Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2356 fois

Europe/Israël -

L’Union européenne sanctionne les colonies israéliennes mais pas l’État qui les a créées

Par

Ameer Makhoul, directeur d'Ittijah, fédération des associations arabes basée à Haifa (Palestine 48), est emprisonné dans la prison israélienne de Gilboa depuis avril 2010, date de son arrestation.

L’Union européenne a adopté cette année des directives faisant la distinction entre l’État d’Israël et ses « entités » implantées sur les territoires palestiniens qu’il occupe depuis 1967. Ces directives considèrent que ces entités ne seront plus admissibles pour les subventions, primes et autres instruments financiers accordés par l’Union européenne à compter de 2014. De prime abord, cette décision de l’Union européenne semble refléter un changement fondamental, indispensable et positif de la politique européenne et de ses relations avec la Palestine.

L’Union européenne sanctionne les colonies israéliennes mais pas l’État qui les a créées

Les colonies sont la conséquence inévitable de la politique coloniale menée par l’État d’Israël (Photo : ActiveStills/Keren Manor)
Cependant, les Palestiniens et mouvements de solidarité ne doivent pas se réjouir de cette décision, qui, si elle semble condamner l’occupation, permet en réalité de légitimer le système colonial israélien et ses « entités » qui sont à l’origine de l’occupation.

Les colonies ne déterminent pas la politique. Elles constituent la conséquence inévitable de la politique fondamentale d’Israël qui est profondément ancrée dans la société israélienne et ses structures gouvernementales, semi-gouvernementales et non-gouvernementales.

L’ensemble des colonies s’appuient sur les lois et le système juridique israéliens. Elles constituent une entreprise d’État stratégique et sont considérées comme l’un des piliers d’Israël. En vertu des lois israéliennes, ces « entités » sont légales et légitimes. Elles sont par conséquent protégées et soutenues à tous les niveaux par l’État et les structures étatiques.

Une « priorité nationale »

Le gouvernement traite les colonies au même titre que d’autres sites existant aujourd’hui en Israël, à la différence que celles-ci bénéficient d’un plus grand nombre d’avantages. Elles offrent notamment des logements bon marché, une « priorité nationale majeure » en matière de budgets gouvernementaux, ainsi qu’une politique fiscale qui incite à y résider.

Par ailleurs, c’est la police israélienne, et non l’armée, qui est chargée de maintenir l’ordre et de servir la population dans les colonies. Celles-ci relèvent en outre des tribunaux civils et non du système de tribunaux militaires israéliens, ce qui tranche nettement avec l’administration militaire par Israël de la population palestinienne en Cisjordanie .

La politique de colonisation israélienne n’a pas été adoptée suite à l’occupation de 1967. Elle est la conséquence de l’occupation de 1948 et de la Nakba ou épuration ethnique ayant eu lieu en Palestine.

Ainsi, la ville de Nazareth Illit telle qu’elle existe aujourd’hui en Israël est construite sur des territoires qui ont été confisqués à Nazareth et huit autres villages voisins. Ceci vaut également pour la colonie de Maale Adumim qui est construite sur des territoires volés à la Palestine en Cisjordanie .

Israël est un pays riche et développé. Il est membre de l’Organisation de coopération et de développement économiques. Son gouvernement s’est engagé à traiter les colonies et leur population au même titre que Tel Aviv ou Haifa, voire de les privilégier.

Boycotter l’État d’Israël

Le gouvernement israélien dispose de ressources suffisantes pour financer et budgétiser tout ce qui n’entre pas dans les subventions européennes.

La soi-disant « ligne verte » qui marque la frontière entre l’actuel État d’Israël et la Cisjordanie n’existe pas aux yeux des Israéliens. Israël est une entité directrice individuelle, un système unique orienté à tous les niveaux vers une idéologie coloniale sioniste. La limitation des « sanctions » européennes aux colonies entraîne par le fait la légitimation du système et du caractère coloniaux de cet État. Ce qui revient à légaliser ce système.

La décision de l’Union européenne peut paraître juste, cependant, et malgré les belles promesses qu’elle offre, celle-ci a pour objectif de délégitimer les « entités » coloniales tout en légitimant l’État colonial.

Le seul moyen pour l’Union européenne d’avoir un véritable impact est de boycotter Israël en tant qu’État et de sanctionner l’ensemble de ses systèmes, y compris son système central, sans se limiter à certains aspects découlant de sa politique.

L’approche actuelle de l’Union européenne ne permettra jamais d’obtenir une paix équitable.


Article original en anglais publié sur http://electronicintifada.net/content/eu-sanctions-israeli-settlements-not-state-created-them/13012 le 16 décembre 2013.
Traduit par Claire pour Info-Palestine.eu


Source : Info-Palestine

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.

Faire un don

Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Europe/Israël

Même sujet

Boycott

Même auteur

Ameer Makhoul

Même date

20 décembre 2013