Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2469 fois

Israël -

L’Union Européenne paie pour le blocus de Gaza

Par

Une aide de l'Union Européenne a été remise à une entreprise pétrolière israélienne qui a réduit l'approvisionnement en carburant de la bande de Gaza dans le cadre du blocus économique international reconnu comme illégal, ont admis des fonctionnaires de Bruxelles.
Près de 97 millions d'euros des fonds, gérés par la Commission Européenne, le bras exécutif de l'Union européenne, ont été remis directement à l'entreprise Dor Alon entre février 2008 et janvier de cette année.

Suite aux ordres des autorités israéliennes, Dor Alon a rationné la quantité de diésel industriel entrant dans la bande de Gaza afin de priver d'électricité ses 1,5 millions d'habitants. Les coupures d'électricité ont lieu régulièrement dans la bande de Gaza en raison des actions menées par Israël depuis que le parti du Hamas a remporté de façon inattendue les élections législatives palestiniennes en 2006.

Charles Shamas du Mattin Group, une organisation basée en Cisjordanie , qui surveille les relations de l'Europe avec Israël, a déclaré que l'UE avait aidé à imposer le blocus économique de Gaza. Et cela malgré le fait que les hauts responsables de l'Union Européenne, dont son chef de la politique étrangère, Javier Solana, et la commissaire chargée des relations extérieures Benita Ferrero-Waldner, aient condamné le blocus en tant que "punition collective" de la population civile. La punition collective constitue un crime de guerre, conformément à la convention de Genève de 1949.

"L'Union Européenne doit apporter une aide légale», a déclaré Shamas. "Cela signifie faire un gros effort pour ne pas se conformer aux actes illégaux des autres. Dans ce cas, l'UE permet de mettre en application les mesures injustes prises par Israël. Vous ne pouvez pas demander de façon véritablement crédible à Israël de modifier son comportement si vous adaptez ce que vous faites de façon à correspondre ce comportement."

Christiane Hohmann, porte-parole des relations extérieures de la Commission Européenne, a déclaré que le diésel fourni par Dor Alon est utilisé dans une centrale électrique qui assure 30% des besoins en électricité de Gaza.

Les écoles et les hôpitaux sont les premiers bénéficiaires de l'aide européenne, a-t-elle ajouté, en précisant que Dor Alon avait livré plus de 96 millions de litres de diésel à la bande de Gaza suite à l'argent qu'il a reçu de la Commission au cours des 12 derniers mois. Dor Alon a également bénéficié de l'aide accordée par l'Allemagne et la Belgique, tous deux Etats membres de l'UE.

"Cela n’encourage pas le blocus», dit-elle. "Cela n’en fait pas partie. Ce que nous disons toujours aux Israéliens, c’est qu’ils doivent ouvrir les passages (de la bande de Gaza). Le diésel doit entrer"

L’aide de la Commission est gérée par un mécanisme connu sous le nom de Pégase. Pégase, qui a commencé ses activités l'année dernière, est conçu pour contourner le Hamas, tout en soutenant les activités menées par son rival, le Fatah, le parti en charge de l'Autorité palestinienne en Cisjordanie .
Toutefois, Hohmann a souligné que les aides sont versées directement à l’entreprise Dor Alon et qu’elles ne passent par aucune structure palestinienne.

Un porte-parole de Dor Alon a déclaré que les diminutions de ses livraisons à la bande de Gaza étaient la conséquence de la politique du gouvernement israélien. "Dor Alon est une société privée, elle doit faire tout ce que le ministère de la Défense lui dit de faire», a t-il ajouté. "Je ne peux pas vous dire que nous livrons plus un jour et moins un autre jour. Cela ne nous concerne pas. Nous suivons les ordres en la matière."

Dor Alon, l'une des quatre plus grandes entreprises pétrolières en Israël, est également propriétaire de deux chaînes de magasins de proximité, Alonit et AM: PM. En plus de ses activités dans la bande de Gaza, elle gère un réseau de stations d'essence et de magasins dans les colonies israéliennes en Cisjordanie .

"Ce qui se passe ici, c’est que l'économie israélienne contrôle l'accès aux marchés palestiniens pour favoriser certaines entreprises israéliennes", a déclaré Merav Amir, militante de la Coalition des Femmes pour la Paix, une organisation qui étudie la manière dont les entreprises israéliennes peuvent bénéficier de l’occupation de la Palestine.

Amir a souligné que toutes les aides destinées à l'Autorité Palestinienne sont acheminées via Israël depuis les accords d'Oslo. Signé entre le président israélien Shimon Peres, alors ministre des Affaires étrangères, et le président palestinien Mahmoud Abbas, en 1993, cela a été le premier accord négocié en face-à-face entre les deux parties.
Pourtant, bien que son titre officiel fasse référence à l'autodétermination des Palestiniens, de nombreux observateurs estiment qu'Israël a utilisé l'accord pour renforcer son contrôle sur la Cisjordanie et Gaza.

"Israël a en sa possession beaucoup d'argent qui appartient à l'Autorité Palestinienne", a ajouté Amir. "Avec une partie de cet argent, il paie les fournisseurs de façon à maintenir la dépendance de l'économie palestinienne à Israël. L'Union Européenne est en mesure de faire pression sur Israël pour modifier la façon dont tout cela fonctionne."

Chris Davies, un député libéral britannique du Parlement Européen, a décrit cette semaine comment le blocus de Gaza, où il s’est rendu récemment, a des conséquences dévastatrices dans une zone densément peuplée qui lutte pour venir à bout des 22 jours de bombardements qu’Israël a lancé à fin décembre l'année dernière.

Bien que 500 camions de vivres et autres fournitures par jour soient nécessaires dans la bande de Gaza, Israël n’autorise l’entrée qu’à 130 camions par ses checkpoints contrôlés par ses soldats. «La papeterie pour les écoles, les couches, les comprimés de purification de l'eau, le béton pour la reconstruction, tout cela est interdit", a t-il dit. "La vie normale d'une grande ville est impossible."


Quelques mots sur le groupe Alon
Qui profite de l’occupation



Alon Group est une holding qui regroupe plusieurs entreprises impliquées dans l'occupation. Le groupe Alon possède la Société Dor Alon, une compagnie pétrolière, qui a un monopole sur la fourniture de pétrole à la bande de Gaza. Dor Alon possède également plusieurs stations d'essence et des magasins de proximité dans différentes colonies israéliennes en Cisjordanie .

Le Groupe Alon possède Blue Square, une chaîne de magasins qui a des succursales et des bureaux dans de nombreuses colonies de Cisjordanie et est le franchisé en Israël de Pizza Hut, qui a un restaurant dans la colonie israélienne de Pisgat Ze'ev.

Il est également impliqué dans :

• Le marché palestinien lié*

• Les services aux colonies


Principaux actionnaires :

Bielsol (David Wiessman et la famille Biran 39%, Kibbutzim 35%, Africa Israël (entreprise appartenant à Lev Leviev) 26%.


Filiales :

Alon USA (NYSE: ALJ), Dor Alon (TASE: DRAL). Le groupe Alon possède 72% de Blue Square (Ribua Kahol) (NYSE et TASE: BSI).

Alon USA (NYSE: ALJ) possède 4 raffineries de pétrole, et des stations-services FINA et plus de 170 magasins de proximité 7-Eleven aux États-Unis.

Le groupe Alon est le franchisé de KFC et de Pizza Hut en Israël, et détient 49% des actions de Diners Club Israël.


* Le marché palestinien lié :

Cette catégorie comprend les entreprises qui fournissent des services ou des biens aux Palestiniens à des coûts élevés, en exploitant les restrictions à la circulation imposées aux Palestiniens qui ne peuvent pas acheter ces produits et ces services à des prix compétitifs, localement ou à l'étranger. La plupart des revendeurs israéliens dans les territoires occupés tombent dans cette catégorie.

Cette catégorie comprend également les entreprises qui utilisent leurs liens avec les autorités israéliennes pour obtenir des avantages commerciaux sur les entreprises palestiniennes, et des entreprises qui collectent les dettes palestiniennes en utilisant leurs liens avec le gouvernement israélien (par exemple, l’argent des importations et des taxes sur les ventes palestiniennes perçues par Israël, est retenu illégalement et ensuite utilisé pour payer les dettes à diverses entreprises israéliennes telles que la compagnie israélienne d'électricité).

Entreprises concernées :

• Africa Israël
• Alon Group
• Dor Alon
• MIRS Communications
• Paz Oil

Source : http://www.ipsnews.net

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même sujet

Blocus

Même auteur

David Cronin

Même date

22 février 2009