Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1782 fois

Palestine -

Israel recrute des enfants palestiniens pour collaborer

Par

Defence For Children International : Palestine Section - Ramallah - Palestine

Dans les Territoires Palestiniens Occupés (TPO), un collaborateur est un Palestinien qui coopère avec les Forces de Sécurité israéliennes dans les TPO ou en Israel.
Le recrutement des Palestiniens comme collaborateurs est perçu dans les TPO en tant qu'élément de la politique d'Israel pour maintenir le contrôle du territoire et des Palestiniens.
La plupart des cas de collaboration sont trouvés dans les centres d'interrogatoires et les prisons où des détenus sont mis sous pression physique et mentale extrêmes pour collaborer.

Les enfants palestiniens se retrouvent souvent sous cette pression.


Les Services de Renseignements israéliens (Shabak) cherchent continuellement à recruter des enfants comme informateurs.

Une enquête de terrain avec d'anciens enfants détenus menée en 2003 par le DCI-Section Palestine, a estimé que 60% des enfants interviewés, dont certains d'entre eux n'ont que 12 ans, ont été torturés ou soumis à d'autres formes de coercition ou d'incitation afin d'essayer de les faire coopérer.

A fin 2003, dans Gaza seulement, il y avait en moyenne 40 tentatives par mois pour recruter des mineurs.2



Les enfants accusés d'être recrutés comme informateurs par les autorités israéliennes sont en danger de stigmatisation, d'exclusion, et occasionnellement, de représailles.

Le 5 février 2002, peu de temps après les condamnations à mort de deux jeunes de 17 ans, Khaled Kamiel et Jihad Kamiel, par la Cour de Sécurité de l'Etat Palestinien à Jénine pour le meurtre d'un membre des services de sécurité de l'Autorité Palestiniennes, des hommes armés sont entrés dans le tribunal et ont abattu les deux garçons.
Ils avaient été accusés de collaboration avec les autorités israéliennes.



Il y a un besoin croissant d'empêcher l'utilisation des enfants palestiniens en tant que collaborateurs et de protéger les enfants qui ont auraient été utilisés comme collaborateurs par les forces israéliennes.

Les autorités palestiniennes et les responsables religueux et des communautés, les écoles, les familles et les organisations non gouvernementales palestiniennes et internationales (ONG) ont toutes un rôle majeur à jouer dans cette tâche de prévention et de protection.


Environ 2.800 enfants ont été arrêtés par les autorités israéliennes entre septembre 2000 et juillet 2004.

À divers moments, les enfants palestiniens ont constitué 10 % de l'ensemble des détenus palestiniens.

En 2002, un cinquième des cas d'enfants prisonniers traités par le DCI-Section Palestine impliquaient des enfants âgés de 13 et 14 ans; les autres avaient entre 15 et 17 ans.


Dans un entretien avec le DCI-Section Palestine, un conseiller juridique du PSF a dit : "Le Shabak israélien vise les enfants en bas âge parce qu'ils sont des proies faciles.
Ce mois-ci, nous avons arrêté six collaborateurs, trois d'entre eux avaient moins de 18 ans.
On estime que sur dix collaborateurs (supposés) que nous arrêtons et enquêtons, quatre sont des enfants. Le plus jeune que nous avons rencontré avait 12 ans
."


Le nombre exact de collaborateurs, adultes et enfants, est inconnu, mais dans une enquête de terrain du DCI-section Palestine sur 40 anciens enfants prisonniers, 25 enfants ont raconté qu'ils avaient été invités ou mis sous pression pour collaborer avec la force d'occupation israélienne.

Selon les supposées victimes, une variété de méthodes a été employée, y compris des coups, des menaces de longues peines, des répercussions contre la famille, des agressions sexuelles, et la honte publique.

Les récompenses offertes pour la coopération incluaient une libération rapide, de l'argent, du travail ou d'autres permis et des services sexuels.

La plupart des enfants interviewés par DCI-Section Palestine "ont été approchés" par le Shabak.

La police israélienne a essayé de recruter deux enfants, deux autres enfants ont été mis sous pression par des collaborateurs palestiniens à l'intérieur de la prison, et, dans un cas isolé, un soldat israélien a essayé de recruter un enfant.



DCI-Section Palestine a rassemblé des témoignages d'enfants qui ont regretté d'avoir succombé à la pression pour devenir des informateurs.

Il est extrêmement difficile pour les enfants palestiniens de dénoncer des tentatives pour les faire collaborer puisqu'on s'attend à ce qu'ils fassent des rapports à leurs "supérieurs" israéliens ou autrement qu'ils aient à subir de graves conséquences.

La société palestinienne a également peu de pitié avec les collaborateurs, en particulier quand ils sont liées à des incidents sérieux menant à la mort d'autres Palestiniens ou des dommages à la cause nationale.


Source : http://electronicintifada.net/v2/article3921.shtml

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine

Même sujet

Enfants

Même auteur

DCI - Palestine Section

Même date

15 juin 2005