Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2797 fois

Naplouse -

Israel intensifie ses violations contre l'Environnement Palestinien !!! Le nouveau site de décharge israélien

Par

Le 4 Avril 2005, le quotidien israélien Haaretz a dévoilé qu'Israel avait décidé de transférer des ordures au delà de la ligne d'Armistice (Ligne Verte) et de les vider en Cisjordanie.
Les entrepreneurs de la décharge prévoient de déposer environ 10.000 tonnes d'ordures des régions de Dan et Sharon chaque mois dans ce qui est connu comme la carrière d'Abu Shusha, la plus grande de Cisjordanie.
La construction et l'exploitation de cette décharge par Israel viole le droit international qui interdit un état d'occupation de se servir du territoire occupé à moins qu'il soit au bénéfice de la population locale.

Israel intensifie ses violations contre l'Environnement Palestinien !!! Le nouveau site de décharge israélien


Extrait de la carte d'ARIJ - en bleu : la colonie de Qedumin,
en rouge : le tracé du Mur autour de la colonie de Qedumin,
en jaune : le site prévu pour le dépot d'ordures.

Voir la carte globage de la région : ARIJ


Le 5 Avril 2005, le quotidien israélien Haaretz a dévoilé qu'Israël avait décidé de transférer des ordures au delà de la ligne d'Armistice (Ligne Verte) et de les vider en Cisjordanie .

Les entrepreneurs de la décharge prévoient de déposer environ 10.000 tonnes d'ordures des régions de Dan et Sharon chaque mois dans ce qui est connu comme la carrière d'Abu Shusha, la plus grande de Cisjordanie .

Haaretz a mentionné qu'au cours des derniers jours, les camions et les bulldozers israéliens avaient recouvert le sol de la carrière de terre brune pour le transformer en décharge à ordures.

Les semi-remorques énormes doivent apporter les ordures de Sharon et de Dan, qui seront amassées dans la station de détritus de Hadarim près de la prison de TelMond, pour les transporter jusqu’à la carrière.

Voir la carte du nouveau site de décharge à ordures.




La construction et l'exploitation de cette décharge par Israël viole le droit international qui interdit un état d'occupation de se servir du territoire occupé à moins qu'il soit au bénéfice de la population locale.


En outre, l’Article 55 du Protocole additionnel de la Convention de Genève stipule au sujet de la protection de l'Environnement Naturel :

La guerre sera conduite en veillant à protéger l'environnement naturel contre des dommages étendus, durables et graves. Cette protection inclut l'interdiction d'utiliser des méthodes ou moyens de guerre conçus pour causer ou dont on peut attendre qu'ils causent de tels dommages à l'environnement naturel, compromettant, de ce fait, la santé ou la survie de la population

Les attaques contre l'environnement naturel à titre de représailles sont interdites.


Au cours des dernières trois décennies, l’occupation israélienne a détérioré l'environnement et les ressources naturelles dans les Territoires Palestiniens Occupés.

En plus de la pollution directe imposée par les activités dûes à l’occupation israélienne, les Israéliens limitent des projets pour établir des lieux de décharge proportionnés pour desservir les Palestiniens;

D’autre part, la fermeture récente de nombreux remblayages par les autorités militaires israéliennes a compliqué les problèmes de gestion des déchets solides en Cisjordanie .

ARIJ estime que les Palestiniens de Cisjordanie produisent 500.000 tonnes de déchets solidespar an ce qui représente environ 1.370 tonnes par jour.

D'autre part, les colonies israéliennes produisent une moyenne de 224.000 par an ou de 614 tonnes par jour.

ARIJ voudrait souligner que les ressources d'eau à proximité du lieu de décharge proposé seront compromises; Quatre puits qui desservent la ville de Naplouse et les villages voisins tels que Deir Sharaf et Beit Iba sont situés à proximité du lieu de décharge.

Le Tableau suivant présente des faits sur ces puits:


Tableau 1: Puits d'eau situés près du nouveau lieu de décharge.

Nom du puits - Abstraction (m3/an) - Utilisation - Qualité - Aquifer
Deir Sharaf 2 - 785,000 - Agricole - Très bon à Excellent - Haut Cenomanian
Deir Sharaf 4 - 273,000 - Domestique et agricole - Très bon à Excellent - Haut Cenomanian
Deir Sharaf 3A - 790,000 - Domestique - Très bon à Excellent - Haut Cenomanian
Beit Iba - 982,000 – Domestique - Très bon à Excellent - Bas Cenomanian


Le très gros risque de pollution est, la plupart du temps, basé sur le fait que le lieu de décharge proposé est situé à l'affleurement de la formation du Haut Cenomanian; qui retient l'écoulement des eaux souterraines de Deir Sharaf 2, des puits 4 et 3Á.

Ces puits se situent à 500 mètres du site de la décharge; en conséquence, ils sont très susceptibles de pollution immédiate par les déchets solides vidés sur le site voisin.

En tenant compte du fait que la qualité de l'eau dans ces puits est très bonne à excellente, cela soulève de mauvaises anticipations sur le futur de la qualité de l'eau dans ces puits.

En conclusion, le lieu de décharge proposé mettra en danger les puits situés autour du site.

Il présentera également un grand risque sur l'environnement, le paysage et l’utilisation de terre dans le secteur et finalement, il compromettra la qualité de l'eau de la Montagne Aquifère dans son ensemble, qui est l’une des plus grandes sources d'eau douce en Palestine et en Israël.


D'autres conséquences générales découleront de l’exploitation du site de décharge proposé :
• La diminution de la superficie des terres dû à leur utilisation comme décharges pour le stockage des déchets solides,
• Le dérangement causé pour la population en raison des odeurs désagréables et la diffusion des insectes qui s’amassent sur ces déchets solides
• ainsi que la fumée émise par l’incinération de ces déchets
• et finalement l’enlaidissement des paysages dans cette région.


Nous demandons aux communautés nationales et internationales d’aborder ces problèmes et de travailler avec ARIJ pour arrêter les violations israéliennes contre la Terre Palestinienne, l’Environnement et les ressources naturelles.


Source : ARIJ

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Naplouse

Même sujet

Rapports

Même auteur

ARIJ

Même date

9 avril 2005