Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 27212 fois

Palestine -

Jésus était palestinien, et pourquoi c'est important

Par

Article original publié le 25 décembre 2013.

De nos jours, à cause des réactions alarmistes au mot "Palestine", beaucoup de non-Arabes et de non-Musulmans s'indignent lorsqu'on affirme que Jésus était Palestinien (la paix soit sur lui). L'origine ethnique de Jésus, sa couleur de peau et sa culture accompagnent souvent cette conversation, mais il est intéressant de voir combien peu de gens sont prêts à reconnaître le fait qu'il était un non-Européen. Une simple balade dans les allées de Noël du magasin de votre quartier vous montrera la représentation dominante de Jésus : un homme blanc, aux cheveux blonds et aux yeux bleus.

Jésus était palestinien, et pourquoi c'est important

L'islamophobie et la progagande anti-arabe nous ont conditionnés à voir les Palestiniens comme rien d'autres que des kamikazes sans coeur, des "terroristes", des "ennemis de la liberté et de la démocratie". Le dénigrement et la diabolisation perpétuels des Palestiniens dans les médias, en contraste à la glorification d'Israël, empêchent de voir des problèmes graves comme la crise des réfugiés palestiniens, les victimes des trois semaines atroces d'attaques sur Gaza par Israël pendant l'hiver 2008/2009, les dizaines de milliers de Palestiniens sans abri, et nombre d'autres luttes qui sont constamment rappelées par les militants pour les droits de l'homme à travers le monde. Parler du point de vue des Palestiniens, en particulier dans les milieux non-arabes et non-musulmans, génère la controverse parce qu'on assimile les Palestiniens à des stéréotypes violents. Alors, comment Jésus pourrait-il appartenir à un groupe de gens qu'on nous a appris à déshumaniser ?

Lorsqu'il m'est arrivé de discuter de ce sujet, j'ai remarqué les réponses suivantes : "Non, Jésus était juif," ou "Jésus n'était pas musulman." L'erreur ne m'a pas surpris, mais elle révèle certainement le niveau d'ignorance d'une grande partie de la société. Etre palestinien ne signifie pas être musulman, et vice versa. Avant la dépossession brutale et injuste des Palestiniens indigènes pendant la création de l'Etat d'Israël, le mot "Palestine" était un terme géographique appliqué aux musulmans palestiniens, aux chrétiens palestiniens et aux juifs palestiniens. Bien que la plupart des Palestiniens soient musulmans aujourd'hui, il existe une minorité chrétienne palestinienne importante qui est souvent négligée, en particulier par les grands médias occidentaux.

Le discours dominant dans les médias grand public non seulement déforme et dénature la lutte palestinienne en un conflit religieux entre "musulmans et juifs", mais pousse en conséquence les vies des Palestiniens chrétiens vers la "non existence". Et ainsi, en raison de la réticence des médias à rapporter les expériences et les histoires des Palestiniens chrétiens, ce n'est pas surprenant que les Américains blancs s'étonnent que des Chrétiens palestiniens et arabes existent. On peut affirmer que l'existence même des Chrétiens palestiniens est une menace car elle perturbe le récit sioniste dominant et tellement simpliste des "Musulmans contre les Juifs". C'est parce que reconnaître l'existence de Chrétiens palestiniens opposés à l'occupation militaire israélienne, ainsi que des Juifs opposés à l'occupation, révèle davantage de voix, de perspectives et de complexités d'un conflit qui a été essentiellement dépeint comme "Les Palestiniens détestent les Juifs," ou "Les Palestiniens veulent exterminer les Juifs."

Yeshua (le véritable nom araméen de Jésus) est né à Bethléem, une cité palestinienne en Cisjordanie qui abrite l'une des plus importantes communautés chrétiennes palestiniennes au monde. L'Eglise de la Nativité, l'une des plus anciennes au monde, marque le lieu de naissance de Jésus et est sacrée pour les Chrétiens comme pour les Musulmans. Alors que des touristes du monde entier visitent le site, ils sont soumis aux checkpoints et aux barrages routiers israéliens. La construction par Israël du mur en Cisjordanie restreint aussi considérablement la circulation des Palestiniens locaux. En avril 2010, Al-Jazeera en anglais a rapporté que les autorités israéliennes ont interdit aux Chrétiens palestiniens d'entrer à Jérusalem pour visiter l'Eglise du Saint-Sépulcre à Pâques. Yosef Zabaneh, un commerçant chrétien palestinien de Ramallah, a déclaré à IPS News : "L'occupation israélienne à Gaza et en Cisjordanie ne fait pas de distinction entre nous, elle traite tous les Palestiniens avec mépris.'

Les commentaires de Zabaneh faisaient allusion à la déshumanisation permanente des Palestiniens, ainsi qu'à l'effacement des Palestiniens, tant chrétiens que musulmans. En représentant constamment les Palestiniens comme les méchants, même le terme de "Palestine" devient "mal". Il y a refus de reconnaître, par exemple, que le mot "Palestine" était utilisé dès le 5ème siècle avant notre ère par l'historien grec Hérodote. John Bimson, auteur du "The Compact Handbook of Old Testament Life," reconnait la contestation de l'utilisation de "Palestine" :

"Le terme "Palestine" est dérivé des Phillistins. Au Vè siècle avant J.-C., l'historien grec Hérodote semble avoir utilisé le terme Palaistine Syrie (= Philistine Syrie) en référence à l'ensemble de la région entre la Phénicie et les montagnes du Liban au nord, et l'Egypte au sud... Aujourd'hui, le nom "Palestine" a des connotations politiques que beaucoup trouvent inacceptables, et pour cette raison, certains écrivains évitent délibérément de l'utiliser. Toutefois, les alternatives sont soit trop maladroites pour être utilisées à plusieurs reprises, soit elles sont inexactes lorsqu'on les appliques à certains périodes, alors "Palestine" reste un terme utile..."

Eviter délibérément d'utiliser le nom "Palestine" non seulement dénature l'histoire, mais aussi renforce le racisme anti-palestinien en le rendant acceptable. Quand on examine l'argument qui réfute que Jésus soit Palestinien, on détecte beaucoup d'hostilité dirigée à la fois contre les Palestiniens et les musulmans. On ne peut pas s'empêcher de se demander, qu'y-a-t-il de menaçant à identifier Jésus comme un Palestinien ? Le professeur Jack D. Forbes écrit à propos de l'environnement multi-culturel et multi-ethnique de Jésus :

"Lorsque les Romains sont arrivés et ont pris le contrôle de la région, ils ont utilisé le nom "Palestine". Ainsi, lorsque Yehoshu'a [Jésus] est né, il est né Palestinien comme tous les habitants de la région, juifs et non-juifs. Il était aussi Nazaréen (élevé à Nazareth) et Galiléen (né dans la région de Galilée)... Au moment de la naissance de Yehoshu'a, la Palestine était habitée par des Juifs - descendants des Hébreux, des Cananéens et beaucoup d'autres peuples sémites - et aussi par des Phéniciens, des Syriens, des Grecs et même des Arabes."

Malgré ces faits, on trouve des gens qui utilise l'argument de la négation de la couleur de peau : "Peu importe l'origine ethnique ou la couleur de peau de Jésus. Peu importe quelle langue il parlait. Jésus est pour tous, que vous soyez noir, blanc, brun, jaune, etc." Bien que ce soit une expression bien intentionnée d'intégration et d'universalisme, elle est à côté de la plaque.

Quand nous voyons tant de représentations de Jésus comme un homme blanc euro-américain, il faut dénoncer l'ethnocentrisme et le "racebending" (fait de changer l’origine ethnique d’un personnage, ndt). En ce qui concerne la langue, par exemple, Neil Douglas-Klotz, auteur de "The Hidden Gospel: Decoding the Spiritual Message of the Aramaic Jesus," souligne combien il est important de comprendre que Jésus parle araméen, pas anglais, et que ses paroles, ainsi que sa vision du monde, doivent être comprises à la lumière de la langue et de la spiritualité du Moyen-Orient. Douglas-Klotz propose un exemple intéressant qui me rappelle la riche profondeur et le sens des mots arabes, ourdou et farsi, en particulier le mot pour "esprit" :

"Chaque fois qu'une parole de Jésus se réfère à l'esprit, nous devons nous rappeler qu'il a dû utiliser un mot araméen ou hébreu. Dans ces deux langues, le même mot signifie l'esprit, le souffle, l'air et le vent. Ainsi "Esprit Saint" peut également être "Souffle saint". La dualité entre l'esprit et le corps, que nous prenons souvent comme acquise dans nos langues européennes, s'envole. Si Jésus a fait la fameuse déclaration sur le fait de parler ou de pécher contre le Saint-Esprit (par exemple dans Luc 12:10), alors d'une manière ou d'une autre le concept moyen-oriental de souffle est également concerné."

Certes, aucun individu n'est supérieur à un autre en fonction de la culture, la langue, ou la couleur de la peau, mais ignorer la manière dont la blancheur de Jésus a été utilisée pour asservir et discriminer des minorités raciales en Occident et dans beaucoup d'autres pays néglige un autre aspect important des enseignements de Jésus : "Tu aimeras ton prochain comme toi-même". Malcolm X a écrit à propos des suprémacistes blancs et des propriétaires d'esclaves qui utilisaient le christianisme pour justifier leur "moralité" et leur "supériorité raciale" sur les Noirs. Selon les termes de Malcolm X, "La Sainte Bible entre les mains de l'homme blanc, et ses interprétations de celle-ci, fut à elle seule l'arme idéologique la plus importante d'asservissement de millions d'êtres humains non-blancs." Tout au long de l'histoire, que ce soit à Jérusalem, en Espagne, en Inde, en Afrique ou aux Amériques, les soi-disant "Chrétiens" blanc ont cultivé une interprétation déformée de la religion qui était compatible avec leurs projets racistes et colonialistes (voir mon article sur Christophe Colomb pour plus de détails).

Dans mes discussions sur le fait que Jésus était un homme de couleur - un Palestinien -, je rencontre l'argument que Jésus est représenté comme un asiatique dans les pays à majorité asiatique, comme un noir dans les églises et maisons noires, comme moyen-oriental dans les pays du Moyen-Orient, etc. Même s'il est vrai que les gens de couleur dépeignent Jésus comme étant de leur propre race, il est hautement improbable que ces représentations deviennent jamais l'image dominante, majoritaire et normalisée de Jésus. Cela en dit long sur la suprématie blanche institutionnalisée, ainsi que sur la façon dont les idéologies suprémacistes blanches fonctionnent en tant que systèmes nationaux et mondiaux d'oppression.

Et nous voilà au 21ème siècle où l'islamophobie (également issue du racisme parce que la religion de l'Islan est racialisée) est en hausse ; où des gens qui se disent "chrétiens" craignent ceux qui ont la peau plus foncée ; où des membres du KKK et des mouvements anti-immigration se comportent comme si Jésus était un américain blanc raciste qui ne parle qu'anglais bien qu'il soit né au Moyen-Orient ! C'est étonnant que des soi-disant "chrétiens" comme Ann Couher appelle les Musulmans "rag-heads" ("têtes en guenilles", terme méprisant désignant les Musulmans aux Etats-Unis, ndt) quand en réalité, Jésus cadrerait avec le profil de "rag-head", lui aussi. De même que Moïse, Joseph, Abraham et le reste des prophètes (que la paix soit sur eux). Comme l'a écrit William Rivers Pitt :

"L'horrible réalité qui ne vient même pas à l'idée de la plupart des Américains, c'est que Jésus ressemblait beaucoup plus à un Irakien, à un Afghan, à un Palestinien, à un Arabe, que toutes les peintures qui ornent les murs des églises d'un océan à l'autre. C'était un fait difficile à admettre avant le 11 Septembre. Après l'attaque, c'est presque devenu une obligation morale de mettre autant de distance que possible entre les Américains et les populations du Moyen-Orient. Maintenant, suggérer que Jésus a partagé un patrimoine généalogique et une ressemblance physique aux gens assis dans des cages à Guantanamo frôle la trahison."

Tant qu'il refusera d'affirmer que Jésus était un juif palestinien qui parlait l'araméen - une langue sémite qui est antérieure à l'arabe et à l'hébreu - l'Occident continuera à voir l'Islam comme une "religion étrangère". Les crimes haineux et les actes discriminatoires contre les Musulmans, les Arabes et d'autres qui sont perçus comme étant Musulmans persistera. Ils continueront d'être traités comme des "étrangers culturels" et des "menaces" pour l'Occident. Il est assez intéressant que le christianisme et le judaïsme ne soient jamais considérés comme des "religions étrangères", bien qu'elles aient des origines moyen-orientales, comme l'Islam. Comme le souligne Douglas-Klotz, affirmer que Jésus est une personne originaire du Moyen-Orient "permet aux Chrétiens de comprendre que l'esprit et le message" de Jésus vient de "la même terre que les traditions de leurs soeurs et frères juifs et musulmans."

Jésus ne préfèrerait pas une race ou un groupe de personnes à une autre. Je crois qu'il condamnerait la diabolisation et la déshumanisation du peuple palestinien aujourd'hui, ainsi que les fausses représentations de lui-même qui alimentent la suprématie blanche. En tant que musulman, je crois que Jésus était un prophète de Dieu, et si j'avais quelque chose à dire à propos de l'esprit de Noël, ce serait sur la base du personnage de Jésus : humilité, compassion et amour. Un amour dans lequel tous les individus, indépendamment de leur origine ethnique, de leur race, de leur culture, de leur religion, de leur sexe et de leur orientation sexuelle, sont respectés et appréciés.

Et c'est dans cet esprit que je vous souhaite à tous un Joyeux Noël.
Alaha Natarak (Dieu soit avec vous, en araméen).

Source : Muslim Reverie

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine

Même sujet

Histoire

Même date

2 janvier 2014