Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1746 fois

Grande Bretagne -

L’indécence a des limites

Par

Délégué général de Palestine auprès de la Grande-Bretagne et du Vatican. Article paru le 8 novembre 2004

Il conviendrait de fixer une limite à l’indécence.
Sur fond de « plaintes » orchestrées par le Bureau des Députés à l’encontre du maire (de Londres, ndt) Ken Livingstone, parce qu’il a présidé à l’organisation de la Foire Commerciale Palestinienne et lui a apporté le soutien de la Municipalité, on assiste, ces jours derniers, à un « tollé » contre un article consacré par le British Medical Journal aux effets dévastateurs de l’occupation israélienne pour le système sanitaire palestinien.

Les "protestations" affluent à la rédaction de cette publication médicale et des "pressions" ont été exercées sur les entreprises pharmaceutiques dont on sait que les annonces publicitaires assurent la pérennité de cette revue prestigieuse.


Dans les médias et sur les chaînes télévisées retransmises par satellite, des "experts", dont l’ "équipe des faiseurs de paix" qui entoure Dennis Ross – alias Dennis la Menace – tous, issus des rangs du lobby pro-israéliens avant de monopoliser la politique moyen-orientale des Etats-Unis, viennent nous expliquer qu’il existe sans doute, aujourd’hui, une fenêtre d’opportunité pour la paix, le président Arafat ayant débarrassé le plancher depuis son hospitalisation dans un état grave, à Paris.


Les tentatives de liquidation morale de Yasser Arafat, auxquelles nous assistons depuis des dizaines d’années, continuent sans faiblir aujourd’hui : "Arafat est un obstacle à la paix. Sharon, lui, c’est un enfant de chœur…".

Les médias israéliens ne cessent d’annoncer sa mort, dans le cadre de ce qui est perçu par tous les observateurs comme une guerre des nerfs.
Apparemment, ils n’ont jamais entendu parler de la décence, ni de l’auto-réserve ?


Ici, à Londres, le Betar, aile "militante" du Likoud, brandit la menace de manifester contre la Foire Commerciale Palestinienne, dont le succès serait extrêmement bénéfique pour la société et l’économie palestiniennes, vandalisées par un occupation israélienne sauvage et interminable. Il y a une limite, même à l’indécence !


On souhaiterait que les responsables de la communauté juive britannique fassent en sorte qu’aucune branche extrémiste, au sein de cette communauté, n’importe "la vulgarité et la brutalité" dans les rues de Londres. On aimerait que les éléments du Betar à Londres ne confondent pas la "militance" avec les "mauvaises manières".


Il y a une limite, même à l’indécence !

Nous avons toujours émis l’opinion que toute victime, dans ce conflit, est une victime de trop. Invoquer les seules victimes juives, comme le fait le Betar, voilà qui est une approche judéo-centriste, qui oublie que les Palestiniens ont été cinq fois plus nombreux à perdre la vie, et plus de cinquante fois plus nombreux à être blessés, handicapés à vie, mutilés (que les juifs). Nos victimes, elles aussi, ont un nom, un visage, un père, une mère, des enfants… une valeur inestimable.

Mais la dernière campagne en date, là encore d’un goût extrêmement douteux, lancée par l’inquisition pro-israélienne, est dirigée contre la journaliste de la BBC (radio), Barbara Plett.

Sa faute : (avoir) des « émotions » et des « sentiments humains ». Dans son reportage, elle a dit : « Quand l’hélicoptère a emporté le frêle vieillard au-dessus de son QG démoli, j’ai éclaté en sanglots, sans crier gare. Depuis, en y réfléchissant à tête reposée, je me demande pourquoi j’ai été ainsi submergée par l’émotion ? »


D’après Jewish Chronicle, dans son article intitulé "Tempête sur une émission consacrée à Arafat – 05.11.2004", cette émission aurait suscité des centaines de couriels de protestation, dont beaucoup ont sans doute été à l’instigation du site ouèbe juif américain "Honestreporting.com" ["Reportage honnête" : cela ne s’invente pas ! ndt], qui a affiché les commentaires de Mme Plett sur sa page d’accueil, exhortant les visiteurs du site à se plaindre auprès de la BBC.


Certains e-mails étaient uniquement provocateurs, et d’autres semblaient authentiques, a indiqué un responsable de la BBC.

Je me souviens encore du trop-plein d’émotions durant la couverture médiatique de l’assassinat de Rabin.

En dépit de la gêne causée par son élévation au statut de Saint, sans aucun rappel du rôle majeur qu’il avait joué dans l’épuration ethnique de la région de Lod-Ramléh, en 1948, en sa qualité de commandant du Palmach, puis de briseur d’os des jeunes palestiniens, entre 1987 et 1990, nous n’avions rien dit, à l’époque.


En une période difficile et chargée d’émotion, pour les Palestiniens, on aimerait voir un peu plus de retenue dans le camp d’en face. Une journaliste anglaise n’a pas pu cacher ses « sentiments » ? Et alors ? C’est tout à son honneur. Mais il semble bien que l’indécence n’ait pas de limite.

Dommage !

Afif Safiyéh



Lettre à The Londoner, lettre d’information du Maire de Londres
Londres,
novembre 2004

Le coupable, c’est la vérité.

Rentrant d’une visite ô combien déprimante dans les territoires palestiniens occupés, j’ai compris, à la lecture du Jewish Chronicle, qu’une campagne était fortement "encouragée", visant le maire Ken Livingstone et la Mairie de Londres, en raison de leur parrainage et de leur soutien à la Foire Commerciale Palestinienne.


Le coupable n’est pas Monsieur Livingstone, Maire de Londres. Le coupable, c’est la vérité !


L’illégalité de l’occupation militaire israélienne n’est pas le fruit d’on ne sait quelle approche biaisée du Maire Livingstone, mais bel et bien la position de la totalité de la communauté internationale, qui trouve son reflet dans les résolutions de l’ONU.

Le fait que les barrages militaires et le Mur de la Honte étranglent la société et étouffent l’économie palestiniennes, c’est le verdict rendu par tous les rapports publiés par la Banque Mondiale, le FMI, la Cour Internationale de Justice, Christian Aid, etc. etc.


La Foire Commerciale Palestinienne ambitionne de revitaliser une économie palestinienne menacée d’effondrement total.

Le fait qu’elle soit en bute à des attaques, à Londres – le Betar, branche activiste du lobby pro-israélien d’extrême droite, ayant prévu de nouvelles manifestations hostiles – montre une fois de plus, s’il en était besoin, que dans le conflit israélo-palestinien, d’une manière paradoxale et intrigante, ce sont les oppresseurs qui haïssent les victimes, bien plus que l’inverse.



Article à paraître dans le Point d'information Palestine
Newsletter privée réalisée par La Maison d'Orient - BP 105 - 13192 Marseille Cedex 20 - FRANCE
Phone + Fax : +33 491 089 017

Pour recevoir cette lettre de diffusion, envoyez un mail à : lmomarseille@wanadoo.fr

Source : www.palestinianuk.org

Traduction : Marcel Charbonnier

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Grande Bretagne

Même sujet

Racisme

Même auteur

Afif Safiéh

Même date

10 novembre 2004