Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1984 fois

Israël -

Israël : Le scandale de la détention administrative

Par

L’Etat d’Israël pratique la détention administrative : le pouvoir militaire se réserve d’arrêter des Palestiniens, et de les retenir en détention, sans accusation ni jugement. C’est l’arbitraire total, et cette pratique est là-bas bien connu. La détention est ordonnée par les autorités militaires, par périodes de six mois renouvelables, sans motif ni recours. Les « preuves » sont tenues secrètes, et ne sont accessibles ni à la personne détenue ni à son avocat ! Actuellement, 160 Palestiniens subissent ce régime.

Israël : Le scandale de la détention administrative

Ahmad Qatamesh et Suha Barghouti, son épouse
Ce jeudi 25, Amnesty International a lancé une campagne pour obtenir la libération de Ahmad Qatamesh, un universitaire âgé de 63 ans, en détention administrative depuis deux ans.

Ahmad Qatamesh (on peut aussi écrire Qatamish) a été arrêté le 21 avril 2011, à Ramallah, par les forces militaires israéliennes. Depuis ? Rien, aucune inculpation, et aucun jugement. La détention a été à nouveau prolongée mercredi  de quatre mois, et c’est la sixième prolongation. A l’illégalité, les autorités ajoute la cruauté de cette incertitude.  

Ahmad Qatamesh a fait ses études en sciences politiques jusqu’au doctorat, par correspondance avec une université néerlandaise, car les autorités militaires israéliennes lui interdisent de voyager. Il est directeur de recherche et, depuis 2010, il enseigne à la Faculté de Lettres de l'université d'Al-Quds.

Ses amis ont identifié sa faute : il a pris position pour la création d'un État unique comme solution au conflit israélo-palestinien. C’est du pur délit d’opinion.

Pour Ann Harrison, la directrice adjointe du programme Afrique du Nord et Moyen-Orient d’Amnesty International, cette détention est destinée à décourager les activités politiques d'autres militants de gauche : « Ahmed Qatamesh est un prisonnier d'opinion, détenu uniquement pour avoir exprimé ses convictions politiques de manière non violente ».

Ahmad Qatamesh connait bien la détention administrative. Au cours des années 90, il avait été soumis à ce régime pendant 5 ans, sa libération, il avait raconté son expérience, y compris les actes de torture et les mauvais traitements dans un livre intitulé I Shall Not Wear Your Tarboosh. "Je ne porterai pas votre tarbouche".

Courage Ahmad… Tu as toute notre considération et notre amitié.  

Vous avez ci-dessous la fiche établie par la très respectée association de défense des droits prisonniers ADDAMEER, avec les adresses pour écrire à Ahmad et adresser des courriers de protestation aux autorités d’occupation :
http://www.addameer.org/etemplate.php?id=156


Lire aussi :
- "Les forces de l'occupation israélienne arrêtent l'écrivain palestinien Ahmad Qatamesh", par The New Socialist, ISM-France, 26 avril 2011

- "Addameer exige l'annulation de l'ordre de détention administrative d'Ahmad Qatamish", par Addameer, ISM-France, 7 mai 2011



Source : Les Actualités du Droit

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même sujet

Prisonniers

Même auteur

Gilles Devers

Même date

30 avril 2013