Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3016 fois

Israël -

Israël applique une politique délibérée de terreur contre les enfants palestiniens

Par

04.01.2018 – Au début de la deuxième intifada en 2000, l’image emblématique de Mohammad al-Durra, un jeune palestinien de 12 ans, est apparue, protégé des tirs israéliens par son père qui suppliait les soldats d’arrêter de tirer. Les balles ont cependant continué à pleuvoir et al-Durra est mort de ses blessures. Moins d’un mois plus tard, une autre image d’un enfant palestinien a fait le tour du monde. Une caméra a saisi Fares Odeh, 14 ans, jetant sans crainte des pierres sur un char israélien dans la Bande de Gaza. Odeh a été tué par les forces israéliennes le 8 novembre de la même année.

Israël applique une politique délibérée de terreur contre les enfants palestiniens

Jeune lion palestinien passant entre une rangée de soldats de l’occupation israélienne
à Al-Qods
(photo Rami al-Qatib)

Haine pure

Mercredi, l’armée israélienne a tué Musab Firas al-Tamimi, 17 ans, du village de Deir Nitham, en Cisjordanie occupée, faisant de lui le premier palestinien tué en 2018.

La cruauté israélienne, ce que les Palestiniens considèrent comme de la haine pure envers leurs enfants, a été incarnée par l’assassinat le 5 octobre 2004 de Iman Darweesh al-Hams, 13 ans. Les soldats israéliens lui ont tiré dessus depuis un poste d’observation installé dans ce qu’Israël appelle la « no-man zone » près de la route Philadelphi, à Rafah.

Photo
Iman Darweesh al-Hams


Comme si cela ne suffisait pas, le commandant de l’armée israélienne a vidé tout le chargeur de son fusil automatique dans le corps de Hams. Un an plus tard, au cours de son procès, ce commandant n’a exprimé aucun regret de ses actes et a déclaré qu’il aurait « fait pareil si la fille avait trois ans. »

Il a été blanchi de toutes les charges majeures.

Selon DCI-Palestine (Defence for Children International-Palestine), 595 enfants ont été tués pendant la deuxième intifada, au cours de laquelle les assassinats ci-dessus ont eu lieu.

Ces dernières années, les enfants de Gaza ont souffert à maintes reprises des exactions de l’armée israélienne, en particulier au cours des trois dernières attaques majeures. La guerre de 2008-2009 a entraîné la mort de 280 enfants. Le nombre d’enfants morts dans la guerre de 2012 est de 33 et dans la guerre la plus récente, en 2014, 490 enfants palestiniens ont été tués sous les tirs israéliens.

Dans la période entre 2000 et 2017, DCI-Palestine rapporte que 2.022 enfants palestiniens ont perdu la vie aux mains des forces israéliennes, soit une moyenne de 25 par mois. Au cours de la même période, 137 enfants israéliens ont été tués par des Palestiniens.

Il ne s’agit pas bien sûr d’opposer des chiffres mais cela donne une indication de l’impact terrible de l’occupation israélienne et des guerres répétées contre le Palestiniens, en particulier sur les enfants.

Il est important de noter que, contrairement aux enfants israéliens tués dans le « conflit* » la plupart des enfants palestiniens tués par Israël sont anonymes et font partie du comptage de morts. Les médias israéliens s’assurent que les noms et les images des enfants israéliens morts soient diffusés le plus largement que possible. Les Palestiniens n’ont pas la même audience.

Photo
Vie quotidienne à Al-Khalil/Hébron


Des enfants dans les tribunaux militaires

Il n’y a aucun enfant israélien détenu par les Palestiniens. Mais il y a environ 450 enfants palestiniens placés en détention par Israël. Ils sont jugés par des tribunaux militaires, emmenés menottés devant les juges militaires – comme le monde l’a vu après qu’Ahed al-Tamimi, 16 ans, a été enlevée aux premiers heures du 20 décembre 2016.

Selon DCI-Palestine, 500 à 700 enfants palestiniens sont détenus chaque année par Israël. L’accusation la plus courante est le jet de pierre. DCI-Palestine dit cependant que depuis 2000, au moins 8.000 enfants palestiniens ont été arrêtés et poursuivis dans le système de détention militaire israélien.

DCI-Palestine rapporte que dans 590 cas documentés entre 2012 et 2016, 72 % des enfants palestiniens détenus ont fait état de violences physiques et 66 % de violences verbales et d’humiliation.

Selon Khaled Quzmar, directeur général de DCI-Palestine, « malgré les contacts continus avec les organes de l’ONU et les appels répétés au respect du droit international, l’armée et la police israéliennes continuent les arrestations nocturnes, la violence physique, la coercition et les menaces contre les enfants palestiniens. »



Photo
Mohammad al-Durra et son père


Photo
Fares Odeh




Source : Middle East Eye

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même sujet

Enfants