Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2651 fois

Israël -

Israël ne marche pas

Par

Depuis que l'Etat d'Israël a été imposé au Moyen Orient il y a 60 ans, il n'y a pas eu de paix dans la région. Pourquoi n'y a-t-il jamais eu une année de paix depuis qu'Israël a été créé ? Pourquoi aujourd'hui les perspectives de paix sont-elles toujours aussi mauvaises ?

Comme un organe mal assorti transplanté dans un corps, voué à être rejeté, un Etat perpétuel de guerre existe entre l'hôte et le tissu étranger. Les états environnants sont soit dans un état de guerre déclarée avec Israël (Palestine, Syrie, Iran), soit en "guerre froide" sans le dire (Egypte, Jordanie et Liban).

Le fait est que l'Etat d'Israël a été le point de départ d'un holocauste palestinien dévastateur.

Le fait est qu'Israël est un couteau planté dans le cœur du Moyen Orient.

Car Israël est un bien étrange endroit, créé avec la bénédiction des grandes puissances, qui ont pensé qu'il serait bien pratique d'avoir un allié servile au sein du Moyen Orient. Mais l'allié servile a grandi et est devenu autre chose que ce qui était prévu.

Ses habitants ont été importés de Russie, de Pologne, des USA, etc. Ils n'étaient pas de la région ; leurs parents n'étaient pas de la région. Ils ont apporté une manière de penser qui n'est pas de la région, et ils méprisent les traditions et les habitants indigènes de leur région d'adoption. Ils ne sont venus que pour occuper une terre, occuper des maisons volées à un peuple qui vivait là depuis des milliers d'années. Et ça, c'est incontestable.

Cette population indigène a été ethniquement nettoyée de sa patrie et 4 millions ont fui vers des camps de réfugiés dans les pays voisins, la Jordanie, l'Egypte et le Liban. Beaucoup d'entre eux ont toujours les clés de leurs maisons. Leurs petits enfants et arrière petits enfants vivent dans des camps sordides, mais de façon incroyable, ils n'ont pas perdu leur rêve de retour. En fait, le désir brûle plus intensément avec chaque nouvelle génération.

Les nouveaux habitants juifs d'Israël sont un peuple avec un secret coupable. Ils vivent un mensonge. Ils vivent sur une terre volée. Et ils le savent, ce sont des gens intelligents. Mais ils chassent à la hâte de leur esprit leur sale petit secret lorsqu'ils vaquent à leurs travaux quotidiens, car c'est une pensée trop horrible : pour chaque enfant juif assis dans une école neuve et étincelante en Israël, il y a un enfant palestiniens assis, sur une terre étrangère, dans une salle de classe de fortune, dans un camp de réfugiés pourri. Pour chaque émigrant juif allant en voiture à son travail, sur sa route "pour Juifs seulement", il y a les Palestiniens qui bataillent à pied le long de routes "pour les non juifs" parsemées de nids de poule. Pour chaque émigrant juif assis à son bureau, il y a un réfugié palestinien qui croupit dans un camp de réfugiés, sans rien à faire et aucune perspective d'un emploi ou d'un avenir.

Mais l'étrange vérité, c'est que lorsque quelqu'un vole quelque chose, il n'en retire jamais de bénéfice. Cela ne le laissera pas en paix, et il n'en jouira jamais. Cela viendra le hanter comme la terre d'Israël hante maintenant les nouveaux habitants sionistes de cette terre. Car l'âme paie un lourd tribut pour l'oppression : elle est privée de toute boussole morale.

Les nouveaux habitants se cramponnent à cette terre par la seule force de la 4ème armée la plus puissante au monde. Equipée par les militaires les plus puissants au monde de leur toute dernière technologie. Ils ont même des armes nucléaires lors que leur ennemi a des pierres. Leurs soldats sont unanimement reconnus comme les mieux équipés au monde. Et pourtant, à l'Ouest, on pense toujours qu'on sait qui est David et qui est Goliath.

Et pourtant… une chose étrange : les occupants vivent toujours dans la crainte. Ils ont les services secrets les plus efficaces au monde. Et pourtant... ils ne jouissent toujours pas de la sécurité, dans leurs maisons. Ils ont construit un mur de béton de 8m de haut (risiblement appelé " barrière de sécurité" par les médias occidentaux). 1.000km dans un pays de la taille du Pays de Galles.

Et pourtant… les mères ont peur de laisser leurs enfants prendre l'autobus. Ils ne peuvent jamais se détendre ; la paix est une étrangère.

Contrairement à la croyance commune, leconflit "Israël"/Palestiniens n'est pas une situation réellement aussi complexe qu'on le dit…

Q. Pourquoi les sionistes ne vivent-ils pas en paix sur la terre d'Israël ?
R. Parce qu'ils l'ont volée.
Q. Pourquoi les sionistes dépensent-ils des milliards pour la sécurité sur la terre d'Israël ?
R. Parce qu'ils l'ont piquée…
Q. Pourquoi les sionistes ont-ils besoin, constamment, de manipuler les médias et faire du lobbying en Occident pour qu'Israël "démocratique" ait bonne figure ?
R. Hum, parce qu'ils l'ont fauché…

La peur ne quittera jamais leurs coeurs parce que c'est toujours le prix payé par le voleur.

Les Nations Unies leur ont donné la terre. Etait-ce aux Nations Unies de "faire ce cadeau" en premier lieu ? Non. Le nœud du problème est… le revers de la paix, c'est la justice, mais en Israël, la justice a été exclue.

Alors vous voyez, cher lecteur, il y a une crainte pire que la violence qui hante l'âme sioniste : c'est de tout perdre. Les Palestiniens n'ont rien à perdre. Ils piaffent en attendant l'opportunité de se venger des crimes hideux perpétrés contre eux.

Et qui pourrait le leur reprocher ?

Les assujettis complotent jour et nuit des attaques contre leur occupant.

Et qui pourrait le leur reprocher ?

Ceux qui sont opprimés s'endorment chaque soir et se réveillent chaque matin avec une faim de revanche contre leurs oppresseurs.

Et qui pourrait le leur reprocher ?

Le rêve, l'obsession de la liberté les pousse presque au bord de la folie.

Pendant ce temps, l'Occident prêche la liberté – mais seulement si vous faites partie de leur club.

Mais certainement que ces Palestiniens accepteront leur sort, accepteront que leur rêve ne soit que ça. Accepteront leur ennemi, comme d'autres peuples écrasés l'ont fait avant eux, et disparaîtront tranquillement ? Accepteront un compromis, n'importe quel compromis au nom de la normalité et vivront pour voir leurs petits-enfants ? Pourtant non… 60 ans après, ils sont toujours là, toujours dans le défi.

Pourquoi cela ? Les Palestiniens ont une arme étrange, une arme qu'aucune armée ne peut détruire, une arme qu'aucun service secret ne peut infiltrer, une arme qu'aucun missile ne peut cibler. Et cette arme, c'est l'Islam. C'est l'Islam qui renforce le cœur des opprimés, qui parle de justice et console. Un message qui parle du sort "de ceux qui vous chassent de vos maisons" et autorise la violence contre ceux qui sont injustes, lorsque le dialogue a échoué. Ce n'est pas du terrorisme. C'est le Coran qui parle des Juifs comme des frères du livre, mais aussi comme d'un peuple qui a trahi ses frères. Il prévoit l'avenir. L'Islam ne permet pas que l'oppresseur s'en tire avec ses crimes. Non seulement il autorise la résistance contre l'oppresseur, mais la déclare obligatoire. Est-ce une erreur ?

Lorsque la Grande-Bretagne a été menacée par l'Allemagne nazie, qui en Grande-Bretagne a contesté la résistance ? Toutes les ressources d'une population entière, toute sa richesse, mobilisées pour une seule cause : empêcher la honte de l'occupation. Les grilles des parcs ont été fondues pour faire des avions, pour combattre par tous les moyens ; alors, était-ce du terrorisme ? Alors que la Grande-Bretagne, dans les années 40, glissait dans la faillite, est-ce que quelqu'un a chiffré le coût ? Non, parce que l'option était une honte et une humiliation inimaginables. Des millions de personnes sont mortes, l'économie a été ruinée, et en Grande-Bretagne, il n'y a jamais eu d'occupation.

Mais pour les Palestiniens, la honte et l'humiliation sont là, c'est une réalité quotidienne alors que les maisons sont démolies à l'aveuglette. Ariel Sharon se vantait que la terre où sa ferme était installée avait été jadis un village palestinien de plusieurs centaines de personnes, qui avaient été balayées de la carte.

Aujourd'hui, les maisons laissées vides pendant quelques heures sont saisies par des "colons" qui ne les rendent jamais. Des mères palestiniennes accouchent à des checkpoints parce qu'elles n'ont pas les bons papiers pour rejoindre l'hôpital à quelques mètres de là. La police regarde ailleurs. La vie quotidienne est paralysée par la paperasserie et par des milliers de petites humiliations destinées cyniquement à briser le moral. Alors qui, en Occident, peut les blâmer de se battre ?

Car, malheureusement pour ses soutiens, Israël n'est pas le phare de la démocratie que ses fondateurs avaient espéré. Aujourd'hui, Israël est un Etat en faillite. Un rêve imparfait qui a un ticket aller pour Armageddon. Une idée mal inspirée qui n'aurait jamais dû voir le jour. Aujourd'hui, Israël remplit la plupart des caractéristiques d'un Etat fasciste. Et bien sûr, comme tous ces états grotesques, il tombera un jour ; il tombera sur sa propre épée. Il sera un jour démantelé et ses occupants, les veinards dispersés de retour là d'où ils venaient. Nous prions pour que cela se passe pacifiquement. Sinon, alors cela se fera dans la violence ; une violence si épouvantable que la région et le reste du monde pourraient finalement être plongés dans une guerre qui utiliserait certainement les armes ultimes.

Entre temps, l'Occident se tient, silencieux en face de la tyrannie, observe, paralysé, et attend, attend, attend.

Source : Friends of Freedom and Justice

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même sujet

Sionisme

Même date

16 juillet 2008