dans les environs d’al-Quds, de Ramallah, Bayt Lahem, Qalqylia et la bande de Gaza. Des bouteilles incendiaires ont été lancées à Hazma et al-Ram et un bus « israélien » a été attaqué près de Ramallah.

4 soldats sionistes ont été blessés au cours d’affrontements à Bayt Ummar et le camp al-Arroub dans al-Khalil, lors des funérailles populaires menées dans la région, après que les sionistes aient rendu les corps des martyrs.

Un soldat sioniste a été tué au cours d’une opération menée par un Palestinien, qui a été arrêté, le 3 janvier. Trois soldats sionistes ont été blessés lorsque des jeunes ont lancé sur eux des bouteilles incendiaires dans le bourg al-Issawiya. Deux colons ont été blessés dans le village al-Khadra, dans la province de Bayt Lahem. Plusieurs lieux d’affrontements ont été signalés au cours de la première semaine de janvier, notamment dans al-Quds et ses environs (Bab al-Sahira, Hazma, al-Ram, camp She’fat, Abu Diss, Biddu, colonie Ge’vat zeev, Selwan..).

La population du village de Qusra, au sud de Nablus, a réussi à chasser des colons armés qui voulaient s’introduire dans le village (18/1). Ces colons ont été encerclés et frappés. L’armée sioniste est intervenue pour les sauver, mais la population a refusé de les rendre, sinon au comité de « liaison » palestinien. Qusra a souvent été le théâtre d’affrontements avec les colons qui veulent s’emparer des terres. Les villageois ont créé un comité de vigilance.

Répression et purification ethnico-religieuse

L’assassinat de sang-froid de Ya’qub Abu Al-Qay’an, dans Umm al-Hiran, par la police sioniste le 18 janvier, indique, une fois de plus, avec quelle facilité les occupants tuent les Palestiniens, qu’ils soient dans l’armée ou la police.

Les bulldozers de l’occupation démolissent 11 maisons dans la ville de Qalanswa, dans les territoires occupés en 48. Une semaine plus tard, l’occupant démolit une dizaine de maisons dans le village de Umm al-Hiran, dans le Naqab occupé en 48. Le 3 janvier, l’occupant démolit les maisons de 87 Bédouins palestiniens dans Khan al-Ahmar, dans la région d’al-Quds. Ces destructions font partie d’un plan d’ensemble visant la judaïsation de toute la Palestine.

Depuis le mois d’octobre 2015, 9920 Palestiniens ont été arrêtés par les forces de l’occupation, dont 2884 enfants (âgés entre 11 et 18 ans), soit 29% des Palestiniens arrêtés.

Le 21 décembre, l’occupant envahit le camp de She’fat, arrête une dizaine de jeunes Palestiniens, faisant un blessé. Le même jour, il arrête 6 jeunes dans la ville de Nablus, dont des prisonniers libérés et des étudiants du « Bloc islamique » (Hamas), et 5 autres jeunes de Beit Fujjar, au sud de Bayt Lahem. Le 22/12, l’occupant arrête à nouveau Mohammad Allan, l’avocat membre du Mouvement du Jihad islamique, ayant mené la grève de la faim lors de son arrestation précédente. Il sera libéré le lendemain. Le même jour, il mène une incursion musclée à Arraba, près de Jénine, où il essaie de terroriser les membres du mouvement du Jihad islamique, des familles Qaadan et Izzidine. Dans le camp Balata, près de Nablus, l’occupant sème la terreur en investissant la maison de la famille Uways. Dans la ville de Qalqylia, il confisque le contenu de l’imprimerie « Asayel Yafa » et arrête son propriétaire, Saber Abdel Fattah Dawud.

Le centre Wadi Helwa d’informations a signalé l’arrestation de plusieurs enfants, âgés entre 13 et 15 ans, du village at-Tur, et dans le camp de She’fat (23/12). Au cours de la nuit du 20 au 21/12, les forces de l’occupation ont arrêté 18 Palestiniens en Cisjordanie , et la nuit suivante, 26 Palestiniens sont arrêtés, y compris 7 enfants.

Des caméras espions des sionistes dans les maisons palestiniennes : des prisonniers libérés ont réussi à découvrir que les incursions de l’occupant dans leurs maisons, ces derniers temps, ont plutôt servi à installer des caméras miniatures à l’intérieur des maisons, et non pas seulement à fouiller, confisquer et détruire meubles et objets. Une nouvelle fois, l’occupant viole non seulement le droit international, mais la vie privée des Palestiniens, sous le prétexte de lutter contre la résistance. « Big Brother » n’est pas une fable en Palestine occupée.

Les bulldozers de l’occupation ont démoli le 4/1 la maison de Yasser Musalima, dans Bayt Hanina sous le prétexte qu’elle est construite sans permis. Deux maisons avaient été démolies auparavant dans le même quartier pour les mêmes raisons, appartenant à Adnan Shweiki. Le préfet d’al-Quds, Adnan Husseiny, a affirmé que le tiers des maisons dans la ville d’al-Quds sont menacées par la démolition, car ayant été construites sans l’autorisation des autorités de l’occupation, qui ne délivrent pas des permis. Des dizaines de maisons dans Sour Baher, dans al-Quds, ont été menacées de démolition.

Le quartier de Bab Hatta dans al-Quds a été le théâtre de violents affrontements avec les forces de l’occupation, lorsque celles-ci ont envahi le quartier et investi plusieurs maisons. Des affrontements similaires ont eu lieu dans le bourg de Hazma le 4/1. Le 8/1, l’occupant a agressé les étudiants des écoles dans le bourg de Biddu et des affrontements ont eu lieu dans al-Ram, lorsque les sionistes ont lancé des grenades lacrymogènes sur les Palestiniens, les 8 et 10/1. Le 9/1, les forces d’occupation ont investi Jabal al-Mukabber, et ont empêché la célébration funéraire du martyr Fadi Qunbor. Par ailleurs, par mesure de représailles, et allant dans le sens de la judaïsation, les autorités sionistes entendent démolir 81 maisons dans Jabal al-Mukabber.

L’occupant veut imposer la carte scolaire sioniste aux écoles palestiniennes d’al-Quds, une mesure supplémentaire dans la judaïsation de la ville. Par ailleurs, la municipalité sioniste a décidé de judaïser les noms de 5 rues dans le bourg de Selwan.

Des membres des services de renseignements de l’occupation ont investi le 10/1 la maison du martyr Tha’er Abu Ghazale, dans la vieille ville d’al-Quds. Ils ont confisqué les ordinateurs et les téléphones portables après avoir déchiré les photos des martyrs et fouillé la maison de fond en comble.

De leur côté, les services sécuritaires de l’AP poursuivent toujours les militants palestiniens : au cours du mois de janvier, ils ont arrêté des dizaines de militants du mouvement, dont le prisonnier libéré Nadhir Nassar, 46 ans. Plusieurs prisonniers libérés des geôles de l’occupation sont détenus à présent dans les prisons de l’AP : Youssef Kamil, Tarek Abu Rabb, Hassan Dahmaz, de Qabatia, Shadi al –Ghoul de Jénine, Ahmad Salah, de Kafar Dan, Tawfic Saber Jarbou’, du camp de Jénine, Mohammad Ibrahim Abu Maria, de Beit Ummar, Shafiq Abu Zaina, de Jénine.


Thèmes développés dans la suite de l’article, à retrouver sur CIREPAL, le Centre d’Information sur la Résistance en Palestine :

* Profanation des lieux saints
* Dans les prisons de l’occupation
* Liste noire de la normalisation
* La presse palestinienne
* Communiqués et déclarations
* Dans la colonie



Source : CIREPAL

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.

Faire un don

Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine occupée

Même sujet

Résistances

Même auteur

Baladi

Même date

23 janvier 2017