Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1435 fois

Israël -

Israël prépare l'expulsion de plus de 100.000 Palestiniens : le nettoyage ethnique sioniste est en cours

Par

Le gouvernement israélien a approuvé ce dimanche un projet de loi interdisant le séjour de longue durée à tout époux ou épouse d'un citoyen israélien, qui se trouverait en "Israël" de manière illégale, et l'expulsant du territoire.
Cette décision israélienne est conçue spécialement pour les familles palestiniennes dont l'un des membres est originaire des territoires occupés, la Cisjordanie et la bande de Gaza, ou des pays arabes.

Les médias israéliens affirment que le projet de loi a été proposé au gouvernement par le ministre de l'intérieur, du parti travailliste.

Le projet de loi spécifie que "le ministre de l'intérieur ne donne pas de visa ou de permis de séjour en Israël à celui qui entre en Israël ou qui y reste de façon illégale, que cela soit fait délibérément ou non, ou dans des conditions dans lesquelles il aurait été difficile d'obtenir le visa".


Le projet de loi note aussi que le ministre de l'intérieur ne donne pas de visa ou d'autorisation de séjour en Israël "à toute personne constituant un danger sur la sécurité de l'Etat israélien et la tranquillité du public".

Dans la décision on lit aussi que toute personne se trouvant en Israël de façon illégale sera expulsée, elle devra quitter le pays et ensuite, faire une demande de visa de long séjour à condition que sa présence illégale en Israël n'ait pas dépassé un an.

La décision du gouvernement israélien interdit au ministre de l'intérieur d'accorder un visa de séjour permanent en Israël à celui qui s'appuie sur l'article 7 de la loi de la citoyenneté, qui spécifie la possibilité d'obtenir la citoyenneté israélienne par suite de mariage avec un citoyen israélien.

Cet article de la décision vise spécialement les Palestiniens qui se marient avec les Palestiniens portant la nationalité israélienne.


Le quotidien Yediot Aharanot avait indiqué en fin de semaine dernière que le nombre des membres de ces familles est de l'ordre de 100.000, et que l'époux qui ne porte pas la nationalité israélienne est menacé d'expulsion, lui et probablement aussi les enfants issus de ce mariage.


Il faut indiquer que le gouvernement et la Knesset (cet organe démocratique de l'Etat hors-la-loi) ont approuvé récemment de prolonger l'effet de la modification de la loi sur la citoyenneté qui empêche le regroupement des familles, si l'un des époux est Palestinien (des territoires occupés ou des pays arabes) et ne porte pas de visa de séjour en Israël.
Israël prolonge l'effet de cette modification depuis 2002.

L'association des droits du citoyen : "les entraves les plus difficiles et celles qui bafouent le plus les droits de l'homme"

L'association des droits du citoyen s'est adressée ce dimanche 26 juin au premier ministre et aux ministres leur demandant de s'opposer à cette proposition de loi présenté par le ministre de l'intérieur qui met des entraves à la nationalisation en Israël, sachant que ces entraves sont les pires et celles qui bafouent le plus les droits de l'homme, depuis que le gouvernement a décidé d'interdire de donner aux Palestiniens (des territoires occupés en 67) le droit de séjourner en Israël depuis mai 2002.

L'association a déclaré que les entraves ne prennent pas en compte les conditions de plusieurs demandeurs de nationalité ainsi que la situation juridique dans l'Etat d'Israël aujourd'hui.

Par exemple, Israël n'accorde aucune place aux Palestiniens (des territoires) mariés à de citoyens et habitants de l'Etat (Palestiniens de 48) et à leurs enfants s'ils sont en situation "irrégulière", et cette proposition de loi va toucher énormément les citoyens bédouins, qui sont nés dans le Naqab mais qui ne possèdent jusqu'à présent aucun lieu "juridique" en Israël (villages non-reconnus).

Le communiqué de l'association affirme que l'Etat d'Israël n'a jusqu'à présent une politique imprécise en ce qui concerne l'émigration vers Israël pour les non-Juifs.

Le comportement est varié en fonction du demandeur, d'après des réglementations internes du ministère de l'intérieur, qui ne sont pas publiées.

La plupart du temps, les instructions n'appliquent pas les mêmes critères précis et clairs, mais s'appuient sur des discussions internes entre fonctionnaires du ministère de l'intérieur.


Le communiqué demande également que l'Etat définisse une politique d'émigration claire et publique, aborde tous les aspects de l'émigration, les devoirs de l'Etat envers ses citoyens et ses habitants ainsi que ses engagements internationaux.

Cette politique devra s'appuyer sur des critères clairs et publics pour donner aux Non-Juifs une place en Israël.

D'autre part, le gouvernement israélien a adopté une loi pour accorder la citoyenneté aux enfants des travailleurs immigrés entrés illégalement en Israël, à leurs parents se trouvant en Israël.

Selon cette proposition, le ministre israélien de l'intérieur pourra donner des autorisations de séjour permanents aux enfants qui se trouvent en situation irrégulière en Israël, nés en Israël, avec certaines conditions, comme le fait que :
• l'enfant soit né en Israël, qu'il y habite de façon permanente jusqu'à aujourd'hui, date de la proposition,
• que "l'enfant ait entre 10 et 18 ans, à la date du 21 décembre 2005, et qu'il accomplisse le service militaire,
• que les parents de l'enfant soient entrés en Israël avec une autorisation avant qu'ils aient eu l'enfant,
• que l'enfant ait reçu son instruction dans une école israélienne,
• qu'il sache l'hébreu et au cas où son expulsion constituerait un acte de séparation de sa civilisation et de sa culture pour se rendre dans un Etat auquel il ne se sent pas appartenir".

Après lui avoir accordé une place en Israël, le ministre de l'intérieur a la prérogative d'accorder à ses parents et à ses autres frères une situation qui les autorise à rester, même de façon provisoire.


Le président du parti Shas a critiqué le gouvernement pour cette décision qui accorde la citoyenneté aux enfants des travailleurs étrangers, affirmant qu'une telle loi limiterait le caractère juif de l'Etat.


Source : www.arabs48.com

Traduction : Palestine en Marche

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même sujet

Racisme

Même auteur

Arabs48

Même date

26 juin 2005